Vous êtes sur la page 1sur 9

L’Amour dans

Britannicus

Racine, 1669
L’Amour : explications
 Amour passionnel
 Junie et Britannicus
 Néron et Junie
 Tendances: Agrippine et Néron
 Amour filial
 Agrippine et Néron
 Relations amicales
 Britannicus et Narcisse (à sens unique)
 Albine et Agrippine
Junie et Britannicus
 Place importante dans la pièce
 Amour menacé et sacrifié
 Raisons de leur amour:
 Fiancés sous Claude : v 642 J’aime Britannicus. Je
lui fus destinée quand l’Empire devait suivre son hyménée.
 Leur ressemblance :
 Innocence et pureté
 honnêteté : v640 Junie : « Mais toujours de mon
cœur ma bouche est l’interprète. » V1518 Britannicus:
« Je crois qu’à mon exemple impuissant à trahir… »
 souffrance commune : v298 Nous nous aidions l’un
l’autre à porter nos malheurs.
 même rang
Junie et Britannicus
 Caractérisations :
 Entraide et réconfort (souvent prodigués par
Junie)
 V440,442 : « Las de votre grandeur et de sa servitude[…] il
allait voir Junie et revenait content. »
 Fidélité
 V555: Il n’a point détourné le regard d’une fille seul reste du
débris d’une illustre famille.
 V643 J’aime Britannicus.
 Jalousie
 V732 : En ce moment si cher, Madame, est consumé à louer
l’ennemi dont je suis opprimé? […] Néron Vous plairait-il ? Vous
serais-je odieux?
Néron et Junie
 Important dans la pièce
 Menace sur le couple heureux de Junie et
Britannicus.
 A sens unique
 Amour cruel, sadique
 V 402 J’aimais jusqu’à ses pleurs que je faisais couler.
 Amour inconstant, lié au désir de faire souffrir
Britannicus:
 V383/384 : Depuis un moment, mais pour toute ma vie
j’aime (que dis-je aimer?), j’idolâtre Junie.
 V 1059/1060 Du moins si je ne sais l’art de lui plaire, je sais
l’art de punir un rival téméraire.
 V1301 : Et quand à cet amour qui nous a séparés, je vous
fais notre arbitre, et vous nous jugerez.
Néron et Agrippine: entre l’amour et la
haine.
 Enjeu de la pièce : prise d’indépendance de Néron,
tentative de garder le pouvoir d’Agrippine.
 Britannicus et Junie ne sont que des pions entre eux
deux.
 Peur réciproque:
 V483: Et ne connais-tu pas l’implacable Agrippine?
 V74 Agrippine: Je le craindrais bientôt, s’il ne me
craignait plus.
 De plus Néron voudra tuer sa mère et elle le sait: « Qu’il
me tue, pourvu qu’il règne. »
 Dépit d’Agrippine : elle voudrait de la reconnaissance,
c’est-à-dire du pouvoir:
 V87/90 : « - Quels effets voulez-vous de sa reconnaissance?
– Un peu moins de respect et plus de confiance. Tous ces
présents, Albine, irritent mon dépit : je vois mes honneurs
croître, et tomber mon crédit. »
Néron et Agrippine
 La fierté d’Agrippine repose sur son pouvoir sur Néron:
 « V762-764: - Et de quel œil ma mère a-t-elle vu confondre son orgueil?
- Ne doutez point, Seigneur, que ce coup ne la frappe, qu’en reproches bientôt sa
douleur ne s’échappe. »
 Néron lutte contre sa mère à visage caché, tandis qu’Agrippine
combat à découvert:
 Néron a peur de sa mère, il sait que dans un conflit ouvert il
perdrait contre elle : v 496 « Eloigné de ses yeux, j’ordonne, je menace
[…] je m’excite contre elle, et tâche à la braver. Mais […] sitôt que mon
malheur me ramène à sa vue […] mon Génie étonné tremble devant le sien. »
 L’enlèvement de Junie est un acte politique indirecte contre elle.
 Il va essayer de l’éviter pendant toute la pièce. Lorsqu’ils se
rencontrent enfin, il feint la soumission.
Néron et Agrippine
 Les sentiments d’Agrippine pour Néron:
 Peur
 Ambiguïté de son amour : à la fois maternel, lié au
pouvoir, et parfois pouvant être interprété comme
passionnel : jalousie envers Junie:
 V887 « Une autre de César a surpris la tendresse:elle aura le
pouvoir d’épouse et de maîtresse. Le fruit de tant de soins, la
pompe des Césars, tout deviendra le prix d’un seul de ses
regards. Que dis-je? L’on m’évite, et déjà délaissée… »
 Amour maternel rejeté : v1277 « Je n’ai qu’un fils. O ciel, qui
m’entends aujourd’hui, t’ai-je fait quelques vœux qui ne fussent
pour lui? »
 Ressemblance avec Néron: l’amour rejeté se transforme en
pulsion sadique.
Néron et Agrippine

Britannicus de Jean Racine, mise en scène de Brigitte Jaques-Wajeman