Vous êtes sur la page 1sur 70

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE DE

L’APPAREIL DIGESTIF
PLAN

1. Introduction
2. Organisation générale
3. La bouche, les dents
4. Œsophage
5. Estomac et duodénum
6. Foie
7. Pancréas
8. Intestin grêle
9. Colon et rectum
Introduction

Anatomie : description des organes

Physiologie : comment ça fonctionne


Orientation
Coupes anatomiques
La digestion
 Processus au cours du quel un organisme transforme les
aliments en nutriments qu’il peut ensuite assimiler
Nutriments
– Energétiques : lipides (9 kCal/g), protéines et glucides (4
kCal/g)
– Eau : 1 à 1,5 L de boisson/j + 1 L d’eau contenue dans les
aliments + 0,3 à 0,4 L de production interne
– Vitamines: Substances organiques nécessaires en très petite
quantité à l’organisme. Ils ne peuvent pas être synthétisées par
l’organisme et doivent être apportées par l’alimentation, à l’exception
de la vitamine D qui peut être produite par l’organisme. Des apports
insuffisants en vitamines provoquent à plus ou moins long terme des
perturbations biologiques puis cliniques, les déficiences et les
carences.
– Sels minéraux : macro-éléments et oligo-éléments
Diététique
• Répartition idéale de l’énergie :
– 55 % de glucides (dont 2/3 de glucides complexes)
– 30 % de lipides (dont 1/2 d'origine végétale)
– 15 % de protides (dont 1/2 d'origine végétale)
L’APPAREIL DIGESTIF - PLAN

1. Introduction
2. Organisation générale
3. La bouche, les dents
Où ça se trouve
4. Œsophage Décrire brièvement
A quoi ça sert
5. Estomac et duodénum Comment ça marche
Principales notions de pathologie
6. Foie
7. Pancréas
8. Intestin grêle
9. Colon et rectum
ORGANISATION GENERALE
ORGANISATION GENERALE
ORGANISATION GENERALE
• Cavité abdominale : séparée du thorax par le
diaphragme
ORGANISATION GENERALE
• Péritoine : membrane entourant les viscères abdominaux et
se réfléchissant sur les parois abdominales, délimitant une
cavité.
Ascite : liquide dans la cavité
péritonéale
BOUCHE : coupe sagitale

Sinus frontal

pharynx
Palais mou

Palais osseux choanes

Langue épiglotte

Larynx

oesophage
Bouche de face

Incisives

Pilier antérieur
Palais mou
luette
Amygdale

Langue Pilier postérieur

Frein de la langue
Les dents
Sur chaque demi-mâchoire
-2 incisives
-1 canine
-2 prémolaires
-3 molaires

8 dents
x4
32 dents
La bouche : physiologie
La salive : (0,5 à 1,5 L/j)
– Produite par les glandes salivaires :
 95% : parotide(salive aqueuse), sous-maxillaire(s.visqueuese)
 5 % : sub-linguale, les glandes de la muqueuse buccale.
– hypotonique, pH à 7
– Lubrifie les aliments  facilite la mastication et la
déglutition
– rinçage intermittent des récepteurs du goût lors des
repas.
– Contient des enzymes débutant la digestion (amylase)
– Hygiène buccale et dentaire
– antimicrobien: IGA, lysozymes= phagosomes.
 Les acini des glandes salivaires produisent la
salive primaire dans les acini dont la composi-
tion électrolytique est similaire à celle du
plasma et qui subit ensuite des modifications
dans les canaux excréteurs (salive secondaire).
 Pauvre en NaCl, hypotonique, forte
concentration en HCO3-
La production de la salive est déclenchée par
voie réflexe :
Les stimuli sont notamment, l'odeur , le goût des aliments, le contact des aliments
avec la muqueuse buccale et la mastication, ainsi que les nausées.
Les réflexes conditionnés (ils doivent faire l'objet d'un apprentissage) : un fait anodin,
comme par exemple le bruit des assiettes avant un repas peut, par la suite, constituer
à lui seul un stimulus suffisant.
Le Sommeil et la déshydratation inhibent la sécrétion de salive.
La stimulation de la sécrétion est sous contrôle sympathique et parasympathique:
• La noradrénaline induit, une sécrétion de salive très visqueuse et riche en mucine.
• L'acétylcholme provoque la production d'une salive aqueuse
La bouche : physiologie
Mastication
Déglutition
– La langue repousse les aliments vers l’arrière-
bouche  fermeture réflexe des choanes(cavité
nasales), obstruction des voies aériennes par
l’épiglotte(la respiration est suspendue)
– Ouverture de la bouche œsophagienne
– Le bol alimentaire est entraîné vers le bas par une
onde de contraction de l’œsophage(peristaltisme)
– Processus complexe, impliquant de nombreux
muscles et nerfs
• Si dysfonction : fausses routes
Vomissement: Lors du vomissement, le diaphragme est
bloqué en position inspiratoire et les muscles abdominaux se
contractent brusquement , Simultanément le duodénum se
contracte et les sphincters œsophagiens se relâchent, ce qui a
pour effet d'exercer une pression sur l'estomac dont le contenu
est expulsé vers l'extérieur via l'œso-phage
Œsophage
Oesophage
Tube de 25-30 cm de long ,revêtu d’un épithélium
malpighien et Fait connexion entre la bouche et
l’estomac
Situé dans le cou puis le thorax puis la cavité
abdominale
Comporte 3 retrecissememts: sup(la bouche
oesoph), moyen(aortique), inf(diaphragmatique)
Sa structure musculaire, son innervation
extrinseque(pneumogastrique),et intrinseque(plexus
nerveux autonome) permettent la propulsion des
aliments du pharynx vers l’estomac.
Le sphincter inf de l’œsophage s’oppose au reflux de
contenu gastrique.
QQ signes : dysphagie, regurgitatiin, pyrosis,
eructation
Hgie digstive exteriorisée ou non

Hernie hiatale :béance du bas de l’œsophage

Oesophagite : inflammation de l’œsophage, souvent à


cause d’un reflux

Dysphagie : difficulté à avaler. Cause : tumeur…


Estomac
Oesophage

Cardia

Pylore

Duodénum
Antre
Estomac
Estomac
Réservoir d’aliments (estomac proximal et distale)
– Extensible (stt proximale) !
– Contient une musculature ext (longitudinale et circulaire)
et interne(fibres musculaire oblique), et la muqueuse qui
produit les constituants de suc gastrique
– Durée de séjour : selon la composition des aliments
(50% d’un volume de veau ingéré quitte l’estomac
en 10 à 20 min, aliments solides: plusieurs heures 1-
4h (particules en suspension < 1 mm de diamètre ).
– durée de séjour des glucides <des protéines <des
lipides
– Aliments brassés, mélangés au suc gastrique,
partiellement digérés, graisses émulsionnées
Glande tubulaire gastrique
Zone pacemaker
 Au niveau de la limite supérieure de
l’estomac distale (au tiers supérieur
cellules interstitielles de Cajal du corps), se trouve une zone
pacemaker
 Une stimulation locale de la paroi de
l'estomac (en partie par voie réflexe,
en partie par action de la gastrine
engendre, à partir de là des ondes
péristaltiques particulièrement
fortes dans l'antre , qui cheminent
jusqu'au pylore
 les aliments sont brassés, mélangés
au suc gastrique et partiellement
digérés, en outre les graisses sont
émulsionnées.
Les matières indigestibles (os, fibres, substances
étrangères) ne quittent pas l'estomac pendant la phase
digestive.

c’est au cours de la phase interdigestive qui suit que


des ondes contractiles particulières parcourent l'estomac
et le duodénum, au rythme d'une «horloge interne»,
une fois toutes les 1:30 h environ ce qui provoque
l'évacuation gastrique des substances indigestibles
(phase de nettoyage).

ainsi que le refoulement vers le gros intestin des


bactéries ayant migré par voie rétro-grade dans le
duodénum.
Estomac
Suc gastrique :
– 3 à 4 litres par jour
– pH=0,8 à 4
– Enzymes : pepsine pour digestion des protéines,
lipases pour la digestion des lipides
– Acide chlorhydrique : digestion des protéines,
antibactérien
– La muqueuse gastrique est protégée contre
l’acidité par le mucus et la sécrétion de
bicarbonate
Principales pathologies : ulcère, cancer
Insertion d’une sonde naso-gastrique
Le carrefour aéro-digestif
Le carrefour aéro-digestif
L’intestin grêle-Duodénum
Oesophage

Pylore

Duodénum

Canal cholédoque

Canal de Wirsung
L'intestin grêle a pour fonction essentielle de terminer la
digestion des aliments et d'absorber les produits de
dégradation conjointement avec l'eau les electrolytes et les
vitamines
environ 4-6 m de long

comprend trois segments le duodénum a la sortie de


l’estomac se prolonge par le jéjunum suivi par l’iléon qui
s’abouche avec le gros intestin

L intestin grêle est recouvert extérieurement par le péritoine


Les vaisseaux sanguins et lymphatiques ainsi que les
nerfs parviennent a l’intestin grêle par l’intermédiaire du
mesentere

Comme l’estomac, l’intestin est dote de celIules


pacemakers (cellules interstitielles de Cajal)
Duodénum(en forme de C)
Dans la 2ème portion, au milieu de la partie
descendante se jettent le canal cholédoque
(bile) et le canal de Wirsung (suc pancréatique)
Ce qui en sort : le chyle

Rôle dans la digestion :


– action de la bile et du suc pancréatique
– Progression du chyme puis du chyle par
contractions péristaltiques
Le foie

Foie

Estomac
Vésicule biliaire

Colon
Intestin grêle
Le foie
Les voies biliaires

Canal hépatique
Vésicule Canal cystique
biliaire Canal cholédoque
Le foie
À DROITE
Le viscère le plus volumineux (1,5 kg)
Deux lobes
Situé sous les côtes mais dans la cavité
abdominale et péritonéale.
 Voies biliaires :
– Le cholédoque s’abouche dans le duodénum avec
le canal de Wirsung (pancréas)
– La vésicule est un réservoir de bile qui se remplit
entre les repas et se vide pendant le repas
Le foie
Multiples fonctions
– Synthèse de la bile : permet l’émulsion et la digestion
des lipides et donc leur absorption (détergent)
– Nutritionnelle :
• Son importance dans le métabolisme des lipides
• Son importance dans le métabolisme des glucides : synthèse
et utilisation du glycogène
• Absorption des vitamines liposolubles (A,D,E,K)
– Synthèse de la plupart des protéines sanguines
• Albumine, facteurs de coagulation
– Détoxification, transformation de certains
médicaments : adapter la posologie en cas de
problème hépatique
Bilan hépatique
Examens biologiques permettant d’apprécier
la fonction hépatique :
 Transaminases (ASAT, ALAT) : s’élèvent en cas de
destruction des cellules du foie.
 PAL, gamma-GT, bilirubine : s’élèvent en cas
d’obstruction biliaire.
 Albumine, facteurs de coagulation : diminuent en
cas de mauvais fonctionnement du foie
(insuffisance hépatique)
Principales pathologies
 Cirrhose : suite à des agressions répétées
(alcool, infection par les virus des hépatites),
le foie devient fibreux et ne fonctionne plus)
 Cancer, métastases
 Hépatite : inflammation du foie (causes :
infections, toxiques et médicaments, auto-
immun…)
 Lithiase biliaire : « caillot » se formant dans les
voies biliaires et pouvant les obstruer
 Ictère : jaunisse
Lithiase biliaire
Ictère conjonctival
Pancréas
Le pancréas
S’étend transversalement du duodénum à la rate
Canal pancréatique = de Wirsung
– S’abouche dans le duodénum avec le cholédoque
Fonction exocrine :
 Sécrétion d’enzymes pancréatiques dans le duodénum
: lipase (digestion des graisses), protéases (ex:pepsine,
trypsine, chymotrypsine, elastase: digestion des protides),
Amylase (digestion des glucides).
 Sécrétion de suc pancréatique : 1-2 litres/j qui s'écoule
dans le duodénum. Il contient essentiellement des ions
bicarbonates (HCO3-) qui servent à neutraliser (pH 7-8) le
chyme riche en HC1 provenant de l'estomac.
Le pancréas
Fonction endocrine (sécrétion d’hormones)
– Déversées directement dans le sang, pas dans le
duodénum
– Sécrétion de l’insuline (permet l’absorption du
sucre contenu dans le sang par les cellules de
l’organisme). Si pas d’insuline : diabète
– Sécrétion de glucagon, de somatostatine
Principales pathologies : cancer (grave +++),
pancréatite, diabète de type 1 (jeunes) + la
mucoviscidose (touche le pancréas)
L’intestin grêle

Intestin grêle
L’intestin grêle
• Au total environ 4-6 mètres. Trois parties :
– Duodénum
– Jéjunum
– Iléon (s’abouche au colon)
• Très mobile
– Muscles et nerfs dans la paroi
• Fixé par le mésentère, par où arrivent les
vaisseaux
Intestin grêle

Mésentère
Intestin grêle
 Surface couverte de villosités, augmentant la
surface d’absorption
 Ces villosités sont recouvertes par des
entérocytes, cellules permettant l’absorption
 Principales pathologies : occlusion,
inflammation (Maladie de Crohn)
Côlon
Côlon
ascendant
Côlon
transverse

Iléon

Côlon gauche
Caecum (descendant)

Appendice
Côlon
 De 1 à 3 m de long. 6 portions :
– Caecum, auquel s’abouche l’iléon
– Colon ascendant ou droit
– Colon transverse
– Colon gauche ou descendant
– Colon sigmoïde
– Rectum
Fin de la digestion, remplit 2 fonctions:
 sert au stockage de contenu intestinale et
formation des selles
 absorption d’eau et d’électrolytes
Côlon
 Importance de la flore intestinale +++
 Mille milliards de bactéries par gramme de selles !
 Impliquées dans la digestion: elles dégradent les glucides
indigestibles (par ex la cellulose) ou les disaccharides qui
n’ont pas été absorbés en amont (par ex le lactose), la
synthèse de vitamines(ex:k).
 Protège contre les bactéries pathogènes: La présence de
bactéries dans l’intestin augmente l’activité de la
défense immunitaire intestinale( inflammation
physiologique )
 Perturbée en cas de traitement antibiotique
• Diarrhée fréquente sous antibiotique
Principales pathologies coliques :
Cancer
rectocolite hémorragique et maladie de Crohn
occlusion, diverticules…
Rectum et anus
Défécation
 Evacuation des matières fécales par l’anus.
– Processus complexe faisant intervenir de
nombreux réflexes
 Quantité de selles : 60 à 80 g par jour en
moyenne(Diarrhée : > 200 g /j)

 Varie de 3fois/j à 3fois/S,Dépend des habitudes, de la


quantité d’eau, et de la quantité de fibres ingérées
(non digérées),.
merci
FIN !

Exemples de questions

• Quels sont les différents types de nutriments ?


• Quelles sont les fonctions du foie ?
• Nommer les segments de l’intestin grêle et du
colon