Vous êtes sur la page 1sur 21

Royaume du Maroc

Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur,


De la Formation des Cades et de la Recherche Scientifique
Département de l’enseignement de l’Enseignement Supérieur,
De la Formation des Cades et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE Université Mohammed V Agdal


ETABLISSEMENT : Faculté des Sciences Rabat

LICENCE PROFESSIONNELLE

ADMINISTRATION DE SYSTEMES INFORMATIQUES

Électronique des Ordinateurs

Année: 2011-2012
Azzouz Loukdache
Éléments de contenu

I. Circuits et réseaux électriques monophasés et triphasés


II. Sécurité et installations électriques
III. Les alimentations électriques stabilisées
IV. Techniques de conversion électronique de données(CAN et CNA)
V. Techniques numériques

2
III. Les alimentations électriques stabilisées
1- Présentation - définition

La grande majorité des équipements électroniques a besoin d’une source de courant continu
qui peut être une pile ou une batterie, mais qui généralement est constituée d’un circuit
transformant le courant alternatif du secteur (220V, 50Hz) en courant continu : l’alimentation
stabilisée.

Le rôle d’une alimentation continue est de fournir les tensions et courants nécessaires au
fonctionnement des circuits électroniques avec le minimum d’ondulation résiduelle et la
meilleure régulation possible. Elles doivent, de plus, souvent limiter le courant fourni en cas de
surcharge ainsi que la tension continue qu’elle délivre, ceci afin de protéger les composants
fragiles.

Il existe des moyens divers pour produire une tension continue stable à partir d’une tension
alternative ; deux méthodes seulement sont fréquemment employées :
- la stabilisation linéaire,
- la stabilisation par découpage.

Toutes deux ont leurs avantages et leurs inconvénients. L’alimentation à découpage s’utilise
3
essentiellement dans le domaine des puissances de 100W et plus.
III. Les alimentations électriques stabilisées
A- Alimentations linéaires
1- Présentation - définition

L’alimentation stabilisée, constitution et fonctionnement


Le bloc diagramme d’une alimentation apparaît ci-dessous :

4
III. Les alimentations électriques stabilisées
2. Le transformateur

5
III. Les alimentations électriques stabilisées
2. Le transformateur

Plus de 90% des alimentations en électronique utilisent des transformateurs.


La formule de Boucherot, en physique, nous donne la valeur de la tension d'un enroulement
U = 4,44 .Bm. N . S . f U tension efficace
avec :
f : fréquence du réseau.
S : section du circuit magnétique du transformateur.
N : nombre de spires de l'enroulement considéré.
Bm: valeur maxi de l'induction, mais comme f, S et sont constantes pour un
même transformateur, on aura alors :
Ul = K . N1 et U2=K . N2
avec K = 4,44 . Bm. S . f
On en déduit que le nombre de spires sera proportionnel à la tension. C'est pourquoi dans un
transformateur abaisseur, le primaire comporte plus de spires que le secondaire.

6
III. Les alimentations électriques stabilisées
2. Le transformateur

Remarque : Masse du transformateur

S est la section du circuit magnétique du transformateur.


On imagine que plus la section est grande plus le poids est important. Donc à tensions égales si
nous souhaitons alléger le transformateur, il faut diminuer la section en compenser par une
augmentation de la fréquence, pour une même induction donc des tôles identiques. C’est
pourquoi le transport aérien utilise une fréquence de 400hertzs et des transformateurs plus
légers de 8 fois.

La fréquence de fonctionnement doit être limitée car plus elle est importante plus les pertes sont
importantes (fer et Foucault).
On peut repousser les limites de la fréquence mais cela suppose que le circuit magnétique soit
constitué de ferrite.

7
III. Les alimentations électriques stabilisées
3. Le redressement

Double enroulement
et pont (Alim sym)
Double alternance
Double alternance à avec transfo. À pt mil
Simple alternance pont de Graêtz

8
III. Les alimentations électriques stabilisées
4. Le filtrage

Nous avons obtenu à partir d’une source alternative et d’un système redresseur une tension
redressée. Celle-ci n’est pas encore continue.

Pour obtenir une tension (quasi) continue, il suffit de mettre un condensateur en parallèle
avec la charge.

Le condensateur est constitué de deux surfaces conductrices rapprochées mais séparées par
un isolant. Lorsqu’on soumet ce composant à une tension différentielle, des charges de signes
différents vont s’accumuler sur les deux surfaces sans échange possible.

Son rôle dans l’alimentation est de stocker de l’énergie tant que la tension de la source est
supérieure à celle du condensateur puis de la restituer en essayant de maintenir la tension de
la charge quand la tension de source est inférieure.

9
III. Les alimentations électriques stabilisées
4. Le filtrage

Exemple redressement simple alternance.

10
III. Les alimentations électriques stabilisées
5. Le Régulateur de tension

Généralement présenter en boîtier TO3, ces composants à 3 pattes sont capable de réguler
une tension avec une variation maximum de +/- 5% avec un courant maximum de 1 A. Leur
conception permet également quelques avantages :
- Limitation interne du courant de sortie, évitant la destruction par court-circuit.
- Limitation en fonction de la température du circuit en cas par exemple de mauvais
refroidissement.
- Facilité d'emploi simplifiée à l'extrême.
Les brochages sont donnés ci-dessous :

11
III. Les alimentations électriques stabilisées
6. Exemple d’une alimentation +/ - 12V , 500mA

12
III. Les alimentations électriques stabilisées
7. Points forts et points faibles des alimentations linéaires

· Points forts :
- faciles à mettre en œuvre
- permettent d’obtenir des tensions très stables. Une stabilité relative
DVs / Vs égale à 10-4 s’obtient sans trop de contraintes techniques.
· Points faibles :
- Le transformateur est lourd et volumineux car il fonctionne à 50Hz.
- Le transistor « ballast » dissipe une puissance P≈ VCE IC = (VE–VS).Is .
- Il impose l’utilisation d’un radiateur encombrant et nuit au
- rendement de l’alimentation.

· Conclusion

Les alimentations linéaires sont simples et stables mais lourdes, volumineuses (puissances
massique (W/kg) et volumique (W/litre) faibles) et à faible rendement.

13
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
1. Intérêt des alimentations à découpage

Rappel des Alimentations linéaires issues du secteur


Le synoptique de la partie puissance des alimentations linéaires est indiqué sur la figure suivante.

Le principe de base du montage


régulateur « ballast » avec transistor
série est décrit sur la figure suivante.
Ic(VCE) est linéaire
14
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
2. Alimentations à découpage issues du secteur

Elles sont appelées ainsi du fait du fonctionnement du transistor de puissance en régime de


commutation.

Principe de fonctionnement
Le synoptique de la partie puissance est donné ci-après.
Les éléments fondamentaux:
· Redresseur + Filtre
directement connectés au
réseau (secteur).
· Transformateur d’impulsion
(isolation galvanique entre le
réseau et l’utilisateur), piloté au
primaire par un interrupteur
commandable (transistor)
fonctionnant à une fréquence
sup à 20 Khz
· Redresseur + Filtre en sortie.
15
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
3. Famille des alimentations à découpage issues du secteur.
Choix du principe

Dans toutes les configurations, le secteur est directement redressé et filtré. L’isolation galvanique
est ainsi assurée après filtrage par le transistor fonctionnant en régime impulsionnel, à une
fréquence de découpage
Fd ≥ 20 kHz.

3.1 Alimentation Flyback : transfert indirect

C’est une alimentation indirecte. Dans un premier temps, le primaire du transformateur


emmagasine de l’énergie sous forme magnétique, puis dans un second temps cette énergie est
transmise à la charge par l’enroulement secondaire (phase de démagnétisation).

16
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
3. Famille des alimentations à découpage issues du secteur.
Choix du principe

Le schéma de principe de l’alimentation Flyback est décrit comme suit:

17
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
3. Famille des alimentations à découpage issues du secteur.
Choix du principe

3.2 Alimentation Forward : transfert direct


C’est également une alimentation asymétrique du fait que l’induction B dans le CM est toujours de
même signe. Le schéma de principe de l’alimentation Forward est décrit ci-après:

18
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
3. Famille des alimentations à découpage issues du secteur.
Choix du principe

3.3 Alimentation Push-Pull

Ce type d’alimentation permet de transférer des puissances importantes avec un excellent


rendement du fait de son cycle magnétique symétrique (l’induction B dans le CM est tantôt positive,
tantôt négative). La famille des alimentations Push-Pull est divisée en trois :
· Push-Pull à double primaire avec point milieu.
· Push-Pull à demi-pont (deux sources de tension continue nécessaires).
· Push-Pull à pont complet.
La figure suivante décrit le principe de l’alimentation Push-Pull à demi-pont.

19
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
3. Famille des alimentations à découpage issues du secteur.
Choix du principe

3.3 Alimentation Push-Pull


La figure suivante décrit le principe de l’alimentation Push-Pull à demi-pont.

20
III. Les alimentations électriques stabilisées
B- Alimentations à découpage
3. Famille des alimentations à découpage issues du secteur.
Choix du principe

3.4 Choix du principe

En pratique, le choix du principe sera fixé par la puissance de sortie de l’alimentation :


· Flyback : PS <100 W
· Forward : 100 W < PS < qq 100 W
· Push-Pull : PS > 100 qq W

Remarque : Du fait de la mise en oeuvre difficile des interrupteurs dans les structures Push-Pull
(commutation de deux ou quatre interrupteurs rapides de forte puissance), les alimentations de
forte puissance (>100 qq W) sont parfois réalisées avec des structures asymétriques (Forward ou
Flyback) associées en parallèle.

21