Vous êtes sur la page 1sur 61

Chapitre 4

DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS
2. Eléments Comprimés
1. Introduction

On utilise en général le terme "éléments comprimés" pour
décrire les composants structuraux soumis uniquement à
des efforts normaux de compression; ceci peut décrire les
poteaux (dans des conditions de chargement
particulières) mais fait référence en général aux barres
comprimées et à extrémités articulées que l'on trouve
dans les fermes, les poutres à treillis ou les éléments de
contreventement. S'ils sont soumis à des moments
fléchissants significatifs en plus des charges axiales, ces
éléments sont appelés poutres-poteaux.

1. Introduction
Figure 1. Poutre à treillis en N
1. Introduction
Figure 1. Poutre à treillis en N
1. Introduction

Ce cours a pour sujet les éléments comprimés et, par
conséquent, concerne très peu de poteaux réels car les
excentricités d'efforts normaux et les efforts transversaux
ne sont en général pas négligeables.

Le fait que la plupart des éléments comprimés en acier
sont assez élancés, un flambement peut se produire. Ce
phénomène n'affecte pas, généralement, les poteaux
courts dits "trapus", dont le calcul est conduit en ne
tenant compte que de la résistance de ces poteaux à
l'effort de compression sans tenir compte du flambement.
2. Poteaux courts

 Les poteaux courts, donc trapus, ont un élancement très
faible, de telle sorte qu'ils ne sont pas affectés par un
flambement global. Dans ce cas, la résistance à la
compression de l'élément est dictée par la résistance à la
compression de la section transversale, qui est fonction
de la classification de la section. Les sections
transversales de Classes 1, 2, 3 sont toutes insensibles au
voilement local à ce niveau de la charge axiale et donc la
résistance à la compression de calcul est prise égale à la
résistance plastique de calcul de la section:



) 1 ....( .......... .......... ..........
.
0
, ,
M
y
Rd pl Rd c
f A
N N
¸
= =
2. Poteaux courts

 Pour les sections transversales de Classe 4, le voilement
local dans une ou plusieurs parois de la section
transversale empêche d'atteindre la charge d'écoulement
plastique, et donc la résistance à la compression de calcul
est limitée à la résistance au voilement local :



où :

A
eff
représente l'aire de la section transversale efficace
déterminée selon l'article 5.3.5. (cf également Voilement
Local).




) 2 .......( .......... ..........
.
1
, ,
M
y eff
Rd o Rd c
f A
N N
¸
= =
3. Poteaux élancés en acier
3. Poteaux élancés en acier
3. Poteaux élancés en acier
3. Poteaux élancés en acier
3. Poteaux élancés en acier
3. Poteaux élancés en acier
3. Poteaux élancés en acier
3. Poteaux élancés en acier

3.1. Origine des phénomènes d’instabilité élastique
Le calcul d'une structure exige que, sous toutes les
combinaisons d'actions possibles, définies
réglementairement, la stabilité statique soit assurée, tant
globalement, au niveau de la structure
qu'individuellement au niveau de chaque élément.

Les actions développent diverses sollicitations, qui
génèrent des contraintes au sein du matériau et des
déformations des éléments.

Il s'agit donc, afin de garantir le degré de sécurité
souhaité, de vérifier que les contraintes et les
déformations restent en dessous des limites admissibles.
Deux cas de figure se présentent :
3. Poteaux élancés en acier

 Le cas des petites déformations : Tant que l'on reste
dans le domaine des petites déformations, on admet que
les sollicitations ne varient pas (ou peu) sous l'effet des
déformations, ce qui conduit simplement à vérifier que les
contraintes restent inférieures à la contrainte de ruine.
 Le cas des grandes déformations : Dans ce cas, les
déformations modifient considérablement les sollicitations
qui les ont initiées et nécessitent des calculs spécifiques.
3. Poteaux élancés en acier

L'apparition de déformations importantes dans certaines
pièces peut survenir :
 dans le domaine élastique, lorsque la corrélation linéaire
efforts/déformations n'est plus vérifiée, les déformations
augmentant plus vite que les efforts appliqués ;
 dans le domaine élasto-plastique, lorsqu'il y a écoulement
plastique.


Les grandes déformations affectent les zones comprimées
des pièces, qui peuvent présenter trois types de
comportements caractéristiques, dénommés phénomènes
d'instabilité, qui sont :
3. Poteaux élancés en acier

 le flambement, qui affecte les barres simplement
comprimées (flambement simple) ou comprimées et
fléchies (flambement flexion), qui est très dangereux,
 le déversement, qui affecte les semelles comprimées des
pièces fléchies.
 le voilement, qui affecte les âmes des pièces fléchies.

L'étude des phénomènes d'instabilité élastique est
particulièrement importante en construction métallique,
car ils sont très fréquents du fait de l'utilisation
d'éléments minces et de grand élancement.
Nous nous proposons donc d'examiner dans ce chapitre
un de ces phénomènes d'instabilité, qui est le
flambement, sous son aspect théorique, expérimental et
réglementaire.
3. Poteaux élancés en acier

3.2. Le flambement

3.2.1. Aspect théorique du flambement simple

A. Poteau bi-articulé

Le flambement simple affecte les pièces soumises à la
compression simple. Son étude est due à Euler.
3. Poteaux élancés en acier

La théorie d'Euler est fondée :
 sur une poutre droite, bi-
articulée à ses extrémités,
 soumise à un effort normal de
compression centré N, appliqué
dans l'axe ox,
 dont les dimensions
transversales sont faibles en
regard de la longueur (grand
élancement),
 dont les inerties sont maximale
dans le plan (zox) et minimale
dans le plan (yox)

Lorsque N croît, à partir de zéro,
l'état d'équilibre rectiligne initial
évolue vers un état curviligne
fléchi.
Figure 1. Poteau bi-articulé
3. Poteaux élancés en acier

D'après la loi fondamentale de
la flexion, issue de la résistance
des matériaux, le moment
fléchissant s'écrit :



Or, M = N.y, donc :



En posant :

on obtient l'équation de la ligne
élastique :
Figure 1. Poteau bi-articulé
2
2
Z
d y
M EI .
dx
= ÷
2
2
0
Z
d y
EI . N.y
dx
+ =
Z
N
EI
o =
2
2
2
0
d y
y
dx
o + =
3. Poteaux élancés en acier

qui est une équation
différentielle du second ordre,
dont la solution générale est de
la forme :
y = A sin o x + B cos o x

La résolution de cette équation
s'opère grâce aux conditions
aux limites :

 pour x = 0, y(0) = 0, B = 0

 pour x = ℓ
0
, y (ℓ
0
) = 0,
A sin o ℓ
0
= 0
Figure 1. Poteau bi-articulé





Organigramme de calcul
Organigramme de calcul
2 , 0 s ì
OUI
Il n’y a pas de risque
de flambement
Calcul comme poteau court
Organigramme de calcul
2 , 0 s ì
OUI
Il n’y a pas de risque
de flambement
Calcul comme poteau court
NON
Il y a risque de flambement
Calcul des différents facteurs
et coefficients
Organigramme de calcul
Organigramme de calcul
Organigramme de calcul
Organigramme de calcul
Exercices d’application
Exercice N° (1) :
Aspect théorique du flambement :
Soit un poteau bi-articulé dans ses deux plans
(YOX) et (ZOX) de longueur l
0
= 5 m et de section
en profilé HEA 200.
1. On vous demande de déterminer la contrainte
critique de flambement.
2. Est-ce qu’il y a risque de flambement si l’acier est
de nuance S.235.
3. Pour qu’il n y ait pas de risque de flambement,
quelle est :
a) la longueur du poteau qu’il va falloir
lui donner ?
b) la section du profilé HEA qu’il va
falloir choisir ?
E = 21×10
5
kg/cm
2

HEA 200 : A = 53,8 cm
2
, I
z
= 1336 cm
4
, I
y
= 3692 cm
4



N
1 1
Coupe 1-1
Corrigé de l’exercice N° (1)

1.





2. o
cr
< f
y
¬ il y’a risque de flambement .
MPa
E
cm
A
I
i
i
l
i
l E
cr
z
z
z
cr
cr
61 , 205
4 , 100
10 1 , 2
4 , 100
98 , 4
500

98 , 4
8 , 53
1336
, ,
2
5 2
2
2
0
min
2
2
=
× ×
= =
= =
= = = = = =
t
ì
t
o
ì
ì
ì
t
o
Corrigé de l’exercice N° (1)

3.


a)

On prendra l
o
= 4,50m

b)

On prendra i
z
= 4,51 cm soit un HEA 220
y z y
y cr
f
E
i
l
f
E
f
E
t t ì
ì
t
o s · s ¬ > =
0
2
2
cm
f
E
i l
y
z
468
235
10 1 , 2
98 , 4
5
0
=
×
× × = × s t t
cm
E
f
l
i
y
z
32 , 5
10 1 , 2
235 500
5
0
=
×
× = × >
t t
Exercices d’application
Exercice N° (2) :
Aspect réglementaire du flambement :

Quelle charge maximale N de
compression peut supporter un poteau
de 8 m de hauteur, bi-encastré aux
extrémités selon le plan (YOX) , et bi-
articulé dans le plan (ZOX), et
constitué d’un HEB 200, Acier S.235.
) : 2 ( ° Exercice N
Soit un poteau de 13 m de hauteur formé d’un HEB 340, bi-
encastrée dans le plan (yox) et bi-articulé dans le plan (zox)
et soumis à un effort de compression centré N.
1. Déterminez la force critique de flambement que peut
supporter le poteau.
2. Déduisez la contrainte critique.
3. Est-ce qu’il y a risque de flambement si le poteau était en
acier S.355 ?
 Si la réponse est « oui », déterminez :
 la section en HEB qu’il faut lui donner pour éviter ce
risque en gardant la même hauteur L
0
= 13 m.
 La hauteur qu’il faut lui donner pour éviter ce risque en
gardant la même section en HEB 340.
 A votre avis, quelle est la solution la plus économique (a ou
b) ? Justifiez votre réponse.
) : 2 ( ° Exercice N

x
y
x
N
N
1 1
2 2
y
z
y
z
L
0
=13 m
Coupe 1-1
Coupe 2-2
z
Corrigé
 Détermination de l’élancement maximal (ì
max
)
:
- Flambement/(zz’) :



- Flambement/(yy’) :


7 , 88
7 , 88
65 , 14
1300
3 , 86
53 , 7
1300 5 , 0 5 , 0
max
0
0
= =
= = = =
=
×
= = =
y
y y
cry
y
z z
crz
z
i
l
i
l
i
l
i
l
ì ì
ì
ì
Corrigé de l’exercice N° (1)

1.




2. o
cr
=263,4 MPa
3. o
cr
< f
y
= 355 MPa

¬ il y’a risque de flambement .

kN N N
A E
A N
E
cr
cr cr cr
4502 8 , 4502086
7 , 88
10 9 , 170 10 1 , 2
, ,
2
2 5 2
2
2
2
2
= =
× × × ×
=
×
= × = =
t
ì
t
o
ì
t
o
Corrigé de l’exercice N° (1)
 Pour qu’il n’ait pas risque de flambement il faut
que :



a)

On prendra i
y
= 17,08 cm soit un HEB 400

b)

On prendra l
o
= 11 m

y y y
y y cr
f
E
i
l
f
E
f
E
t t ì
ì
t
o s · s ¬ > =
0
2
2
cm
f
E
i l
y
y
1119
355
10 1 , 2
65 , 14
5
0
=
×
× × = × s t t
cm
E
f
l
i
y
y
01 , 17
10 1 , 2
355 1300
5
0
=
×
× = × >
t t
Exercices d’application
Soit un poteau de 10 m de
hauteur formé d’un HEA
260, bi-encastrée selon le
plan (yox), encastré à la
base et articulé en tête
selon le plan (zox), et
soumis à un effort de
compression centré
Nc,sd = 110 tf.

On vous demande de
vérifier la stabilité de ce
poteau vis-à-vis du
flambement. Acier S.235.
Coupe 1-1
z
x
y
x
N
c,sd
N
c,sd

1 1
2 2
y
z
y
z
L
0
=10 m
Coupe 2-2
Organigramme de calcul
Corrigé
 Détermination de l’élancement maximal (ì
max
)
:
- Flambement/(zz’) :



- Flambement/(yy’) :


zz' flambement de axe /zz' flambement de risque 9 , 76
8 , 63
97 , 10
1000 7 , 0 7 , 0
9 , 76
50 , 6
1000 5 , 0 5 , 0
max
0
0
¬ ¬ = =
=
×
= = =
=
×
= = =
z
y y
cry
y
z z
crz
z
i
l
i
l
i
l
i
l
ì ì
ì
ì
Corrigé
 Calcul de (ì
1
) :
9 , 93
1
= =
y
f
E
t ì

Corrigé
 Détermination de la classe de la section :
- Classe de l’âme :


- Classe de la semelle :



Donc la section est de classe 1 : |
A
= 1
1 33 6 , 23
5 , 7
177
classe
t
d
w
¬ < = =
1 10 18 , 8
5 , 12
) 24 2 5 , 7 260 ( 5 , 0 ) 2 ( 5 , 0
classe
t
r t b
t
c
f
w
f
¬ < =
× ÷ ÷ ×
=
÷ ÷ ×
=
Organigramme de calcul
2 , 0 s ì
OUI
Il n’y a pas de risque
de flambement
Calcul comme poteau court
Organigramme de calcul
2 , 0 s ì
OUI
Il n’y a pas de risque
de flambement
Calcul comme poteau court
NON
Il y a risque de flambement
Calcul des différents facteurs
et coefficients
Organigramme de calcul
Organigramme de calcul
Corrigé
 Détermination de l’élancement réduit :


 Détermination de la courbe de flambement :

flambement de risque a y il 2 , 0 82 , 0
9 , 93
9 , 76
1
¬ > = = =
A
|
ì
ì
ì
c courbe zz' flambement de axe et 100 5 , 12
2 , 1 96 , 0
260
250
¬ < =
< = =
mm t
b
h
f
Organigramme de calcul
Organigramme de calcul
Corrigé
- o = 0,49
- | = 0,988
- _ = 0,6496
- N
c,Rd
= 0,6496 × 86,8 × 10
2
× 235/1,1 =
=1204595 N = 1204,6 kN
- On remarque que :
N
c,sd
= 110 tf = 1100 kN < N
c,Rd
Donc, le poteau est stable vis-à-vis du flambement