Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22: POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22
 
Invités
 
PHILIPPE DESSERTINE
 Directeur de l’Institut de Haute finance
 
PASCAL BONIFACE
 
Directeur de l’IRIS
 
Institut de Relations Internationales et Stratégiqu...

POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22: POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22 Invités PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute finance PASCAL BONIFACE Directeur de l’IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiqu...

DeC dans l'air


POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22: POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22 Invités PHILIPPE DESSERTINE Directeur de l’Institut de Haute finance PASCAL BONIFACE Directeur de l’IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiqu...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
66 minutes
Sortie:
8 juin 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

POUTINE : GUERRE DU BLÉ... ET « OURAGAN DE FAMINES » ? – 08/06/22
Invités
PHILIPPE DESSERTINE
Directeur de l’Institut de Haute finance
PASCAL BONIFACE
Directeur de l’IRIS
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
SYLVIE MATELLY
Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS
Institut de Relations Internationales et Stratégiques
TATIANA KASTOUÉVA-JEAN
Directrice du Centre Russie / NEI - IFRI
Institut Français des Relations Internationales
Le blé, nouvel outil de pression dans la guerre en Ukraine ? Lundi, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a affirmé lors d’une conférence de presse que « des rapports crédibles montrent que la Russie pille les céréales ukrainiennes et les exporte pour les vendre à son propre profit. » Le même jour de l’autre côté de l’Atlantique, le président du Conseil européen, Charles Michel, a accusé lui aussi la Russie des mêmes faits. L’ambassadeur ukrainien en Turquie avait déjà dénoncé vendredi « la Russie (qui) vole sans vergogne les céréales d’Ukraine et les exporte depuis la Crimée à l’étranger », notamment vers Ankara. La veille, son homologue au Liban estimait que 100.000 tonnes de blé ukrainien avaient été livrées à la Syrie depuis le début de la guerre.
 
La question des céréales est un enjeu fondamental puisque la Russie et l’Ukraine assurent 30 % des exportations mondiales de blé. Kiev était même en passe juste avant la guerre de devenir le troisième exportateur mondial de blé et assurait à, elle seule, la moitié du commerce mondial de graines et d’huile de tournesol. Or depuis l’attaque de la Russie le 24 février, les ports ukrainiens de la mer Noire sont bloqués par Moscou et 20 à 25 millions de tonnes de grains restent dans les silos ukrainiens.
 
Confronté à ces accusations de vols, le Kremlin nie et se dit « prêt » à garantir la sécurité des navires quittant les ports ukrainiens en collaborations avec la Turquie. Mais la Russie demande également la levée des sanctions appliquées aux exportations agricoles russes pour faciliter les exportations ukrainiennes. De son côté, l’Ukraine a dit refuser de déminer le port d'Odessa pour permettre la reprise de ses exportations de céréales, car elle craint que les forces russes n'en profitent pour attaquer la ville. Le président Zelensky a par ailleurs expliqué que la quantité de céréales destinées à l'exportation et bloquées en Ukraine en raison de la guerre pourrait tripler d' « ici à l'automne » pour atteindre 75 millions de tonnes.  Et l’ONU alerte : entre le blocage dans les ports ukrainiens et la suspension des exportations indiennes, deuxième exportateur mondial de blé, en raison de la sécheresse, le monde se dirige droit vers « un ouragan de famines ».
 
A la guerre en Ukraine s’ajoutent donc la sècheresse et le risque de crise alimentaire mais aussi la poursuite de l’inflation et des problèmes d’approvisionnement à cause du Covid-19. Autant de voyants au rouge qui inquiètent les économistes. La Banque mondiale décrit une tempête économique sur tous les fronts dans son dernier rapport bisannuel sur l’état de l’économie. Elle revoit donc très fortement à la baisse sa prévision de croissance mondiale pour 2022, de 4,1 % anticipé en janvier à 2,9 %. Surtout, elle craint que ce violent coup de frein soit durable, avec un possible retour de la stagflation, soit une période de stagnation économique combinée à une inflation élevée. Mais d’autres vont encore plus loin. Ainsi le patron de la banque JPMorgan, Jamie Dimon, a révélé la semaine dernière qu’il préparait son établissement à faire face à l’« ouragan » économique qui arrive et conseille à tous les investisseurs de faire de même.

DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45
FORMAT : 65 minutes
PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé
REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40
RÉALISATION : Nicolas Ferraro, Bruno Piney, Franck Broqua, Alexandre Langeard, Corentin Son
PRODUCTION : France Télévisions / Maximal Productions
Retrouvez C DANS L’AIR sur internet & les réseaux :
INTER
Sortie:
8 juin 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv