Vous êtes sur la page 1sur 48

L’Automate Programmable

Industrielle

Réaliser par : Zabia Djalal Eddine - Bane Abed Al Rahim


Actuellement quasiment toutes les applications industrielles d'automatismes sont pilotées
par un ou plusieurs automate programmable.

L'offre des fabricants est telle qu'il est possible, avec un automate, de gérer des applications
"simples" (quelques entrées/sorties) ou des application "très complexes" (des milliers
d'entrées/sorties.

Quelques abréviations :
API : Automate Programmable Industriel
PLC : Programmable Logical Controller
Analogique avec le Traitement Humain
de L’informations
Qu'est-ce que L’Automate Programmable
Industrielle
?

L'Automate Programmable Industriel (API) est un appareil électronique


programmable, adapté à l'environnement industriel, qui réalise des
fonctions d'automatisme pour assurer la commande de pré-actionneurs et
d'actionneurs à partir d'informations logique, analogique ou numérique.
Les Entreprises produisant un API
Parmi eux….

- Siemens
- Schneider
- ABB
- HIMA
- LG
- ALEN BREADLY
- Omron
- Modicon
Historique
Les automates programmables industriels sont apparus à la fin
des années soixante, à la demande de l'industrie automobile
américaine (GM), qui réclamait plus d'adaptabilité de leurs systèmes
de commande.
Le premier automate est fabriqué Modicon 084 par Richard MORLEY et son
équipe , et fut présenté fin 1969.
Modicon 084 : 255 E/S, mémoire 4 Ko, programmation LADDER, dimension L 500
x H 1200 x P 340, poids 46 Kg
Historique
Avant : utilisation de relais électromagnétiques et de systèmes
pneumatiques pour la réalisation des parties commandes
⇒ logique câblée
Inconvénients : cher, pas de flexibilité, pas de communication
possible
Solution : utilisation de systèmes à base de microprocesseurs
permettant une modification aisée des
systèmes automatisés ⇒ logique programmée

Actionneurs
Contraintes du monde industriel :
ƒ influences externes :
- poussières,
- température,
- humidité,
- vibrations,
- parasites électromagnétiques, …
ƒ Personnel :
- mise en œuvre du matériel aisée (pas de langage de
programmation complexe)
- dépannage possible par des techniciens de formation
électromécanique
- possibilité de modifier le système en cours de fonctionnement
ƒ Matériel :
- évolutif (‫)قابلة للتطوير‬
- modulaire (‫)نظام وحدات‬
- implantation aisée (‫)سهل التنفيذ‬
Domaines d'emploi des automates :
On utilise les API dans tous les secteurs industriels pour la commande des machines
(convoyage,
emballage ...) ou des chaînes de production (automobile, agroalimentaire ... ) ou il
peut également
assurer des fonctions de régulation de processus (métallurgie, chimie ...).
Il est de plus en plus utilisé dans le domaine du bâtiment (tertiaire et industriel)
pour le contrôle du
chauffage, de l'éclairage, de la sécurité ou des alarmes.

Nature des informations traitées par l'automate :


Les informations peuvent être de type :
ƒTout ou rien (T.O.R.) : l'information ne peut prendre que deux états (vrai/faux, 0
ou 1 …).
C'est le type d'information délivrée par un détecteur, un bouton poussoir …
ƒAnalogique : l'information est continue et peut prendre une valeur comprise
dans une plage
bien déterminée. C'est le type d'information délivrée par un capteur (pression,
température …)
ƒNumérique : l'information est contenue dans des mots codés sous forme binaire
ou bien
hexadécimale. C'est le type d'information délivrée par un ordinateur ou un
module intelligent.
Architecture des automates :
a. Aspect extérieur :
Les automates peuvent être de type compact ou modulaire.
De type compact, on distinguera les modules de programmation (LOGO de Siemens,
ZELIO de Schneider, MILLENIUM de Crouzet ...) des microautomates.
Il intègre le processeur, l'alimentation, les entrées et les sorties. Selon les modèles
et les fabricants, il pourra réaliser certaines fonctions supplémentaires (comptage
rapide, E/S analogiques ...) et recevoir des extensions en nombre limité.
Ces automates, de fonctionnement simple, sont généralement destinés à la
commande de petits automatismes.
De type modulaire, le processeur, l'alimentation et les interfaces d'entrées / sorties
résident dans des unités séparées (modules) et sont fixées sur un ou plusieurs
racks contenant le "fond de panier" (bus plus connecteurs).
Ces automates sont intégrés dans les automatismes complexes où puissance,
capacité de traitement et flexibilité sont nécessaires
b. Structure interne :
-Module d'alimentation : il assure la distribution d'énergie aux différents
modules.
-Unité centrale : à base de microprocesseur, elle réalise toutes les fonctions
logiques, arithmétiques et de traitement numérique (transfert, comptage,
temporisation ...).
-Le bus interne : il permet la communication de l'ensemble des blocs de
l'automate et des éventuelles extensions.
-Mémoires : Elles permettent de stocker le système d'exploitation (ROM ou
PROM).
-Interfaces d'entrées / sorties :
ƒ-Interface d'entrée : elle permet de recevoir les informations
ƒ-Interface de sortie : elle permet de commander les divers préactionneurs et
éléments de signalisation.
Câblage des entrées / sorties d'un automate
Langages de programmation

Il existe 5 langages de programmation des automates qui sont normalisés au


plan mondial par la norme
CEI 61131-3.
Chaque automate se programmant via une console de programmation
propriétaire ou par un ordinateur
équipé du logiciel constructeur spécifique.
1- Liste d'instructions (IL : Instruction list) :
Langage textuel de même nature que l'assembleur
(programmation des microcontrôleurs).
Très peu utilisé par les automaticiens
2-Langage littéral structuré (ST : Structured Text) :
Langage informatique de même nature que le
Pascal, il utilise les fonctions comme if ... then ...
else ... (si ... alors ... sinon ...)
Peu utilisé par les automaticiens.
3-Langage à contacts (LD : Ladder diagram) :
Langage graphique développé pour les
électriciens. Il utilise les symboles tels que :
contacts, relais et blocs fonctionnels et s'organise
en réseaux (labels).
C'est le plus utilisé.
4-Blocs Fonctionnels (FBD : Function Bloc Diagram) :
Langage graphique ou des fonctions sont représentées
par des rectangles avec les entrées à gauche et les
sorties à droites. Les blocs sont programmés
(bibliothèque) ou programmables.
Utilisé par les automaticiens.
5- Programmation à l'aide du GRAFCET (SFC : Sequential Function Chart) :
Le GRAFCET, langage de spécification, est utilisé par
certains constructeurs d'automate (Schneider, Siemens )
pour la programmation. Parfois associé à un langage de
programmation, il permet une programmation aisée des
systèmes séquentiels tout en facilitant la mise au point des
programmes ainsi que le dépannage des systèmes.
On peut également traduire un grafcet en langage en
contacts et l'implanter sur tout type d'automate.
Les avantages et Les inconvénients

Les avantages :
– La capacité de production accélérée
– L’aptitude à convenir à tous les milieux de production
– La souplesse d’utilisation
– La création de postes d’automaticiens.
Les inconvénients
– Le cout élevé du matériel, principalement avec les systèmes hydrauliques
– La maintenance doit être structurée
– La suppression d’emplois.
Siemens S7-200
L’interface de API peut être divisée en sections:
- Le premier, Les LED d'état :
Il montre que le CPU est en cours d'exécution et exécute le programme ,,,
RUN : Il montre que le CPU est en cours d'exécution et exécute le programme
STOP : Cela montre que la CPU est éteinte et le programme arrêté
SF/DIAG : Il montre un dysfonctionnement, a deux couleurs, couleur Jaune a un
dysfonctionnement interne du système, la couleur rouge a un dysfonctionnement externe dans la
connexion
- Deuxième , Port de communication :
- Troisièmement, porte de sortie :
- Quatrième,, port des entrée :
- Cinquième, port de façade :
Changement de mode ,,
RUN : pour L'exécution de programme
STOP : pour arrêtez le programme
TERM: L'exécution et arrêt de programme c'est seulement fait par programme de PC
Schéma de câblage
CPU 226
Step 7 micro/win software
L’interface de programme :
Connecter le câble de communication

Type de câble de connexion Utilisateur USB / RS 485 PC class


Étapes à suivre pour établir la connexion :
1-Cliquez sur l'icône Communication dans la barre de navigation
2-Notez l'apparition de la fenêtre de communication sur la droite de la
fenêtre en appuyant sur le double cliquez pour rafraîchir Dans ce cas, il
apparaîtra si le PC est connecté avec PLC ou non
3-Si elle est hors ligne, nous appuierons sur l'ensemble set PG / PLC
interface
4-De la fenêtre, nous choisissons le type de câble de connexion qui est PC /
PPI câble
5-Nous choisissons l'onglet de connexion locale et choisissons le type de
port s'il est USB ou COM
6-Répétez l'étape 2 jusqu'à ce que nous nous assurions qu'il y a une
connexion
RUN ET STOP avec le programme
Exemple de Programmation :
Dans une usine, un moteur est pressé en appuyant sur la touche (Start
motor Switch) et est arrêté en appuyant sur la touche (Stop motor
Switch ) , le moteur ne peut être actionné que lorsque la touche (
Limit Switch Product ) est enfoncée
Ensuite, une table de symboles est écrite, ce qui facilite la recherche dans le
programme avec un commentaire sur l'entrée et la sortie API
Maintenant, nous voulons télécharger le programme vers l’API
Il y a deux flèches en bleu, la première est la flèche vers le bas, qui charge le
programme du PC vers le CPU de API
La deuxième flèche sera la tête de la flèche vers le haut, c'est-à-dire que le
programme sera mis à jour Après le CPU de API

Après avoir cliqué sur le bouton de Charger vers CPU , la fenêtre


suivante apparaît
Appuyez sur la touche de Charger vers CPU (Download) ,puis chargez le
programme dans la CPU, mais notez que lorsque vous téléchargez le
programme, la CPU doit être en mode STOP, sinon vous serez invité à le
faire.
Il y a un outil qui montre l'état du programme en termes d'entrées et de sorties et
qui aide également le programmeur à détecter facilement les défauts.
Cet outil est appelé programme status