Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

Quel est le pari pris par la Chine sur Mars ?: On sait que la rivalité entre les grandes puissances n'a pas la Terre comme seul cadre. En effet, l'espace est, lui aussi, l'objet d'une vive compétition. Dans un tel contexte, la Chine annonce lancer, plus tôt que les Américains et les Européens, une mission de récupération d'échantillons sur Mars.

Quel est le pari pris par la Chine sur Mars ?: On sait que la rivalité entre les grandes puissances n'a pas la Terre comme seul cadre. En effet, l'espace est, lui aussi, l'objet d'une vive compétition. Dans un tel contexte, la Chine annonce lancer, plus tôt que les Américains et les Européens, une mission de récupération d'échantillons sur Mars.

DeChoses à Savoir SCIENCES


Quel est le pari pris par la Chine sur Mars ?: On sait que la rivalité entre les grandes puissances n'a pas la Terre comme seul cadre. En effet, l'espace est, lui aussi, l'objet d'une vive compétition. Dans un tel contexte, la Chine annonce lancer, plus tôt que les Américains et les Européens, une mission de récupération d'échantillons sur Mars.

DeChoses à Savoir SCIENCES

évaluations:
Longueur:
2 minutes
Sortie:
11 juil. 2022
Format:
Épisode du podcast

Description

On sait que la rivalité entre les grandes puissances n'a pas la Terre comme seul cadre. En effet, l'espace est, lui aussi, l'objet d'une vive compétition. Dans un tel contexte, la Chine annonce lancer, plus tôt que les Américains et les Européens, une mission de récupération d'échantillons sur Mars.

Une mission complexe

Au départ, la Nasa et l'Agence spatiale européenne (ESA), avaient mis au point une mission conjointe, dont le but était de ramener sur Terre, en 2031, des échantillons de roches prélevés sur le sol martien.

Mais le programme initial a dû être revu. En effet, le retour des échantillons sur Terre a été repoussé de deux ans, et ne devrait pas intervenir avant 2033.

Ce report s'explique en partie par la complexité de la mission. En effet, il faut envoyer sur Mars un atterrisseur doté d'une fusée, pour pouvoir quitter la planète rouge. Il faut aussi prévoir un second vol, destiné à déposer sur la planète le rover qui collectera les échantillons.

On a donc renoncé à un vol unique, remplacé par deux départs distincts. Enfin, un orbiteur devrait être lancé, pour récupérer les échantillons apportés par la fusée. L'ensemble de ces vols est désormais programmé pour 2026 et 2027, avec un retour des échantillons prévu, comme on l'a vu, en 2033.

Un projet plus simple

Face au programme conjoint imaginé par la NASA et l'ESA, le projet chinois paraît plus simple. En effet, il ne comprend qu'un atterrissage sur Mars, celui de l'atterrisseur et du véhicule d'ascension.

Quant à l'orbiteur, qui doit, là encore, récupérer les échantillons, il devrait être lancé un peu plus tard. Et les Chinois n'ont même pas prévu d'utiliser un rover pour prélever les roches martiennes.

Si cette mission chinoise paraît avoir de bonnes chances de succès, c'est qu'elle a été préparée par plusieurs missions, qui ont démontré l'efficience des technologies utilisées. Notamment en termes d'atterrissage sur Mars et de récupération des échantillons.

Autant de raisons qui expliquent pourquoi la Chine pourrait bien passer devant ses principales concurrentes en étant la première à récupérer ces précieux échantillons martiens.
Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Sortie:
11 juil. 2022
Format:
Épisode du podcast

Titres dans cette série (40)

Voir plus
Développez facilement votre culture scientifique grâce à un podcast quotidien !