Vous êtes sur la page 1sur 82

Elaboré par: HAMDAOUI Salah

1
PLAN

 PRESENTATION DU REFERENTIEL COMPTABLE


TUNISIEN
 PRESENTATION DU REFERENTIEL COMPTABLE
INTERNATIONAL
 SIMILARITES ET DIVERGENCES ENTRE LE
SYSTÈME COMPTABLE TUNISIEN ET LE
REFERENTIEL INTERNATIONAL

2
1ERE PARTIE:

PRESENTATION DU REFERENTIEL COMPTABLE


TUNISIEN

3
LE SYSTÈME COMPTABLE DES ENTREPRISES
LE SYSTÈME COMPTABLE DES ENTREPRISES
COMPREND TROIS COMPOSANTES
I - LA LOI COMPTABLE
II - LE CADRE CONCEPTUEL
III- LES NORMES COMPTABLES (norme générale de
présentation, normes techniques, normes sectorielles)

4
I- LA LOI COMPTABLE

Le système comptable des entreprises est promulgues


par la loi N°96-112 DU 30 Décembre 1996, cette loi se
compose de cinq chapitre qui traitent les aspects
légal et organisationnel de la comptabilité.

5
1ere Chapitre: Dispositions
Générales
Les dispositions générales stipulent que:
● Les dispositions de la loi comptable s’appliquent a toute
personne physique ou morale assujetti à la tenue de la
comptabilité en vertu de la législation en vigueur
● La tenue de la comptabilité s’appuie sur des pièces
justificatifs et comporte la tenue des livres comptables ainsi
que l’élaboration des états financiers et ce conformément à
la présente loi
● Les entreprises peuvent appliquer un système comptable
autre que celui prévu par la présente loi sous la conditions
de remplir certaines conditions énumérés.
6
● Le système comptable comporte un cadre conceptuel
et des normes comptables qui sont un tout
indissociable
●L’institution d’un Conseil National de la Comptabilité
ayant pour rôle d’examiner et de donner avis sur des
sujets relatifs a la comptabilité (projet des normes
comptables, modalités d’application etc…) et de
proposer les moyens de son amélioration.

7
2eme chapitre: Du Cadre
Conceptuel et des Normes
Comptables
 Les dispositions de la 2eme chapitre stipulent que le
cadre conceptuel de la comptabilité, approuvé par
décret, constitue un guide pour l’élaboration des
normes comptables et leur interprétation. Les normes
comptables comportent une norme comptable
générale, des normes techniques et des normes
sectorielles

8
3eme Chapitre: des livres
comptables
 Ce chapitre définit les livres comptables obligatoires et
les conditions de leur tenue dans le cas d’une
comptabilité informatisé
Les livres comptables obligatoires sont:

 le journal général
 le livre d’inventaire
 le grand livre
 le balance

9
4eme chapitre: Des Etats
Financiers
 Les états financiers en terme de ce chapitre
comportent ; le bilan, l’état de résultat, l’état des flux
de trésorerie et les notes annexes aux états financiers
Ces états doivent être élaborés périodiquement au
moins une fois par exercice, la durée de l’exercice est de
douze mois qui débute généralement le 1er janvier et se
termine le 31 décembre.
Les états financiers doivent être élaborés en DT
Ils doivent présenter la situation financière de
l’entreprise d’une manière fidele
10
5eme Chapitre : dispositions
diverses
 Ce chapitre comporte des dispositions relatifs aux
délais de conservations de l’archive comptable (livres
comptables et pièces justificatifs) qui doit être d’une
durée de dix ans au moins.
 Il comporte aussi la date d’entrée en vigueur du
système comptable des entreprises en Tunisie.

11
II- LE CADRE CONCEPTUEL
 Le cadre conceptuel est approuvé par decret N° 96-2459 du
30 Decembre 1996

II-1- OBJECTIF DU CADRE CONCEPTUEL:


le cadre conceptuel a pour objectif de:
*expliquer les situations comptables
*standardiser les concepts comptables
*comprendre la logique comptable dans le but de la
diffuser
*aider à l’interprétation des états financiers et à la
résolution des questions comptables n’ayant pas été traité
par les normes.
12
II-2-STRUCTURE DE LA CADRE CONCEPTUEL:
Le cadre conceptuel est structuré comme suit:
 1er niveau : les utilisateurs, leurs besoins et les objectifs
des états financiers.
 2eme niveau: les concepts fondamentaux
 3eme niveau: les guides opérationnels
 4eme niveau: les mécanismes de communication de
l’information

13
Les utilisateurs des états financiers
 Utilisateurs interne; les dirigeants, les organes
d’administrations
 Utilisateurs externe; les fournisseurs des capitaux,
l’administrations et les autres institutions dotés de
pouvoir de contrôle et de réglementation, les salariés,
les syndicats, les fournisseurs, les clients, les
organismes professionnels et de défense d’intérêt, les
medias, les chercheurs, etc…

14
Les objectifs des états financiers
 Les objectifs des états financiers découlent des besoins
des utilisateurs (fournir et présenter des informations
utiles a la prise de décision par les utilisateurs )
 Les états financiers ont pour principale rôle de
renseigner sur la situation financières de l’entreprise
(bilan), sur sa performance financière (état de
résultat)et sur la manière dont l’entreprise a obtenu et
dépensé ses liquidités a travers ses activités (état des
flux de trésorerie)

15
Les concepts fondamentaux
Les caractéristiques qualitatives de l’information
financière sont indispensable pour garantir la
production et la divulgation d’informations financières
utiles a la prise de décision. Ces caractéristiques sont:
 Intelligibilité
 Pertinence (valeur prédictive, rétrospective et rapidité
de divulgation)
 Fiabilité( représentation fidele, Neutralité, la
vérifiabilité)
 Comparabilité ( comparaison dans le temps)
16
Hypothèses sous-jacentes

Les hypothèses sous jacentes sont:


 continuité d’exploitation
 comptabilité d’engagement

17
Les conventions comptables
 Les conventions comptables sont:
 La convention de l’entité; l’entreprise doit être
considéré comme une entité comptable autonome et
distincte de ses propriétaires.
 La convention de l’unité monétaire; seul les
transactions qui peuvent être quantifiés
monétairement doivent être comptabilisé, l’unité
monétaire est le Dinar Tunisien
 La convention de la périodicité; les états financiers
doivent être élaboré et fournie dans des intervalles de
temps périodiques et régulières (exercices comptables)
18
 Convention du cout historique: le cout historique ou la
valeur d’origine sert de base adéquate pour la
comptabilisation des comptes d’actifs et de passifs.
 Convention de réalisation de revenu: les revenus ne
peuvent être comptabilisé qu’au moment de leurs
réalisation
 Convention de rattachement des charges aux produits:
les charges concouru pour la réalisation d’un revenu
doivent être comptabilisés dans le même exercice de
réalisation de ce revenu
 Convention de l’objectivité: les transactions prises en
comptes en comptabilité doivent être justifiées par des
preuves.

19
 Convention de la permanence des méthodes: les
mêmes méthodes de comptabilisations doivent être
utilisés d’une période à une autre.
 Convention de prudence: la prudence consiste a la
prise en compte d’un certain degré de précaution dans
l’exercice des jugements nécessaires pour préparer les
estimations dans des conditions d’incertitudes.
 Convention de l’importance relative: les états
financiers doivent comporter tous les éléments dont
l’importance peut affecter les décisions.
 Condition de la prééminence du fond sur la forme : les
transactions doivent être enregistré et représenté avec
leurs substances et la réalité économique et non
seulement selon leurs formes juridiques
20
Les éléments des états financiers
 L’actif; définition et prise en compte: l’actif représente
les ressources détenues ou contrôlés par l’entreprise
ayant un potentiel de générer des flux de liquidité ou
équivalents de liquidité ou de réduire la sortie de
fonds.
Un actif est pris en compte dans le bilan lorsqu'il est
probable que des avantages économiques futurs
bénéficieront à l'entreprise et que l'actif a un coût ou
une valeur qui peut être mesuré(e) d'une façon fiable.

21
 Le Passif; Définition et prise en compte: le passif est
constitué par le passif actuel de l’entreprise, il est prise
en compte au bilan lorsqu'il est probable qu’un
transfert des ressources de l’entreprise aura lieu afin de
régler les obligations a sa charge et que ce règlement
peut être mesuré d’une façon fiable.
 Définition des capitaux propres: représentent l'intérêt
résiduel dans les actifs de l'entité, après déduction de
tous ses passifs.
 Définition et prise en compte des revenus
 Définition et prise en compte des gains
 Définition et prise en charge des charges
 Définition et prise en charge des pertes
22
Présentation des éléments des
états financiers
 Les actifs, les passifs et les capitaux propres
constituent les éléments du BILAN
 Les revenus, les gains, les charges et les pertes forment
les éléments de l’ETAT DE RESULTAT
 Le coût historique demeure la base de mesure la plus
communément utilisée pour préparer les états
financiers

23
Les états financiers; mécanismes
de communications
 Bilan
 L’état de résultat
 L’état de flux de trésorerie
 Notes aux états financiers

24
III- LES NORMES COMPTABLES
TUNISIENNES
Les normes comptables tunisiennes comportent
 La Norme Comptable Générale (NC 01); se compose
de:
o –1ere partie: Dispositions relatives à la présentation
des états financiers;
o –2eme partie: Dispositions relatives à l'organisation
comptable;
o –3eme Partie: Nomenclature et fonctionnement
général des comptes

25
 Les normes techniques : sont de nombre de 23 normes
qui sont approuvées par arrêtés du Ministre des
Finances
Ces normes fixent les modalités de traitement des
opérations découlant des transactions de l’entreprise et
des effets des événements liés à son activité.

26
 Les normes sectorielles: les normes sectorielles fixent
les modalités de traitement des opérations spécifiques
à certains secteurs et qui découlent des transactions de
l’entreprise et des événements liés à son activité .
 Les normes sectorielles en vigueur approuvées par
arrêtés du Ministre des finances sont les suivantes :
Trois normes comptables relatives aux
organismes de placement collectif en valeurs
mobilières (OPCVM) (arreté du ministre des finances du 22 janvier 1999):
(NC16: Présentation des états financiers des
OPCVM, NC17: Portefeuilles titres dans les
OPCVM et NC18: contrôle interne et organisation
comptable dans les OPCVM)

27
Cinq normes comptables relatives aux
établissements bancaires (arrêté du ministre des finances du 25 mars
1999) :ces normes sont: - présentation des états

financiers (NC 21)- contrôle interne et


organisation comptable (NC 22)- opérations en
devises (NC 23)- engagements et revenus y
afférents (NC 24)- portefeuille- titres (NC 25).

28
 Six normes comptables relatives aux entreprises
d’assurance et de réassurance (arrêté du ministre des finances du
26 juin 2000) :- présentation des états financiers (NC

26)- contrôle interne et organisation


comptable(NC 27)- revenus(NC 28)- provisions
techniques (NC 29)- charges techniques (NC 30)-
placements (NC 31)

29
Trois normes relatives aux associations
autorisées à accorder des micro- crédits :-
présentation des états financiers (NC 32)- contrôle
interne et organisation comptable (NC 33)- micro
crédits et revenus y afférents (NC 34)

30
 Une norme comptable relative aux structures
sportives privées (NC 40) (arrêté du ministre des
finances du 21 aout 2007

31
LE CONSEIL NATIONAL DE LA
COMPTABILITE (CNC)
 Le conseil supérieur de comptabilité est Créé en vertu
de la loi du décret 846 du 03 décembre 1975 et
réorganisé par le décret 1017 du 01 juillet 1991 qui lui a
confié la mission de préparation du système comptable
des entreprises.
Il est éliminé par les dispositions de l’article 5 de loi
112-96 du 30 décembre 1996 et remplacé par le Conseil
National de Comptabilité. Le décret n° 2007-1096 du 2
mai 2007 fixe sa composition et les règles
d'organisation.

32
Composition du CNC
 Le Conseil National de la Comptabilité est composé :

 du Ministre des Finances ou son représentant en


qualité de président,
 du Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie ou
son représentant en qualité de vice-président,

33
 Et des membres suivants :
 des représentant des ministères concernés par le
domaine comptable (le premier ministère, le
ministère de la justice, du développement
économique, de l'enseignement supérieur…),
 des représentants des organes de contrôle
administratif (cour des comptes, le contrôle
générale des services publics, le contrôle générale
des finances),
 des représentants des directions générales
rattachées au ministère des finances

34
 des représentant des organes et instances utilisant la
comptabilité (la BVMT, l'INS, CMF, caisse de
sécurité sociale,ATAI, FTUSA …),
 des représentants de la profession (l'OECT, les
techniciens en comptabilité, des professionnels
travaillant dans les entreprises),
 des professeurs universitaires de comptabilité,
 deux personnes désignées par le ministre des
finances

35
Les instances du CNC
 L'assemblée plénière
 Des comités auxiliaires crées auprès du Conseil
National de la comptabilité, selon le besoin, en vue
d'étudier des sujets et des questions ayant trait à la
comptabilité,
 Le secrétariat permanent du conseil national de
comptabilité

36
Mission du CNC
 Le conseil national de comptabilité est chargé
d'examiner et de donner son avis sur :
 Les projets de normes comptables et les modalités
de leur application,
 Les projets des textes légaux et réglementaires qui
comportent des dispositions ayant trait à la
comptabilité,

37
 Les sujets relatifs à la comptabilité.
 Le conseil est également chargé d'examiner les
questions relatives à la comptabilité et de proposer
les moyens de son amélioration

38
2EME PARTIE
PRESENTATION DU REFERENTIEL COMPTABLE
INTERNATIONAL

39
TERMINOLOGIE COMPTABLE
 IASC: International Accounting Standards Committee
 IASB: International Accounting Standards Board
 IAS: International Accounting Standards
 IFRS: International Financial Reporting Standards
 SIC: Standing interprétations Committee
 IFRIC: International Financial Reporting
Interpretations Committee
 SAC: Standard Advisory Council

40
HISTORIQUE DE L’IASB
 CREATION ET DATE CLES: L’IASB (International
Accounting Standards Board) qui a repris la succession
de l’IASC (International Accounting Standards
Committee) est précédé par cette derniere qui
fonctionna de 1973, la date de sa création, jusqu’au le
1er Avril 2001. Depuis cette date la nouvelle structure
comprend l’IAS Committe Founadation, l’IAS Board
proprement dit, l’IFRIC (International Financial
Reporting Interprétation Committee) et le SAC (
Standards Advisory Committee).

41
1973: Creation de l’IASC a Londre le 29 juin par les
organisations comptables de 9 pays (Australie,
Canada, France, Allemagne, Japan, Mexique,
Hollande, Grande Britagne/Irlande et les Etats unis), a
l’initiative de Sir Henry BENSON, premier président
élu de l’IASC.
1975: publication des deux premiers normes intitulées
IAS1 « publications des méthodes comptables » et IAS2
« valorisation et présentation des stocks selon la
méthode du cout historique »

42
1989: L’IASC publie son cadre conceptuel pour la
préparation et la présentation des états financiers.
1990: La commission européenne (CE) occupe un siège
d’observateur au sein du conseil de l’IASC.
2001: Réforme de l’International Accountings
Standards Committe (IASC) qui devient l’International
Accountings Standards Board. Ce dernier se voit doter
d’un organe de direction; l’International Accounting
Standards Committee Foundation (IASCF) qui est
également chargé de son financement.
Les normes publiées jusqu’au 1er avril conservent leurs
dénomination « IAS » alors que celles qui sont émises
à partir de cette dates seront intitulées « IFRS ».

43
2002:Publication au JOCE du 11 septembre 2002 du
règlement CE n° 1606/2002 dit "IFRS 2005" : celui-ci
impose aux sociétés européennes cotées qui publient
des comptes consolidés l’application des IAS/IFRS
pour les exercices ouverts à partir du 1er janvier 2005
2003: L’IASB publie la version révisée de 13 normes.
2010: A compter de juillet, la dénomination des
différentes entités en lien avec l'International
Accounting Standards Board (IASB) est modifiée :

44
 l'IASCF (International Accounting Standards
Committee Foundation ) devient IFRS Foundation
(International Financial Reporting Standards
Foundation )
le SAC (Standards Advisory Council ) est
dénommé l' IFRS Advisory Council
l'IFRIC (International Financial Reporting
Interpretations Committee ) est rebaptisé IFRS
Interpretations Committee

45
STRUCTURE DE L’IASB
Schéma extrait du site www.iasc.org.uk/cmt/0001.asp (visité le 1/10/2002)

46
 Fondation du comité des normes comptables
internationales IASC Foundation devenue IFRS
foundation: crée en 2001, sous la forme d’une entité à
but non lucratif, après la profonde restructuration
engagée au sein de l’IASC, devenu l’IASB. L’IFRS
Foundation est l’entité mère de l’IASB, instances
chargée de l’élaboration des normes comptables
internationales.
L’IFRS Foundation est composée de 22 membres
appelés « trustees » qui ont pour fonction d’assurer la
direction de l’IASB anisi que les entités qui lui sont
associées (IFRS Advisory council et IFRS
interpretation committee)

47
 Le Conseil des normes comptables internationales l’IASB:
est un organisme de normalisation comptable
international privé et indépendant, sis a Londres et placé
sous la supervision de l’IFRS Foundation (assure le
financement et la désignation des membres)
Le nombre des membres au sein de Board est de 14nommés
pour une période de 5 ans renouvelée pour une durée de 3
ans avec la possibilité de la porter a 5ans.
Leur recrutement est basé sur leurs compétences
professionnelle et leur expérience professionnelle récente.
Un équilibre doit être trouvé dans la répartition de ses
membres entre auditeurs, préparateurs d'états financiers,
utilisateurs d'états financiers, universitaires et régulateurs
financiers

48
 Conseil consultatif des normes SAC: qui est devenu
IFRS advisory council et a pour objectif de permettre à
des organismes ou à des particuliers qui s'intéressent à
l’information financière internationale de s'associer à
son processus de normalisation.
les responsabilités de l’IFRS advisory council comme
définit par la constitution de l’IFRS foundation sont:
 Conseiller l’IASB sur son programme de travail et les
travaux prioritaires ;
 Informer l’IASB des avis que les organisations et les
particuliers ont adressés à l'IFRS Advisory Council sur
les principaux projets de normalisation ;
 Conseiller, d’une manière générale, l’IASB et les
Trustees (membres) de l'IFRS Foundation

49
La constitution prévoit aussi un minimum de 30
membres, d’origine et de formation diverses, sans
rémunération, recruté pour leur compétences et
nommés pour une période de 3 ans renouvelable.
 Comité international des interprétations de la
comptabilité financière IFRIC: Ce comité, connu
jusqu'en mars 2002 sous le nom de SIC (Standing
Interpretations Committee ), puis jusqu'à la
finalisation de la révision de la constitution en février
2010 sous la dénomination d'International Financial
Reporting Interpretations Committee (IFRIC) et pour
nos jours IFRS interprétations committee, a pour
rôle de fournir des commentaires, en temps utile, sur :
50
 les questions d'information financière nouvellement
identifiées qui n'ont pas été spécifiquement traitées
dans les IFRS ;
 les questions qui donnent lieu ou qui pourraient donner
lieu à des interprétations non satisfaisantes ou
contradictoires.

51
DEFINITION DU REFERENTIEL
INTERNATIONAL (IAS /IFRS)
 Le terme référentiel IFRS regroupe les normes et les
interprétations adoptés par L’IASB :
 Les normes comptables internationales: IAS
 Les normes internationales d’information financiere :
IFRS
 Les interprétations s’y rapportant du SIC et de l’IFRIC
 Les modifications ultérieures de ces normes et les
interprétations s’y rapportant
 Les normes et les interprétations qui seront publiées ou
adoptées à l’avenir par l’IASB.

52
OBJECTIFS DES NORMES IFRS
Les normes IFRS ont pour objectif de:
 Développer, dans l'intérêt du public, un ensemble de
normes unique, compréhensible et applicable,
favorisant une information de haute qualité,
transparente et comparable.
 Promouvoir l'usage et l'application rigoureuse de ces
normes
 Contribuer à la convergence des normes comptables
nationales et des normes comptables internationales
vers des solutions de haute qualité.

53
CLASSIFICATION DES NORMES IFRS
 Les normes IAS/IFRS sont classées en deux catégories
de normes a savoir:
 Les normes d’information financière
 Les normes de présentation de l’information financière
 Le périmètre de reporting
 Les normes sectorielles
 Les normes d’enregistrement et d’évaluation
 L’évaluation des actifs et des passifs non financiers
 Les instruments financiers
 L’évaluation du résultat et des variations des cours

54
Les normes de présentation de
l’information financière
 Les états financiers:
 IAS1 : Présentation des états financiers
 IAS 7 : Tableau des flux de trésorerie.
 IAS 8 : Méthodes comptables, changements d’estimations
comptables et erreurs.
 IAS 10 : Evénements postérieurs à la date de clôture.
● Les informations complémentaires :
 IAS 14 : Information sectorielle.
 IAS 24 : Information relative aux parties liées.
 IAS 33 : Résultat par action.
 IAS 34 : Information financière intermédiaire.

55
Le périmètre de reporting
● Les états financiers consolidés :
 IAS 27 : Etats financiers consolidés et individuels.
 IAS 28 : Participations dans les entreprises
associées.
 IAS 31 : Participation dans les coentreprises
 Les modifications du périmètre :
 IFRS 3 : Regroupements d’entreprises.
 IFRS 5 : Actifs non courants destinés à être cédés et
abandon d’activités.

56
Les normes sectorielles
 Le secteur financier :
 IAS 26 : Comptabilité et rapports financiers des régimes
de retraite.
 IFRS 4 : Les contrats d’assurance.
 Le secteur non financier :
 IAS 41 : Agriculture.
 IFRS 6 : Prospection et évaluation des ressources
minérales.

57
L’évaluation des actifs et des
passifs non financiers
 L’évaluation des actifs non financiers
 –IAS 2 : Stocks
 –IAS 16 : Immobilisations corporelles
 –IAS 36 : Dépréciation d’actifs
 –IAS 38 : Immobilisations incorporelles
 –IAS 40 : Immeubles de placement
 L’évaluation des passifs non financiers
 –IAS 17 : Contrats de location
 –IAS 19 : Avantages du personnel
 –IAS 23 : Coûts d’emprunt
 –IAS 37 : Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels

58
Les instruments financiers

 L’évaluation des actifs et passifs financiers


 –IAS 32 : Instruments financiers (Présentation).
 –IAS 39 : Instruments financiers (Comptabilisation et
évaluation).
 –IFRS9: Instruments financiers (applicable a compter du
01/01/2018)
 –IFRS 2 : Paiements en actions assimilés.
 –IFRS 7 : Instruments financiers (Informations à fournir).

59
L’evaluation du resultat et des
variations des cours

 Le résultat
 –IAS 11 : Contrats de construction.
 –IAS 12 : Impôts sur le résultat.
 –IAS 18 : Produits des activités ordinaires.
 –IAS 20 : Comptabilisation des subventions publiques et
informations à fournir sur l’aide publique.
 La variation du cours des prix et des monnaies
 –IAS 15 : Information reflétant les effets des variations des prix
 –IAS 21 : Effets des variations des cours des monnaies étrangères.
 – IAS 29 : Information financière dans les économies hyper
inflationnistes.

60
Les états financiers

 Le contenu des états financiers est modifié:


 Le bilan;
 Le compte de résultat;
 L’état des variations des capitaux propres;
 Le tableau des flux de trésorerie;
 L’annexe.

61
LE BILAN
 Distinction entre les éléments courants et non
courants (Actifs et Passifs)
 Le bilan doit comprendre un minimum d’information
(le bilan doit comporter des postes présentant les
montants comme énumérés par IAS1)
 IAS 1 ne prescrit aucun ordre ou format de
présentation des éléments des états financiers
 La durée de cycle d’exploitation: Les états financiers
doivent être présentés au moins une fois par an

62
63
64
LE COMPTE DE RESULTAT
 Le compte de résultat doit comprendre un minimum
d’information (doit comporter des postes présentant
les montants comme énumérés en IAS1)
 le compte de résultat peut être présenté selon deux
modèle; soit par nature, soit par fonction ( type
analytique plus complexe)
 Contrairement au système comptable des entreprises
en Tunisie, en IFRS une entité ne doit pas présenter
des éléments de produits et de charges en tant
qu’éléments extraordinaires, que ce soit dans le corps
des état financiers ou dans les notes

65
66
67
L’ETAT DES VARIATIONS DES
CAPITAUX PROPRES
 L’IAS1 impose que chaque entreprise doit présenter,
dans une composante séparée de ses états financiers,
un état des variations des capitaux propres
 L’état de variation des capitaux propres doit mettre en
évidence les effets des changements de normes ou
d’estimation .
 L’état doit comprendre un minimum d’information
comme énumérés par le norme ISA1

68
69
LE TABLEAU DES FLUX DE
TRESORERIE

 Ce tableau fait l’objet d’une norme spécifique (IAS 7).


 Il s’agit d’imposer une information sur l’historique des
variations de trésorerie et équivalents de trésorerie en
classant les flux en activités opérationnelles,
d’investissement et de financement.

70
71
72
L’ANNEXE
 L’annexe doit:
 Déclarer la conformité des états financiers aux norme
IFRS.
 Donner toutes informations utiles à la compréhension
de la situation financière.
 Pour les méthodes comptables, l’entreprise doit
fournir :
 La description des bases d’évaluation utilisées (coût
historique, coût actuel, valeur de réalisation, juste
valeur, etc.)

73
 Les hypothèses retenues et les sources principales
d’incertitudes relatives aux estimations et hypothèses
utilisées.
 L’entreprise doit fournir des informations comme
énumérés par la norme IAS1.

74
3eme PARTIE
SIMILARITES ET DIVERGENCE ENTRE LE
REFERENTIEL COMPTABLE TUNISIEN ET LES IFRS

75
RUBRIQUES DISPOSITIONS DES IFRS DISPOSITION DU
REFERENTIEL TUNISIEN

Caractéristiques de L’information financière doit être:


l’information
financière
* Intelligible 
* Pertinente 
* Fiable 
* Comparable 
Eléments des états Les éléments composant les états
Financiers financiers sont:
* Les actifs 
* Les passifs 
* Les capitaux propres 
* Les produits 
* Les charges 
Cout historique Le cout historique constitue la 
convention comptable de base pour
la préparation des états financiers 76
RUBRIQUES DISPOSITIONS DES IFRS DISPOSITION DU
REFERENTIEL TUNISIEN

Présentation Fidèle La possibilité de déroger à


l’application des normes 
lorsqu’une meilleure
présentation de l’information est
justifiée
Première adoption La première adoption exige une
du référentiel application rétrospective de la 
comptable totalité des normes à la date de
clôture
Conformités aux La conformité aux normes doit
normes être expressément mentionnée 
dans les notes aux états
financiers
Monnaie de Les entreprises peuvent La monnaie de
présentation des présenter leurs états financiers comptabilisation est la
états financiers par une monnaie différente de la monnaie dans laquelle sont
monnaie de fonctionnement exprimés les états
financiers
77
RUBRIQUES DISPOSITIONS DES IFRS DISPOSITION DU
REFERENTIEL TUNISIEN

Reporting dans une Les états financiers sont Aucun traitement n’est
économie hyper exprimés dans l’unité de mesure prévu par le SCE
inflationniste existante, les profits résultant
de la conversion de la monnaie
font partie du résultat
Composantes des Les composantes des états
états financiers financiers sont:
* Bilan 
* Etat de résultat 
* Etat de variation des capitaux Non exigé
propres
* Etat des flux de trésorerie 
* Notes aux états financiers 
Informations Chaque poste et rubrique doit 
comparatives comporter les chiffres
correspondants de l’exercice
précédent
78
RUBRIQUES DISPOSITIONS DES IFRS DISPOSITIONS DU REFERENTIEL
TUNISEN

Bilan
Format de Aucun format particulier n’est Un modèle de
présentation prévu, toutefois les normes présentation a été élaboré
exigent une présentation
séparée des actifs d’une part et
des capitaux propres et des
passifs de l’autre part
Etat de résultat
Format de Aucun format particulier n’est Un modèle de
présentation prévu; L’entreprise peut présentation a été élaboré
présenter ses charges par Présentation des charges
fonction ou par nature et des produits par
destination pour le
modèle de référence
Présentation des charges
et des produits par nature
pour le modèle autorisé

79
RUBRIQUES DISPOSITIONS DES IFRS DISPOSITIONS DU REFERENTIEL
TUNISIEN

Eléments Les IFRS n’emploient pas ce Les éléments


exceptionnels terme; si une charge ou un exceptionnels font partie
produit sont jugés intégrante du résultat de
importants, une mention est l’activité ordinaire de
donnée dans l’état de l’entité
résultat ou dans les notes
Eléments La présentation des charges La nature et le montant de
extraordinaires et des produits en tant chaque élément
qu’éléments extraordinaires extraordinaire doivent être
est interdite présentés séparément
Etat de variation des
capitaux propres
Etat principal L’état de variation des Les mouvements qui
capitaux propres est l’une affectent les capitaux
des composantes principales propres sont présentés
des états financiers dans les notes aux états
financiers

80
RUBRIQUES DISPOSITIONS DES IFRS DISPOSITIONS DU REFERENTIEL
TUNISIEN

Transactions Ces transactions peuvent être Les mouvements qui


entre les présentées soit dans l’état principal affectent les capitaux
actionnaires de variation des capitaux propres propres sont présentés
soit dans les notes aux états dans les notes aux états
financiers financiers
Tableau des flux
de trésorerie
Définition de la La trésorerie est formée de : La trésorerie est formée de:
trésorerie et de Les découverts bancaires Les découverts bancaires
l’équivalent de remboursables sur demande, les qui ne constituent pas un
trésorerie fonds en caisse et les dépôts à vue financement structurel de
la société, les fonds
disponibles et les dépôts à
vue

L’équivalent de trésorerie est formé


des placements à court terme très 
liquides et dont l’échéance est
inferieure ou égale à 3 mois à partir
de l’acquisition 81
RUBRIQUES DISPOSITIONS DES IFRS DISPOSITIONS DU
REFERENTIEL TUNISIEN

Format de L’état des flux de trésorerie doit


présentation distinguer entre la présentation des
3 flux:
Flux de trésorerie des activités
opérationnelles 
Flux de trésorerie des activités
d’investissement
Flux de trésorerie des activité de
financement

82

Vous aimerez peut-être aussi