Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

Vrai ou faux : être croyant, c'est bon pour le coeur ?: Il ne s'agit pas d'une façon détournée d'attirer de nouveaux adeptes, ni même d'une profession de foi envers la religion. Toujours est-il que la science a démontré que les personnes croyantes bénéficiaient de certains avantages pour leur santé par rapport aux non-croyants.

Vrai ou faux

DeChoses à Savoir SANTE


Vrai ou faux

DeChoses à Savoir SANTE

évaluations:
Longueur:
3 minutes
Sortie:
20 oct. 2022
Format:
Épisode de podcast

Description

Il ne s'agit pas d'une façon détournée d'attirer de nouveaux adeptes, ni même d'une profession de foi envers la religion. Toujours est-il que la science a démontré que les personnes croyantes bénéficiaient de certains avantages pour leur santé par rapport aux non-croyants.

Au-delà de l'impact psychologique que procure la foi, il y aurait aussi tout un tas d'implications physiologiques dont les croyants tireraient parti, qu'ils soient pratiquants ou non.


Nietzsche contre la science : la foi améliore-t-elle la santé ?

Si l'on en croit la pensée nietzschéenne, la foi en Dieu (ou en plusieurs dieux) serait responsable de désordres psychologiques. Avec son lot de punitions et de répression des désirs, la religion conduirait bon nombre de ses adeptes à la psychose, à la névrose, aux angoisses, et même à la schizophrénie.

Menée par Koenig et Larson, une revue systématique condensant plus de 850 études montre pourtant des liens particulièrement positifs entre la foi et la santé mentale. Par exemple, les personnes âgées qui se rendent régulièrement dans un lieu de culte présentent moins d'AVC que celles qui ne les fréquentent jamais. Cette relation est nuancée par le fait que les croyants tendent à adopter une hygiène de vie plus saine, sans tabac ni alcool.

Là où la revue surprend, c'est quand elle met en évidence que la pratique d'une croyance privée améliore les chances de survie sur les années qui suivent, et réduit le temps nécessaire au rétablissement après une hospitalisation pour motif psychiatrique.

L'effet de la pratique religieuse sur le cœur

Face aux difficultés de la vie, les croyants bénéficient d'une capacité à surmonter le stress et l'adversité qui provient de leur foi. L'effet sur le cœur est net. Alors que le stress chronique augmente le risque d'atteinte du système cardiovasculaire, la méditation et la prière contribuent à l'abaisser significativement.

En outre, certaines règles prônées par les religions s'avèrent bénéfiques à l'organisme, comme le fait de ne pas consommer de graisse ou de sang d'origine animale, néfaste pour les artères, ou le fait de s'abstenir de prendre des substances psychotropes.

D'autres pratiques en lien avec le suivi d'une religion participent à maintenir la bonne santé du cœur. Les pèlerinages, par exemple, fournissent une dépense physique d'endurance parfaite pour muscler le myocarde.
Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices
Sortie:
20 oct. 2022
Format:
Épisode de podcast

Titres dans cette série (40)

Développez facilement votre culture dans le domaine de la santé avec un podcast par jour !