Vous êtes sur la page 1sur 33

Economie et droit

Les entreprises et la
production

Yves Flückiger
I. INTRODUCTION
A. Définition
La quantité offerte d’un bien ou d’un
service représente le nombre d’unités de
ce bien ou service produites par une
entreprise (offre individuelle) ou par
une industrie (offre du marché) au
cours d’une période donnée. Il s’agit donc
d’un flux, comme pour la demande.
I. INTRODUCTION
A. Définition
La quantité offerte dépend:
 du prix du bien/service considéré
 du prix des biens intermédiaires
nécessaires à la production
 des prix des facteurs de production
utilisés (notamment le travail et le capital)
 de la technologie
A. Définition

O sur le marché
PA

P1 Quantité maximale que


l’industrie est prête à offrir
sur le marché
pour un niveau de prix donné

Q1 QAO
A. Définition

Offre sur le marché


PA

P1 La fonction d’offre représente le


prix minimum exigé par les
entreprises pour offrir une certaine
quantité du bien « A »

Q1
QAO
I. INTRODUCTION
B. Hypothèses de comportement
 Les entreprises visent à maximiser leur
profit total (symbolisé par )
 Le profit total est défini comme la
différence entre leur recette totale (RT),
ou chiffre d’affaires, et leur coût total de
production (CT)
I. INTRODUCTION
B. Hypothèses de comportement
 Objectif: Déterminer la quantité
particulière Q* que l ’entreprise devrait
produire tel que:
(Q*) = RT(Q*) – CT(Q*)
soit maximum
I. INTRODUCTION
B. Hypothèses de comportement
 Cette hypothèse est suffisamment générale
pour décrire le comportement de la plupart
des entreprises, à l’exception des
entreprises à but non lucratif
 L’entreprise peut adopter parfois un autre
comportement visant par exemple à
maximiser sa place sur le marché
(prédation)
I. INTRODUCTION
C. Notion de « surprofit »
 La notion de profit économique ou de
« surprofit » diffère de la notion comptable à
laquelle on fait généralement référence
 Elle se distingue par le fait qu’il faut inclure
dans les coûts de production, une
rémunération « normale » des fonds
propres. Ce montant n’est pas aisé à
déterminer
I. INTRODUCTION
D. Distinction entre court et long terme
 Court terme : période durant laquelle il y a
au moins un facteur de production fixe, en
général le capital physique
 Elle est déterminée par la période de temps
nécessaire à une entreprise pour revendre
ses équipements ou pour résilier son
contrat de bail par exemple
I. INTRODUCTION
D. Distinction entre court et long terme
 La longueur de la période de court terme
est donc variable selon le secteur
économique considéré
 Long terme : période durant laquelle
tous les facteurs de production
deviennent variables, y compris les
équipements et les infrastructures
II. STRUCTURE DES COÛTS
A. Les coûts fixes, les coûts
irrécupérables et les coûts variables
 Les coûts fixes représentent les coûts
qui ne varient pas en fonction de la
quantité produite par l’entreprise
 Si l’entreprise cesse son activité, elle
continue à supporter, à court terme, ces
coûts fixes
II. STRUCTURE DES COÛTS
 Les coûts fixes irrécupérables
représentent une partie des coûts fixes
que l’entreprise ne peut pas récupérer en
vendant par exemple ses machines ou
ses équipements
 Ils constituent des barrières éventuelles à
la sortie du marché
II. STRUCTURE DES COÛTS
 Les coûts variables changent en
fonction du volume de production réalisé
 Si la production cesse, les coûts variables
deviennent nuls (exemple : salaires,
matières premières, coûts énergétiques,
impôt sur le bénéfice etc.)
 A long terme, tous les coûts sont
variables
II. STRUCTURE DES COÛTS
B. La fonction de coût total à court
terme
 Le coût total de production (CT) est
formé, à court terme, de la somme des
coûts fixes (F) et des coûts variables (CV)
 En l’occurrence,
CT(Q) = F + CV(Q)
II. STRUCTURE DES COÛTS
CT

Dans la phase des rendements


croissants, la quantité supplémentaire
CV
produite par heure de travail s’accroît
au fur et à mesure que Q augmente

Q1 Q
II. STRUCTURE DES COÛTS
CT

Dans la phase des rendements CV


décroissants, la quantité
supplémentaire produite diminue
lorsque Q augmente

Q1 Q
II. STRUCTURE DES COÛTS
CT
CT

Q1 Q
II. STRUCTURE DES COÛTS
C. Le coût marginal et le coût moyen
 Le coût marginal symbolise le coût
supplémentaire lié à un accroissement
(marginal) de la quantité produite:

Cm = CT/Q = CV/Q
II. STRUCTURE DES COÛTS
C. Le coût marginal et le coût moyen
 Le coût moyen de production est défini
comme le coût total par unité produite:

CM = CT/Q
II. STRUCTURE DES COÛTS
D. Exemple numérique
Quantité Coût total Coût moyen Coût marginal = Coût marginal
produite CT/Q (mesure ponctuelle)
(approximation)

0 1 10
8,1
1 9,1 9,1 6,5
5,2
2 14,3 7,15 4,0
3,2
3 17,5 5,83 2,5
2,1
4 19,6 4,90 2,0
2,2
5 21,8 4,36 2,5
3,2
6 25,0 4,16 4
5,2
7 30,2 4,31 6,5
III. Calcul d’un producteur
individuel
 Pour déterminer la quantité à produire pour
maximiser le profit total, l’entreprise doit
confronter sa fonction de coût total à celle
de la recette totale (RT = P.Q)
 En situation de concurrence, l’entreprise
n’est pas en mesure de se comporter de
manière indépendante; le prix fixé sur le
marché est une donnée qu’elle ne peut
influencer (condition d’atomicité)
III. Calcul d’un producteur
individuel
 L’entreprise peut procéder par
« tâtonnement » pour déterminer la quantité
qui maximise son profit total (Cf graphique)
 Si elle connaît parfaitement ses fonctions
de coût et de recette, elle peut y parvenir
plus simplement en cherchant la quantité
pour laquelle, sa recette marginale est
égale à son coût marginal de production
III. Calcul d’un producteur
individuel
 La fonction d’offre d’une entreprise se
confond avec sa fonction de coût marginal
à partir de son seuil de rentabilité
 Le seuil de rentabilité correspond au niveau
de prix pour lequel le volume de production
choisi par l’entreprise lui permet de réaliser
une recette totale qui couvre tout juste son
coût total de production (P1)
Fonction d’offre d’une
entreprise
P OFFRE

CM
Que se passe-
t-il si le prix P3
sur le marché P2
varie ? Cm
P1
P0

q1 q2 q3 q
III. Calcul d’un producteur
individuel
 Le seuil de fermeture représente le niveau
de prix à partir duquel une entreprise
préfère quitter le marché car elle ne
parvient même plus à couvrir ses coûts
fixes de production
 Le seuil de fermeture est inférieur au seuil
de rentabilité
 Le seuil de fermeture est un seuil de sortie;
le seuil de rentabilité est un point d’entrée
III. Calcul d’un producteur
individuel
Déplacement de la fonction d’offre
individuelle
Cm: O de l’entreprise
P
O’ O ’’
Hausse des coûts
variables

Baisse des coûts


variables ou progrès
technique
q
IV. Offre de l’industrie
A. Offre à court terme
 Agrégation des offres individuelles pour
chaque niveau de prix
 Une hausse de prix provoque une
augmentation de la quantité produite
(réaction des entreprises en place)
 L’offre agrégée correspond au coût
marginal de production de l’industrie
IV. Offre de l’industrie

P
A: seuil de
rentabilité Offre de l ’industrie
de l’entreprise la Surprofit
plus efficace

P1

A
PA

Q1 Q
IV. Offre de l’industrie
B. A long terme
 Les “ surprofits ” obtenus attirent de
nouveaux concurrents
 S’il n’y a pas de barrières à l’entrée, de
nouvelles entreprises vont pénétrer sur le
marché et les “ surprofits ” vont tendre
progressivement à diminuer
IV. Offre de l’industrie
 Ce processus élimine les entreprises
“marginales”
 La courbe d’offre à long terme devient
“ horizontale ” et elle se fixe à la hauteur du
seuil de rentabilité de l’entreprise la plus
efficace
 Ce processus devrait conduire à l’élimination
de tout “ surprofit ”. A long terme, tous les
secteurs dégagent la même rentabilité pour
leurs fonds propres
V. Elasticité-prix de l’offre
A. Définition

Q A
o

Q o
Q PA
o
e 
A A
 A
Po
PA PA Q A
o

PA
V. L’élasticité prix de l’offre
B. Comparaison
O2
P La fonction d’offre
O1 est plus élastique que la
fonction d’offre O2
A
O1

NB: la comparaison devrait se


faire par rapport à un point
donné « A »
Q