Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

KIEV : LA DÉFERLANTE DES CHARS RUSSES – 1er/03/22: KIEV : LA DÉFERLANTE DES CHARS RUSSES – 1er/03/22
 

 
Invités
 

 
FRÉDÉRIC ENCEL
 
Docteur en géopolitique
Auteur de « Les voies de la puissance »
 

 
ALAIN BAUER
 
Professeur de criminologie - CNAM
 
...

KIEV : LA DÉFERLANTE DES CHARS RUSSES – 1er/03/22: KIEV : LA DÉFERLANTE DES CHARS RUSSES – 1er/03/22 Invités FRÉDÉRIC ENCEL Docteur en géopolitique Auteur de « Les voies de la puissance » ALAIN BAUER Professeur de criminologie - CNAM ...

DeC dans l'air


KIEV : LA DÉFERLANTE DES CHARS RUSSES – 1er/03/22: KIEV : LA DÉFERLANTE DES CHARS RUSSES – 1er/03/22 Invités FRÉDÉRIC ENCEL Docteur en géopolitique Auteur de « Les voies de la puissance » ALAIN BAUER Professeur de criminologie - CNAM ...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
66 minutes
Sortie:
1 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

KIEV : LA DÉFERLANTE DES CHARS RUSSES – 1er/03/22

Invités

FRÉDÉRIC ENCEL
Docteur en géopolitique
Auteur de « Les voies de la puissance »

ALAIN BAUER
Professeur de criminologie - CNAM
Auteur de « La guerre qui revient »

GÉNÉRAL VINCENT DESPORTES
Ancien directeur de l’École de guerre
Professeur de stratégie à Sciences Po

ANNIE DAUBENTON
Journaliste-essayiste
Auteure de « Ukraine, les métamorphoses de l'indépendance »

Au sixième jour de l'offensive en Ukraine, ni les sanctions internationales, qui continuent de s'accumuler contre la Russie, ni les pourparlers ouverts lundi entre Moscou et Kiev ne semblent empêcher une nouvelle attaque russe de se profiler.
Un important convoi de blindés russes s'étirant sur une soixantaine de kilomètres se trouverait, selon des images satellitaires, à moins de 25 kilomètres de la capitale ukrainienne. D'autres grandes villes du pays sont également sous la menace, comme Kharkiv, seconde métropole du pays, non loin de la frontière russe. La cité est sous le feu de l’artillerie et des missiles, qui sèment la terreur et visent de manière indiscriminée combattants et civils. Car contrairement aux dires de Moscou, qui affirme ne pas viser les zones civiles, des quartiers résidentiels sont bombardés. Le gouverneur de la région, Oleh Synehoubov, a confirmé les bombardement et publié sur Telegram des images d’une énorme explosion sur la place centrale de la ville, où se trouve le siège de son administration.
Kiev s’attend à subir le même sort, voire pire, dans un avenir proche. Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé qu’il existait encore une opportunité pour les Ukrainiens comme les étrangers de quitter la ville : "Nos compatriotes peuvent décider de saisir cette opportunité de départ par la route." Le nombre de déplacés et de réfugiés ne cesse d’augmenter. L’ONU estime aujourd’hui à 1 million le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de l’Ukraine du fait de l’invasion russe, en plus des 660 000 ayant fui le pays. Et les chiffres augmentent de façon « exponentielle », a indiqué le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
Difficile, à cette heure d’esquisser avec certitude un bilan humain. Le ministère de la santé ukrainien a annoncé hier que 352 civils, dont 14 enfants, sont morts depuis le début de l’invasion russe. De son côté, l’Organisation des Nations unies a estimé que 102 civils avaient été tués, dont 7 enfants, et 304 blessés, avertissant toutefois que les chiffres réels étaient, selon toute vraisemblance, « considérablement » plus élevés.
Dans la capitale ukrainienne, vidée de nombreux habitants, l’armée et les volontaires, soutenus par les civils, tentent de s’organiser autour de fragiles positions de combat. Face à eux, en plus de l’armée régulière russe, plus de 400 hommes, membres du groupe paramilitaire Wagner pourraient avoir été envoyés à Kiev par le Kremlin afin d’assassiner le président ukrainien. C’est ce que croit savoir le Times. Il s'agirait de "préparer le terrain pour une prise de contrôle (de l'Ukraine) par Moscou", estime le journal britannique.
Volodymyr Zelensky s'est lui exprimé devant les députés européens, à la mi-journée, en vidéoconférence en direct d'un d'une session plénière extraordinaire à Bruxelles. Il a exhorté les Européens à le soutenir. "Ne nous lâchez pas", a-t-il imploré dans son discours, tout en demandant aux Européens de "prouver qu'ils sont avec l'Ukraine". Comme une alerte, il leur a lancé :" Sans vous, l'Ukraine sera seule." Il réclame l’intégration « sans délai » de son pays à l’Union européenne.
 
En Russie, la stratégie occidentale d'asphyxie économique du pays semble déjà fonctionner. Si les oligarques russes ont déjà perdu 126 milliards de dollars, la population, elle, se rue sur les distributeurs de billets. Le rouble s'est effondré et malgré les réserves financières du Kremlin, les mesures prises à son encontre risquent d’entraîner le pays dans une récession durable.
Mais la crise économique peut-el
Sortie:
1 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv