Vous êtes sur la page 1sur 21

Courants de

court-circuit
Introduction
 Toute installation électrique doit être protégée contre les court-circuits.
 L’intensité du courant de court-circuit est à calculer aux différents étages de
l’installation (changement de section des câbles); ceci pour pouvoir déterminer les
caractéristiques du matériel qui doit supporter ou couper ce courant de défaut.
 La protection doit éliminer le court-circuit dans un temps (tc) compatible avec la
contrainte thermique que peut supporter le câble protégé :

Le courant de court-circuit
permet de déterminer le
pouvoir de coupure PDC des
appareils de protection .
PDC : la valeur maximale du
courant que ses contacts
peuvent couper en cas de court- Protection d’1 câble
circuit. par disjoncteur

2
Les types de court-circuits
 Un court-circuit peut être monophasé (80% des cas), biphasé (15%) ou triphasé
(5%).
 Certains défauts peuvent évoluer : monophasé vers biphasé et biphasé vers
triphasé.
 L’origine peut être mécanique (rupture de câble) ou électrique (surtension).

monophasé biphasé triphasé

3
Calcul du courant de court-circuit

Icc3 : court-circuit triphasé

U
Icc3 
3.Z L

4
Calcul du courant de court-circuit

Icc2 : court-circuit entre 2 phases

U
Icc 2   Icc3
2.Z L

5
Calcul du courant de court-circuit

Icc1 : court-circuit monophasé

V U
Icc1  
(Z L  Z N ) 3.( Z L  Z N )
Icc1  Icc3

6
Calcul du courant de court-circuit

• Court-circuit triphasé Icc3 :


• Le plus intense.
• Le plus néfaste pour l’installation.
• Celui qui est utilisé pour dimensionner les éléments.

• Attention : Un calcul complet doit vérifier le


déclenchement des protections pour Icc2 et Icc1 qui sont
des courants qui apparaissent en cas de défaut des SLT.

7
Exemple de court-circuit
Si un court-circuit se produit côté BT:

• Au point B, le courant IccB est limité par


l’impédance interne du transformateur et
celle du réseau ramenées au secondaire
du transformateur.
• Au point C, Le courant IccC est limité par
l’impédance interne du transformateur et
celle du réseau ramenées au secondaire
du transformateur et celle du câble C1.

CONCLUSION : IccB > IccC

8
Exemple de calcul (1)
Schéma équivalent pour une phase:

• Ra : résistance du réseau amont ramenée au secondaire (du


transformateur)
• Xa : réactance du réseau amont ramenée au secondaire.
• Rt : résistance totale du transformateur ramenée au secondaire.
• Xt : réactance totale du transformateur ramenée au secondaire.
• Rc : résistance d’une phase du câble C1.
• Xc : réactance d’une phase du câble C1.
• V : tension simple au secondaire.

9
Exemple de calcul (2)

Calcul de IccB, courant de court-circuit au point B

V Z B  ( Ra  Rt ) 2  ( Xa  Xt ) 2
IccB 
ZB

10
Exemple de calcul (3)

Calcul de IccC, courant de court-circuit au point C

V
IccC  Z C  ( Ra  Rt  Rc ) 2  ( Xa  Xt  Xc) 2
ZC

11
Exemple de calcul (4)

Conclusion :
• Le pouvoir de coupure de Dj1 doit être
supérieur au courant de court circuit
susceptible de le traverser Pdc Dj1>IccC.
• Un court circuit au point B sera éliminé par
les protections en amont du
transformateur ( généralement par fusibles
côté réseau amont).

12
Calcul des résistances et réactances
Réseau amont (Za, Ra, Xa)

• Le réseau amont est caractérisé par sa puissance de court-


circuit Scc.
• L’impédance du réseau (HT) vu du côté BT peut être obtenue
auprès du fournisseur d’énergie ou par calcul à partir de Scc :

2
U sec La résistance et la réactance
Za  amont se déduisent à partir
Scc de Ra / Za en HT par :
Ra  0, 20.Z a Ra / Za ≈ 0,3 en 6 kV,
Ra / Za ≈ 0,2 en 20 kV,
X a  Z a2  Ra2 Ra / Za ≈ 0,1 en 150 kV.

13
Calcul des résistances et réactances
Impédance du transformateur (Zt, Rt, Xt)
• Le transformateur est 2
caractérisé par : Ucc U
Zt  *
• Son mode de couplage, 100 Sn
• Ses tensions (primaire et
secondaire (U)), Pcu.U 2
• Sa puissance apparente Rt 
nominale (Sn), S n2
• Sa tension de court-circuit
(Ucc%) Xt  Z  R t
2
t
2

• Ses pertes cuivre (Pcu)

Ucc.U
= tension qu’il faut appliquer au primaire du transformateur pour que le secondaire
100 soit parcouru par l’intensité nominale In, les bornes secondaires BT étant court-
circuitées. 14
Calcul des résistances et réactances
Impédance d’un câble (Zc, Rc, Xc)

Le câble est caractérisé par:


L
• La nature du conducteur ( Cu ou Al), Rc   .
• Sa résistivité, S
• Ses dimensions géométriques, cu  23.109 .m
• Son mode de pose.  al  36.109 .m
La réactance dépend de son mode de
pose. la résistivité n’est pas la même selon le courant de
court-circuit calculé, maximum ou minimum (défaut
à l’extrémité et non derrière le disjoncteur).
Mode de pose Jeux de barres Câble triphasé Câbles Câbles Câble en nappe
unipolaires unipolaires serrée
espacés serrés en
triangle
Réactance 0,15 0,08 0,15 0,085 0,095
linéique en
mΩ/m
15
Application numérique

On se propose de calculer la valeur


du courant lors d’un court-circuit
au point B puis lors d’un court-
circuit au point C de l’installation.

Caractéristiques de l’installation :
• Réseau amont : Scc=500MVA
• Transformateur : 20kV, 410V,
Sn=400kVA, Ucc=6%, Pcu=5kW.
• Câble C1: 3 x 150mm2 par phase en
cuivre longueur 3m.

16
Persistance et classification
Type Causes possibles Elimination Fréquence
Automatique en
Auto extincteurs quelques milli 5%
secondes
Amorçage d’un Après une coupure
Fugitifs 70 à 80%
arc de l’ordre de 300 ms
Après une coupure
Semi permanents Branche, animal de quelques 5 à 15%
secondes
Nécessite une
Permanents Accident intervention sur site 5 à 15 %
après coupure
Remarques :
• Seuls 5 à 15% des défauts nécessitent une intervention sur site (continuité du service)
• Les lignes aériennes HTA sont essentiellement touchées par les défauts non permanents

17
Protection des lignes HTA
Défaut auto extincteur :
• Si le défaut dure moins de 100 ms, la protection ne doit pas réagir.
• Si le défaut dure plus de 100 ms, la protection doit réagir.
Défaut auto extincteur :
• La durée de mise hors tension est d'environ 300 ms pour permettre l’extinction de
l'arc qui a pu se former.

Défaut semi-permanent :
si le défaut réapparaît à la remise sous tension, l'automatisme réagit de la manière suivante :
• un deuxième déclenchement a lieu 0,5 s environ après la réapparition du défaut ; la
coupure a alors une durée de 15 à 30 s ; ce cycle peut être suivi d'un deuxième cycle
analogue.

Défaut permanent :
si le défaut persiste encore, le disjoncteur déclenche définitivement. La ligne reste alors hors
tension jusqu'à la fin de l'intervention nécessaire (recherche de défaut, visite de ligne,
dépannage).

18
Cycle de réenclenchement

19
Le disjoncteur shunt
• Le fonctionnement de l'automatisme réenclencheur lent présente l'inconvénient de
provoquer des coupures sur le réseau. Le disjoncteur shunt permet d'éviter ces coupures,
pour environ 80 % des défauts monophasés fugitifs.
• Chaque phase peut être mise à la terre par un disjoncteur fonctionnant à pôles séparés, Ce
qui permet d’éteindre l’arc en le court-circuitant.

20
Cycle d’un disjoncteur shunt

21