Vous êtes sur la page 1sur 42

Université Med Cherif messadia

souk ahras
TP dessin de bâtiment :

Aménagement Du Terrain
Et
Reconnaissance De Sol

Elaboré par : Professeur :


CHIBI MED SADDEK Gouassmia
BOUCHRMA MOURAD

Année universitaire : 2017 /2018


LA SOMMAIRE :
TITRE 1 : Reconnaissance de sol

1 /…………………………. Introduction
2 /………………… Moyens de reconnaissance
géotechnique
3-15 / …………………… Analyse géologie
16-23 / ……………………… La géophysique
24-28 / ………………… Sondages
29 -30 / ………………….. Analyse de sondage

TITRE 2 : Aménagement du terrain


33 /…………………….. Introduction
34-37 /……………… Exemple d’aménagement
38/ ……………………… Conclusion
La reconnaissance des sols permet d'appréhender les
problèmes qui peuvent se poser lors de l'étude d'un
projet de construction ou lors de l'expertise de sinistres.
La reconnaissance des propriétés d'un terrain constitue
le lien entre la cause d'un sinistre et les remèdes que l'on
se propose de mettre en place.
Il y a sommairement, deux catégories de moyens de
reconnaissances qui complètent les investigations
géologiques de surface :
-Les méthodes d’observation du terrain, soit en place,
soit à l’aide d’échantillons (prolongement en
profondeur de la géologie de surface) : puits, tranchées,
sondages...
-Les méthodes de mesure "in situ" basées sur la mesure
d’une propriété physique du terrain, dont font parti les
essais géophysiques 1
L’étude géotechnique est une opération dont dépend en grande partie la qualité de
l’ouvrage projeté. Sa démarche générale consiste d’abord à caractériser le sol
afin de pouvoir proposer des solutions pratiques à la réalisation de l’ouvrage.
Son but est de fournir aux différents intervenants d’un projet tels que les ingénieurs,
les architectes, les entrepreneurs, etc., des renseignements sur la nature et les
propriétés des sols et de formuler des recommandations d’ordre géotechnique devant
leur permettre de concevoir et de réaliser l’ouvrage projeté.

Les moyens utilisés pour les reconnaissances géotechniques de tracé sont


adaptés
aux différentes phases d'étude.
Il s'agit :
1) de l'analyse de la géologie (reconnaissances terrain, analyse des
documents existants)
2) de la géophysique
3) des sondages
2
1:/L’analyse géologie :
L'analyse de la géologie débute par une reconnaissance terrain et se poursuit par
l'analyse de documents existants (cartes géologiques, sondages, photos
aériennes, ...).
Elle permet ainsi de définir :
1. les étages géologiques :
classification du sous sol en fonction de son origine et de son age

3
Tunnel sous la Manche

4
5
Coupe géologique de la carte du Col de
Cucheron au 10 000ème
6
La France géologique :

cartes à l’échelle
publiées par le BRGM 7
(Bureau de recherches géologiques et minières)
2. la lithologie :
description en fonction de la nature du terrain

8
9
10
PO IC - Géologie de l'ingénieur
3. la tectonique :
présence de plissements, failles, érosions
Soit la géomorphologie : relation entre les formes du relief et la
géologie

Reconnaissances terrain
par l'observation visuelle :
Première étape de l'analyse
géologique, les
reconnaissances visuelles
permettent
les premières identifications
du terrain qui devront être
confirmées avec l'examen
des cartes géologiques.
Visite terrain par des géologues BRGM
(photo ministère développement durable -
Laurent Mignaux) 11
Analyse des cartes géologiques :
L'exploitation des cartes géologiques du BRGM (1:50 000) =>
description des terrains (lithologie)
contexte général (organisation spatiale, tectonique, accidents)
(échelle de travail le kilomètre)

Cartes géologiques BRGM


12
Photo interprétation :
L'examen stéréoscopique des photos aériennes =>
 fracturation,
 zones humides ou déprimées,
 morphologie des terrains (moutonnements, replats,..)
(échelle de travail : le km à 100 m)

Photointerprétation d'après les photos aériennes


13
Nécessité d'un contrôle et d'une validation sur le terrain
Cartographie de terrain :
Réalisation de relevés in-situ et report sur fonds cartographiques précis (1:5 000 à
1:100) :
 nature des terrains,
 observation des affleurements,
 état d'altération ou de fracturation,
 orientation des structures
(échelle de travail : de 100 m à 10 m)

Reconnaissances visuelles 14
Exemple : aptitude des terrains à l'urbanisation (Clermont Ferrand
est)

PO IC - Géologie de l'ingénieur 15
2:/La géophysique :
Les méthodes de reconnaissance géophysiques permettent de déterminer la
nature des couches profondes en utilisant par exemple leurs caractéristiques:

1.Prospection Sismiques

Ondes sismiques : réflexion et réfraction (source


INSA)
16
2. Prospection Électriques

Sondages électriques Sondages électriques (source INSA)

17
3.Prospection Électromagnétiques

Mesures électromagnétiques dispositif EM31 : stage de Géophysique de


Polytech'Paris-UPMC à l'INAPG Grignon (2006)
18
Diagraphie en sondage :
1. RAN
2. microsismiques
3. nucléaires (YY et NN)
4. imagerie de paroi
Diagraphie de radioactivité naturelle (RAN) :
Les diagraphies font un usage intensif de la mesure de la radioactivité dans les
forages. Les logs nucléaires ont en effet un grand avantage, ils peuvent être
enregistrés en trous ouverts ou tubés, vides ou remplis de n'importe quel type de
fluide.
Les plus couramment utilisés sont : le gamma ray, qui est une mesure de la
radioactivité naturelle, le log gamma-gamma ou log densité et le log
neutronneutron
qui sont des mesures de radioactivité provoquée.
(source université de Lausanne)

19
Principe de la sonde gamma ray,
radioactivité naturelle (Source :
Université de
Lausanne) Résultat diagraphie gamma ray, radioactivité
naturelle
20
Diagraphie micro sismique
Cette technique consiste à mesurer les temps de propagation des ondes de

compression à la périphérie d'une paroi de forage au moyen d'une sonde


descendue
dans un forage.
Cette sonde comporte :
un émetteur de chocs constitué par un mini marteau pneumatique
deux capteurs de vibrations
Les 2 mesures de temps, T1 et T2, seront réalisées entre l'émetteur de
chocs et les
2 capteurs distants de l'émetteur. La sonde est déplacée et mise en station
à raison
de 3 stations par mètre dans les cas les plus courants.

21
Diagraphie nucléaires Gamma-Gamma (YY) ou neutron-neutron (NN) :
Les diagraphies de cette nature sont toutes basées sur le principe de
l'interactionentre une radioactivité incidente et les composants de la formation
soumis au
bombardement radioactif.
On bombarde la formation par un faisceau de rayons gamma d'énergie constante
(0,1 à 1 MeV). Ces photons gammas entrent en collision avec les électrons de la
matière. A chaque collision, l'énergie du faisceau incident est atténuée, cette
atténuation peut se faire de trois façons :
1. effet photoélectrique ;
2. effet Compton ;
3. effet de production de paire.

Interaction corpusculaire (source : Université de Lausanne) 22


Schéma de principe de la sonde neutron (source : Université de
Lausanne)
Diagraphie par imagerie de parois :
Réalisation d'images depuis la sonde descendue dans le forage.

Pour en savoir plus ...


Université de Lausanne1 : cours online de géophysique du Pr D. Chapellier, Pr
Jean-
Luc Mari 23
3:/Sondages :
Définition :
Un sondage au pénétromètre statique est la méthode de test du sol la plus courante
et la plus appliquée en en Belgique et aux Pays-Bas, Elle permet de fournir des
informations de manière rapide et efficace sue les caractéristique géotechnique et
les successions des différentes couches de sol.

24
Le schéma de sondage 25
Différents moyens de sondage :
1. pelle mécanique : échantillons remaniés à faible profondeur (3 à 4m),
très
rapides, très peu chers
2. sondages tarières : échantillons remaniés à grande profondeur et
terrains
meubles ou tendres, rapides, peu chers en petit diamètre
3. sondages destructifs : échantillons remaniés à grande profondeur et
terrains durs, rapides, peu chers
4. sondages carottés : échantillons non remaniés à toutes profondeurs et
toute dureté, lents, chers
5. sondages avec hydrogéologie : essais lefranc (sol) ou lugeons (roche),
tubes piézométriques
6. sondages avec essais mécaniques : pressiométriques,
pénétrométriques,sicmétrique ,inclinométrique.

26
Sondages à la tarière Sondages carottés Sondages destructifs
(source E. Manier) (source E. Manier) (source E. Manier)
27
Type de sondage :

Sondage profond conventionnel foreuse mécanique

sondage peu profond Sondage profond traditionnel 28


ANALYSE DES SONDAGES :
Les sondages ont ainsi rencontré depuis la surface :

un horizon particulièrement médiocre (résistance dynamique de pointe qd < 2


MPa)
rencontré uniquement en sommet de talus dans les sondages SP1, SP2 et SP3 sur
environ 1,4 m d'épaisseur. Cet horizon correspondant très vraisemblablement aux
remblais sous-consolidés du bord de route départementale

un horizon médiocre (qd = 2 à 6 MPa) rencontré partout sur 3 à 4 m d'épaisseur et


dont
les caractéristiques sont localement mais ponctuellement plus élevées (qd = 5 à 8
MPa).
Cet horizon correspond aux alluvions limoneuses à blocs de la basse terrasse de la
Drôme, avec une matrice limoneuse marron à beige très développée et quelques
blocs
et galets
29
au delà, un horizon extrêmement résistant (qd > 10 MPa) ayant provoqué des
refus
rapides et systématiques de pénétration dynamique et correspondant très
certainement
au substratum rocheux de marno-calcaires, avec une tranche altérée de quelques
centimètres d'épaisseur.
Le toit de ce substratum rocheux a été rencontré selon les sondages à (cote/TA)
:
SP1 : – 5,2 m
SP2 : – 5,2 m
SP3 : – 5,2 m
SP4 : – 3,2 m
SP5 : – 2,8 m
SP6 : non rencontré
?*
SP7 : – 3,6 m

*En SP6, un refus à -1,6 m a été observé et il semble que ce ne peut être une remontée
du toit du substratum mais plutôt un refus précoce sur bloc.

30
Source : Géotechnique wikipédia
31
32
Introduction :
Les aménagements sont des opérations occupant des surfaces plus ou moins
étendues et comportant plusieurs ouvrages analogues ou différents : Zones
urbaines, industrielles (surface, souterrain) ; Aérodromes ; Aménagements
« linéaires » (canalisations, routes, voies ferrées, canaux, cours d’eau, rivages
marins) ; Champs de captages…
La géotechnique des aménagements définit le cadre de l’opération, contrôle sa
faisabilité, éventuellement propose des variantes, divise le site en secteurs
relativement homogènes où des problèmes techniques analogues pourront
recevoir des solutions analogues, repère d’éventuels secteurs et endroits à risques
de façon à les éviter ou à les traiter spécifiquement, valide les dispositions
retenues, prépare les études détaillées de chaque ouvrage qui composent
l’aménagement, permet l’évaluation du coûts de l’opération…

33
Source : Géotechnique wikipédia 34
35
36
source :Lectur de plan de situation 37
Conclusion :
Il doit être étude géotechnique, Il permet
l’adaptation spécifique de l’ouvrage au site, afin de
limiter les risques « naturels » et induits, autant que
faire se peut ; il consiste à informer le maître d’ouvrage
et les constructeurs delà nature et des comportements
du site afin qu’ils puissent définir et justifier les
solutions techniques qu’ils devront concevoir, adopter
et mettre en œuvre pour réaliser leur aménagement
et/ou leur ouvrage en toute sécurité et à moindre coût.

38