Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

MACRON PARLE, LE BLOCAGE CONTINUE... – 23/06/22: MACRON PARLE, LE BLOCAGE CONTINUE... – 23/06/22
 
Invités
 
NATHALIE SAINT-CRICQ
 
Éditorialiste politique - « France Télévisions »
 
DOMINIQUE REYNIÉ
 
Directeur général de Fondapol
 
Fondation pour l’innovation politique
 
AU...

MACRON PARLE, LE BLOCAGE CONTINUE... – 23/06/22: MACRON PARLE, LE BLOCAGE CONTINUE... – 23/06/22 Invités NATHALIE SAINT-CRICQ Éditorialiste politique - « France Télévisions » DOMINIQUE REYNIÉ Directeur général de Fondapol Fondation pour l’innovation politique AU...

DeC dans l'air


MACRON PARLE, LE BLOCAGE CONTINUE... – 23/06/22: MACRON PARLE, LE BLOCAGE CONTINUE... – 23/06/22 Invités NATHALIE SAINT-CRICQ Éditorialiste politique - « France Télévisions » DOMINIQUE REYNIÉ Directeur général de Fondapol Fondation pour l’innovation politique AU...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
65 minutes
Sortie:
23 juin 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

MACRON PARLE, LE BLOCAGE CONTINUE... – 23/06/22
Invités
NATHALIE SAINT-CRICQ
Éditorialiste politique - « France Télévisions »
DOMINIQUE REYNIÉ
Directeur général de Fondapol
Fondation pour l’innovation politique
AURÉLIE HERBEMONT
Journaliste politique - « RTL »
MATHILDE SIRAUD
Journaliste politique - « Le Point »
Trois jours après le second tour des élections législatives qui n'ont pas donné à Emmanuel Macron de majorité absolue à l'Assemblée nationale, et avant de quitter Paris jeudi pour une longue séquence à l’international, le président de la République est sorti du silence hier soir pour s’adresser aux Français. Huit minutes d’allocution solennelle depuis l’Elysée pour dire tout d’abord qu’il est prêt à « apprendre à gouverner différemment », à « bâtir des compromis » mais sur la base de son projet, et surtout pour mettre la pression sur l’opposition. Le chef de l’Etat ne veut pas d’un gouvernement d’union nationale mais propose une « coalition » ou des accords ponctuels sur certains textes car il entend garder le même agenda : « dès cet été » il faudra « une loi pour le pouvoir d'achat et pour que le travail paie mieux, des choix forts sur l'énergie et le climat » avec notamment la relance du nucléaire, « des mesures d'urgence pour notre santé, qu'il s'agisse de notre hôpital ou de l'épidémie » a-t-il déclaré.
 
Appelant les responsables de l’opposition à « des compromis, des enrichissements, des amendements (...)., dans une volonté d'union et d'action pour la nation », Emmanuel Macron leur a également demandé de dire d’ici son retour du Conseil européen, qui se tient à Bruxelles jusqu'à vendredi soir « jusqu'où ils sont prêts à aller » afin de « bâtir cette méthode et cette configuration nouvelle ». Des déclarations qui n’ont pas manqué de faire réagir les autres formations politiques.
À commencer par Jordan Bardella, le président du Rassemblement national dont le parti fait rentrée 89 députés dans l’Assemblée. « Il demande aux oppositions de venir à lui alors qu’il a été battu dans les urnes, c’est à lui de dire quel chemin il est prêt à prendre, sur quels axes de son projet, il est prêt à reculer. Il a été élu, mais son programme battu dimanche dernier », a-t-il assuré. Fin de non-recevoir également du côté de la Nupes. Ainsi Jean-Luc Mélenchon a affirmé : « Il est vain de dissoudre la réalité du vote en l'enfumant de considérations et d'appels de toutes sortes ». L'ex-candidat de LFI à la présidentielle a estimé que désormais « l'exécutif est faible mais l'Assemblée nationale est forte de toute la légitimité de son élection récente ».
 
« Le président de la République n’a pas compris les Français. Non il n’a pas été élu sur un « projet clair » mais pour faire barrage au RN. Non les formations politiques n’ont pas à lui répondre jusqu’où elles sont prêtes à aller pour lui donner un chèque en blanc » s’est agacé pour sa part Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste (PS) et membre de la coalition de gauche qui demande notamment à l’exécutif d’intégrer dans son paquet pouvoir d’achat une hausse du SMIC à 1500 euros, une indexation des salaires sur le SMIC et un blocage des prix des produits de première nécessité. A droite, le nouveau chef de file des députés LR, Olivier Marleix, a lui aussi rejeté un « chèque en blanc, de surcroît sur un projet peu clair ». Il a aussi promis que son groupe ferait la semaine prochaine des propositions sur le pouvoir d’achat.
 
Sujet prioritaire pour les Français, il doit faire l’objet de deux textes de loi présentés en Conseil des ministres le 6 juillet en vue d’une adoption rapide au Parlement alors que l’inflation grève le budget des ménages et que nombre d’entre eux font de plus en plus appel au Crédit municipal pour laisser des objets en gage et ainsi faire face à la hausse du coût de la vie.

DIFFUSION : du lundi au samedi à 17h45
FORMAT : 65 minutes
PRÉSENTATION : Caroline Roux - Axel de Tarlé
REDIFFUSION : du lundi au vendredi vers 23h40
RÉALISATION : Nicolas Ferraro, B
Sortie:
23 juin 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv