Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

Youpi c'est lundi : Digital Services Act et données personnelles: Épisode 773 : Comme tous les lundis on fait le tour des news social media du moment. On parle des nouvelles lois européennes et de protection de données personnelles, mais aussi du down de WhatsApp et de la possibilité d'épingler des posts sur Instagram, sans oublier le bouton "je n'aime pas" sur TikTok.

Youpi c'est lundi : Digital Services Act et données personnelles: Épisode 773 : Comme tous les lundis on fait le tour des news social media du moment. On parle des nouvelles lois européennes et de protection de données personnelles, mais aussi du down de WhatsApp et de la possibilité d'épingler des posts sur Instagram, sans oublier le bouton "je n'aime pas" sur TikTok.

DeLe Super Daily


Youpi c'est lundi : Digital Services Act et données personnelles: Épisode 773 : Comme tous les lundis on fait le tour des news social media du moment. On parle des nouvelles lois européennes et de protection de données personnelles, mais aussi du down de WhatsApp et de la possibilité d'épingler des posts sur Instagram, sans oublier le bouton "je n'aime pas" sur TikTok.

DeLe Super Daily

évaluations:
Longueur:
17 minutes
Sortie:
2 mai 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

Épisode 773 : Comme tous les lundis on fait le tour des news social media du moment. On parle des nouvelles lois européennes et de protection de données personnelles, mais aussi du down de WhatsApp et de la possibilité d'épingler des posts sur Instagram, sans oublier le bouton "je n'aime pas" sur TikTok.Données personnelles FacebookUn rapport sur l’absence de traçabilité des données personnelles des utilisateurs de Facebook vient de sortir.Ce sont des ingénieurs du groupe Meta qui alertent sur ce sujet.Sachant que l’Union Européenne viens d’adopter une loi qui va limiter les publicités ciblées et les algorithmes des plates-formes sociales : le Digital Services ActD’après les ingénieurs du groupe Meta, il est impossible pour eux de dire d’où viennent les données des utilisateurs. Et surtout où est-ce que celles-ci sont stockées.Ce qui fait qu’il est quasi impossible de savoir sous quelle juridiction tombe ses données d’utilisateurs des plates-formes du groupe Meta.Le stockage du groupe Meta fonctionne sur un système de frontières ouvertes.C’est-à-dire que le groupe obtient, stock et consolide ses données utilisateurs à partir d’une multitude de sources qui peuvent soit venir des plates-formes méta soit parfois d’applications tierces.Il existe donc aucun moyen de savoir si une information d’un utilisateur vient d’une plate-forme de Meta ou non.Ça peut venir de Facebook, d’un autre réseau social, d’un site de vente en ligne, ou un autre traqueur publicitaire.Les ingénieurs tirent la sonnette d’alarme sur la capacité de Facebook à s'adapter aux nouvelles lois de l’Union Européenne.Il est impossible avec la manière dont le groupe Meta gère aujourd’hui les données personnelles de pouvoir dire : telle donné de Thibault ne pourra être utilisée pour tel objectif.Tout simplement parce que il n’y a pas ce niveau de détails là dans leur système de rangement.Les ingénieurs proposent donc un nouveau système, qui devrait permettre de tracer les informations, mais pour le moment seulement pour celles qui émanent directement de Facebook.Celles qui sont récupérées à l'extérieur ne rentrent pas dans ce système de rangement.À voir en combien de temps Facebook va s'adapter ?SourceHistorique : l'Europe a approuvé le « Digital Services Act » contre les abus des GAFAML’UE vient de signer la fin des algorithmes obscures. En tout cas sur le papier les 27 membres de l’UE viennent de signe run texte historique qui va contraindre la GAFAM a beaucoup beaucoup plus de transparence.L’idée derrière cette loi du Digital Service Act : ce qui est illégal hors ligne doit également l’être en ligne.Qu’est-ce que ça change ?Le DSA compte interdire les contenus publicitaires ciblés visant les enfants (ok) mais aussi les pubs qui se fondent sur des données personnelles sensibles : la religion, le sexe, la race ou les opinions politiques.Les plateformes devront signaler lorsqu'elles utilisent un algorithme de recommandation pour trier leurs contenus. Les utilisateurs pourront aussi accéder à des contenus non basée sur leurs préférences et leur profil.Le DSA souhaite aussi mettre fin aux dark patterns. Ce sont ces techniques qui visent à manipuler les internautes (un bouton de confirmation qui incite à accepter les cookies).Comment ça va être appliqué ?Afin de garantir une mise en œuvre efficace, Google et Meta seront audités tous les ans.Les sanctions comprennent des amendes pouvant aller jusqu'à 6 % du chiffre d'affaires global de l'entreprise, à l'interdiction d'opérer dans l'Union européenne en cas de multiples récidives.C’est pour quand ?Le Digital Services Act doit entrer en vigueur dans les pays membres en 2024.Obama vs les réseaux sociauxL’ancien président des États-Unis qui à son époque a très bien manœuvré durant sa campagne avec les réseaux sociaux, semble aujourd’hui changer un peu de discours.Il a prononcé un discours jeudi dernier devant les étudiants de Standford en Californie, au milieu de la Silicon Valley.Il a appelé clairement à réguler les réseaux so
Sortie:
2 mai 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Toute l'actualité social media servie sur un podcast. Tous les jours, on décrypte pour vous les nouveautés sur les réseaux sociaux. Facebook, Instagram, Linkedin, Twitter, TikTok, tout y passe ! Le Super Daily est animé par Thibault Tourvieille de Labrouhe avec Adjan Chelil et Camille Poignant. Ce podcast vous est proposé par Supernatifs, l'agence experte en social media.