Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

COURSES, ESSENCE, GAZ, QUI SONT LES « PROFITEURS DE GUERRE » ? – 02/07/2022: Courses, essence, gaz, qui sont les « profiteurs de guerre » ?
 

 
LES INVITÉ.ES :
 
- SYLVIE MATELLY - Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques
 
- SÉBASTIEN ABIS - Directeur génér...

COURSES, ESSENCE, GAZ, QUI SONT LES « PROFITEURS DE GUERRE » ? – 02/07/2022: Courses, essence, gaz, qui sont les « profiteurs de guerre » ? LES INVITÉ.ES : - SYLVIE MATELLY - Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques - SÉBASTIEN ABIS - Directeur génér...

DeC dans l'air


COURSES, ESSENCE, GAZ, QUI SONT LES « PROFITEURS DE GUERRE » ? – 02/07/2022: Courses, essence, gaz, qui sont les « profiteurs de guerre » ? LES INVITÉ.ES : - SYLVIE MATELLY - Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques - SÉBASTIEN ABIS - Directeur génér...

DeC dans l'air

évaluations:
Longueur:
65 minutes
Sortie:
2 juil. 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

Courses, essence, gaz, qui sont les « profiteurs de guerre » ?

LES INVITÉ.ES :
- SYLVIE MATELLY - Économiste - Directrice adjointe de l'IRIS Institut de Relations Internationales et Stratégiques
- SÉBASTIEN ABIS - Directeur général – Club Demeter Spécialiste en géopolitique alimentaire
- ANNE-SOPHIE ALSIF - Cheffe économiste BDO France - Cabinet d’analyse économique
- ISABELLE RAYMOND - Cheffe du service économie et social - « Franceinfo »

Emmanuel Macron durcit le ton. En Bavière depuis le début de la semaine à l'occasion du G7, le président de la République a affiché son mécontentement face à la hausse des prix de l'énergie qui, selon lui, ne s'explique pas uniquement par le conflit en Ukraine. Lors d'une conférence de presse mardi dernier, le chef de l'État a fustigé les « producteurs qui font des surprofits en pétrole et en gaz. ». Selon lui, « nous avons aujourd'hui certains producteurs et beaucoup de spéculateurs qui font beaucoup d'argent sur le contexte géopolitique. » Il affirme que cela ne peut plus durer. Le groupe pétrolier Total est dans sa ligne de mire. Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, sur la même ligne, a souligné qu’en matière de lutte contre l'inflation, « l'effort ne peut pas reposer uniquement sur l'Etat et sur la dépense publique ». Le locataire de Bercy, invité de BFMTV/RMC lundi, a demandé que les pétroliers « fassent un effort ». Marine Le Pen accuse elle aussi des producteurs de gaz et de pétrole d'être des « profiteurs de guerre ». Leurs « superprofits » devraient, selon elle, être taxés pour financer les mesures de soutien au pouvoir d'achat des Français.
Le député LFI de la Somme François Ruffin, qui dénonce les pratiques de Total, ne donne pas pour autant quitus à Emmanuel Macron et au gouvernement. Il reproche à l'Etat d'être « complice avec Total » et de laisser l'entreprise générer « des bénéfices records sur le dos de la guerre en Ukraine » et des automobilistes français. Invité de France Info jeudi, il a tancé Emmanuel Macron : « Dans les sommets internationaux on a l’impression d’avoir un grand humaniste, un justicier. On aimerait bien avoir le même à la maison. Mais quand il revient, c’est plus le même. »
Mais les groupes pétroliers ne sont pas les seuls à être accusés de spéculer sur les prix. Invité jeudi sur RMC-BFMTV, Michel-Edouard Leclerc, le président du comité exécutif des magasins Leclerc s'en est directement pris aux industriels de l'agro-alimentaire, responsables, selon lui d'une augmentation artificielle des prix. « La moitié des hausses (de prix) demandées ne sont pas transparentes, elles sont suspectes, assure-t-il. » Il souhaite même que les députés « ouvrent une commission d'enquête sur les origines de l'inflation ». Selon lui, « l'Ukraine a bon dos ».
 
La guerre qui se déroule dans ce pays entraîne en tout cas depuis plusieurs mois une fermeture quasi-totale de la navigation en mer Noire. Avec pour conséquence directe la baisse drastique des exportations de produits agricoles, notamment céréaliers en provenance du pays. Résultat, de nombreux pays vont manquer dans les toutes prochaines semaines du blé qu’ils doivent importer pour nourrir leur population. Le bassin méditerranéen est particulièrement concerné. En Tunisie, la crise alimentaire se profile. Le pays importe plus des deux tiers de son blé de l’étranger, notamment de Russie et d’Ukraine. Le risque de pénurie suscite une grande inquiétude, celle du déclenchement d’émeutes de la faim.
 
Si la France, autosuffisante sur le plan alimentaire, n’est pas menacée de pénurie, les prix continuent de s’envoler. Face à cette situation, le système D fonctionne à plein. Pour économiser sur leur budget alimentation, de nombreux Français sont de véritables chasseurs de bons plans. Tournée des magasins, recherche des promotions, certains consommateurs sont bardés d'astuces pour faire baisser la note.
 
Face aux profiteurs de guerre de quels outils dispose la France ?
Le blocage des prix peut-il être effic
Sortie:
2 juil. 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Voir plus
Caroline Roux, du lundi au jeudi et Axel de Tarlé les vendredis et samedis rendent compte en direct, en compagnie d’experts, de ce qui fait l’actualité et donnent aux téléspectateurs les clés nécessaires pour la comprendre et l’appréhender dans sa globalité. En fin d’émission, ils répondent aux questions posées par les téléspectateurs par SMS, Internet ou via les réseaux sociaux.Retrouvez C dans l’air en replay sur france.tv