Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

CENTRALES NUCLÉAIRES, GAZ… LES AUTRES ARMES DE POUTINE – 08/03/22: CENTRALES NUCLÉAIRES, GAZ… LES AUTRES ARMES DE POUTINE – 08/03/22
 

 
Invités
 

 
PHILIPPE DESSERTINE
 
Directeur de l’Institut de Haute Finance
 

 
GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND
 
Ancien chef de la mission mi...

CENTRALES NUCLÉAIRES, GAZ… LES AUTRES ARMES DE POUTINE – 08/03/22: CENTRALES NUCLÉAIRES, GAZ… LES AUTRES ARMES DE POUTINE – 08/03/22 Invités PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute Finance GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND Ancien chef de la mission mi...

DeC dans l'air


CENTRALES NUCLÉAIRES, GAZ… LES AUTRES ARMES DE POUTINE – 08/03/22: CENTRALES NUCLÉAIRES, GAZ… LES AUTRES ARMES DE POUTINE – 08/03/22 Invités PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute Finance GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND Ancien chef de la mission mi...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
65 minutes
Sortie:
8 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

CENTRALES NUCLÉAIRES, GAZ… LES AUTRES ARMES DE POUTINE – 08/03/22

Invités

PHILIPPE DESSERTINE
Directeur de l’Institut de Haute Finance

GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND
Ancien chef de la mission militaire française auprès de l’ONU

NABIL WAKIM
Journaliste - « Le Monde »

CAROLINE DE CAMARET
Rédactrice en chef Europe - « France 24 »

Depuis le début de l’offensive militaire russe en Ukraine, la question du nucléaire a pris une place considérable dans le conflit. Car si la plupart des experts considèrent qu’il faut relativiser le danger nucléaire global agité à deux reprises par Vladimir Poutine, pour la première fois dans l’histoire, des sites nucléaires civils sont plongés au cœur d’une guerre d’artillerie et de missiles.
Ainsi des obus ont endommagé dimanche une installation de recherche nucléaire dans la deuxième ville assiégée d’Ukraine, Kharkiv, sans « conséquences radiologiques ». C’est ce qu’a annoncé lundi soir l’Agence internationale de l’énergie atomique (AEIA), ajoutant qu’aucune augmentation des niveaux de radiation n’avait été signalée sur le site. Mais « nous avons déjà connu plusieurs épisodes compromettant la sécurité des sites nucléaires ukrainiens » a indiqué cet organisme des Nations unies.
 
Vendredi dernier, les soldats russes ont pris le contrôle de Zaporijia, la plus grande centrale d'Europe, à la suite de frappes qui ont provoqué un incendie. Là encore aucune fuite radioactive n’a été signalée. Mais le gendarme du nucléaire s’est dit dimanche « profondément préoccupé » par « la détérioration de la situation concernant les communications vitales entre l'autorité de régulation et la centrale nucléaire ».
 
Lors de son échange dimanche avec Emmanuel Macron, Vladimir Poutine avait dit qu’il « n'était pas dans son intention de procéder à des attaques des centrales nucléaires », avait fait savoir l’Elysée. Le chef de l'État russe avait affirmé également à cette occasion que « la sécurité physique et nucléaire » de la centrale de Zaporojie était assurée. Il avait également donné son accord afin qu' « un dialogue s'engage entre AIEA, Ukraine et Russie pour que les centrales soient mises en sécurité », avait indiqué Paris.
 
Mais l’inquiétude demeure notamment autour de la centrale de Tchernobyl - théâtre d'un accident nucléaire majeur en 1986 et premier site ukrainien à être tombé aux mains des soldats russes le 24 février. Le patron de l'AIEA a proposé vendredi dernier de se rendre sur place. Le ministère des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a de son côté confirmé dimanche avoir envoyé en Ukraine « différents produits médicaux », dont de l'iode, pour se prémunir contre le risque d'un accident nucléaire lors des combats avec l'armée russe.
 
Parallèlement, les Etats-Unis et l’Union européenne veulent accentuer la pression sur Moscou et discutent depuis quelques jours de nouvelles sanctions. Impensable il y a encore quelques jours, un embargo sur le pétrole russe a été décidé ce mardi par le président américain. Lundi, cette question a été évoquée lors d’une vidéoconférence entre Joe Biden, Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson. Mais sans faire l'unanimité du côté européen à ce stade. Il faut dire que les répercussions d’une telle mesure seraient bien plus néfastes pour les pays européens particulièrement dépendants – notamment l’Allemagne - du gaz et du pétrole russes, que pour les Etats-Unis.
 
Alors comment sécuriser le parc nucléaire civil ukrainien ? Quelle est la situation dans les centrales ukrainiennes contrôlées par l’armée russe ? L’Europe peut-elle se passer du gaz et du pétrole russe ? Enfin alors que l’État a prévu de dépenser environ 22 milliards d’euros pour soutenir le pouvoir d’achat, jusqu’où ira la flambée des prix de l’énergie ?

DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45
FORMAT : 65 minutes
PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé
REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40
RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck B
Sortie:
8 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv