Vous êtes sur la page 1sur 9

Droit de constatation

Droit de constatation
Le C.G.I complète l’article 210, le droit de contrôle de l’administration, par un
droit de constatation de sorte que l’administration fiscale puisse se déplacer sur
place pour contrôler les contribuables soit par :

- Demander aux contribuables la présentation des factures, ainsi que les


livres, les registres et les documents professionnels se rapportant à des
opérations ayant donné lieu ou devant donner lieu à facturation ;
- Procéder à la constatation des éléments physiques d’exploitation : s’assure
de l’existence effective des immeubles, machines et toutes autres
immobilisations matérielles, ainsi l’état du stock. D’où le vérificateur se
déplace dans cette procédure en place pour contrôler le contribuable.
En effet, le pouvoir de constatation peut être mis en œuvre auprès
de touts les contribuables relevant de l’I.S ou de l’I.R selon le
régime du R.N.S ou R.N.R, pour rechercher les manquements aux
obligations prévues par la législation et la réglementation en
vigueur.
1. Agent compétent, lieu et période
d’intervention
Peut être menée par les agents assermentés de L’administration
ayant au moins le grade d’inspecteur adjoint et qui sont
commissionnés pour procéder au contrôle fiscal.
L’inspecteur des impôts doit motiver sa décision et obtenir
l’autorisation de sa hiérarchie
Le droit de constatation s’exerce dans tous les locaux du
contribuable concerné magasins, ateliers, usines, Dépôts, bureaux
(…) ou peut s’étendre aux locaux où les documents Comptables
sont habituellement traités et conservés, bureau d’un comptable,
fiduciaire représentant de contribuable.
Et sa durée de constatation sur place est fixée au maximum huit (8)
jours ouvrables à compter de la date de remise de l’avis de
constatation et durant les heures d’activité professionnelle propres à
l’entreprise concernée par le droit de constatation.
2. Mise en œuvre de la procédure de
constatation
La procédure commence par la remise de l’avis de constatation au
contribuable, ou son représentant ou toute personne travaillant
avec lui . Qui accuse réception de cet avis par la signature à
l’emplacement réservé contre récépissé. Puis l’intervention, dite
inopiné, peut commencer immédiatement. Et l’inspecteur procède
à relever les manquements aux obligations prévues par la
législation et la réglementation en vigueur, son que sa
constatation dépasse, au maximum, 8 jours.
La clôture de l’opération est matérialisée par un avis de
clôture établi par l’agent en deux exemplaires et signé à la fois
par l’inspecteur et le contribuable, à qui un exemplaire est
remis. Après, dans un délai de trente (30) jours, suivant la date
d’établissement d’avis de clôture, l’agent de l’administration
établis un procès-verbal comprenant ces contestations,
listes des pièces dont il retiré une copie et éventuellement les
manquements relevés sur place. Une copie est remise au
contribuable concerné qui dispose d’un délai de 8 jours pour
faire ses observations.
le droit de constatation ne se traduit par aucun modification des
éléments déclarés et c’est pour cela que cette procédure entre
dans les pouvoirs d’investigations de l’administration malgré
son caractère du contrôle sur place.
Cependant, les constatations qui en découlent peuvent être
opposées aux contribuables dans le cadre d’un contrôle fiscal sur
place.
3. En cas de refus :

En réalité et dans la mesure où le contribuable oppose au droit de


constatation, soit par le refus de présentation des documents dans la
tenue est obligatoire, soit le refus d’accès où locaux professionnels.
Le contribuable encourt une amende de 2000 DH, majorée d’une
astreinte de 100 DH par jour de retard dans la limite de 1000 DH

Vous aimerez peut-être aussi