Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

UKRAINE : LE TOURNANT DIPLOMATIQUE ? – 09/03/22: UKRAINE : LE TOURNANT DIPLOMATIQUE ? – 09/03/22
 

 
Invités
 

 
ALAIN BAUER
 
Professeur de criminologie – CNAM
 
Auteur de « La guerre qui revient »
 

 
ANTHONY BELLANGER
 
Éditorialiste spécialiste de...

UKRAINE : LE TOURNANT DIPLOMATIQUE ? – 09/03/22: UKRAINE : LE TOURNANT DIPLOMATIQUE ? – 09/03/22 Invités ALAIN BAUER Professeur de criminologie – CNAM Auteur de « La guerre qui revient » ANTHONY BELLANGER Éditorialiste spécialiste de...

DeC dans l'air


UKRAINE : LE TOURNANT DIPLOMATIQUE ? – 09/03/22: UKRAINE : LE TOURNANT DIPLOMATIQUE ? – 09/03/22 Invités ALAIN BAUER Professeur de criminologie – CNAM Auteur de « La guerre qui revient » ANTHONY BELLANGER Éditorialiste spécialiste de...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
66 minutes
Sortie:
9 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

UKRAINE : LE TOURNANT DIPLOMATIQUE ? – 09/03/22

Invités

ALAIN BAUER
Professeur de criminologie – CNAM
Auteur de « La guerre qui revient »

ANTHONY BELLANGER
Éditorialiste spécialiste des questions internationales – « France Inter »

ARMELLE CHARRIER
Éditorialiste en politique internationale - « France 24 »

ANNIE DAUBENTON
Journaliste spécialiste de l’Ukraine
Ancienne conseillère culturelle à l’Ambassade de France à Kiev 
Auteure de « Ukraine, l'indépendance à tout prix » 

Au quatorzième jour de la guerre, Ukraine et Russie ont trouvé un accord ce mercredi matin pour instaurer une nouvelle trêve partielle censée permettre la mise en place de six couloirs humanitaires pour évacuer les civils des villes bombardées et encerclées ces derniers jours par les forces russes. Parallèlement « certains progrès » auraient été réalisés dans les négociations selon la porte-parole de la diplomatie russe, mais peu de détails ont été transmis à ce stade. Maria Zakharova a également affirmé que la Russie ne cherchait ni « l’occupation de l’Ukraine », « ni la destruction de son Etat » ni le « renversement » du gouvernement ukrainien.
 
Cela explique-t-il la relative stagnation des troupes russes vers Kiev ? Ce n’est pas le point de vue du Pentagone américain, qui a indiqué ce mercredi qu’une troisième colonne russe a pris la route de Kiev depuis le nord-est afin de renforcer la pression sur la capitale ukrainienne alors que la colonne principale des forces de Moscou se trouve à l'arrêt depuis plusieurs jours. Pour le patron de la CIA, l’accalmie en Ukraine n’est que temporaire, et Poutine va ensuite « doubler la mise ».
 
De son côté le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est dit prêt mardi à ne plus adhérer à l'Otan et à un « compromis » sur le statut des territoires séparatistes de l'est de l'Ukraine dont Vladimir Poutine a reconnu unilatéralement l'indépendance. Il a par ailleurs appelé une nouvelle fois ce mercredi les Occidentaux à lui envoyer « au plus vite » des avions de chasse, à commencer par les Mig-29 proposés par Varsovie. La Pologne s’est hier dit « prête à déplacer sans délai et gratuitement tous ses avions Mig-29 sur la base de Ramstein (en Allemagne) et à les mettre à la disposition du gouvernement des Etats-Unis », pour que ces derniers les livrent à l'Ukraine. Mais Washington, qui craint un élargissement du conflit car la Russie a prévenu qu'elle considérerait l'envoi de tels avions par un pays tiers comme une implication directe dans la guerre en Ukraine, a rejeté la proposition. « Nous ne pensons pas que la proposition de la Pologne soit viable », a déclaré le porte-parole du Pentagone. « C'est un scénario très indésirable et potentiellement dangereux », a répété de son côté le porte-parole du Kremlin.
 
Ce débat sur les avions intervient au moment où les combats se poursuivent notamment dans le nord, et que les regards se tournent vers la centrale de Tchernobyl, une nouvelle fois au centre de toutes les préoccupations. Car selon l'opérateur ukrainien Ukrenergo, l'alimentation électrique de la centrale et de ses équipements de sécurité est « complètement » coupée en raison d'actions militaires russes. Or, la centrale - qui ne fonctionne plus depuis l’accident de 1986 - a besoin d’électricité pour refroidir le combustible nucléaire usagé. L’Agence internationale de l'énergie atomique (AEIA) a prévenu mardi soir qu’il avait perdu tout contact avec les systèmes permettant de contrôler à distance les matériaux nucléaires de la centrale. Préoccupé depuis plusieurs jours par la situation, le gendarme du nucléaire a réitéré son offre de se rendre sur le site, ou ailleurs, pour obtenir de toutes les parties un « engagement en faveur de la sûreté et de la sécurité » des centrales ukrainiennes.
Dans le sud-est, les bombardements se poursuivent également sur la ville de Marioupol assiégée depuis plusieurs jours, et à Odessa la population se prépare à une offensive russe, les hommes mais aussi les femmes : certaines confectionne
Sortie:
9 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv