Vous êtes sur la page 1sur 45

5ème année du Département Génie Électrique

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 1


Premier état des lieux
Deux points importants :
la plupart des antennes sont métalliques
la grande majorité est de type antennes résonantes

Dans un métal, les électrons libres se déplacent par défaut


de façon erratique. Quand on crée une différence de
potentiel (sinusoïdale par exemple), le champ interne
commande alors la répartition de ces charges.

Les courants et charges créés sont alors autant de sources


élémentaires de champ électromagnétique.

Mais selon leur répartition et leurs phases relatives, le champ


global délivré par un élément métallique est la somme de
toutes les contributions de ces sources élémentaires.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 2


Mécanisme de rayonnement
Des charges transitant sur un métal droit à vitesse constante
ne produisent pas de rayonnement.

+++ pas de rayonnement

Si les charges rencontrent une discontinuité (rupture,


courbure...) leur vitesse change, il y a alors rayonnement.

+++ rayonnement

Dans une structure en résonance, les charges oscillent en


permanence, créant un flux de rayonnement continu.
rayonnement
+++

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 3


La ligne bifilaire sur une charge
Rappels sur les lignes de transmission :

Zr

superposition d’une onde


Ligne bifilaire fermée sur une charge
incidente et d’une onde
réfléchie
− jβ x jβ x
i =Ae +Be
x
ligne sans pertes

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 4


La ligne bifilaire ouverte
Ligne en circuit ouvert :

C.O.

Ligne en circuit ouvert phénomène d’ondes stationnaires

jβ y − − jβ y
sin βy
+ +
i =i e +i e =2 ji
y r r r
v
i =− r sin βy cos ωt
( y, t ) Zc

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 5


Ligne en résonance

C.O.

Ligne en circuit ouvert phénomène d’ondes stationnaires

jβ y − jβ y
sin βy
+ − +
i =i e +i e =2 ji
x r r r
v
i =− r sin βy cos ωt
( y, t ) Zc
En pratique, quand les brins sont relativement proches, les courants
étant en opposition de phase, le champ global rayonné est
pratiquement nul (heureusement d’ailleurs).
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 6
Écartement des brins

L’approximation classique considère que si on écarte les brins de la


ligne, la répartition du courant reste la même.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 7


Le dipôle rayonnant

On se retrouve
alors avec des
courants en phase
permettant un
rayonnement
efficace : principe
de l’antenne dipôle
Pb : en pratique, il y a désadaptation.
On cherchera alors une antenne
résonante présentant une impédance
d’entrée adaptée à une ligne en onde
progressive.
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 8
Rappels sur le champ EM
Caractéristiques du milieu :

Pour l’étude de phénomènes de propagation des ondes


électromagnétiques, un milieu sera définit par :

Sa permittivité électrique complexe


ε=ε'−jε'' (F/m)

Sa perméabilité magnétique complexe


µ=µ'−jµ''
Sa conductivité σ (S/m) pertes ohmiques

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 9


Sources de rayonnement
Des courants et des charges présents dans ce milieu sont
appelés sources primaires :
Densité surfacique de courants I p (A/m²)
Densité volumique de charges Qp (Cb/m3)

Ces sources créent :


Des champs électrique et magnétique E (V/m)

H (A/m)

D’autres courants et charges Ic et Qc


phénomènes d’induction

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 10


Equations de Maxwell
Dans le cas de milieux homogènes et isotropes on
obtient les équations suivantes :

()
rot e = − µ
∂h
∂t
(b = µ h )
()
rot h = σ e + ε
∂e
∂t
(d = ε e ic = σ e )
div ( d ) = q c
()
div b = 0

Les sources peuvent présenter des densités linéiques,


surfaciques ou même volumiques.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 11


Domaine de résolution

On considère deux domaines distincts de résolution


de ces équations : en présence de charges et
courants ou hors de toute charge ou courant.
La résolution en présence de charges et courants
permet de déterminer le champ produit par une
répartition linéique, surfacique ou volumique de charges
et courants (ce qui conduit au diagramme de
rayonnement de l’antenne).

Le second type de résolution permet de calculer les


ondes électromagnétiques propagées en espace libre.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 12


Régime sinusoïdal
Toujours dans le cas de milieux homogènes,
isotropes en régime harmonique on obtient les
équations suivantes :

()
rot E = − jω µ H ( )
rot H = σ E + jω ε E
div ( D ) = Q C
div ( B ) = 0

On peut alors résoudre ces équations pour


déterminer le champ produit par les charges et
courants présents sur un conducteur.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 13


Relation à la surface
Interface avec un conducteur parfait
E1 H 1
ε 1, µ 1, σ 1

n ∧ E1 = 0  Le champ électrique est toujours


n ∧H1 = I S perpendiculaire au conducteur.
 Le champ magnétique est toujours
n.ε E 1 = Q S tangent au conducteur.
 Le champ électrique est
n.H 1 = 0
proportionnel aux charges à la
surface.
 Le champ magnétique est
proportionnel aux courants à la
surface.
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 14
Potentiels électromagnétiques
Pour évaluer les effets d’une source isotrope en un
point P de l’espace on peut introduire les potentiels
vecteur et scalaire :
()   
Puisque div B = 0 on peut écrire B (r , t ) = ∇ ∧ A(r , t )

z
P
θ Le vecteur A est donc défini à un
gradient près, il existe alors une
r
fonction V vérifiant :

o y 
  ∂A(r, t )
ϕ E (r, t ) = −∇ V(r, t ) −
∂t
x

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 15


Potentiels électromagnétiques
En exprimant les équations de Maxwell en fonction
des potentiels, on obtient les équations d’ondes :
2 ∂ 2V Q
∇ V −µ ε 2 =−
∂t  ε
2  ∂2 A 
∇ A − µ ε 2 = − µI
∂t
La résolution (complexe basé sur les fonctions
de Green) donne pour une répartition linéique :
1 e − jβ r
V= ⋅ ∫ Ql (r ) .dl potentiel scalaire
4π ε0 L r
 µ  e − jβ r
A= ⋅ ∫ I l (r ) .dl potentiel vecteur
4π L r
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 16
Source élémentaire
Le doublet électrique élémentaire est un élément
conducteur de taille négligeable dl où l’on peut supposer
le courant constant sur la longueur (vitesse infinie).

z E(r )
P

θ r0
+q r r1
i(t) x
-q charges ±Qe jωt
courant jωQ
C’est un outil théorique qui permet de déduire le comportement de
toute antenne comme la somme de sources élémentaires.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 17


Calcul du champ rayonné
Le problème apparaît à symétrie de révolution par
rapport à Oz. Le potentiel vecteur n’a qu’une
composante Az :
µ e − jβ r
Az = ⋅ I m .dl.
4π r
On obtient alors :
Hr = 0

H Hθ = 0
1 − jβ r  jβ 1
Hϕ = ⋅ I m .dl. sin θ .e  + 2
4π  r r 

Champ magnétique à une seule composante Hϕ

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 18


Calcul du champ électrique
On peut déduire par la suite le champ électrique produit :
1 − jβ r  η 1 
Er = ⋅ I m .dl. cos θ .e  2 + 3
 2π  r j ω ε
r 
E Eϕ = 0
1 − jβ r  jω µ η 1 
Eθ = ⋅ I m .dl. sin θ .e  + 2+ 3
4π  r r j ω ε
r 
Champ électrique à deux composantes Eret Eθ

On se retrouve donc finalement avec 3 composantes de


champ rayonné.
Suivant la distance du point d’observation P par rapport à la
source, on va faire des approximations différentes pour
simplifier les expressions.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 19


Approximations en fonction de r
1 − jβ r  jβ 1
Hϕ = ⋅ I m .dl. sin θ .e  + 2
4π  r r 
1 − jβ r  η 1 
Er = ⋅ I m .dl. cos θ .e  2 + 3
2π  r j ω ε
r 
1 − jβ r  jω µ η 1 
Eθ = ⋅ I m .dl. sin θ .e  + 2+ 3
4π  r r j ω ε
r 

Les termes en 1/r représentent le champ rayonné


(prédominant quand r grand), les termes en 1/r2 donnent
les champs induits et les termes en 1/r3 le champ
électrostatique.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 20


Rayonnement du doublet
Approximation en champ lointain :
j
H ϕ (r , t ) = ⋅ I ⋅ dl ⋅ sin θ ⋅ e j (ωt − βr )
2λ r
j µ
Eθ (r , t ) = ⋅ I ⋅ dl ⋅ sin θ ⋅ e j (ωt − βr )
2λr ε

i(t)

µo
Eθ (r , t )
dans le vide = = 120π = 377Ω
Hψ (r , t ) εo
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 21
Les zones de rayonnement

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 22


Les zones de rayonnement

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 23


Propagation champ lointain
En revenant aux équations dans le cas de milieux
homogènes, isotropes et ne contenant pas les
sources primaires, en régime harmonique on obtient
les équations suivantes :

()
rot E = − jω µ H ( )
rot H = jω ε E
div ( D ) = 0 ()
div B = 0

Rq : Dans ce cas, on constate que les équations en E et H sont


presque symétriques, la seule différence étant l’absence de charges
et courants magnétiques. On peut alors introduire des sources
magnétiques fictives pour symétriser ces équations. La solution du
problème électrique donne alors celle du problème magnétique et
inversement.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 24


Equations de propagation
Les équations de propagation pour les champs et (exprimés
en valeurs instantanées complexes) s’écrivent sous la forme
suivante :
∂ e 2
∂ h 2

∆e − ε µ 2 = 0 ∆h − ε µ 2 = 0
∂t ∂t
Elles deviennent dans le cas où la propagation se fait selon la direction
Oz : 2
∂ e ∂2e ∂ 2
h ∂ 2
h
−ε µ = 0 et −ε µ =0
∂z 2 ∂t 2 ∂z 2 ∂t 2
1
Le rapport v = représente la vitesse de propagation de l’onde.
ε µ
Sachant que généralement on considère que µr = 1 (sauf milieux
ionisés et magnétiques) on écrit :
1 1 c c
v= = = =
ε µ ε 0µ 0 ε r εr n

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 25


Solutions
En régime sinusoïdal, ces équations admettent des solutions de la forme :

e(z, t ) = E exp j(ωt − kz) et h (z, t ) = H exp j(ωt − kz)


avec : k = ω = 2π = ω ε µ (paramètre de phase de l’onde)
v λ
Le rapport des modules de E et H exprime l’impédance d’onde du milieu
considéré (en W) :
E µ
= =η c’est une quantité réelle.
H ε
Valeur dans l’air : 377 ohms

On a alors la relation fondamentale :


µ
E=H∧u
ε
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 26
Onde sphérique - onde plane
Une source ponctuelle (charge Q) produit le rayonnement
d’une onde sphérique.
En effet la résolution des équations de potentiels dans le
cas d’une source ponctuelle est à symétrie de révolution
sphérique, et donne pour solution :

1 − jβ r  j β 1
E (r ) = ⋅ Q.e  + 2
4π ε  r r 

En champ lointain, cela donne :


Eo − jβr
E (r ) = e
r
La surface d’onde est une sphère centrée sur la source

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 27


Approximation d’onde plane
Les solutions des équations de Maxwell sont nombreuses
(dépendant des conditions initiales).
Toutes peuvent s’exprimer comme la somme d’ondes planes.
 
E = E0 ⋅ cos( ωt − βz ) ⋅ dz
o nde
nt d’
l fr o
E

H Sens de propagation

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 28


Puissance transportée
x

E
E z

H
y

Quand la condition de champ lointain est respectée, la


surface d’onde peut être assimilée à un front d’onde
plane. La puissance transportée par l’onde est traduite
par le vecteur de Poynting : 1 *
P= E∧H
2
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 29
Polarisation de l’onde
On sait qu’en champ lointain E et H sont perpendiculaires
entre eux et perpendiculaires à la direction de propagation.
Par contre, suivant le type de source utilisé, l’orientation de
ces vecteurs dans le plan d’onde peut varier.

En se basant sur les variations de l’orientation du champ E au


cours du temps, on définit la polarisation de l’onde.

En repère sphérique, le champ E d’une onde plane est décrit


 ses composantes :
par
 
E =Eθ ⋅uθ +Eϕ⋅uϕ
avec Eθ = Asin(ωt +φa) et Eϕ =Bsin(ωt +φb)

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 30


Polarisation rectiligne
Première hypothèse : les composantes vibrent en phase
φa=φb
  
E =sin(ωt +φ )[ Auθ +Buϕ ]
Plusieurs possibilités :
polarisation horizontale,
verticale ou oblique


E
animation


Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 31
Exemple d’un doublet
Polarisation rectiligne verticale
i(t)

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 32


Polarisation rectiligne horizontale
i(t)

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 33


Exemple de 2 doublets en phase
Polarisation rectiligne oblique
i(t)

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 34


Polarisation circulaire
Deuxième hypothèse : les composantes vibrent en
quadrature de phase et leurs modules sont égaux
φb=φa+π
  2 
E = A[sin(ωt +φa)uθ +cos(ωt +φa)uϕ ]

Eϕ 
E

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 35


Polarisation circulaire par
i(t)
dé-synchronisation

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 36


Polarisation elliptique

3 modes de polarisation
– polarisation rectiligne
• verticale, horizontale (plan H ou E)

– polarisation circulaire
• droite ou gauche
– polarisation elliptique
• droite ou gauche

animations
Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 37
Les grands théorèmes

Pour l’étude du fonctionnement des antennes, quatre grands


théorèmes fondamentaux sont à connaître :

 le théorème de réciprocité de Lorentz


le théorème de Huygens-Fresnel
la théorie des images
le principe de Babinet

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 38


Réciprocité de Lorentz
Si on considère deux distributions de courants I1 et I2 qui
sont à l’origine de champs E1 et E2, on montre d’après les
équations de Maxwell :
  
∫ ∫E∫2.I1.dv=∫ ∫E1∫.I2.dv
v v

les systèmes rayonnants sont réciproques


(attention seulement dans le cadre des antennes
passives).

Pf Pr
Pr Pf

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 39


Principe de Huyghens-Fresnel
Principe permettant de calculer le rayonnement à
l’infini de n’importe quel type de source

surface arbitraire
sources

sources
superficielles
équivalentes
champs nuls (électriques et
magnétiques)

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 40


Application radar
Principe permettant de calculer le rayonnement à
l’infini de n’importe quel type de source

onde plane

cible

point
d’observation

Le champ reçu en P est la somme du champ que l’on


recevrait sans obstacle (connu) et du champ diffracté par
l’obstacle. On peut alors à l’inverse calculer la surface
constituée de sources fournissant un tel champ.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 41


Théorème des images
Au niveau d’un point d’observation, le champ créé par une
source +q placée au-dessus d’un plan réflecteur parfait de
dimensions infini est équivalent au champ créé par
l’association de cette charge avec son image par symétrie par
rapport au plan de charge –q.

P P
x x

+q +q

-q

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 42


Images en courant

Le même principe s’applique pour les sources de courants.


L’image sera formée de la symétrie de la répartition de
courant de signe opposé (opposition de phase).

P P
x x

I I

à la base de très nombreuses applications en antennes


Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 43
Principe de Babinet
Le théorème de Babinet reprend l’aspect symétrique
des équations de Maxwell.
H
E

cas 1 cas 2

Le champ total du cas 1 va être égal au champ


diffracté du cas 2 et inversement.

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 44


Application aux antennes
Toute fente pratiquée dans un plan de masse de
grande dimension aura le même comportement en
rayonnement que l’antenne métallique complémentaire
à ceci près que les champs E et H sont inversés.

E H

Guillaume VILLEMAUD – Cours d’Antennes 45