Vous êtes sur la page 1sur 31

Entraîner et évaluer les élèves à

l’expression orale interactive

Stéphanie Galle – Bernard Poize


16 mars 2009
1
Plan de la présentation
1. L’interaction, qu’est-ce que c’est ?
- définition et spécificité / place dans les programmes et le
CECRL
- pour qui ? à quel moment ? comment ?
- supports et activités
2. Les différentes phases d’entraînement
- compétences requises
- stratégies à mettre en œuvre
- aides et contraintes

3. Exemples d’entraînement et de réalisations

4. L’évaluation de l’interaction orale


2
Définition et spécificité
• Activité langagière jouant un rôle prépondérant dans
la communication , faisant intervenir la
compréhension orale et l’expression orale, se
différenciant néanmoins de la simple juxtaposition de
ces 2 activités (cf. CECRL p 18 et p 75)
• Fait appel à des compétences générales et
communicatives plus spécifiques.
• Demande des stratégies qui prennent en compte ces
spécificités du discours oral
• Activité éminemment sociale , prépare aux activités
de communication de la vie en société et à une
ouverture aux autres, aux différences culturelles.

3
Caractéristiques de l’expression orale interactive

- Emploi de mots plus simples ,de phrases


moins complexes et moins structurées que
dans l’expression écrite
- Phrases parfois incomplètes ( ellipses)
- Ruptures syntaxiques ( anacolutes)
- Répétitions, reformulations (redondance)
- Mots explétifs ou élidés / contractions
- Interjections / onomatopées
- Modalisateurs
- Rôle essentiel de l’intonation
- Construction commune du discours (avec
feedback)
4
Caractéristiques de l’expression orale (suite)

- Stratégies compensatoires:
hésitations ou pauses / expressions toutes faites
(chunks) / reprises d’énoncés
recours au langage corporel ( mimique /
gestuelle)

- En outre, l’expression orale interactive dépend de


nombreux facteurs liés au contexte

5
Contexte et interaction
L’interaction va dépendre aussi de facteurs non
linguistiques tels que :
- le lieu
- le temps
- les personnes ( âge , sexe , statut social..)
- les relations entre les personnes
- le contexte culturel

Si on change un de ces paramètres la


communication va être modifiée.
6
Place dans les programmes

•Pour le collège:
B.O hors série n°6 du 25 / 8 / 2005 ( Palier 1)
B.O hors série n°7 du 26 / 4 / 2007( Palier 2 )

•Pour le lycée:
B.O hors série n°7 du 3 / 10 / 2002
B.O hors série n°7 du 28 / 8 / 2003
B.O hors série n°5 du 9 / 9 / 2004

7
L’interaction et les programmes (suite)
• Les programmes officiels définissent les objectifs et
fixent les niveaux attendus pour l’interaction orale
• préconisent une évaluation spécifique
• inscrivent cette activité dans une perspective actionnelle
• donnent des précisions et des exemples de mises en
œuvre (cf. documents d’accompagnement)
• préconisent une organisation en groupes différenciés
• prévoient l’évaluation de l’interaction orale pour
certaines épreuves orales du bac ( T ES LV 2 / bac
STG.. )
• adoptent la certification où l’interaction est évaluée

8
NIVEAUX ATTENDUS EN
COLLÈGE

• Palier 1 : vise la maîtrise du niveau A2


6ème et 5ème LV1 / 4ème et 3ème LV2

• Palier 2 : visera la maîtrise du niveau B1


pour une langue commencée en cycle 3, mais aussi pour
une seconde langue étudiée dès la 5ème

9
NIVEAUX ATTENDUS EN FIN DE
CYCLE TERMINAL
Enseignement LV1 LV2 LV3
obligatoire ou option
facultative (LV3)
Compréhension de l’oral B2 B1/B2 A2/B1

Interaction orale B1/B2 B1 A2

Expression orale B2 B1/B2 A2/B1

Compréhension de l'écrit B2 B1/B2 A2/B1

Expression écrite B2 B1/B2 A2/B1


10
Interaction orale et CECRL
• Le CECRL accorde une place prépondérante à cette
activité
- qu’il définit avec précision (p.18 et p 75)
- qu’il décline, comme les autres activités, en 6
niveaux de compétences
- qu’il décrit, pour chaque niveau, par des
descripteurs de compétences indiquant
. les objectifs à atteindre
. les différents types d’activités interactives
. les stratégies de communication
- qu’il évalue par des grilles critériées
11
Les acteurs de l’interaction orale

• Interaction élève(s) –professeur

• Interaction élève(s)- élève(s)

• Interaction élève(s)- assistante ou autres


intervenants extérieurs (correspondants)

12
Les modes de travail

• en binômes

• en sous-groupes

• en groupe classe (interview,débat)

• entre deux classes ou groupes de


classes différentes

13
A quel moment ?
• En début de séance
• En cours de séquence ( comme micro-
tâche ou réaction spontanée à ce qui
se dit )
• En fin d’unité , comme tâche finale
• En fait, l’interaction peut avoir lieu à
tout moment , et en tout cas chaque
fois qu’une situation de communication
est suscitée par la tâche.
Mais pas de cours sans interaction ! 14
Les supports
- doivent se rapporter aux programmes
être authentiques et intéressants
être déclencheurs de parole
- leur nature :
• documents écrits ( textes / lectures /
journaux..)
• audio ou vidéo ( cassettes / Cds / films)
• documents iconographiques (photos /
tableaux / affiches / « Rollenkarten »..
15
Les activités d’interaction orale
- échanges courants d’information
- conversation et discussions informelles
- discussions et réunions formelles
- l’interview ou l’entretien
- la négociation pour obtenir des biens et des
services
- la coopération en vue d’un objectif ou
coopération fonctionnelle
- les jeux de rôles
- les mini-enquêtes
- le débat

(activités décrites dans CECRL p. 60 à 68)


Tâche et interaction
La tâche d’interaction doit comporter un enjeu de
communication qui fait sens pour l’élève avec un objectif
bien identifié où les interlocuteurs ont à interagir en
échangeant des informations ou des points de vue ou en
menant conjointement une négociation ou un projet..
Cette tâche nécessite -et pilote- un travail en amont avec:
différentes compétences à développer par le biais de
différentes activités langagières préalables, orales ou / et
écrites, d’expression ou / et de compréhension.
Cela met en œuvre différentes stratégies.
La tâche d’interaction peut être une micro-tâche ou une
tâche finale. Elle doit s’inscrire dans un projet culturel
conforme aux programmes. Elle peut être aménagée à
partir du manuel ou suscitée par une situation de
communication nécessaire à la tâche. 17
Les compétences de l’interaction orale
Les compétences générales individuelles:
- Entre autres, savoir être réceptif et réactif, pour écouter
ou pour communiquer ce que l’on pense ou ressent
,pour échanger et accepter des différences.
Les compétences communicatives:
- compétences linguistiques:
1) Importance de la compétence phonologique pour
comprendre et se faire comprendre, marquer les
accents de mot ou de phrase , reconnaître à
l’intonation différents types d’énoncés ou différents
sentiments exprimés..
2) La compétence lexicale: importance du vocabulaire
d’opinion , des sentiments , des émotions.
Modalisateurs / interjections…)
3) La compétence grammaticale : importance des
temps et modes verbaux , maîtrise du tutoiement et
vouvoiement , des pronoms personnels, interrogatifs,
des adjectifs possessifs … 18
Les compétences (suite )
- la compétence sociolinguistique:

Indispensable pour faire fonctionner la langue dans sa


dimension sociale et donc choisir l’expression et le
registre de langue appropriés à la situation et aux
personnes ou à ses relations aux personnes ou à son
rôle social.
- pour s’adresser à quelqu’un , saluer , se présenter,
prendre congé, complimenter , s’excuser…
- pour respecter les règles de politesse ou les
conventions de prise de parole
- pour s’adapter au contexte culturel
19
20
Les compétences ( suite )
- la compétence pragmatique: c’est la capacité à gérer
l’interaction:
- en sachant réagir de manière adaptée et pertinente
( forme et contenu) aux propos de l’interlocuteur et en
fonction de son intention de parole.
- en sachant réguler et organiser la communication,
user de stratégies pour gérer les tours de parole
(lancer ou clore une discussion, savoir interrompre ,
faire répéter, vérifier la compréhension, changer de
sujet), pour développer ses idées ,expliquer ,
argumenter , proposer , attirer l’attention…
- en montrant de l’aisance pour s’exprimer et de la
souplesse pour adapter son expression.
- en faisant preuve de précision dans ses propos
(nuanciation de l’énoncé par des modalisateurs)
21
22
Les stratégies
• « Moyen utilisé par l’usager pour
mobiliser et équilibrer ses ressources
et pour mettre en œuvre des aptitudes
et des opérations afin de répondre aux
exigences de communication en
situation et d’exécuter la tâche avec
succès et de façon la plus complète et
la plus économique possible - en
fonction de son but précis ».
CECR p.48
23
Stratégies et Interaction
Entraîner à l’interaction c’est mettre en œuvre
toutes les stratégies nécessaires à la réussite
de la tâche communicative.
Seront à développer :
- Les stratégies de compréhension ou de
réception
- Les stratégies de production orale
- et plus particulièrement les stratégies
d’interaction orale

24
Activités et stratégies
L’évaluation de l’interaction

Elle doit:
- évaluer des compétences à travers la réalisation
d’une tâche d’interaction
- Se référer à un niveau de compétences
- Évaluer les compétences selon des critères bien
définis,connus préalablement des élèves
- Évaluer les élèves de manière transparente et
positive

26
Difficultés et contraintes

- Problème de temps
- Problème d’effectifs et d’hétérogénéité des
classes
- Problème de gestion de la classe
- Problème de la note
- Problème lié aux programmes
- Problème de motivation

27
Pistes pour des solutions

- Utilisation des modules


- Intervention de l’assistant(e) d’allemand
- Dédoublement des classes chargées
- Travail en petits groupes autonomes
- Attribution d’un rôle précis ou d’une tâche pour
faire participer tous les élèves
- Evaluation en différé
- Elaboration d’une grille critériée avec des
indicateurs de performance formulés en points

28
Les différentes formes
d’évaluation

- l’auto-évaluation

- l’évaluation diagnostique

- l’évaluation formative

- l’évaluation sommative

29
Les critères

- ce que préconisent les programmes

- ce que dit le CECRL

30
Savoir élaborer une grille

- exemples de grilles d’évaluation

- élaboration d’une grille

31