Vous êtes sur la page 1sur 26

H a rm o n isa tio n

C o m p ta b le
E u ro p é e n n e
Enseignant : Mme Ghodbane Dorsaf
 
Sujet élaboré par :
 
Lazreg Ramzi
 
Allani Sonia
 
Moula Selim
Plan :

-Introduction

 
 

-Définition de l’harmonisation

 

 

-Contexte et histoire de l’harmonisation

 

 

-Les organes de l’harmonisation et leurs rôles

 

 

-Démarche de l’harmonisation

 

 

- Limites


Introduction 
 La croissance et la globalisation des activités
des entreprises ont provoqué un accroissement des
acquisitions de sociétés étrangères ainsi qu’un
gonflement des besoins financiers à l’origine du
développement récent des marchés de capitaux.
 Ainsi, il devient de plus en plus nécessaire pour
les entreprises de pouvoir transmettre ou recevoir
des informations compréhensibles par tous, par de
là les frontières, d’une part pour attirer les
investisseurs étrangers, et, d’autre part afin de
faciliter la comparaison des résultats des filiales au
sein des firmes multinationales.
 

 En effet, les diversités comptables au
sein de l’union européenne persistent depuis
toujours, et ces divergences peuvent porter à
la fois sur la forme ou sur le fond. En effet, une
langue ou une présentation peuvent faire la
différence. L’exemple le plus frappant : des
méthodes trop prudentes en France peuvent
paraître inutiles dans des pays où la prudence
n’est pas un principe fondamental comme au
Royaume-Uni.

 L’harmonisation est donc nécessaire pour
lutter contre le manque d’uniformité et donc
de comparabilité des informations
comptables ce qui constitue un obstacle aux
investisseurs internationaux dans la mesure où
ceci conduit à des inefficiences ; en fait ils
prennent leurs décisions sur la base
d’informations tronquées ou bien restreignent
leurs investissements au seul marché national.

 D’autre part l’harmonisation permet
d’unifier les conditions de la concurrence
entre pays. En effet, si un ou plusieurs pays au
sein de l’union européenne possèdent un
système comptable particulièrement permissif
ou favorable, les entreprises vont être incitées
à transférer leur siège social dans ces pays en
faussant la concurrence entre Etats membres
Définition : Notion
d’harmonisation

 Il y a harmonisation lorsque des entités


nationales ou continentales, sous l’impulsion
de forces et d’enjeux communs souverains,
trouvent profitable d’accorder leurs
politiques dans l’espoir de gagner en bien-
être.

 C’est un processus institutionnel, ayant
pour objet de mettre en convergence les
normes et les pratiques comptables
nationales et, par conséquent, de faciliter la
comparaison des états comptables
produits par les entreprises de pays
différents. » Bernard Colasse

Distinction entre harmonisation et
standardisation
Contexte et histoire de
l’harmonisation

 Les pays s’aperçoivent au début du


20eme siècle qu’il y a un réel besoin
d’harmonisation des comptabilités au sein de
l’Union Européenne et elle s’est confirmée avec
l’apparition de l’union européenne des
experts comptables (UEC) en 1951.
 Ainsi, cette organisation interétatique va
utiliser le procédé qu’elle pense le plus
approprié : les directives.

 L’année 1957 a été marquée la


ratification du traité de Rome qui a eu pour
objectif la libre circulation de biens et services
dans l’Union , aussi, la commission
européennea adopté un programme
d’harmonisation du droit de sociétés visant à
constituer un terrain de jeux uniforme pour
toutes les sociétés européenne : le marché
unique .

 Même si l’Europe peut être fière de la


mise en place de son marché unique il n’en
reste pas moins que chaque pays a gardé sa
propre culture, différent langage économique
et donc différentes règles comptables.
 Il est donc né de ceci dans les années
1970 le besoin d’une comptabilité
harmonisée.

 Cette harmonisation s’est concrétisée au
moyen des directives que les Etats membres
ont transposé progressivement dans leurs
législations nationales. Il ne s’agissait pas
d’imposer des règles communes aux
entreprises européennes mais plus simplement
de définir un cadre qui limitât les écarts entre
les Etats membres.

 Cette ambition s’inscrivait dans un
programme plus général d’harmonisation des
 Lois sur les sociétés, visant à coordonner les
garanties exigées pour protéger les intérêts
des associés et des tiers.
  
 La 4ème directive, du 25 juillet 1978,
traite des objectifs de la présentation
 et du contenu des comptes annuels des
sociétés de capitaux et la 7ème directive,
du 13 juin 1983, traite des comptes des
groupes.

Les organes de
l’harmonisation et leurs
rôles
La commission européenne
 

 C'est la Commission Européenne qui prend des


décisions applicables dans tous les pays membres
de la communauté. Les normes européennes sont
contenues dans des directives, en particulier dans
la quatrième et la septième.
 La commission préside le Comité de la
Réglementation Comptable européen, organe à
vocation politique et réglementaire. Le CRC
européen associe les représentants de tous les états
membres et rend des avis sur l'adoption des normes
par l'Union. Le CRC européen est chargé de
l'élaboration du calendrier d'entrée en vigueur des
normes dans les pays membres.
 La Fédération Européenne des Experts
Comptables (FEE)
 La FEE(1986) dont le siège se situe à
Bruxelles, est issue de la fusion de l'Union
Européenne des experts Comptables (UEC) et
du Groupe d'Études des Experts Comptables de
la CEE (GEEC). La FEE veille à l'amélioration et
l'harmonisation des pratiques des experts
comptables.
La FEE représente la profession comptable

européenne dans les instances internationales


et est l'organe consultatif auprès des
institutions européennes.
L'European Financial Reporting Advisory Group
(EFRAG)
 L'EFRAG rassemble des groupes privés en relation
étroite avec l'information financière tels que les
professionnels de la comptabilité, les bourses de
valeurs, les analystes financiers et les groupes qui
publient des comptes.
 L'EFRAG est un comité technique comptable composé
de deux entités :
· Un Conseil de surveillance : composé de 23 membres,
il nomme les membres du comité technique, oriente le
programme de travail et assure le financement de
l'entité ;
· Un Comité Technique (Technical Expert Group) : créé le
26 juin 2001, il évalue les normes IAS ou IFRS et
conseille la commission sur l'opportunité de modifier les
directives.
 L'EFRAG est appelé à jouer un rôle important dans le
mécanisme d'évaluation et d'adoption des normes
 European Securities Committee (ESC)
 Il est composé de représentants des états
membres. Il conseille la Communauté
Européenne sur l'ensemble de la
réglementation des valeurs mobilières. Il a
également des fonctions de régulateur des
marchés boursiers européens.

 Committee of European Securities
Regulators (CESR)
 Le CESR est un organisme indépendant
composé de représentants des autorités de
régulation des différents états membres.
Comme l'ESC, le CESR a été créé par une
décision de la commission européenne du 6
juin 2001. Il a pour principal objectif de garantir
une meilleure cohérence dans l'application de
la nouvelle législation européenne des valeurs
mobilières élaborée par l'ESC et de coordonner
les actions des autorités de tutelle des États
membres.

Démarches de
l’harmonisation

 Les démarches d’harmonisation


comptables proviennent obligatoirement du
besoin de convergence vers des règles et
pratiques comptables communes a tous les
états membres, ces règles ont été instaurées
par la 4eme et 7eme directives qui prennent
leur sources dans le traité de Rome.

La 4ème directive :
- écrite le 25 juillet 1978

- fondée sur l'article 54 paragraphe 3 sous g) du

traité
- elle concerne les comptes annuels de certaines

formes de sociétés et exige que les comptes


donnent une « image fidèle » de la situation de
l ‘entreprise
 La 7ème directive :

- 13 juin 1983

- fondée sur l'article 54 paragraphe 3 point g) du

traité
 Les directives européennes ont eu une
grande portée et leurs effets se sont fait sentir
dans presque tous les pays européens.
  
 La 4ème directive a imposé des règles de
présentation et la 7ème a assuré une
uniformisation des règles d’établissement des
comptes consolidés

Processus d’élaboration des
directives

Commence ensuite une


longue série de
Comité économique et social
Soumis à négociations qui
aboutit à une révision
du projet et
commission Conseil des ministres finalement à la
rédaction d’une
directive qui devra
être appliquée par
tous les états membres
Parlement européen
Limites
 Les sociétés transnationales européennes
ont tendance à préférer un système comptable
uniforme pour toute l’organisation car cela
facilite le contrôle interne et simplifie l’audit
externe. Elles n’échappent cependant pas à la
nécessité de présenter des comptes au niveau
national, à des fins fiscales notamment.
 Elles se voient donc obligées de préparer
deux jeux de comptes pour se conformer aux
directives comptables et aux exigences des
marchés internationaux des capitaux.

  
 Cela entraîne inévitablement pour ces
dernières des surcoûts, mais est aussi source de
confusion pour les investisseurs et le public en
général.
 

 C’est de là qu’est apparue une nouvelle


nécessité: permettre aux grandes entreprises des
États membres d’établir leurs comptes consolidés à
partir de l’IAS sans être en contradiction avec les
directives.
 

 Pour ceci, c’est le comité de contact qui se


charge d’étudier et d’analyser les différents soucis
de concordance entre les directives et les normes
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION