Vous êtes sur la page 1sur 71

Centre d’Entreprenariat et de Développement Technique

Cours de première année en BTS de géomatique

PROJECTIONS CARTOGRAPHIQUES

M. Ciss, enseignant au CEDT/G15

15/04/2018
2
Terre
Projection
Carte
Ellipsoïde
Géoïde

15/04/2018
Qu’est-ce qu’une projection cartographique?
• Relation mathématique reliant la position sur l’ellipsoïde mesurée en latitude et
en longitude et la position sur la carte mesurée en coordonnées
cartographiques (X, Y).

• Opération mathématique qui permet de représenter une surface curviligne


sur une surface plane. A tout point de l’ellipsoïde de coordonnées (λ, ϕ)
correspond un point sur le plan de coordonnées cartographiques (x, y).

3 • La projection cartographique est un ensemble de techniques


géodésiques permettant de représenter la surface de la Terre dans
son ensemble ou en partie sur la surface plane d'une carte.
15/04/2018
4

• On appelle projection cartographique le système de correspondance entre les


coordonnées géographiques et les points du plan de projection. On fait appel à la
géométrie et plus couramment aux formules mathématiques pour réaliser ce système de
projection. En termes de géométrie, la Terre, en tant qu'ellipsoïde (une sphère
légèrement aplatie), est considérée comme une forme non-développable. En effet, peu
importe la manière dont la Terre est divisée, elle ne peut être déroulée ou dépliée pour
être étendue. Certaines des projections les plus simples se définissent d'après des
propriétés géométriques générales que l'on peut étendre sans déchirer leurs surfaces. On
considère ces figures développables. Les cônes, les cylindres et les « plans » sont des
15/04/2018
exemples de figures qui reflètent ces propriétés.
Questions
5
 Qu’est-ce qu’un géoïde?

Un géoïde est une surface équipotentielle de référence du champ de pesanteur


terrestre.

 Qu’est-ce qu’un ellipsoïde de révolution?

L’ellipsoïde de révolution est la surface qui résulte de la rotation d’une ellipse


autour d’une ligne droite passant par les extrémités opposées de l’ellipse. Il sert
à modéliser la Terre. Les ellipsoïdes de la Terre les plus célèbres comptent celui
qu’a élaboré Bessel (1841), et ceux, plus récents, qui sont associés aux systèmes
WGS84 et GRS80. L’aplatissement est un paramètre utilisé pour caractériser la
15/04/2018

différence entre l’ellipsoïde et la sphère.


 Terre : Partie solide du globe qui n'est pas recouverte par les eaux.
6
Couche superficielle de la croûte terrestre, élément où
poussent les végétaux.
La Terre est une planète du Système solaire, la troisième
plus proche du Soleil et la cinquième plus grande, tant en
taille qu'en masse, de ce système planétaire dont elle est
aussi la plus massive des planètes telluriques.

15/04/2018
7

LES FORMES DE LA TERRE

15/04/2018
8
LA FORME DE LA TERRE

• La Terre : une surface et une forme complexes

• 1ère approche : le géoïde


 C’est une surface équipotentielle du champ de pesanteur coïncidant

au mieux avec le niveau moyen des océans et qui se prolonge sous

les continents. Il est défini à une altitude près.

 Forme de « patate » (ATTENTION !!!!)

 Très utilisé en géodésie (Science qui a pour objet l'étude de la forme et la mesure des dimensions de la terre)
15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
9

Figure 1 : Illustrations du concept de géoïde


15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
10

• Problème du géoïde :

 Surface difforme, pas pratique pour élaborer des cartes car

sa description mathématique inconnue

 Impossible d’identifier et d’y appliquer des relations

mathématiques

15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
11
• 2eme approche : ellipsoïde de révolution
• Un volume engendré par la rotation d’une ellipse autour d’un axe.

b
a

S
Ellipse et ses axes

Ellipse aplatie (oblate) ou sphéroïde


Ellipse allongée (prolate)

15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
12

• Les ellipsoïdes utilisés, pour approcher la forme de la terre, sont formés par la
rotation d’une ellipse autour de son petit axe.

• Caractérisé par un aplatissement f défini par:

N
f=𝑎-𝑏/𝑎
b
a

Pour une planète, l’aplatissement (flattening en anglais) est le rapport (a−b)/a de la différence des rayons mesurés à l'équateur (a) et au pôle (b), au rayon à l'équateur. 15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
13
Quelques ellipsoïdes

• Ellipsoïde de Clark 1880 :


 a = 638249,2 m;
 b = 635515,0 m)

• Ellipsoïde internationale de Hayford 1924


 Calculé en 1909, publié en 1910 par John F. Hayford et instauré en 1924 à
la conférence de l’Union Géodésique et Géophysique Internationale à
Madrid:
 a = 6378388 m;
 f = 1/297

15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
14
• Ellipsoïde IAD-GRS80 :
 a = 6378137,0 m;
 b = 6359752 m;
 f = 1/298,257222101)

Principe de l’ellipsoïde:
Approcher au mieux les formes de l’espace représenté. Il existe des
ellipsoïdes globaux et des ellipsoïdes locaux.

15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
15

Exemples d’ellipsoïdes dans les datums nord-américain (rouge) et européen (bleu)


15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
16

Un ellipsoïde global
essaie d’épouser le
plus près possible la
forme de la Terre

Exemple d’ellipsoïde global


15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
17
• Notion de DATUM :

• Aussi appelé SYSTÈME GÉODÉSIQUE

• Surface de référence (ellipsoïde) définie par une série de


paramètres (le centre, les coordonnées du point d’origine et
son altitude, etc.).

• Il comporte en outre un réseau de points matérialisés sur la


surface topographique dont on connaît les coordonnées
géographiques (datum horizontal) ou l’altitude (datum
15/04/2018

vertical).
LA FORME DE LA TERRE
18

• Il existe des datums globaux modernes tridimensionnels établis à l’aide de la


technologie satellitaire. Le 1er datum créé ainsi : le World Geodetic System 72
(WGS 72).

• L’actuel, le plus utilisé : le WGS 84 (Ellipsoïde IAG-GRS 80).

• Existence de datums locaux : North American Datum (NAD) 27 NAD 83,


European Datum 50 (ED50); voire nationaux NTF RGF93 pour la France

15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
19
• Quand on approche une surface par une autre, il faut faire des choix, et par
exemple sacrifier de la précision à un endroit pour en avoir plus à un autre, ou
sacrifier un peu de précision partout pour être « presque bon » globalement.

• Dans le cas d’un choix d’ellipsoïde pour approcher le géoïde, on parlera


d’ellipsoïde local ou global selon sa fonction.

• Le choix d’un ellipsoïde, y compris sa position précise par rapport à la Terre,


est appelé le datum.

• Il y a souvent un point dit « fondamental » qui est choisi, en lequel


l’ellipsoïde coïncide le mieux possible avec le géoïde : il y est tangent.
15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
20

15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
21

Datums locaux - globaux


• Locaux : ex ED50
• Globaux : ex WGS84

15/04/2018
LA FORME DE LA TERRE
22 • De la Terre au plan

• L’utilisation d’un ellipsoïde entraîne de facto une localisation dans un système de coordonnées.
 En cartographie, un système de coordonnées est un référentiel dans lequel on peut représenter des éléments dans l'espace. Ce système permet de se situer
sur l'ensemble du globe terrestre grâce à un couple de coordonnées géographiques.

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
23
• Coordonnées cartésiennes

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
24

• Origine : centre de masse de la terre (système global) ou point


fondamental (système local)
• Axe Z = parallèle à la direction du Pôle Conventionnel
Terrestre, i.e. un pôle moyen dont la localisation ne varie pas
dans le temps

• Axe X = intersection du plan du méridien de référence de


l’ellipsoïde global avec le plan de l’Équateur

• Axe Y = perpendiculaire à Z et X

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
25

• Utilise un système décimal en mètres

• Peu familier, mais très utilisé en géodésie

• Dépend de l’ellipsoïde global de référence

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
26
• Coordonnées géographiques

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
27

• Origine = centre de masse de la terre

• Latitude = angle dans le plan du méridien entre la


verticale du point et le plan équatorial

• Longitude = angle entre le plan du méridien de


référence et le plan du méridien passant par le point

• Exprimée en ° ’ ’ ’ (DDMMSS) et N-S ou E-O

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
28

• Pratique, car familier et indépendant de la projection

• MAIS :

 Dépend de l’ellipsoïde de référence (donc du datum)

 La dimension en Km d’un degré varie selon la latitude

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
29

15/04/2018
LES SYSTÈMES DE COORDONNÉES
30

• Problèmes liés :

 Carte : représentation sur papier (2D)


 Structure raster : inadaptée à la représentation d'une surface courbe

 Vision globale de la surface de la Terre

 Mesure de distance, calcul de surface, etc.

15/04/2018
31

DE L’ELLIPSOÏDE A LA CARTE

15/04/2018
POURQUOI LES PROJECTIONS ?
32

15/04/2018
POURQUOI LES PROJECTIONS ?
33

• Passage de 3 à 2 dimensions dans la représentation de la Terre implique


toujours une projection

• Information sur la projection est indispensable pour les applications


analysant les relations spatiales (Utilité des métadonnées)

• Choix du système de projection peut influencer les résultats

15/04/2018
LES PROJECTIONS
34

• Qu’est-ce qu’une projection ?

• une relation mathématique reliant la position sur l’ellipsoïde


mesurée en latitude et en longitude et la position sur la carte
mesurée en coordonnées cartographiques (X, Y).
• Opération mathématique qui permet de représenter une surface
curviligne sur une surface plane. A tout point de l’ellipsoïde de
coordonnées (λ, ϕ) correspond un point sur le plan de coordonnées
cartographiques (x, y).
15/04/2018
LES PROJECTIONS
35

• La projection cartographique est un ensemble de techniques


géodésiques permettant de représenter la surface de la Terre
dans son ensemble ou en partie sur la surface plane d'une carte.

15/04/2018
LES PROJECTIONS
36

• 4 caractéristiques principales :
I. Nature du plan de projection
II. Nature du contact
III. Nature de la déformation
IV. Direction de l’axe de projection

• Permet d’avoir une vision différente du monde

• 1er essai de projection du globe : Hipparque (190 - 125 av J-C) propose


un canevas de la surface terrestre découpé par un réseau de parallèles et
de méridiens : c'est le premier essai de projection cartographique.
15/04/2018
LES PROJECTIONS CARTOGRAPHIQUES
37
• 3 types de projections :
• Cylindriques
• Coniques
• Azimutales

15/04/2018
LES PROJECTIONS CARTOGRAPHIQUES
38
• Paramètres à adapter :
• Méridien (s) central (aux),
• Parallèle (s) de reference (s),
• Point tangent, …

15/04/2018
LES PROJECTIONS CARTOGRAPHIQUES
39
• Paramètres à adapter :
• Méridien (s) central(aux),
• Parallèle (s) de reference (s),
• Point tangent, …

15/04/2018
PROJECTIONS CYLINDRIQUES
40

On projette l’ellipsoïde (ou une partie) sur un cylindre tangent ou sécant et on le développe

CYLINDRE TRANVERSE
15/04/2018
PROJECTIONS CONIQUES
41

On projette un hémisphère (ou une partie) sur un cône tangent ou sécant et on le développe en le découpant le long d’un
méridien.
Le 180e méridien ou antiméridien est le méridien directement opposé au méridien de Greenwich. Il est commun à la fois aux longitudes est et ouest. Il devrait
correspondre à la ligne de changement de date, mais la plupart des États qu'il traverse l'ont déplacée. 15/04/2018
PROJECTIONS AZIMUTALES
42

On projette un hémisphère (ou une partie) sur un plan tangent ou sécant.

15/04/2018
CHOIX DES PARAMÈTRES : VISION NORD-AMÉRICAINE
43

15/04/2018
CHOIX DES PARAMÈTRES : VISION D’URSS (FIN ’80)
44

15/04/2018
CHOIX DES PARAMÈTRES : VISION CHINOISE
45

15/04/2018
DÉFORMATIONS GÉOMÉTRIQUES
46

• Impossible de passer de l’ellipsoïde au plan sans une déformation géométrique

• 3 types de projections selon la déformation


 Équivalentes : conserve les surfaces, mais pas les angles. C’est
intéréssent pour les cartes thématiques à petite échelle pour lesquelles il
est important de conserver les rapports de surface entre les différents
pays, telle que par exemple une carte mondiale de la densité de la
population
 Conformes : conserve les angles et les formes, mais pas les surfaces. Ce
type de projection est indiquée lorsqu’on s’intéresse aux directions
(navigations, operations militaires…)

15/04/2018
DÉFORMATIONS GÉOMÉTRIQUES
47

 Aphylactiques : ne conserve ni les angles, ni les


surfaces, mais constitue un compromis dans les
deformations géométriques.
• Le choix de l’une ou de l’autre projection depend
du sujet traité, de la taille et de la forme du
territoire à représenter

15/04/2018
48

• Le cartographe français Nicolas Auguste Tissot a inventé en 1851


un système simple pour visualiser ces déformations :
placer sur les cartes des cercles espacés régulièrement auxquels
sont appliqués les mêmes déformations que celle que
subissent la carte, se transformant en ovales et leurs rayons devenant
plus important lorsque la projection donne plus d’importance à une
région.

• Sur toutes ces cartes les ovales oranges sont en réalité sur la
surface de la Terre des cercles parfaits.

15/04/2018
EX. DE PROJECTION CYLINDRIQUE CONFORME : LA
PROJECTION DE MERCATOR
49

Orthodromie Bruxelles - New York


Loxodromie Bruxelles - New York

15/04/2018
50

La projection cylindrique de Mercator donne


plus d’importance aux zones près des pôles
au détriment de celles proche de l’équateur.
Par exemple, l’Alaska et le Brésil semblent
avoir la même taille sur la carte alors qu’en
réalité le Brésil est 5 fois plus grand.
Par contre l’avantage de cette projection est
de conserver les angles, les cercles restent
donc bien ronds partout.
15/04/2018
EX. DE PROJECTION CYLINDRIQUE ÉQUIVALENTE : LA
PROJECTION DE PEETERS
51

Orthodromie Bruxelles - New York


Loxodromie Bruxelles - New York

15/04/2018
52
La projection de Peters conserve
les proportions entre la taille des
surfaces réelles et celles de la
carte, au détriment de la forme
réelle des continents, ce que les
indicatrices de Tissot permettent
bien de visualiser en ayants toutes
la même taille mais en étant
déformées suivant leurs positions.
15/04/2018
EX. DE PROJECTION CYLINDRIQUE ÉQUIVALENTE :
LA PROJECTION DE BEHRMAN
53

Orthodromie Bruxelles - New York


Loxodromie Bruxelles - New York

15/04/2018
54

15/04/2018
PROJECTION ÉQUIVALENTE DE HAMMER OBLIQUE À 45°
55

15/04/2018
EX. DE PROJECTION AZIMULALE TANGEANTE AU PÔLE
56 NORD

Orthodromie Bruxelles - New York


Loxodromie Bruxelles - New York
15/04/2018
PROJECTION AZIMUTALE ÉQUIVALENTE
57

• = seule projection
conservant les
distances au point
central
• Distances à Paris =
cercles
• Distances au pôle
Nord ou au pôle Sud
= courbe irrégulière
• Déformations
rejettées sur les
bords
15/04/2018
AUTRES PROJECTION AZIMUTALES ÉQUIVALENTES
58
OBLIQUES

Centrée sur
Khartoum

Centrée sur Madison, Centrée sur Wellington,


Wisconsin Nouvelle Zélande

15/04/2018
PROJECTION PSEUDO-CYLINDRIQUE
ÉQUIVALENTE DE MOLLWEIDE
59

15/04/2018
60

15/04/2018
61

15/04/2018
• Une route (ou trajectoire) orthodromique est une trajectoire qui est
62
telle que la distance parcourue entre deux points est « localement la
plus courte », c’est-à-dire que si A et B sont deux points « pas trop
éloignés » sur la trajectoire, alors il n’y a pas de trajectoire plus courte
que celle-là entre ces deux points.
• Plus précisément : trajectoire dont toute « petite perturbation » est plus
longue que la trajectoire initiale.
• Sur la sphère, ces trajectoires sont les grands cercles, c’est-à-dire les
cercles obtenus en prenant l’intersection de la sphère avec un plan
passant en son centre (p.ex. les méridiens et l’équateur, mais pas les
autres parallèles).
• Il est toujours possible de conserver une trajectoire orthodromique
donnée en faisant une projection cylindrique adaptée (cylindre tangent
au gd cercle fixé).
• Une route loxodromique est une trajectoire qui conserve le cap : qui
reste à angle constant avec les méridiens. 15/04/2018
63

15/04/2018
LA PROJECTION UTM
64
• PRINCIPE :
 Découpage de l’ellipsoïde en 60 fuseaux de 6° et 2 zones (Nord et Sud) 120
zones distinctes, avec 1 système de projection par zone;
 La Transverse Universelle de Mercator (Universal Transverse Mercator) est un
type de projection conforme de la surface de la Terre;
 Cette projection est une projection cylindrique où l’axe du cylindre croise
perpendiculairement l’axe des pôles de l’ellipsoïde terrestre au centre de
l’ellipsoïde;
 Le système UTM est actuellement basé sur l’ellipsoïde WGS84.
15/04/2018
LA PROJECTION UTM
65

15/04/2018
PASSAGE D’UN SYSTÈME À UN AUTRE
66

• Passage de DDmmss à dd,ddd


• dd,ddd = DD + (mm/60) + (sss/3600)
• Passage au unités métriques
• m = dd,ddd x (équivalent degrés en mètres)
• m = [DD+(mm/60) + (ss/3600)] x (équivalent degrés en mètres)
• Exemple (avec GoogleEarth)

15/04/2018
CRITÈRES DE CHOIX D'UNE PROJECTION
67
• Besoins de l'application : angles, distances, surfaces;

• Taille de la zone : détermine l'importance des distortions;

• Localisation de la zone :

• Basse latitude : projections cylindriques;

• Latitude moyenne : projections coniques;

• Régions polaires : projections azimutales;

• Forme de la zone :

• N-S -> cylindrique transversal;

• E-O -> conique.


15/04/2018
PRECAUTIONS SUPPLEMENTAIRES
68

• Une position exprimée en longitude-latitude-altitude se réfère à un système

géodésique ou datum.

• Les coordonnées géographiques en longitude-latitude ne sont donc pas

universelles. Malheureusement, le datum est souvent implicite (suggéré) et non

indiqué sur une carte.

15/04/2018
PRECAUTIONS SUPPLEMENTAIRES
69

• Pour être comparées, des positions doivent être toutes exprimées dans le
même système géodésique. La grande majorité des SIG impose un datum
unique pour l’ensemble du jeu de données.

• Les différences entre coordonnées d’un même point exprimées dans deux
datums différents peuvent être de l’ordre de plusieurs centaines de mètres,
après projection.
15/04/2018
EN RESUME :
70

• Des cartes de même projection mais de datums différents ne coïncident


pas ! Déplacement de quelques dizaines à quelques centaines de mètres.

• Des cartes de même datum mais de projections différentes ne coïncident


pas ! Déplacement de centaines à dizaines de milliers de mètres.

15/04/2018
71

Fin

15/04/2018