Vous êtes sur la page 1sur 8

Une résine ?

Le durcissement d’une résine est dû à une réaction chimique appelée


polymérisation.
Le principe de base : une molécule liquide (unité de répétition ou
monomère) va pouvoir se lier à une seconde unité identique qui va elle-
même pouvoir s’additionner à une troisième unité, ….., et ainsi de suite
des milliers d’unités vont s’additionner pour former une chaîne
macromoléculaire.

Ensemble de molécules identiques


( = monomère)
(liquide à température ambiante) Chaîne macromoléculaire
(liquide ou solide à température ambiante)
Les chaînes qui vont se former auront des propriétés différentes
selon la nature du monomère utilisé.
A température ambiante :
Certaines seront souples : élastomères

D’autres seront tendres : polyéthylène

D’autres seront extrêmement dures et cassantes : polystyrène

D’autres seront liquides : huiles de silicone


En cours de synthèse, des milliers/milliards de chaîne vont se former et
vont s’enchevêtrer de manière aléatoire ou organisée

Aléatoires

Organisées
Si les chaînes formées sont linéaires, elles vont constituées un matériau
thermoplastique (qui peut être fondu).
Ce matériau sera constitué soit :

-De chaines enchevêtrées aléatoirement : le matériau sera amorphe. Ces


matériaux aura une température de transition vitreuse: Tg.
En dessous de cette Tg, le matériau est dur / cassant
Au dessus de cette Tg, le matériau est liquide / visqueux

Dur / cassant Liquide / visqueux

Tg
Ex : le polystyrène est amorphe avec une Tg de 100°C.

Physiquement, au dessus de la Tg, les chaînes macromoléculaires


acquièrent de la mobilité qui leur permettent de glisser les unes par rapport
aux autres.

Le meilleur exemple : la paraffine qui passe de l’état solide à liquide en


passant sa Tg autour de 60°C
Ou bien le matériau sera composé de :
De chaines enchevêtrées aléatoirement et de chaînes parfaitement
organisées : le matériau sera semi-cristallin. Les châines organisées
aléatoirement constitueront la phase amorphe (avec une Tg) dans
laquelle les chaînes organisées formeront une phase cristalline qui aura
une température de fusion (Tf).
La température de transition vitreuse (Tg) est toujours en dessous de la
température de fusion (Tf).

Dur / cassant « Tendre » Liquide / visqueux

Phase amorphe solide Tg Phase amorphe fondue Tf Phase amorphe fondue


Phase cristalline solide Phase cristalline solide Phase cristalline fondue

Ex : le polyéthylène : Tg = -120°C et Tf = 120°C


Ce type de résine composée de chaînes macromoléculaires
organisées linéairement ne peuvent pas convenir pour les
matériaux composites.

En effet, dans tous les cas, il existerait une température à


partir de laquelle la résine passerait à l’état liquide visqueux,
ce qui correspondrait physiquement à un écoulement des
chaînes les unes par rapport aux autres et on observerait la
résine s’écouler comme de la cire fondue.

La solution pour les composites:


Attacher les chaînes les unes aux autres. Ainsi il n’y aura
plus aucune possibilité pour que les chaînes s’écoulent et
donc que le matériau perdent ses propriétés mécaniques.
Ce type de matériau est un matériau thermodurcissable
appelés aussi thermodur.
Avec ce type de résine, les chaînes macromoléculaires sont liées les unes
aux autres et forment un réseau tridimensionnel.

On parle également de matériau réticulé.

Puisque les chaînes sont attachées les unes aux autres, il n’existe plus de
température à partir de laquelle les chaînes vont s’écouler.
MAIS il existera toujours une température de transition vitreuse (Tg) à partir
de laquelle la résine va se ramollir MAIS sans perdre sa forme.
Si on monte la température à vitesse constante, la résine finira par se
dégrader en carbonisant (>150-200°C)
Pour les matériaux composites, il faut une résine qui ait une Tg la
plus haute possible au dessus de la température ambiante pour
assurer une stabilité dimensionnelle du matériau.

Par exemple pour une résine époxy donnée, la Tg se situera entre


60 et 140°C. Une Tg haute sera obtenue en respectant la formulation
préconisée et en en respectant le procédé préconisé (Température
de polymérisation).

En respectant la formulation idéale et le procédé, on aboutira à un


réseau tridimensionnel avec des chaînes macromoléculaires les plus
longues possibles et à une densité de réticulation élevée (beaucoup
de pontage entre chaîne). Ainsi on obtiendra les meilleures
propriétés mécaniques.

Avec une résine thermodurcissable, il sera possible d’avoir une Tg


supérieure à la température de mise en œuvre. Il sera donc possible
d’utiliser le matériau final à une température supérieure à la
température de mise en œuvre.