Biotechnologie

L'OCDE définit la biotechnologie comme «
l'application des principes scientifiques et de
l'ingénierie à la transformation de matériaux
par des agents biologiques pour produire des
biens et services.

Après la découverte de l'ADN, la recherche en biologie
cellulaire et la pharmacochimie ont fait plusieurs bonds
scientifiques, passant de la culture de cellules, à l'ingénierie
cellulaire et de tissus vivants, sains ou cancéreux, avec la
fusion cellulaire, l'invention de nouveaux vaccins, de
stimulants immunitaires. La fécondation artificielle et la
manipulation embryonnaire ont progressé de concert.

À la fin des années 1990, des sociétés spécialisées en
biotechnologies apparaissent. L'OCDE les définit
comme des entreprises « engagées dans le domaine
des biotechnologies du fait qu’elles utilisent au moins
une technique de biotechnologie pour produire des
biens ou des services et/ou pour améliorer la recherche
et développement en biotechnologies.

Biotechnologies contemporaines
nouvelles
lles apparaissent à la fin du XXe siècle à la suite de la
découverte de l'ADN et de l'ARN.
Elles incluent
la protéomique, avec le séquençage et la synthèse de
protéines et peptides complexes, dont des hormones
macromoléculaires
la génomique et la pharmacogénomique mais aussi
l'utilisation de sondes géniques, du séquençage de l'ADN
 (grâce aux Séquenceur d'ADN), du séquencage d'ARN, de
la synthèse d'ADN/ARN, de l'amplification d’ADN/ARN, du
profil de l’expression génique et des technologies 
antisense qui ont permis d'élargir et accélérer les
possibilités dugénie génétique

La biotechnologie crée des bactéries qui
convertissent le méthane diesel.
Des chercheurs américains et britanniques étudient
la possibilité de «attraction» de bactéries
génétiquement modifiées pour produire du
carburant diesel à partir de méthane - le
composant principal du gaz naturel.

La PCR : c’est une technique
inventée en 1986 par Kary Mullis,
cette technique permet de créer
plusieurs copies d’un fragment
donné d’un brin d’ADN.

 La première étape est de créer des primers

 complémentaires aux extrémités du fragment d’ADN qui
nous intéresse.
 La deuxième étape est la dénaturation : il faut dénaturer
l’ADN pour séparer les deux brins. Pour ce faire il suffit de
chauffer la solution à 95°C pendant environ une minute.
 La troisième étape est l’hybridation, c’est-à-dire qu’il faut
refroidir la solution pendant quelques minutes pour
permettre aux primers de s’apparier à l’ADN.
 Une fois les primers appariés viens la quatrième étape :
l’élongation. Pour élonger les primers il faut utiliser une 
enzyme qui puisse résister à la phase de dénaturation,
c’est-à-dire résistante aux hautes températures. Cette
enzyme est une ADN polyméraserésistante à la chaleur qui
va détecter n’importe quel primer et élonger le brin de
manière complémentaire à l’autre brin d’ADN.
 En répétant ces trois dernières étapes plusieurs fois le
nombre de fragments d’ADN choisi créés augmente
exponentiellement (à partir d’un fragment d’ADN,

Merci de votre
attention.!!

Master your semester with Scribd & The New York Times

Special offer for students: Only $4.99/month.

Master your semester with Scribd & The New York Times

Cancel anytime.