Profitez de ce podcast, et bien plus encore

Les podcasts sont disponibles sans abonnement, de manière 100 % gratuite. Nous offrons également des livres, livres audio et plus encore, pour seulement $11.99/mois.

Le glissement de la courtoisie au volant, et savoir quoi faire avec sa «bosse de bison»: Isabelle Burgun parle de l'évolution de l'éthique et de la courtoisie au volant; Pierre-Antoine Gilbert explique si l'hybridation des courges peut peut les rendre toxiques; Maryse Fortin donne des détails sur la bosse de bison, située derrière le cou, et nous dit s'il existe des solutions pour l'atténuer; et le Dr Langis Michaud se penche sur les traitements offerts pour les corps flottants dans les yeux.

Le glissement de la courtoisie au volant, et savoir quoi faire avec sa «bosse de bison»

DeMoteur de recherche


Le glissement de la courtoisie au volant, et savoir quoi faire avec sa «bosse de bison»

DeMoteur de recherche

évaluations:
Longueur:
53 minutes
Sortie:
7 nov. 2022
Format:
Épisode de podcast

Description

Isabelle Burgun parle de l'évolution de l'éthique et de la courtoisie au volant; Pierre-Antoine Gilbert explique si l'hybridation des courges peut peut les rendre toxiques; Maryse Fortin donne des détails sur la bosse de bison, située derrière le cou, et nous dit s'il existe des solutions pour l'atténuer; et le Dr Langis Michaud se penche sur les traitements offerts pour les corps flottants dans les yeux.
Sortie:
7 nov. 2022
Format:
Épisode de podcast

Titres dans cette série (40)

Matthieu Dugal et son équipe présentent une émission conviviale axée sur vos questions en matière de consommation, de technologie, de science, d'environnement et de santé, et vous proposent les meilleures réponses. Moteur de recherche veut donner un sens au fouillis de liens et de résultats que vos questions génèrent lorsque vous effectuez une recherche sur Internet. Par sa façon de sélectionner, d'expliquer et de vulgariser les sujets, cette émission vous offre d'être l'assistant personnalisé de votre... moteur de recherche, parce que les algorithmes nous cachent autant de choses qu'ils nous en montrent.