Vous êtes sur la page 1sur 31

Peut-on parler d’une moyennisation de la

société remettant en cause la vision marxiste ?


Part de la population ayant le sentiment
d’appartenir à une classe sociale (en %)
69

67

65

63

61

59

57

55
1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005

Source : Source : IFOP en 1966 et SOFRES de 1976 à 1994 (Michelat et Simon,


1996) présenté dans Dirn (1998). Complété par "Panel Electoral Français 2002 »
Cevipof.
Une réelle homogénéisation

Les Français sont de plus en plus nombreux à se dire appartenir à la classe


moyenne, ce qui est évidemment la négation d’une conscience de classe. (…)
Aujourd’hui que le mouvement atteint son achèvement, peut-on encore parler de
classe moyenne ? (...) La classe moyenne est en train de se détruire elle-même
en tant que classe, entraînant une transformation de toute la structure sociale
qui enlève du même mouvement à la classe ouvrière et à la classe dirigeante
leur caractère de classe au sens fort, marxiste du terme. S’il n’y a plus lutte
entre-elles, comment se définiraient-elles l’une par l’autre ? Et en pure logique,
si tout le monde est moyen, plus personne ne l’est. (…)

Quel est le paradoxe mis en évidence par H.Mendras dans ce passage ?

Mendras Henri (1994), La seconde Révolution française : 1965-1984, Paris, Gallimard, coll. « folio Essais », p. 60-
67
La vision cosmographique de
Mendras
 On peut proposer une « vision cosmographique. » Regardons
notre société comme un ciel où les étoiles s’organisent en
constellations diverses plus ou moins amples, plus ou moins
cristallisées. (...) Les analyses de la stratification sont fondées sur
deux échelles principales, le revenu et le niveau scolaire qui (...)
délimitent un champ (...) sur lequel les CSP se distribuent selon
un ordre qui n’est pas une hiérarchie unidimensionnelle. Les
groupes ouvriers et employés sont très proches les uns des
autres, c’est à peine si les employés du commerce ont un revenu
supérieur à celui des employés de l’industrie, bien que leurs
diplômes soient légèrement inférieurs : tout ces catégories
peuvent être regroupées en un ensemble qu’on appellera
constellation populaire. (...) Les cadres, les enseignants et les
ingénieurs sont plus dispersés que les groupes populaires mais
assez proches les uns des autres quant au diplôme : ils forment
une constellation centrale. (...).

Mendras Henri (1994), La seconde Révolution française : 1965-1984, Paris, Gallimard, coll. «
folio Essais »
Le strobiloïde de Chauvel et la toupie de
Mendras
Evolution des professions et catégories
 socio-professionnelles
45

40
Ouvriers ( dont contremaîtres)
35

30
Employés
25

20
Professions intermédiaires
15
Cadres
10
Patrons
5 Agriculteurs
Chômeurs n’ayant jamais travaillé
0
1969 1974 1979 1984 1989 1994 1999

Source: Enquêtes emploi, France, INSEE 1969-2000


Un exercice de révision sur les PCS

 Une révision des notions de


seconde sur les PCS sur le site
de l’académie d’orléans tours,
cliquez: ici
La spirale des
classes sociales
Les diapositives suivantes sont
tirées de la Présentation réalisée
par Pascal Binet à partir de la
conclusion de l’article de Louis
Chauvel :“Le retour des
classes sociales”
Revue de l’OFCE n°79 Octobre
2001
Lorsque le texte est en Lorsque le texte est en noir,
violet, c’est qu’il s’agit d’une c’est qu’il s’agit d’un résumé
citation de l’article . de l’article, ou d’un
commentaire.

1
La spirale des classes sociales

On peut représenter
horizontalement
l’intensité des inégalités

et verticalement
celle des identités
collectives, c’est-
à-dire de la
conscience de
classe.

4
La spirale des classes sociales

Plus
une société se
trouve à droite,
plus elle
correspond à une
structure
inégalitaire,

5
La spirale des classes sociales

et plus elle est en haut, plus elle correspond à


une forte identité collective des classes
sociales.

6
La spirale des classes sociales

Directionnellement, nous
avons ainsi quatre
types repérables.

7
La spirale des classes sociales

1/ En haut à droite, nous


avons une situation marquée
par des inégalités fortes,
mobilisées par une
conscience de classe
marquée : on est en
présence d’un système de
classes « en soi et pour soi ».

8
La spirale des classes sociales

2/ En haut à gauche, les


inégalités sont faibles, mais
la conscience de classe
forte ; on peut faire
l’hypothèse que cette
situation ne peut se
constituer sans une histoire
préalable de revendications
abouties.

9
La spirale des classes sociales

3/ En bas à droite, c’est la


situation inverse, où les
inégalités font exister des
conditions de classes fortement
opposées, sans que la
conscience de ces classes
n’existe ; il s’agit typiquement
d’une situation d’aliénation du
prolétariat.

10
La spirale des classes sociales

4/ En bas à gauche, il
s’agit plutôt
(directionnellement et à la
limite) de la situation
d’une société sans
classe : sans inégalité ni
identité.

11
La spirale des classes sociales

La situation de classes en
lutte (1) est conflictuelle et
+ confronte au risque d’une
conflagration sociale,

Conscience
de
classe

_
_ Inégalités
+
12
La spirale des classes sociales

sauf à trouver une


autre issue négociée
+ avec la diminution des
inégalités économiques
(2).

Conscience
de
classe

_
_ Inégalités
+
13
La spirale des classes sociales

A partir de la position (1), l’issue (4)


+ par la perte de la conscience de
classe ne paraît pas très
vraisemblable, puisque, face à des
inégalités intolérables, les identités
de classe doivent en toute logique
Conscience se
de reconstituer — mais la question est
bien celle-ci : comment les sociétés
classe inégalitaires arrivent-elles à tolérer
leurs inégalités ?

_
_ Inégalités
+
14
La spirale des classes sociales

(2) (1)
+
L’égalisation des conditions
objectives qui caractérise le
passage de (1) à (2) est de
Conscience nature à dissoudre la
de conscience de classe et à
classe amoindrir la force des identités
qui s’étaient constituées à des
stades antérieurs de
l’histoire sociale, d’où un
passage ultérieur à la position
(3) ;

_ (3)

_ Inégalités
+
15
La spirale des classes sociales

À ce moment de l’histoire sociale, les


Conscience élites sont tentées de reconstituer les
de inégalités qui leur sont favorables, en
classe insistant notamment sur l’inefficacité
des dépenses publiques, la
désincitation que provoque l’impôt et
la protection sociale, par ailleurs fort
coûteuse… La faible conscience de
classe aidant, les inégalités se
(3)reconstituent.
_ (4)

_ Inégalités
+
16
La spirale des classes sociales

Conscience
de
classe
Cette configuration n’est pas
non plus un point d’arrivée
ultime : les victimes du
nouveau partage sont
appelées tôt ou tard à prendre
_ conscience de l’injustice du
sort qui leur est fait.

_ Inégalités
+
17
La spirale des classes sociales

Louis Chauvel montre ensuite


comment cette spirale des classes
sociales s’est produite en France et
aux États-unis. Nous nous
concentrerons sur le cas de la France,
avant de laisser l’auteur conclure par
un peu de prospective.

18
La spirale des classes sociales

Conscience
de
classe
Il est possible de partir du cas de la
France préindustrielle de 1830,
marquée par des inégalités
économiques très fortes, mais où
l’identité du prolétariat est encore loin
d’être constituée. 1830
_
_ Inégalités
+
19
La spirale des classes sociales

La suite du siècle fut bien la


+ montée en puissance de cette
identité ouvrière et l’entrée dans
le jeu politique du marxisme.
1890
Conscience
de
classe

_ 1830

_ Inégalités
+
20
La spirale des classes sociales

+ 1950

A partir des Trente glorieuses 1890


et de l’édification d’un
Conscience système social-démocrate,
de
classe

_ 1830

_ Inégalités
+
21
La spirale des classes sociales

1970
+ 1950

1890
…les inégalités ont été
Conscience fortement régulées, sans
de que la conscience de
classe classe ne se soit
dissoute pour autant.

_ 1830

_ Inégalités
+
22
La spirale des classes sociales

1970
+ 1950

En définitive, il faut 1890


attendre le
Conscience ralentissement
de économique des
classe années 1970 et
1980 pour voir
s’atténuer la
conscience de
1982 classe, alors que
les inégalités ont
cessé de diminuer.
_ 1830

_ Inégalités
+
23
La spirale des classes sociales

1970
+ 1950
Comme Ulysse et les
siens repris par la 1890
tempête devant
Conscience Ithaque, c’est là que
de s’éloigne le rêve de la
classe société sans classes, et le discours
parce que le discours inverse marque des
égalitariste perd de ses points dans le débat
soutiens, public. La
1982 reconstitution
d’inégalités plus
fortes est alors en
_ 2000
1830
route.

_ Inégalités
+
24
La spirale des classes sociales

Louis Chauvel ne donne pas d’explication


concernant les “esses” situées entre la
+ situation de 1982 et celle de 2000. On peut
cependant penser qu’il s’agit des évolutions
des inégalités liées aux alternances
politiques de 1986, 1988, 1993, 1997 ayant
entraîné des modifications fiscales (CSG,
Conscience CRDS, impôt sur la fortune, baisse de
de l’impôt sur le revenu, prime à l’emploi…),
classe dans un contexte d’accroissement de la
précarité de l’emploi, et d’un “tassement”
continu de la conscience de classe.

1982

_ 2000

_ Inégalités
+
25
 La spirale des classes sociales
 
Intensité des
identités
« Victoire du prolétariat » « Classes en soi et pour soi »

F 1970
F 1950

EU 1960

F 1890
EU 1940

F 1982 EU 1920
EU 1890
F 1830

EU 1980

F 2000 EU 2000

« Société sans classes » « Aliénation »

 
Intensité des inégalités

Note : les points représentent la France et les Etats-Unis à différentes dates. Les positions sont

relatives et restituent l’idée de dynamiques générales de différentes périodes.