Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

ZELENSKY : « DONNEZ-NOUS DES AVIONS ! » - 07/03/2022: Zelensky : « Donnez-nous des avions ! »
 

 
LES INVITÉ.ES :
 
- Général Vincent DESPORTES - Ancien directeur de l’École de guerre, professeur de stratégie à Sciences Po
 
- Frédéric ENCEL - Docteur en géopolitique
 
- Isabelle LASSE...

ZELENSKY : « DONNEZ-NOUS DES AVIONS ! » - 07/03/2022: Zelensky : « Donnez-nous des avions ! » LES INVITÉ.ES : - Général Vincent DESPORTES - Ancien directeur de l’École de guerre, professeur de stratégie à Sciences Po - Frédéric ENCEL - Docteur en géopolitique - Isabelle LASSE...

DeC dans l'air


ZELENSKY : « DONNEZ-NOUS DES AVIONS ! » - 07/03/2022: Zelensky : « Donnez-nous des avions ! » LES INVITÉ.ES : - Général Vincent DESPORTES - Ancien directeur de l’École de guerre, professeur de stratégie à Sciences Po - Frédéric ENCEL - Docteur en géopolitique - Isabelle LASSE...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
64 minutes
Sortie:
7 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

Zelensky : « Donnez-nous des avions ! »

LES INVITÉ.ES :
- Général Vincent DESPORTES - Ancien directeur de l’École de guerre, professeur de stratégie à Sciences Po
- Frédéric ENCEL - Docteur en géopolitique
- Isabelle LASSERRE - Ancienne correspondante en Russie - Correspondante diplomatique - « Le Figaro »
 - Annie DAUBENTON - Journaliste-essayiste - Auteure de « Ukraine, les métamorphoses de l’indépendance »

Au douzième jour de l'invasion russe en Ukraine, malgré les dizaines de manifestations de protestation qui se sont déroulées dans le monde tout le week-end, les forces russes continuent de pilonner les villes stratégiques ukrainiennes et l’étau se resserre sur Kiev. « La situation s’aggrave chaque jour (…) Il faut essayer d’éviter des catastrophes avec le nucléaire civil ». Nous voulons « fairestopper cette guerre sans devenir nous-mêmes des belligérants » a affirmé en milieu de journée Emmanuel Macron alors qu’un nouveau round de négociations est prévu cet après-midi entre les délégations ukrainienne et russe en Biélorussie.
 
Un peu plus tôt dans la matinée, le ministère de la Défense russe avait annoncé que, à la demande personnelle d’Emmanuel Macron, les tirs russes allaient être suspendus à 10 heures pour ouvrir des corridors humanitaires à Kiev, Kharkiv, Marioupol et Soumy. Mais quatre des six routes prévues permettraient d’évacuer les civils vers la Russie ou son allié biélorusse. C’est notamment le cas du corridor proposé pour quitter la capitale ukrainienne.
 
Une option jugée « complètement immorale » et refusée depuis par les autorités ukrainiennes. Selon le porte-parole du président ukrainien, la Russie veut ainsi « utiliser la souffrance des gens pour créer une image télévisée » qui « aille dans leur direction ». Le président de la République, désigné à tort selon l’Elysée comme l’auteur « personnel » de la demande de couloirs humanitaires, sous-entendu vers la Russie, a lui aussi dénoncé le « cynisme moral et politique » contenu dans « ce discours hypocrite qui consiste à dire on va protéger les gens pour les emmener en Russie ». « Je ne connais pas beaucoup d’Ukrainiens qui aient envie de se réfugier en Russie », a-t-il raillé.
 
Ceux qui le pouvaient ont déjà fui mais pas en Russie : 1, 5 million d’Ukrainiens ont passé les frontières depuis dix jours. Plus d’un million sont désormais en Pologne et 250 000 en Moldavie qui demande l’aide de l’Europe pour faire face à l’afflux de réfugiés alors que les combats se poursuivent dans l’Ukraine voisine.
 
Cette nuit encore, et toute la matinée, les sirènes anti-aériennes ont retenti dans la capitale. Au ministère ukrainien de l’Intérieur, on affirmait dans la nuit de dimanche à ce lundi que la Russie avait concentré suffisamment d’hommes et d’équipements autour de la capitale Kiev pour y mener l’assaut final dans les jours à venir. L’armée ukrainienne se tenait prête, à l’aube, à détruire le dernier pont reliant la ville à son arrière-pays à l’ouest pour freiner la progression des chars russes. D’intenses bombardements aériens ont également  frappé dans la nuit Kharkiv, la plus grande ville du nord-est du pays, assiégée depuis de longs jours tout comme le port stratégique de Marioupol, sur la mer d’Azov, où 200 000 personnes survivent sans électricité, sans chauffage, parfois sans eau ni nourriture. Le maire de la ville dénonce des frappes sur les civils et parle de milliers de blessés.
 
Dans une vidéo diffusée lundi, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a une nouvelle fois réclamé l’intervention des Occidentaux : « Combien de morts et de pertes faudra-t-il encore pour sécuriser le ciel au-dessus de l’Ukraine ? Nous attendons cette décision, soit que vous le fassiez avec les forces dont vous disposez, soit que vous nous fournissiez des avions et des systèmes antiaériens qui nous permettront de le faire. » Il a aussi réclamé de nouvelles sanctions internationales contre la Russie, en proposant un boycott du pétrole et d’autres exportations russes ainsi qu
Sortie:
7 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv