Vous êtes sur la page 1sur 36

La grossesse et après ?

:
Allaitement et tabac,
Tabagisme passif chez le
nouveau né
Journée tabagisme et maternité
CMCO – 16 juin 2009

Imed Labbassi
Pédiatre
Introduction
 Le tabagisme maternel est un problème dont
on s’occupe de mieux en mieux pendant la
grossesse mais beaucoup moins en post
partum
 Or plusieurs situations se présentent au
quotidien :
 certaines femmes parviennent, pour
l’allaitement, à arrêter de fumer
 d’autres renoncent à l’allaitement
 d’autres reprennent après avoir arrêté
Introduction
 Et aussi plusieurs questions se posent :
 quel est l’effet du tabac sur l’allaitement
et sur le lait maternel ?
 quels sont les avantages de l’allaitement
maternel chez la mère fumeuse ?
 quels sont les effets du tabagisme sur le
nouveau né et le nourrisson ?
Données épidémiologiques
 Allaitement maternel chez la femme fumeuse : 8 à 35
% aux états unis
 Aucune étude n’est disponible en France mais 22%
des femmes fument pendant la grossesse
 Méta analyse canadienne (Lepage; 2005):
 les mères fumeuses allaitent moins
 les mères fumeuses cessent plus rapidement
d’allaiter
 les mères fumeuses ont des conditions socio
économiques moins favorables que les mères non
fumeuses
 Arrêt allaitement avant 3 mois : 2 fois plus élevé chez
les femmes fumeuses ( Horta 2001)
Effets du tabac sur le lait
maternel
Influence du tabagisme maternel sur la
quantité du lait maternel
Rappel de la physiologie :
 Lors de la succion du mamelon  réflexe
neuro-hormonal au niveau de l’hypophyse.
 libération de prolactine : agit 24h/24h
ce qui permet la synthèse du lait
 libération d’ocytocine : agit lorsque le
bébé tête ce qui permet l’éjection du lait
Influence du tabagisme maternel sur la
quantité du lait maternel
Effet négatif du tabac sur la lactation :
 La nicotine entraîne une diminution du taux de base
de la prolactine
 La nicotine inhibe l’effet de l’ocytocine par décharge
d’adrénaline  diminue le réflexe d’éjection du lait au
moment des tétées
 volume du lait significativement plus faible de
l’ordre de 20 à 30%
Influence du tabagisme maternel sur la
quantité de lait
 Certes : effet négatif du tabac sur la
physiologie de la lactation
 L’impact négatif du tabagisme est beaucoup
plus lié à des facteurs sociaux et
comportementaux qu’à un impact
physiologique
Influence du tabac sur la qualité du lait
maternel
 Le tabac contient un grand nombre de
polluants et de toxiques ( nitrates, nitrites,
pesticides, dioxine, cadmium, plomb…) qui
passeront dans le lait maternel. Ceux-ci ont
été peu étudiés.
 Même contaminé, le lait maternel reste le
meilleure mode d’allaitement ( Walter Rogan
1993 -1998)
Influence du tabac sur la qualité du lait
maternel
 Le passage de la nicotine a été étudié:
 après inhalation le pic sanguin est atteint
en 5 à 10 mn
 dans le lait maternel la demi vie de la
nicotine est de 60 à 90 mn
 La concentration de nicotine dépend de :
 nombre de cigarettes fumées
 la manière de fumer (inhalation ou non)
 temps entre la dernière cigarette et la
tétée
Influence du tabac sur la qualité du lait
maternel
 La nicotine coupe l’appétit et peut donner un goût
prononcé au lait maternel: le bébé peut ne pas
l’aimer ou au contraire l’enfant expérimente ainsi de
façon précoce le goût du tabac, ce qui peut entraîner
chez le jeune adolescent le désir de fumer
 Par ailleurs :
 le lait des mères fumeuses a un taux de lipides
plus bas
 il y a aussi un déficit en vitamine C
 L’allaitement maternel reste toujours indiqué
Influence du tabac sur la qualité du lait
maternel
 La fumée de l’air ambiant est beaucoup plus
dangereuse pour le bébé que la nicotine qu’il
pourrait absorber avec le lait maternel. La
mère fumeuse jouant un rôle de filtre, de
nombreuses substances ne sont pas
transférées contrairement à la voie aérienne
du tabagisme passif
Effet du tabac sur le foetus
Effet du tabac sur le foetus
 Mort fœtale in utéro (multiplié par 1,6)
 Retard de croissance intra utérin (multiplié
par 6)
 Prématurité (multiplié par 2)
 Risque malformatif :controversé : tube neural,
anomalies des membres, malformations
urinaires et surtout les fentes labiales et
labio-palatines (RR : 1,2 à 1,3 selon Little.J –
2004)
Effet du tabac sur le foetus
 Anomalies du rythme cardiaque foetal
 Croissance pulmonaire altérée avec
accélération de la maturité
 Hypoxie fœtale chronique avec risque
d’IMOC
Pathologies infantiles
associées au tabagisme chez
les femmes qui allaitent
Mort subite du nourrisson
 Une « évidence épidémiologique » (Juchet.A
EMC 2002 et Anderson.HR 1997)
 Risque multiplié par 2 à 3 (Mitchell. EA 2006)
 Mécanisme : action de la nicotine sur le
centre de chémoreception  forte
vulnérabilité de la ventilation  MSN
( Eugenin.J, Neurology of Disease,2008)
Infections respiratoires
 Étude norvégienne (Nafstad 1996) : 3238 nourrissons
 le tabagisme maternel augmente le risque
d’IVRB chez les enfants allaités par la mère pendant
une période de 0 à 6mois
 si l’allaitement dépasse 6 mois, le risque devient
non significatif
 Conclusion : effet protecteur probable de l’allaitement
prolongé sur le risque d’IVRB
Infections respiratoires
 Étude grecque (Chatzimichael2007) :
 objectif : évaluer les effets du tabagisme
passif seul et en association avec
l’allaitement maternel sur la sévérité et la
durée d’hospitalisation des épisodes de
bronchiolites aigues
 allaitement < à 4 mois et une exposition
au tabagisme passif sont associés à une
sévérité des bronchiolites et à une
prolongation d’hospitalisation
Infections respiratoires
 le risque est également important dans le
cas d’un allaitement inférieur à 4 mois sans
tabagisme passif
 en revanche, le tabagisme passif
n’augmente pas le risque de bronchiolite
quand l’allaitement maternel est supérieur à 4
mois
 Conclusion : l’allaitement maternel peut avoir
un effet protecteur même pour un enfant
exposé au tabagisme passif
Infections respiratoires
 Le risque d’apparition d’asthme diminue
significativement chez les enfants exposés au
tabagisme passif et allaités par rapport aux enfants
exposés et non allaités. L’effet est plus important si la
durée d’allaitement est plus longue (Hazard)
 L’age au diagnostic de l’asthme est d’autant plus
précoce que la durée d’allaitement maternel était
courte (< 4 mois) (Oddy 1999)
Infections respiratoires
 Résultats confirmés par plusieurs études
(Landomenau.F,Acta Ped 2009)
 Il est clair que le tabagisme augmente le
risque des maladies respiratoires infantiles
mais cet effet est réduit par l’allaitement
maternel en particulier s’il est de longue
durée
Comportement de l’enfant
 Les femmes qui fument durant leur grossesse ont un
risque plus élevé de donner naissance à des enfants
agressifs….(étude canado-néerlandaise publiée le 9
janvier 2009)
 Le tabagisme maternel augmente de façon fortement
significative l’irritabilité et l’hypertonicité de l’enfant
(Laura.R, Pediatrics 2009)
 Agitation pouvant aller au syndrome de sevrage
(après le troisième jour) et elle est dépendante du
taux de la cotininurie (Meir.C, immuno-analyse et
biologie spécialisée, 2005)
Performances cognitives
 Etude américaine de Batstra en 2003 :
cohorte de 570 enfants exposés in utero au
tabagisme de leur mère
 Objectif : évaluer l’effet du type d’allaitement
sur les performances cognitives à l’age de 9
ans par des tests de lecture, prononciation et
d’arithmétique
 Résultas effets néfastes du tabagisme sur les
performances cognitives pour les enfants non
allaités
IMOC : infirmité motrice d’origine
cérébrale
 L’intoxication oxycarbonée liée au tabagisme
est la première cause toxique de lésions
conduisant à l’IMOC
 Ces lésions se constituent soit pendant la vie
fœtale, soit en per-partum, soit dans les
premiers jours de la vie.
(Delcroix.M et Gomez.C, Responsabilités,
2007)
Coliques du nourrisson
 Prévalence de coliques : deux fois plus élevée dans
le groupe des nourrissons allaités artificiellement de
mères fumeuses, mais cette prévalence diminuait et
le risque redevenait non significatif si les nourrissons
étaient allaités au sein (Reijneveld.SA, Arch Dis
Child, 2000)
 Il existe donc une association positive entre le
tabagisme maternel et les coliques du nourrisson
mais l’allaitement maternel semble réduire l’intensité
de cette association
 Autres signes digestifs possibles : vomissements,
diarrhées..
Autres atteintes
 Conséquences hémodynamiques :
tachycardie et augmentation de la TA
directement corrélés au degré d’intoxication
tabagique (Théret.B, Masson, 2005)
 Conséquences rénales : hypotrophie rénale
et atteinte de la fonction rénale par
l’intermédiaire de l’atteinte des récepteurs de
l’angiotensine (Caiping.M, Reproductive
Toxicology, 2009)
Autres atteintes
 L’exposition fœtale et néonatale à la nicotine
entraîne l’atteinte de la structure et la fonction
mitochondriale
 lésions des cellules β et dysglycémies à
l’age adulte
 risque de diabète infantile plus élevé
(Bruin.JE, Plos., 2008)
Synthèse des études
 Rôle néfaste du tabagisme maternel sur les
différents organes de l’enfant, son
comportement et son développement
 Rôle toujours bénéfique et protecteur de
l’allaitement maternel sur l’enfant mais aussi
sur la mère en étant un excellent motif pour
arrêter de fumer
CAT en quelques mots
 Accompagner les femmes fumeuses (prise
en charge globale):
 vers un arrêt du tabac avec possibilité de
substitution toujours préférable au tabac
 vers un allaitement maternel quelque soit
la décision par rapport au tabagisme :
«l’allaitement maternel est le moment le plus
favorable au sevrage tabagique…. »
(Delcroix,2004)
CAT en quelques mots
 Accueil de l’enfant en faisant attention à
quelques points:
 risques liés à la prématurité et le RCIU
 évaluation des troubles neuro-
comportementaux pouvant faire l’objet d’une
cotation par une grille de douleur et en évitant
de toute façon les nuisances sonores et
lumineuses et en favorisant au maximum la
relation avec la mère
CAT en quelques mots
 les besoins nutritionnels et en particulier
hydriques risquent d’être légèrement plus
importantes de 5 à 10%
 allaitement maternel encouragé et le plus
longtemps possible (6 mois)
 conseils à la mère qui continue à fumer
- ne pas fumer en présence de l’enfant
- s’efforcer d’attendre deux heures après
avoir fumé pour mettre l’enfant au sein
Conclusion
 La prise en charge des mères fumeuses doit
être précoce et globale
 Le tabagisme maternel n’est pas une contre
indication à l’allaitement maternel, au
contraire, il est toujours bénifique et
protecteur surtout si prolongé
Conclusion
 « S’il est préférable d’allaiter quand on
fume…il est encore préférable d’arrêter de
fumer quand on allaite »
(allaiter aujourd’hui N°56, LLL France 2003)

 Un regard plus attentif et plus compréhensif


des enfants de mères fumeuses pour
détecter des effets du tabagisme maternel et
les prendre en charge
Conclusion
 La conférence de consensus grossesse et tabac et
l’Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en
santé (ANAES) de 2004 ont clairement conclu : « les
professionnels de la santé doivent être convaincus de
leur rôle dans la promotion de l’allaitement maternel
dans tous les cas, y compris chez les mères
fumeuses ou sous traitement nicotinique substitutif ».
« le TNS peut être prescrit en suites de couches et
au cours de l’allaitement maternel »
MERCI