Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $9.99/mois.

BREXIT : CETTE FOIS, LA FRANCE DIT NON ! – 28/10/21: BREXIT : CETTE FOIS, LA FRANCE DIT NON ! – 28/10/21
 

 
Invités
 

 
PHILIPPE DESSERTINE
 
Directeur de l’Institut de Haute Finance
 

 
FLORENTIN COLLOMP
 
Journaliste spécialiste des questions européennes - ...

BREXIT : CETTE FOIS, LA FRANCE DIT NON ! – 28/10/21: BREXIT : CETTE FOIS, LA FRANCE DIT NON ! – 28/10/21 Invités PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute Finance FLORENTIN COLLOMP Journaliste spécialiste des questions européennes - ...

DeC dans l'air


BREXIT : CETTE FOIS, LA FRANCE DIT NON ! – 28/10/21: BREXIT : CETTE FOIS, LA FRANCE DIT NON ! – 28/10/21 Invités PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute Finance FLORENTIN COLLOMP Journaliste spécialiste des questions européennes - ...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
64 minutes
Sortie:
Oct 28, 2021
Format:
Épisode du podcast

Description

BREXIT : CETTE FOIS, LA FRANCE DIT NON ! – 28/10/21

Invités

PHILIPPE DESSERTINE
Directeur de l’Institut de Haute Finance

FLORENTIN COLLOMP
Journaliste spécialiste des questions européennes - « Le Figaro »
Ex-correspondant à Londres

SONIA DELESALLE-STOLPER
Cheffe du service international – « Libération »

SYLVIE MATELLY
Économiste - Directrice adjointe de l’IRIS 

PHILIP TURLE - En direct de Rome 
Journaliste britannique
Chroniqueur international – « France 24 »

Après avoir longtemps menacé le Royaume-Uni, la France a décidé de passer à l’action. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un navire anglais qui péchait en baie de Seine sans licence a été dérouté jusqu’au port du Havre, un autre a été verbalisé pour « entrave au contrôle ». Il s’agit des premières mesures de rétorsion françaises contre les Britanniques, accusés de ne pas respecter les accords post-Brexit sur les licences accordées aux pêcheurs français.
 
Un peu plus tôt dans la journée, à l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement avait mis en garde le gouvernement britannique : si aucun progrès n’est fait d’ici au 2 novembre dans ce dossier, Paris décidera de « l’interdiction de débarquement de produits de la mer » britanniques en France ainsi qu'un « renforcement des contrôles » des navires britanniques et des camions « à destination et en provenance du Royaume-Uni », quelle que soit leur cargaison. Gabriel Attal avait aussi évoqué une riposte graduelle, avec une possible « deuxième série de mesures », dont « notamment des mesures énergétiques qui ont trait à la fourniture d'électricité pour les îles anglo-normandes », qui dépendent d'un câble sous-marin avec la France pour leur approvisionnement.
 
« Les menaces de la France sont décevantes et disproportionnées, et ne correspondent pas à qu'on pourrait attendre d'un allié et partenaire proche », avait immédiatement réagi le porte-parole du gouvernement britannique, affirmant qu'elles n'étaient « pas compatibles » avec l'accord post-Brexit et le droit international. Si ces menaces sont « appliquées, elles feront l'objet d'une réponse appropriée et calibrée », avait-il mis en garde.
 
« Notre patience a des limites », avait par sa part martelé plut tôt Gabriel Attal. « Nous ne laisserons pas la Grande-Bretagne s'essuyer les pieds sur les accords du Brexit. » Selon lui, près de la moitié des demandes de licences effectuées par les pêcheurs français n'ont toujours pas été satisfaites, malgré la fourniture des documents réclamés par les autorités britanniques.
« Il est important de rester calme et d’aller vers une désescalade. Notre porte reste toujours ouverte », a depuis affirmé le ministre de l’environnement britannique, George Eustice, en abordant le dossier devant le Parlement. « L’escalade n’est pas du fait de la France », lui a répondu ce jeudi le Premier ministre, Jean Castex. « Nous sommes ouverts en permanence aux discussions, matin, midi et soir », mais, a-t-il dit, « les Britanniques doivent respecter leurs engagements ».
 
Ambiance. D’autant que le bras-de fer engagé entre Paris et Londres sur le dossier de la pêche est loin d’être le seuil sujet de contentieux. « Guerre de la saucisse », affaire des sous-marins australiens, immigration illégale... Avec le Brexit, tout semble prétexte aux coups de Trafalgar entre la France et la Grande-Bretagne. Alors jusqu’où l’escalade des tensions ? Et où en est la stratégie « Global Britain » promue par Boris Johnson ?  
 
Depuis sa sortie de l'Union Européenne, le Royaume-Uni mise beaucoup sur de nouveaux accords commerciaux lui permettant de renforcer ses échanges avec des régions en forte croissance. Londres a décroché une première victoire en juin en signant un accord avec l'Australie. L’annonce d’un partenariat de sécurité et de défense en septembre, par Washington, Londres et Canberra, a également donné une consistance au concept jusqu’alors nébuleux de « Global Britain » cher au Premier ministre britannique. Mais depuis Londres voit la pe
Sortie:
Oct 28, 2021
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv