Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

GUERRE EN UKRAINE : LE TOURNANT ? – 25/03/22: GUERRE EN UKRAINE : LE TOURNANT ? – 25/03/22
 
Invités
 
GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND
 
Ancien chef de la mission militaire française auprès des Nations Unies
 
PHILIPPE DESSERTINE
 
Directeur de l’Institut de Haute finance
 
SYLVIE ...

GUERRE EN UKRAINE : LE TOURNANT ? – 25/03/22: GUERRE EN UKRAINE : LE TOURNANT ? – 25/03/22 Invités GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND Ancien chef de la mission militaire française auprès des Nations Unies PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute finance SYLVIE ...

DeC dans l'air


GUERRE EN UKRAINE : LE TOURNANT ? – 25/03/22: GUERRE EN UKRAINE : LE TOURNANT ? – 25/03/22 Invités GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND Ancien chef de la mission militaire française auprès des Nations Unies PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute finance SYLVIE ...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
66 minutes
Sortie:
25 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

GUERRE EN UKRAINE : LE TOURNANT ? – 25/03/22
Invités
GÉNÉRAL DOMINIQUE TRINQUAND
Ancien chef de la mission militaire française auprès des Nations Unies
PHILIPPE DESSERTINE
Directeur de l’Institut de Haute finance
SYLVIE MATELLY
Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
DAPHNÉ BENOIT
Correspondante Défense – « AFP »
Ancienne correspondante au Pentagone
Alors que les combats se poursuivent dans les grandes villes ukrainiennes pilonnées par les forces russes depuis un mois, Joe Biden se rend ce vendredi en Pologne, près de la frontière ukrainienne. Cette visite du président américain intervient au lendemain d’un marathon diplomatique à Bruxelles, au cours duquel il a multiplié les sommets – Otan, G7, UE – et les annonces.
 
Ainsi Joe Biden a promis hier à Bruxelles pour la première fois une « réponse » de l’Otan dans le conflit en Ukraine si la Russie y recourait à l’arme chimique. Les Alliés ont également décidé « de fournir des équipements pour aider l'Ukraine à se protéger contre les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires », se disant « préoccupés » par la possibilité de l'utilisation de telles armes dans le pays. Des équipements de protection vont aussi être fournis aux forces de l'Otan déployées sur le flanc oriental.
 
Sur le front économique, les pays du G7 et de l’Union européenne ont décidé de consolider les décisions déjà prises en sanctionnant toute transaction impliquant les réserves d’or de la Russie, pour éviter que Moscou ne contourne ainsi les mesures d’isolement financières prises. Mais c’est surtout la question du gaz et du pétrole russes qui a occupé les discussions des 27. Tout le monde a bien conscience que ces achats financent la guerre russe mais l’embargo ne fait pas l’unanimité. Car stopper net les importations de gaz russe reviendrait à priver d’énergie toute une partie de l’Europe. Ces dernières représentent 45 % des achats européens, 55 % pour l’Allemagne, et sont l’essentiel de la consommation de la Finlande, de la Hongrie ou encore de la République tchèque.
 
Alors des alternatives doivent être rapidement trouvées. Pour cela un groupe de travail va être mis en place par l’UE et les Etats-Unis afin d’assurer une sécurité énergétique « en prévision de l’hiver prochain et du suivant » et d’attaquer la Russie au porte-monnaie. Le président américain s’est déjà engagé à fournir plus de pétrole et de gaz naturel liquéfié. L'Allemagne de son côté a décidé de fortement réduire sa dépendance énergétique envers la Russie d'ici la fin de l'année. Berlin veut notamment se passer de son charbon d'ici l'automne et de son pétrole à la fin 2022. La veille le ministre de l’Economie allemande avait critiqué une « rupture de contrat » après l'annonce par le président russe que Moscou n'accepterait plus de paiements en dollars ou en euros en échange de ses livraisons de gaz à l'Union européenne.
 
« Il est clair que le fait de livrer nos marchandises à l'UE, aux États-Unis, et de recevoir des dollars, des euros, d'autres devises, n'a plus aucun sens pour nous » avait déclaré mercredi Vladimir Poutine. Il avait également laissé entendre que d'autres exportations russes seraient concernées, les Occidentaux ayant gelé quelque 300 milliards de dollars de réserves russes détenues à l'étranger, une mesure que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a qualifiée de « vol ».
 
Mais ce vendredi, le ministre russe de la Défense a annoncé que la première phase de son offensive en Ukraine était terminée et que ses forces allaient désormais se concentrer sur le Donbass. Il a précisé qu’il s’agissait de l’une de ses options au lancement de l’« opération spéciale », l’autre étant la conquête de l’ensemble de l’Ukraine.
 
Alors que signifie cette déclaration ? Est-ce un tournant dans la guerre ? Quel est l’impact des sanctions occidentales en Russie ? Gaz, matières premières, céréales… quelle interdépendance économique entre l’UE et la Russie ? Les entrepr
Sortie:
25 mars 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv