Vous êtes sur la page 1sur 41
Arbres de défaillances
Arbres de défaillances

Bruno MAJOT

- 2005 -

Synthèse
Synthèse
   
 Événement Indésirable (EI), liés au dysfonctionnement du système, identifié lors d’une Analyse Préliminaire de Risques
 Événement Indésirable (EI),
liés au dysfonctionnement du
système, identifié
lors d’une Analyse Préliminaire de
Risques (APR).
 Événement pressenti par le
concepteur.
 Effet client récurent.
 Défaillance avérée.

Arborescence technique du système

 

Règles de conception

Retour

d’expériences

Nomenclature du système

• Nomenclature du système
• Nomenclature du système
• Nomenclature du système
EI
EI
EI

ARBRE DE DEFAILLANCES

Causes Hiérarchisation de causes

• Causes • Hiérarchisation de causes • Scénarii d’apparition • Résultats

Scénarii

d’apparition

Résultats

Fonctions du système

• Fonctions du système probabilistes
• Fonctions du système probabilistes
• Fonctions du système probabilistes

probabilistes

 

Intervenants

Plans

 

Animateur

Schémas

Plan
Plan

GENERALITES

PRINCIPES DE BASE DEPLOIEMENT

TRAITEMENT QUALITATIF

TRAITEMENT QUANTITATIF TABLEAUX DE SYNTHESE INTERETS CONSEILS ET LIMITES DOMAINES D'APPLICATION BIBLIOGRAPHIE

Généralités
Généralités
  • Arbre de causes ou de défaillances.

  • Démarche apparue dans les années 1960 (aux EU, WASH1400 Rapport

Rasmussen).

  • Domaines militaire et aéronautique puis nucléaire, chimique, etc.

  • Analyse de :

  • fiabilité,

  • disponibilité,

  • sécurité.

  • Apparition de cette méthode car il devenait nécessaire de prendre en

compte les combinaisons de pannes : augmentation de la sécurité des

systèmes et donc de leur complexité (ex : redondance).

  • Analyses qualitatives et quantitatives.

Principes de base – Bases d’élaboration
Principes de base – Bases d’élaboration
  • Définition de l‘Événement Indésirable (EI) fondamentale.

Nota : Événement Indésirable ou Événement Redouté. Ex : Incendie ou Incendie 800°C 5 minutes.

  • Démarche déductive :

  • Décomposition successive aux niveaux inférieurs.

  • Représentation par :

  • Opérateurs logiques.

 
  • Événements.

  • Symbole de transfert.

L’arbre de défaillance permet de mettre en évidence les combinaisons de défaillances.

L’arbre de défaillance permet de mettre en évidence les combinaisons de défaillances.

Principes de base – Les opérateurs logiques
Principes de base – Les opérateurs logiques
m/n
m/n
X Y Z
X
Y
Z
W X Y Z
W
X
Y
Z
m/n W X Y Z
m/n
W
X
Y
Z

OU

ET

(Dysfonctionnel)

Opérateur

Symbole

 

X

         
     

Y

 

Z

 
m/n X Y Z W X Y Z m/n W X Y Z OU ET (Dysfonctionnel)
A
A
A
A

Représentation fonctionnelle

m/n X Y Z W X Y Z m/n W X Y Z OU ET (Dysfonctionnel)
A
A
Y Z X
Y
Z
X
A
A
X Y Z
X
Y
Z
A
A
A
A

ET

OU

COMBINAISON

(m, n)

Principes de base – Les événements
Principes de base – Les événements
 

Représentations :

 
   

Combinaison d'événements

Élémentaire

Élémentaire

Élémentaire
Non élémentaire mais non développé
 

Non élémentaire mais non développé

ou non développé momentanément

Case configuration

Case configuration

Événement conditionnel

Événement conditionnel

Principes de base – Les événements (fin)
Principes de base – Les événements (fin)

Définitions des événements de base :

 
  • Élémentaire :

 

généralement une défaillance,

phénomène assez connu pour ne pas le développer plus (probabilité faible - Rex).

  • Non élémentaire et non développé :

 

événement étant une cause externe au système étudié (Ex : alimentation

 

HS),

 

porte ET avec plus de 3 branches.

  • Non élémentaire et non développé momentanément :

 

pas de renseignements suffisants,

à développer par un fournisseur ou à documenter.

  • Case configuration :

 

Permet de réaliser un seul arbre pour différentes phases de vie.

Principes de base – Recherche des causes
Principes de base – Recherche des causes

Détermination de toutes les causes menant à l'EI :

  • Événements élémentaires.

  • Ils sont organisés soit en panne simple soit en combinaison de pannes.

 
  • Ils touchent des :

 

défaillances de commande (rupture d’alimentation, défaillance logicielle,

 

etc.),

 

défaillances intrinsèques (conception, utilisation, agression extérieure, erreur humaine, process, etc.).

  • Les défaillances prises en compte sont fonction des limites de l’étude :

 

agressions extérieures,

problèmes de process,

erreur humaine.

Principes de base – Recherche des causes (suite)
Principes de base – Recherche des causes (suite)

Un système est soit :

Non commandé, mauvaise commande ou pas de commande. Une commande peut être :

 

Un flux : information (électrique, électromagnétique, etc.), matière (gaz, liquide, etc.).

 

ex : pas d’alimentation (carburant, électricité etc.) à l’entrée d’un moteur. Pas de commande issue d’un calculateur. Mauvaise information issue d’un capteur.

Une interaction mécanique : contact, tension, support, etc.

ex : pas de transmission du mouvement de translation ensemble bielle/manivelle.

Principes de base – Recherche des causes (fin)
Principes de base – Recherche des causes (fin)

Machine (Ex : Précision insuffisante, etc.), Homme (Ex : Soudure non conforme, etc.). Utilisation :

Erreur humaine (Ex : mauvaise opération, etc.).

combinées à la sensibilité du système à l’agression considérée.

Agressions extérieures (Ex : thermique, corrosion, électromagnétisme, vibration, électrostatisme, hygrométrie, etc.)

Usure, prise de jeu, etc.

Conception (produit) (Ex : matériel inadapté, etc.). Fabrication (process) :

  • Victime d’une Défaillance Intrinsèque (DI) :

 Machine (Ex : Précision insuffisante, etc.),  Homme (Ex : Soudure non conforme, etc.). Utilisation

Agression thermique

   
Agression Sensibilité dépassée T=40°C (T<30°C)
Agression
Sensibilité dépassée
T=40°C
(T<30°C)
Déploiement – Démarches
Déploiement – Démarches
  • Construction de l'arbre de défaillances

C E3
C
E3
D E
D
E
E
E
B
B
A
A
 Construction de l'arbre de défaillances C E3 D E E B A E1 E2 s
E1 E2
E1
E2
s A C B D E
s
A
C
B
D
E
Déploiement – Démarches (suite)
Déploiement – Démarches (suite)
  • Décomposition par « scénario »

  • Décomposition par « corps de métiers »

  • Décomposition binaire

  • Décomposition par « cycle de vie »

Déploiement – Démarches (suite)
Déploiement – Démarches (suite)

EI

   
Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3
Scénario 1
Scénario 2
Scénario 3
  • Décomposition par « scénario » :

Ex : Incendie Explosion Court-circuit etc.

Déploiement – Démarches (suite)
Déploiement – Démarches (suite)

électronique

  • Décomposition par « corps de métier » :

L’arbre doit être à un niveau suffisant pour faire apparaître les interfaces entre les différentes technologies
L’arbre doit être à un
niveau suffisant pour
faire apparaître les
interfaces entre les
différentes
technologies (ou
fournisseurs).
Pb électrique Pb mécanique Pb hydraulique
Pb électrique
Pb mécanique
Pb hydraulique

EI

 

Pb informatique /

Déploiement – Démarches (suite)
Déploiement – Démarches (suite)
  • Non commande.

   

Hélice HS*

 

(DI)

DI : Défaillance Intrinsèque

** NC : Non Commandé

* : HS : Hors Service

système.

ou / et AMDEC sous-système

par phase du cycle de vie

Par scénario,

Exemple pour un système mécanique : EI = “L’hélice ne tourne pas”

MOTEUR2

  • Défaillance intrinsèque.

  • Décomposition binaire

Suite possible
Suite possible
HÉLICE Hélice non commandée (NC**) Arbre cassé (DI) Arbre NC Moteurs NC Moteur 1 cassé Moteur
HÉLICE
Hélice non commandée (NC**)
Arbre cassé
(DI)
Arbre NC
Moteurs NC
Moteur 1 cassé
Moteur 2 cassé
Moteurs cassés (DI)
l’hélice»
ARBRE
Sens du flux de la
fonction
“ rotation de
l’hélice”
Sens du flux
de la fonction
«rotation de
EI
EI

sens de décomposition

flux mécanique

MOTEUR1

“L’hélice ne tourne pas”

Déploiement – Démarches (suite)
Déploiement – Démarches (suite)
Exemple pour un système électronique AMONT Alimentation AVAL Entrées Sorties Capteurs Synoptique général Stratégie Actionneur d’un
Exemple pour un système électronique
AMONT
Alimentation
AVAL
Entrées
Sorties
Capteurs
Synoptique général
Stratégie
Actionneur
d’un système
Paramètres réseau
électronique
Calculateur
Masse
Effet indésirable au
AVAL
niveau de l’actionneur
Défaillance intrinsèque de l’actionneur
Mauvaise commande
en entrée actionneur
( environnement, etc.)
Mauvaise commande
due à la connectique
Mauvaise commande
en sortie du calculateur
Le calculateur prend la mauvaise
décision (DI soft ou composants)
Les entrées du calculateur ne
reflètent pas la réalité (NC)
AMONT
Déploiement – Démarches (fin)
Déploiement – Démarches (fin)

EI

   
Conception Fabrication Utilisation APV
Conception
Fabrication
Utilisation
APV
  • Décomposition par « phase du cycle de vie » :

Déploiement – Principes
Déploiement – Principes
  • Recherche des causes des événements intermédiaires jusqu’à l’obtention d’événements de base.

    • Puis réitération de la démarche.

    • En événement(s) de base ou en événement(s) intermédiaire(s),

  • Décomposition d’un événement intermédiaire :

  •  

    Diamètre

     

    intérieure hors

    tolérance minimale

    • A effectuer rigoureusement étape par étape (possibilité de considérer les paramètres physiques et les lois qui régissent le comportement des composants, de sous-systèmes ou du système). Ex : débit = f(D,p)

    • Recherche des causes immédiates nécessaires et suffisantes :

     Recherche des causes des événements intermédiaires jusqu’à l’obtention d’événements de base .  Puis réitération
    EI
    EI
     Recherche des causes des événements intermédiaires jusqu’à l’obtention d’événements de base .  Puis réitération
     Recherche des causes des événements intermédiaires jusqu’à l’obtention d’événements de base .  Puis réitération
     Recherche des causes des événements intermédiaires jusqu’à l’obtention d’événements de base .  Puis réitération
     
     

    Chute de

    pression

    Perte de débit

     
    Déploiement – Principes (fin)
    Déploiement – Principes (fin)
    • “Compléter les portes !”

    • Spécifier tous les événements d’entrée d’une porte logique avant

     

    d’entreprendre l’analyse détaillée de l’un d’entre eux.

    • “Pas de porte à porte !”

    • Pas de connexion d’une porte logique à une autre porte logique :

    Risque de confusions,

    Compréhension insuffisante du système par l’analyste (risque d’avoir

    oublié des étapes du raisonnement déductif).

    • “Les causes sont antérieures aux conséquences !”

    • Rechercher les causes d’un événement revient à remonter dans le temps

     

    (en effet, les causes d’un événement doivent être antérieures à l’existence de celui-ci).

    Déploiement – Recommandations
    Déploiement – Recommandations
    • Structurer au maximum l’arbre de défaillances, éviter les “râteaux”.

    • Reboucler avec l’arborescence technique (vérification de

    prise en compte de tous les éléments du système).

    • Repérer dans l’arbre les défaillances qui sont détectées par le

    système.

    • (Ex: allumage d’un voyant).

    • S’assurer de l’indépendance de la détection et de l’application.

    • (recherche des modes communs éventuels).

    • Possibilité d’utiliser des listes types de dangers.

    • (Ex : liste de Willie HAMMER).

    Déploiement – Exemple de liste de Hammer
    Déploiement – Exemple de liste de Hammer

    DA NG ER

    ARRI VE E

    EL EC TR IC IT E :

    Choc :

    Ther mique :

    Génér ateur s de

    puissance

    Sour ces électr iques

    natur elles (éclair )

    etc.

    Equipem ent gr illé

    Coupur e dans la

    Déf aut de déchar ge du

    pr otection ther mique

    CA USE PO SSI BL E

    EF FE TS PO SSI BL ES

    cir cuit capacitif

    etc.

    Tem pér atur es accr ues

    etc.

    etc.

    fonctionnem ent

    Inter fér ence dans le

    Electr ocution

    Per sonnel

    etc.

    Connecteur déf ectueux

    Cour t- cir cuit

    Métaux qui r éagissent à

    CO RR OS IO N :

    lair

    etc.

    Fuite de substances

    cor r osives ou r éactives

    etc.

    Dégr adation du

    matér iau

    Rugosité de la sur face

    etc.

    DA NG ER ARRI VE E EL EC TR IC IT E : Choc : Ther
    DA NG ER ARRI VE E EL EC TR IC IT E : Choc : Ther
    Déploiement – Arrêt de la décomposition
    Déploiement – Arrêt de la décomposition
    • Le niveau de décomposition est fonction des objectifs de l’étude. On

    considérera être en présence d’un événement de base, lorsque l’on atteint

    un niveau de détail suffisant pour proposer un(des) plan(s) action(s) de levée de risque.

    • Le plus souvent, la décomposition est menée jusqu’à ce qu’on ait la

    certitude que :

    • On peut retrouver le traitement des événements de base dans les AMDEC.

    • On dispose d’un retour d’expérience suffisant (études SdF déjà menées sur des systèmes similaires ou de technologie voisine). Lorsque l’on est en

    mesure de pouvoir quantifier les événements de base.

    • Les événements de base sont libellés en terme de conditions fonctionnelles

    non respectées et que l’on peut poursuivre l’étude par une vérification aux

    plans.

    • Un événement trouvé dans le déploiement d’une branche étudiée s’avère être

    identique à un autre événement détecté dans une autre branche de l’arbre. On

    veillera alors a les repérer et les libeller de façon identique.

    • Dans tous les cas, les événements de base doivent être indépendants : qu’ils

    ne possèdent pas de mode commun.

    Traitement qualitatif – Étapes
    Traitement qualitatif – Étapes
    • Codage de l’arbre.

    • Équation booléenne de l'arbre.

    • Réduction de l'équation.

    • Coupes minimales ou chemins critiques.

    • Tableau du nombre d’apparition des événements de base

    par longueur.

    • Tableau d'apparition des événements de base dans les différents EI du système.

    Traitement qualitatif – Codage de l’arbre
    Traitement qualitatif – Codage de l’arbre
    • Identifier les événements de base identiques sur l'ensemble des

    EI et leur attribuer le même code.

    • Coder les autres événements de base.

    • Utilisation des lettres de l’alphabet et des chiffres.

    (Ex : A1, B2, etc.)

    • Complexité du codage fonction de la complexité du système. (Ex : A à Z ou A01 à A99)

    Traitement qualitatif – Équation et coupes minimales
    Traitement qualitatif –
    Équation et coupes minimales

    E i = A + E 1 = A + B (E + F + CD)

    E 2 = E 3 + E 4 = E + F + CD

    E 1 = B.E 2 = B.(E + F + CD)

    E 4 = E + F

    E 3 = C.D

    Construction de l ’arbre

    Écriture de l ’équation de l ’arbre

    A E E 1 E i 1
    A E
    E 1
    E i
    1

    E i = A + BE + BF + BCD

    F E D E 4 E 3
    F
    E
    D
    E 4
    E 3
    E = A + E = A + B (E + F + CD) E =
    C
    C
    + « porte OU » . « porte ET » Rappel :
    + « porte OU »
    . « porte ET »
    Rappel :
    • Équation booléenne de l’arbre.

    B E 2
    B
    E 2
    Traitement qualitatif – Équation et coupes minimales (suite)
    Traitement qualitatif –
    Équation et coupes minimales (suite)
     

    Rappels :

    A.A = A

    A + A = A

    A + A.B = A

    E i = (C + D) . (C + E)

     

    E i = CC + CE + DC + DE

    E = CC + CE + DC + DE

    E i = C + CE + DC + DE

    E = C + CE + DC + DE
    Rappels : A.A = A A + A = A A + A.B = A E

    E i = C + CD + DE

    Écriture de l ’équation de l ’arbre

    Construction de l ’arbre

    • Réduction de l’équation.

    Rappels : A.A = A A + A = A A + A.B = A E

    E R = C + DE

    Équation réduite

    E i
    E i
    E C
    E
    C
    D C
    D
    C
    E 3 E 4
    E 3
    E 4
    Traitement qualitatif – Équation et coupes minimales (fin)  Coupes minimales ou chemins critiques : 
    Traitement qualitatif –
    Équation et coupes minimales (fin)
    Coupes minimales ou chemins critiques :
    Plus petite combinaison d’événement entraînant l’EI,
    Peuvent être d’ordres différents :
    ordre 1 : simple défaillance entraînant l’EI,
    ordre 2 : paire de défaillances qui, se produisent en même temps, entraînent
    l’EI,
    etc.
    E i = A + B.E + B.F + B.C.D
    coupe d ’ordre 1
    coupe d ’ordre 3
    coupe d ’ordre 2
    Traitement qualitatif – Tableaux d’apparition
    Traitement qualitatif –
    Tableaux d’apparition

    Pour un EI :

    Pour tous les EI :

    2

    1

    1

    1

    L1 L2 L3
    L1
    L2
    L3

    1

    3

    EI2 X X X X EI3 X EI1
    EI2
    X
    X
    X
    X
    EI3
    X
    EI1

    B17

    A22

    A

    B

    C

    D

    E

    F

    Traitement qualitatif – Conclusion
    Traitement qualitatif – Conclusion
    • Traitement qualitatif indispensable :

    • Pour l’exploitation des informations contenues dans l’arbre,

    • Pour réaliser ensuite le traitement quantitatif.

    • Exploiter ce traitement par typologie de pannes (problème

    d’utilisation, problème de conception, etc.).

    • Possibilité, à ce niveau de l’étude, de proposer des plans

    d’actions et/ou des plans de validation.

    • Ne pas effectuer le traitement quantitatif si les données sont

    trop faibles.

     
    Traitement quantitatif – Données de base
    Traitement quantitatif – Données de base

    Probabilité de chaque événement de base :

    Sources de données :

     

    Le retour d'expérience (documenter le nombre de défaillances, l’échantillon

     

    observé, les hypothèses effectuées, etc.),

     

    Les bases de données CNET ou MIL HDBK,

    Données constructeurs, industriels,…

    Traitement quantitatif – Formules
    Traitement quantitatif – Formules
     Probabilité des coupes minimales.  Poincaré  P  E .I   P 
    Probabilité des coupes minimales.
    Poincaré
    P
    E
    .I
    P
    n
    U
    i  1
    C i
    n
    i  1
    j-1
    n
    k  1
    j  1
    P
    P
    C
    P
    C
     ...
    C i
    n
    j  1
    C i
    j
    C i
    j
    C k
     
     
    k  3
     
     
    i = 1
    j 
    2
    i  1
    n
    1
    P
    C
    C
    ...
    C
    n
    1
    2
    Standard
    n
    P
    E .I
    1
    1  P
    C i
    i  1
    m
    i
    P
    Ci
    P
    e
    j
    j  1
    n
    m
    i
    P
    E .I
    1
    1 
    P
    e
    j 
    i  1
    j  1
    P = lt pour l = constante
    Si l << 1 alors on a :
    Porte OU : P < S P i (théorème de Poincaré), on prendra : P = S P i
    Porte ET : P  P P i
    Traitement quantitatif – Calculs
    Traitement quantitatif – Calculs
    • Probabilité de chaque Événement Indésirable (EI).

    • Étude de sensibilité.

    Tableaux de synthèse –Type 1
    Tableaux de synthèse –Type 1
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre 3 % TC Ordre 2 Ordre 1 Ordre
    3
    %
    TC
    Ordre
    2
    Ordre
    1
    Ordre
    3
    %
    TC
    Ordre
    2
    Ordre
    1
    Ordre
    1 2 Ordre Ordre 3 TC % Ordre
    1 2
    Ordre
    Ordre
    3
    TC
    %
    Ordre
    EI 2 Gravité : EI 3 Gravité :
    EI 2
    Gravité :
    EI 3
    Gravité :
    EI 1 Gravité :
    EI 1
    Gravité :

    d’apparition

    d’apparition
    d’apparition
    d’apparition

    Code

    Evénement

    Probabilité

     
    Code associé lors du traitement de l’arbre
    Code
    associé lors
    du
    traitement
    de l’arbre
    l’événement de base Libellé de
    l’événement de
    base
    Libellé de
    Probabilité de l’événement de base
    Probabilité de
    l’événement de
    base
    Taux de contribution maxi des coupes dans lesquelles l’événement apparaît
    Taux de
    contribution maxi
    des coupes dans
    lesquelles
    l’événement
    apparaît
    Ordre des coupes minimales dans lesquelles l’événement de base apparaît pour l’EI N°1
    Ordre des coupes
    minimales dans
    lesquelles
    l’événement de base
    apparaît pour l’EI N°1
    de Base
    de Base
    Tableaux de synthèse – Type 2
    Tableaux de synthèse – Type 2
    d’ordre 2 3 ordre 3 2 C pour EI 2 ...... ...... coupes Taux de Autre
    d’ordre 2
    3 ordre 3
    2
    C
    pour EI 2
    ......
    ......
    coupes
    Taux de
    Autre
    2
    minimales
    coupes
    Nb de
    d’ordre 1
    minimales
    contribution
    Nb de
    base
    Evénement de
    2
    %
    2
    1
    3
    B
    25
    10
    %
    2
    pour EI 1
    A
    maxi
    ......
    ......
    ......
    Nb d’EI
    pour EI 1
    2 %

    Ordre de priorité : B, A, C.

    EXEMPLE

    2

    2

    Innovant

    (O/N)

    O

    N

    N

    ......

    2 Innovant (O/N) O N N ...... Gravité maxi des EI 4 4 ......
    2 Innovant (O/N) O N N ...... Gravité maxi des EI 4 4 ......
    Gravité maxi des EI
    Gravité
    maxi des
    EI
    4 4 ......
    4
    4
    ......
    Intérêts généraux
    Intérêts généraux
    • Permet d’identifier toutes les causes SIMPLES et COMBINEES d’un événement.

    • Estimer, à partir des probabilités des événements de base, la

    probabilité de réalisation de l’EI.

    • Prise en contact du facteur humain, des conditions externes et

    des modes communs dans les analyses de sécurité.

    • Déceler les « branches » fragiles qui affectent la probabilité de

    réalisation de l’EI.

    • Complément essentiel à l’AMDE(C) car prise en compte des

    combinaisons de défaillances.

    Intérêts par domaine
    Intérêts par domaine
    • Conception :

    • Déceler les organes dont il faut améliorer la fiabilité ou qu’il faut mettre en redondance.

    • Logistique :

    • Prévoir les organes fragiles à approvisionner.

    • Essai :

    • Orienter les composants à prendre en compte de façon prioritaire dans les tests.

    • Diagnostic :

    • Orienter la recherche de panne.

    Conseils et limites
    Conseils et limites
    • Théoriquement applicable à tous les systèmes.

    • Pas de quantification des dépendances temporelles.

    • Dans le cas de système complexe, nécessité de disposer

    d’un logiciel.

    • Analyse d’un seul événement redouté. Pour un autre

    événement redouté,il faut refaire un arbre.

    • La modélisation est fortement tributaire de l’analyste.

    Domaines d’application
    Domaines d’application
    • Tous les domaines techniques.

    • Arbres de défaillances utilisés comme :

    • Méthode d’analyse pour la sécurité.

    • Outil de quantification en fiabilité et disponibilité.

    • Outil permettant la répartition, aux différents acteurs de l’organisation

    industrielle, des défaillances à traiter (faire faire au fournisseur).

    • Aide au diagnostic (moyen de localisation pour l’après-vente).

    Logiciels de traitement
    Logiciels de traitement
    • AMDECEDIT

    • LOGADYS

    • ARBORIS

    • LOGAN

    • ARBRE

    • METEOR

    • CARA

    • MICRARBRE

    • CEDRE

    • MSI REALITY

    • ESCAF

    • PHAMISS

    • ETRA

    • RISK SPECTRUM

    • FAULT TREE

    • SERENADE

    • FIABEX

    • SOFIA

    • FIGARO

    • SUPERNET

    • FTAP

    • TERMITES

    • GAMTREE

    • TREEMASTER

    • GRAAFT

    • TRIADE

    Bibliographie
    Bibliographie
    • Sûreté de Fonctionnement des systèmes industriels - A. VILLEMEUR Édition Eyrolles -1988

    • Sécurité des systèmes - C. LIEVENS Édition Cepadues -1976

    • Liste de Mr WILLIE HAMMER

    • BNAe RE Aéro 701.11