Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

BORIS JOHNSON : SES EXCUSES SUFFIRONT-ELLES ? – 13/01/22: BORIS JOHNSON : SES EXCUSES SUFFIRONT-ELLES ? – 13/01/22
 
Invités
 
ANNE-ELISABETH MOUTET
 Éditorialiste – « The Daily Telegraph »
 
FLORENTIN COLLOMP
 Journaliste - « Le Figaro »
 Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres
&n...

BORIS JOHNSON : SES EXCUSES SUFFIRONT-ELLES ? – 13/01/22: BORIS JOHNSON : SES EXCUSES SUFFIRONT-ELLES ? – 13/01/22 Invités ANNE-ELISABETH MOUTET Éditorialiste – « The Daily Telegraph » FLORENTIN COLLOMP Journaliste - « Le Figaro » Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres &n...

DeC dans l'air


BORIS JOHNSON : SES EXCUSES SUFFIRONT-ELLES ? – 13/01/22: BORIS JOHNSON : SES EXCUSES SUFFIRONT-ELLES ? – 13/01/22 Invités ANNE-ELISABETH MOUTET Éditorialiste – « The Daily Telegraph » FLORENTIN COLLOMP Journaliste - « Le Figaro » Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres &n...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
66 minutes
Sortie:
13 janv. 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

BORIS JOHNSON : SES EXCUSES SUFFIRONT-ELLES ? – 13/01/22
Invités
ANNE-ELISABETH MOUTET
Éditorialiste – « The Daily Telegraph »
FLORENTIN COLLOMP
Journaliste - « Le Figaro »
Spécialiste Europe, ex-correspondant à Londres
 
CATHERINE MARSHALL
Professeure d’histoire et de civilisation britannique
Université Cergy Paris
 
SOPHIE PEDDER
Cheffe du bureau parisien – « The Economist »
ÉRIC ALBERT – En direct de Londres
Journaliste - Correspondant à Londres - « Le Monde »

Boris Johnson aborde très mal 2022, rattrapé une nouvelle fois par les scandales. Devant une chambre des Communes surchauffée, le chef du parti conservateur a ainsi dû présenter hier ses excuses après avoir admis sa présence à une fête à Downing Street en plein confinement en 2020. Période où les règles de distanciations sociales imposaient aux Britanniques de ne voir qu’une seule personne à la fois et à plus de deux mètres de distance. Cet évènement, où auraient été invitées plus de cent personnes avec comme consigne d’ « apporter à boire » selon un mail publié lundi par les médias britanniques, vient s’ajouter à plusieurs révélations au cours des derniers mois sur des fêtes organisées dans les cercles du pouvoir au mépris des règles sanitaires.
 
Visiblement embarrassé, Boris Johnson a expliqué qu’il croyait « implicitement » qu’il s’agissait d’une réunion de travail, ce qui pouvait « techniquement » être considéré comme rentrant dans les règles, mais la perception des Britanniques, empêchés de rencontrer leurs proches, pouvait être tout autre. « Je présente mes excuses du fond du cœur », a-t-il lancé. Il a également affirmé prendre la « responsabilité des erreurs » qui ont été commises.
Accusant Boris Johnson de « mentir comme un arracheur de dents », le chef de l’opposition travailliste Keir Starmer a jugé la défense du Premier ministre « tellement ridicule » qu’elle en est « insultante » pour les Britanniques. « Aura-t-il maintenant la décence de démissionner ? » a-t-il lancé. Les indépendantistes écossais du SNP et les libéraux-démocrates ont également demandé son départ. Et dans les rangs du parti conservateur au pouvoir, la colère gronde de plus en plus fort.
 
Embourbé depuis plusieurs mois dans de multiples scandales, le dirigeant sur qui les affaires glissaient jusqu’alors sans trop de dommages voit sa cote de popularité s’effondrer et son autorité remise en question par ses troupes. Au plus bas dans les sondages, le Premier ministre a connu déjà le mois dernier une fronde dans son propre camp au Parlement, un fiasco électoral dans l’un des bastions du Parti conservateur et la démission surprise de son ministre du Brexit. Avec cette nouvelle affaire, Boris Johnson apparaît de plus en plus lâché par son parti. Plusieurs élus conservateurs demandent sa démission et dans la presse, les rumeurs galopent sur le nom de son éventuel remplaçant alors que le pays est durement touché par Omicron et que les conséquences du Brexit se font sentir dans le quotidien des Britanniques.
 
Même le Guardian pose la question de qui pourrait prendre la tête du pays en cas de démission. Chez les conservateurs le nom le plus cité est celui de la très libérale ministre des Affaires étrangères et nouvelle « Madame Brexit » Liz Truss, qui depuis des semaines déjà soigne son image de nouvelle dame de fer. Ainsi on l'a vue récemment poser devant les photographes officiels juchée sur un char d'assaut, une posture rendue iconique en 1986 par une certaine Margaret Thatcher.
 
Alors Boris Johnson parviendra-t-il cette fois à sauver sa peau ? L’Europe peut-elle espérer un nouveau départ avec la nouvelle « Madame Brexit » Liz Truss ? Enfin pourquoi l’Estonie attire-t-elle tant de « réfugiés du Brexit » ?

DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45
FORMAT : 65 minutes
PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé
REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40
RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard
PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions

Retrouv
Sortie:
13 janv. 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv