Vous êtes sur la page 1sur 36

Établir un compte de

trésorerie unique (TSA en


anglais) – Concept,
problèmes et défis

Sailendra Pattanayak
Département des affaires
fiscales
Fonds monétaire international
Vue d’ensemble de la
présentation
1. Plans bancaires typiques
2. Principes et avantages du TSA
3. Différentes structures du TSA
4. Couverture du TSA et interface avec les
systèmes de traitement
5. Dispositions bancaires des flux de
donateurs
6. Questions/conditions préalables à
l’élaboration du TSA

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Système de paiement classique de

nombreux comptes bancaires

UG

bancaires
Comptes
Ministère de la
gestion UG
des coûts
UG

UG
Ministère Ministère de la
gestion UG
des
des coûts
finances UG

UG
Ministère de la
gestion UG
des coûts
UG

UG = unités de gestion
Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI
Dispositions bancaires en
vertu du régime du TSA
 



Compte(s) Comptes bancaires
Gestion de la dette
bancaire(s) de régularisation/à
courant(s)/de dépôt solde nul de
de trésorerie trésorerie


Subventions
Liquidation 
quotidienne du
TSA
Gouvernements locaux


 Fournisseurs


Salariés
Prêts gouvernementaux Contribuables

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


2. Principes et
avantages du TSA
Principes du TSA
 Un TSA est une structure unifiée des comptes bancaires du
gouvernement qui donne une vue consolidée des ressources de
trésorerie du gouvernement

 Le TSA pourrait être juste un compte ou un ensemble de


comptes liés (principaux les et secondaires)
 Tous les fonds publics sont considérés comme durables pour
empêcher l'utilisation inefficace des ressources de trésorerie
 La consolidation des ressources de trésorerie du gouvernement
par le biais d’un TSA est exhaustive
 Il couvre tous les fonds budgétaires et extrabudgétaires

 Le TSA doit être reconnu juridiquement et doit être solide et


stable au niveau institutionnel
 Le TSA peut contenir des comptes auxiliaires à des fins de
contrôle et de surveillance, mais ne devrait pas inclure les soldes
de jour à jour

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Principes du TSA– suite
 Les options pour accéder au TSA dépendent
principalement des structures institutionnelles et
des systèmes de règlement
 Dans le TSA, le solde de trésorerie est maintenu à
un niveau suffisant pour répondre aux besoins
opérationnels quotidiens du gouvernement
 Le revenu lié à la trésorerie et les décaissements
de fonds fixes du secteur bancaire restent au
niveau minimal réalisable
 Les revenus significatifs et les décaissements de fonds
fixes du secteur bancaire profitent aux banques au
détriment du gouvernement

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


LE TSA et le concept de
fonds consolidé
 Toutes les recettes du gouvernement devraient provenir
d’un groupe commun (tel que le Fonds consolidé) et
aucune source de revenu ne doit être réservée à des
dépenses spécifiques
 En général, il n'y a nul besoin de compte bancaire

distinct pour les dépenses et les recettes spécifiques

 Les transactions relatives aux recettes et aux dépenses


doivent être classées dans un plan comptable bien
conçu plutôt qu’en les maintenant dans des comptes
bancaires distincts

 Le TSA devrait être maintenu dans la monnaie nationale,


puisque la plupart des transactions budgétaires sont
effectuées dans cette devise

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Les avantages du TSA
 Il assure une information complète, en temps réel sur les
ressources en espèces des gouvernements
 Il contribue à la préparation précise et fiable des prévisions de
trésorerie
 Il optimise le coût des opérations gouvernementales
 notamment la réduction du volume et du coût d'emprunt du

gouvernement et l’abaissement des besoins en réserves de


liquidités
 Il facilite les systèmes efficaces de paiement
 Il améliore le contrôle opérationnel et d’appropriation pendant
l'exécution du budget
 Il améliore l'efficacité et la rapidité du rapprochement bancaire
 Il facilite la rapidité et l’exhaustivité des états / rapports
comptables
 Par exemple, préparation de rapports complets sur les

sources et les utilisations des liquidités

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


3. Structure et
fonctionnement du TSA
Structure du TSA– Option
1

Systèmes
Récon
Bureau central
c.
Banque limités de
du Trésor centrale
public Règleme
communicatio
nt n et
d’information
Bureau Succursale
régional du régionale de la du Trésor
Ordre de
Trésor public paiemen Banque centrale
t Règleme
nt

Bureau local Unité


du Trésor budgétaire
Ordre de
public
paiemen
Mai 2010 t Sailendra Pattanayak, FMI
Structure du TSA– Option
2

Bureau
Systèmes
Récon
central du c. Banque avancés de
Trésor public centrale
Règlemen communicatio
t
n et
Bureau
régional du
d’information
(2a)
Trésor public du Trésor

Bureau local
du trésor Unité
public budgétaire
Ordre de
paiement

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Structure du TSA– Option
3

Bureau central du Réconc. Bureau central


Trésor public Banque centrale de la banque
commerciale
Règlement

Secteur bancaire Succursale régionale


commercial très de la banque
fiable et avancé commerciale

Ordre de
paiement

Unité budgétaire

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Les exigences d’un TSA
efficace
 Coopération des ministères clés
 Développement d'un système de compensation /
règlement interbancaire
 Système de règlement brut en temps réel (RTGS,
en anglais) à la Banque centrale pour les
transactions de grande valeur
 Grandes banques commerciales et Trésor public en
lien avec le RTGS
 Développement d’un système de compensation
pour les petits paiements

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Différent modèles de banque
transactionnelle dans le cadre du TSA

 Recours aux réseaux des succursales de la banque


commerciale pour canaliser les fonds vers / à partir de
bureaux régionaux du Trésor au TSA de la banque centrale
(BC)
 Utilisation des succursales régionales de la BC là où un
réseau commercial de succursales n’existe pas
 Les bureaux régionaux du Trésor jouent le rôle de la banque
(recommandé uniquement là où le secteur bancaire
commercial est trop instable)
 Recours au réseaux des succursales des banques
commerciales pour compenser les fonds directement entre
le TSA et les contribuables/fournisseurs

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Le TSA utilise le réseau du système
bancaire commercial et les bureaux
régionaux du Trésor (RTO, sigle
anglais)

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Recours au bureaux régionaux de la
BC

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Recours du TSA au réseau bancaire
commercial (sans RTO)

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Gestion des recettes
 Collecte par le biais des banques commerciales
 Alternativement par le système du Trésor
 Imposer des amendes en cas de dépôts en retard
 Accord cadres entre le ministère des Finances /Trésor et
les succursales des banques
 Services standardisés et tarifs transparents
 Pénalités en cas de retards ou de sous performance
 Contrôle
 Informations détaillées disponibles auprès du ministère
des Finances et des agences

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Gestion des paiements
 Les agences soumettent les demandes de paiement
 Couverts par la TSA après contrôle et vérification
 Clarifier les rôles et les responsabilités entre les
ministères, les agences, les banque, la banque centrale
et le ministère des Finances
 Optimiser l’utilisation de virements bancaires directs
 Utilisation de chèques, de cartes de crédit et de débit si
cela s’avère efficace
 Réduire les comptes d’avances et les paiements en
espèces
 Assurer que les paiements soient effectués aux dates
d’échéance
 Éliminer les flux de trésorerie échelonnés

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Gestion des soldes
 Définir plusieurs groupes de fonds au sein du
système de TSA, par exemple :
 Liquidités

 Dépôts

 Investissement

 Différentiation basée sur les besoins de


liquidités, le niveau d’incertitude, les coûts des
sources alternatives, etc.
 Sélection des instruments qui correspondent les
besoins anticipés de trésorerie
 Gestion intégrée des actifs et des
responsabilités
 Tarification efficace et transparente des actifs,
des responsabilités et des services
Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI
4. Couverture du TSA et
interface avec les
systèmes de traitement
des transactions
Couverture d’un TSA
 Seul le gouvernement central
 Doit inclure des fonds extrabudgétaires, s’ils
existent
 Peut inclure des entités publiques autonomes
 Peut être étendu aux fonds de la sécurité sociale
et d’autres fonds fiduciaires
 Gouvernements centraux et sous nationaux
 Soit en vertu d’un TSA unique ou de plusieurs TSA
distincts
 En général, les entreprises publiques ne sont
pas inclues

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Intégrer les fonds fiduciaires et
de la sécurité sociale dans le
TSA
 Chaque fonds fiduciaire pourrait être identifié de
manière distincte et contrôlé à partir du grand livre
du Trésor et/ou du sous-compte du TSA
 Les questions clés sont :
 Le gouvernement a-t-il le droit juridique d’utiliser

le surplus d’espèces disponibles, même


temporairement ?
 Le risque pervers d’inciter à utiliser les réserves

de trésorerie de ces fonds pour financer les


déficits budgétaires
 Ce risque est relativement élevé dans les pays

à faible revenu, en particulier ceux qui ont des


systèmes de Gestion des finances publiques
sous développés

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Un TSA pour le gouvernement
national et le gouvernement sous
national
 Peut être réalisé par l’utilisation des comptes
des correspondants
 Les questions clés sont :
 L’avantage de renforcer les excédents et les déficits de
tous les gouvernements correspondants participant
dans le système TSA
 Minimise le coût d’emprunt général du gouvernement
 Nécessite un système élaboré de grand livre du Trésor
pour contrôler les soldes de chaque correspondant
 Besoin de prendre en compte le risque d’abus par le
gouvernement central pour financer ses déficits au
détriment des gouvernements sous nationaux
 Besoin de garanties pour assurer la disponibilité de
fonds en temps opportun à chaque correspondant du
gouvernement

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Interface du TSA avec les systèmes
de comptabilisation et de traitement
des transactions
 TSA avec paiement et contrôles comptables centralisés
 Les demandes de paiement sont préparées par les agences budgétaires
individuelles, puis envoyées à un bureau du Trésor centralisé pour paiement
 Le Trésor gère le fonds de factures en cours
 Peut entraîner des inefficacités et des coûts élevés de transaction (en particulier
avec le traitement manuel)
 TSA avec paiement et contrôles comptables décentralisés
 Les agences budgétaires individuelles traitent et effectuent les paiements
directement aux fournisseurs (et sont responsables des dites transactions)
 Le ministère des Finances fixes des limites de décaissements de trésorerie
(mensuels ou trimestriels)

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


5. Dispositions bancaires pour
les flux des donateurs
Couvrir les fonds des
donateurs au sein du
TSA
 Quelles sont les préoccupations des donateurs ?
 Assurance pour l’utilisation de l’aide des donateurs sur

des projets spécifiques (ou le non détournement de fonds)


 Certaines protections pour éviter des problèmes de

liquidités (et assurer des paiements en temps voulu


pendant l'exécution du projet)
 Minimiser l’exposition pour échanger les

fluctuations/pertes de la valeur de l’aide du donateur


(lorsque le régime des taux de change des devises est
volatile)
 Fiabilité des contrôles (dans la gestion des fonds des

donateurs) et informations produites par les systèmes


nationaux de gestion des finances publiques

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Dispositions bancaires relatives au
fonds des donateurs – les options
possibles
 Convertir les fonds des donateurs en monnaie locale dès
le transfert vers le TSA (meilleure option)
 L’utilisation d’une disposition ressource-source
permettrait encore d’associer les fonds des donateurs
à des projets spécifiques
 Cela a des avantages techniques et de transparence,
étant une monnaie unique du TSA

 Ouverture de sous-comptes distincts en devises


étrangères au sein du TSA
 Il pourrait y avoir un compte pour chaque devise
étrangère ou un compte pour chacune des devises des
principaux donateurs
 Les comptes du gouvernement seraient déclarés en
monnaie locale et les devises étrangères seraient
converties à un taux de change pertinent

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Dispositions bancaires relatives au
fonds des donateurs – les options
possibles
 Maintenir les comptes en devises étrangères
en dehors du TSA, mais inclure les flux dans
le système comptable

 Affaiblit le concept du TSA et nécessite


des processus administratifs
supplémentaires, mais a au moins
l’avantage d’effectuer des transactions à
travers le système comptable.

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


6. Questions/conditions
préalables pour
l’élaboration d’un TSA
Quelques questions spécifiques
aux pays sur la conception d’un
TSA
 Associer une ressource-source (par ex., ressources d’un
donateur) avec des catégories de dépenses spécifiques
 Pourrait être effectué par le biais de sous-compte

d’un TSA

 Besoin de comptes de régularisation


 Par exemple, pour les principaux flux de revenus

pour contrôler leur collecte et leur dépôt et pour


faciliter le partage des revenus

 Faisabilité technique de règlement quotidien entre les


comptes à solde nul des agences budgétaires et du TSA

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Quelques questions spécifiques aux
pays sur la conception d’un TSA–
suite
 Interface appropriée entre le TSA et les systèmes de
traitement/de comptabilité des transactions
 Cette question doit être examinée avec soin à l’étape de la

conception conceptuelle dans le cas d’un IFMIS (Système


intégré d'information et de gestion financière)

 Identification des transactions non bancaires (après la


fermetures de comptes bancaires spécifiques dans l’agence)

 Élimination des transactions extraordinaires

 Stratégie pour obtenir des services bancaires au détail de la part


des banques commerciales, y compris l’utilisation des options de
paiement électronique ou de transferts électroniques de fonds

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Conditions préalables pour
élaborer un TSA
 Le soutien politique est essentiel (comme pour la
fermetures des comptes bancaires de l’agence)

 Exigences juridiques et réglementaires


 Le TSA doit être reconnu au niveau juridique

 L’autorité régissant l’ouverture des comptes doit

être conférée au ministères des Finances/Trésor

 Exigences technologiques
 Atteindre le réseau bancaire et l’architecture de

déclaration
 Systèmes de compensation des transactions et

de liquidation interbancaire

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Conditions préalables pour
élaborer un TSA– suite
 Officialisation des accords entre le Trésor, la
banque TSA et les banques fournissant des
services bancaires au détail
 Doit couvrir les services proposés par le

système bancaire, les charges/tarifs des


services, les pénalités dues à la non
performance, les dispositions relatives à la
déclaration et au rapprochement, etc.

 Réviser la charte comptable pour la couverture


des transactions des dépenses non bancaires
 Renforcement des capacités des utilisateurs du
TSA

Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI


Mai 2010 Sailendra Pattanayak, FMI