Vous êtes sur la page 1sur 26

Secteur Minier burkinabè: Etat des lieux

physiques et potentialités minières

Présentation: Bureau des


Mines et de la Géologie du
Burkina
(BUMIGEB)
PLAN DE PRÉSENTATION

1. INTRODUCTION GENERALE;

2. HISTORIQUE DE LA RECHERCHE MINIERE

3. SITUATION DE LA CARTOGRAPHIE;

4. POTENTIALITES MINIERES;

5. LES PERSPECTIVES;

6. CONCLUSION.
1. INTRODUCTION

Longtemps considéré comme un pays dépourvu de


ressources minières, le Burkina est aujourd’hui
cité parmi les pays miniers ou les pays en voie de
le devenir.
Ce statut n’est pas le fruit du hasard mais la
conséquence de plusieurs années de recherche
géologique et minière qui a aboutit à la mise en
évidence de plusieurs gîtes et indices minéraux.
1. INTRODUCTION (Suite)

La découverte de ce potentiel minier a connu


une évolution progressive depuis le temps
colonial jusqu’à nos jours.
2- HISTORIQUE

La recherche géologique et minière a pris son


envol bien avant l’indépendance de notre pays.
Elle était dirigée essentiellement par des
géologues français, dont le bureau en Afrique de
l’ouest était basé à Dakar.
Un service des mines pour la Haute Volta a été
crée par la suite a Bobo qui deviendra plus tard
BUVOGMI (Bureau Voltaïque de la Géologie et
des Mines).
2- HISTORIQUE

Il sera transféré à Ouagadougou dans les années


70 et prendra le nom de Bureau des Mines et de
Géologie du Burkina (BUMIGEB) en 1984. Ce
service de recherche étatique aura alors pour
mission de mener des campagnes de recherche
géologique et minière sur toute l’étendue du
territoire afin de découvrir des minéralisations
qui pourront déboucher sur une exploitation et
une production minière effective.
2- HISTORIQUE

C’est ainsi que plusieurs gîtes seront


découverts et dont certains ont fait l’objet
d’exploitation artisanale.
Des structures comme: COVEMI, SOVIMPEC,
COMIKI, SOREMI devenue SOREMIB,
SOMICOB, SMG, CBMP, La « Filière Or »,
CEMOB.
3. Cartographie géologique

le BF connait une 1/1O00 000 cartes gites et minéraux


cartographie géologique
insuffisante;.
le projet SYSMIN (1999
– 2003)
 le levé géologique de
13 degré carrés à 1/200
000 sur les 27 feuilles
qui couvrent l’ensemble
du territoire
SITUATION DE LA CARTOGRAPHIE GEOLOGIQUE A L’ECHELLE 1/200000
La Carte géologique et minière
du Burkina Faso
Or ;

Les métaux
ferreux: ;

Les métaux non


ferreux;

Les substances
non métalliques;

Les pierres
précieuses;

Les substances
énergétiques;
4. Le potentiel minier

Les travaux de recherche (passés et récents) ont permis


de mettre en évidence une variété de substances
minérale sur toute l’étendue du territoire.
a) Les métaux et pierres précieuses
L’or (Au) : on le trouve un peu partout sur le territoire
où il est exploité de façon industrielle ou artisanale
Le diamant (C) : On a trouvé des indices dans la région
de Barsalogho ainsi que dans les alluvions des bassins
versant des rivières de la Comoé, du Mouhoun, de la
Léraba et de la Sissili.
4.Le potentiel minier
(suite)

b) Les métaux ferreux


Le manganèse (Mn) : les indices de manganèse sont nombreux mais
les plus importants sont le gisement de Tambao et le gîte de Kiéré.
Le fer (Fe), Titane (Ti),Vanadium (V) : les principaux gîtes sont Tin
Edia, Kolel et Oka. Des indices secondaires sont signalés à Ouga-Yarsé
près de Kaya et à Roumtinga à Yako.
Le nickel (Ni) : nous avons le gîte de Bonga, le gîte de Dablo et
l’indice de Tin Saman près de Tambao.
4. Le potentiel minier

c) Les métaux non ferreux


Le zinc (Zn): il s’agit du gîte de Nabénia-Tenga dans la région
de Tiébélé, des indices de Tiébélé Sud et des indices de la
région de Garango.
Le cuivre (Cu) – Molybdène (Mo) : les principaux gîtes sont à
Dienemera-Gongondy dans la zone de Gaoua, à Wayen et
Goren.
Le plomb (Pb) : on a l’indice de Gan près de Tougan.
L’antimoine ou Stibine (Sb) : le principal gîte est à
Mafoulou situé entre Kaya et Kongoussi.
Le potentiel minier

c) Les métaux non ferreux


L’aluminium (Al) : les minerais à forte teneur de Al se
rencontrent dans la zone de Kaya-Kongoussi (Wempassédo,
Yougounimi, Nyaney, Tonwaka), dans la région de Bobo-
Dioulasso, de Dédougou (Kosso), de Saboulahiasso, de Fara et
de Séguénéga.
Le niobium-tantalium (Nb-Ta)/ l’Etain (Sn) : il s’agit des
indices de la région de Zorgho (Zoungou), de Kangounadeni et
de Mangodara.
4.Le potentiel minier

d) Les substances non métalliques


Les phosphates : il y a le gîte de Kodjari, le gîte d’Aloub-
Djouana et celui d’Arly ;
Les calcaires à ciment : les principaux gîtes sont situés au
Nord : Tin Hrassan et Tin Dioulaf ;
Les dolomies : Il y a le gîte de Samandéni et le gîte de
Dioukan-Tuigo ;
Le marbre : il est exploité à Tiara près de Bobo Dioulasso ;
4. Le potentiel minier

d) Les substances non métalliques


Les sables siliceux : le principal gîte est à Sonssorobougou non
loin de Bobo-Dioulasso
Le Kaolin est fréquent dans la région de Kongoussi (Galla,
Vousnango, Nabmassa), à Saanba près de Ouaga, dans la
région de Bobo (Diékui, Koreba, Bobo) et dans la zone de
Titao.
Les granites : le potentiel est important ; on le trouve dans la
partie socle du pays.
4. Le potentiel minier

e) Les substances énergétiques


L’uranium : des travaux de géophysique aéroporté ont
décelées diverses anomalies à travers le territoire ; des indices
ont été signalés avec d’autres minéralisations à Zoungou, à
Mangodara et à Gontouré Kiri ;
Le graphite : on peut citer l’indice de Korsimogho près de
Kaya et celui de Dissin.
Les tourbes : des indices ont été signalés dans la vallée du
Sourou.
CARTE DES GÎTES ET INDICES
4. Le potentiel minier

La politique de recherche minière du BUMIGEB a permis de


fournir les informations de base notamment des cartes
géologiques, des cartes géophysiques et des cartes de
potentialités minières qui sont indispensables pour une
recherche minière approfondie. Cela a permis avec un code
minier et une politique minière favorable d’attirer de
nombreux investisseurs. Ce qui n’est pas sans conséquence
sur l’économie du pays où les produits miniers sont
aujourd’hui les premiers produits d’exportation.
4. Le potentiel minier

De nos jours :
- Plus de 950 permis de recherche ;
- 14 permis d’exploitation industrielle : 11 en Au, 2 en Mn
et 1 en Zn/Pb ;
- 06 projets avancés tous en Au ;
- 02 permis d’exploitation de substances utiles
notamment du calcaire ;
- Et 03 gîtes (Cu/Mo, Cu/Au et Au) à étude avancée qui
sont en attente.
CARTE DE LOCALISATION DES GISEMENTS
5- LES PERSPECTIVES

 le projet PADSEM (coopération avec la Banque


Mondiale) devra permettre de compléter la
cartographie géologique à 1/200 000 des 13
degrés carrés restants et réactualisation la carte
géologique et minière à l’échelle 1/1 000 000;
 la cartographie géologique du territoire aux
échelles de 1/100 000 et 1/ 50 000 pour des
produits plus détaillés; le levé géophysique
aéroporté haute résolution en magnétisme et en
spectrométrie
5- LES PERSPECTIVES

 Des études géophysiques aéroportées ont mises en


évidences plusieurs anomalies radiométriques qui nécessitent
des contrôles géophysiques au sol et des études géologiques
et géochimiques approfondies. Pour cela un programme de
recherche plus poussé sur ces anomalies est en cours et va se
poursuivre le temps qu’il faut dans le but de mettre en
évidence des gîtes uranifères;
 l’accent sera mis sur la recherche de base des hydrocarbures
avec pour ambition de trouver des indices. Pour cela une
cellule chargée de la recherche des hydrocarbures composée
de techniciens du BUMIGEB et du MME a été créée. Cette
cellule réfléchie à trouver le cadre institutionnel adéquat et
les conditions pratiques pour lancer cette recherche.
5- LES PERSPECTIVES

 Les « Terres Rares » (REE) sont devenus aujourd’hui des


substances très recherchées compte tenu de leur utilisation
dans beaucoup de domaines technologiques ainsi que
certains métaux stratégiques comme le Coltan, le molybdène,
le tungstène, … dont la demande mondiale ne fait que
augmenter. C’est ainsi que le BUMIGEB à mis en place un
programme de recherche de ces substances généralement
liées aux granitoïdes. Ce projet est en cours d’exécution et
concerne pour le moment trois zones d’études mais sera
étendu à plusieurs zones dans les années à venir;

 Recherche et valorisation des substances de carrière.


6- Conclusion

Débuté bien avant l’indépendance du pays,


poursuivie jusqu’à nos jours par le BUMIGEB, la
recherche géologique et minière a permis au
Burkina Faso de passer de statut de « pays
agricole » à « pays minier ».
Plusieurs indices et gîtes minéraux ont été
découverts allant des métaux précieux aux
substances énergétiques en passant par les
métaux de bases et les substances utiles.
Les perspectives en matières de mise en
évidence d’autres potentialités sont bonnes.