Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

Qu'est-ce que « la crise de la tulipe » ?

Qu'est-ce que « la crise de la tulipe » ?

DeChoses à Savoir ÉCONOMIE


Qu'est-ce que « la crise de la tulipe » ?

DeChoses à Savoir ÉCONOMIE

évaluations:
Longueur:
3 minutes
Sortie:
12 avr. 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

Également nommée « tulipomanie », la « crise de la tulipe » est, selon de nombreux historiens, la première bulle spéculative de l'Histoire.

Survenue au nord des Provinces-Unies (les actuels Pays-Bas), au XVIIe siècle, elle a été le théâtre d'une augmentation et d'une baisse démesurées des cours d'échange du bulbe de tulipe (alors prisé pour des vertus purement esthétiques).

Pour comrendre cette crise il faut d'abord souligner qu'au XVIIe siècle, les Provinces-Unies forment une nation prospère, située sur l'actuel territoire des Pays-Bas.

À la tête d'un gigantesque empire commercial, acquis grâce à sa redoutable puissance maritime, cette région – alors rattachée à la couronne espagnole – tire, en outre, grandement partie de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, créée en 1602.

Première Société Anonyme de l'Histoire, cette organisation (cotée en bourse) générait de nombreux profits grâce au commerce international (des épices, des tissus, des matières précieuses, etc.). Les provinces qui y étaient indirectement associées, rayonnaient ainsi dans le monde.

C'est dans ce contexte que surgit, aux alentours des années 1630, une nouvelle mode au sein de la haute société néerlandaise. En effet fascinés par les tulipes tigrées cultivées dans l'Empire ottoman (les Semper Augustus, aujourd'hui nommées « tulipes Rembrandt », en hommage au célèbre peintre néerlandais) les nantis flamands souhaitaient s'en procurer à tout prix, en guise d'objet de luxe.

Problème... ces tulipes avaient une particularité peu avantageuse. Très attrayants, leurs motifs marbrés provenaient d'un virus contracté par les bulbes. Cet état de fait les rendait donc très difficiles à produire (il faut entre 7 et 12 ans pour qu'une graine produise un bulbe). Du coup elles étaient très rares sur le marché.

L'inélasticité de l'offre par rapport à la demande favorisa, ainsi, l'arrivée de spéculateurs qui mirent en place des stratagèmes pour faire monter les prix.

Ainsi, des revendeurs posèrent-ils les bases du marché à terme, en achetant à l'avance des bulbes qu'ils promettaient de vendre à des acheteurs, une fois que les tulipes étaient produites (ces instruments financiers persistent dans la finance contemporaine, sous la forme de produits dérivés et d'options).

Avec de tels procédés, le prix du bulbe monta en flèche.

En 1635, il fallait 100 000 florins pour acquérir un lot de 0 bulbes, tandis que l'apparition d'une demande dans les pays voisins (dont la France) contribuait à la hausse des cours. Le pic est finalement atteint en 1637, lorsqu'un bulbe est vendu pour la somme incroyable de 6700 florins (soit 15 fois le salaire annuel d'un artisan).

Néanmoins, au cours du mois de février de la même année, les cours s'effondrent et les bulbes ne trouvent plus d'acheteurs (la peste bubonique, sévissant à Haarlem, ayant une probable incidence sur ce brusque revirement).

Encombrés de produits ne valant plus que le centième de leur prix, les revendeurs furent probablement - sans le savoir - les victimes de l'éclatement de la première bulle spéculative de l'Histoire.  
Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Sortie:
12 avr. 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Développez vos connaissances en économie !