Vous êtes sur la page 1sur 28

Méthodologie de la recherche

Pr. SMAIL KABBAJ 2018/19


Réalisation :
• ELMAKHROUT Youssef
• HAOUDI Ahmed
• IDIDER Abdelhakim
-Mise en page
-Présentation

-Recherche
(Partie2) -Recherche
• -EL LAASRI Hajar
• -FSSIKH Taha Yassine
(Partie1)
• -JEBRANE Ibtissam • -ELMNAOURI Chaimae
• -HAOUARI Zakaria • -EL MOUAFFAK Yousra
• LEGSSAISSI Lamiaa • -EL BAGUE Youssra
• -ELMADROUMI Anas
• -KABOURI Ibrahim
2
Introduction
Nous sommes fréquemment amenés à faire des choix pour réaliser un projet,
résoudre un problème ou construire une représentation de la réalité.

Les domaines concernés et les questions qui en découlent peuvent être très
différents, mais chaque réponse sera construite à partir des données, des
informations que nous possédons et du sens que nous leur donnons.

Ces réponses doivent être les plus rationnelles possible. Elles les seront
d’autant plus que les données qui fondent les choix sont riches, ciblées et
pertinentes.

Pour ce faire, un ensemble coordonné d’activités basées sur des


méthodes et des outils peut être mis en œuvre afin de collecter des
informations adaptées à la problématique.
Plan

• Définition de la recherche
• Méthodes de recueil documentaire
• Méthodes de recueil sur terrain

4
La recherche
C’est un processus dynamique ou une démarche
rationnelle qui permet d’examiner des phénomènes,
des problèmes à résoudre et d’obtenir des réponses
précises à partir d’investigations.

Recherche documentaire
Peut être soit :
Recherche sur terrain

DEFENITION 5
Recherche documentaire:
I-Délimiter le sujet :

• Identifier précisément le travail demandé évite de


s'engager dans une mauvaise direction ou de s'égarer
dans l'exploitation d'un sujet trop vaste.

• C’est la première étape dans un travail de recherche et


de traitement de l'information scientifique et technique.

• Elle suppose de s’intéresser d'une part au fond en


s’attachant à comprendre le sujet et d’autre part à la
prescription en déterminant la nature du travail de façon
précise.

RECHERCHE DOCUMENTAIRE 7
Comprendre le sujet :

• Lire plusieurs fois attentivement le sujet afin de


s’en imprégner et noter ce qu’il évoque
spontanément.
• Définir les termes du sujet à l’aide d’un
dictionnaire ou d’une encyclopédie et, si le sujet
est une phrase, repérer son articulation logique.
• Reformuler le sujet en quelques phrases courtes
(cette reformulation pourra évoluer au cours du
travail).
• Définir le contexte général.
• Déterminer les limites du sujet
8
Déterminer la nature du travail :

• Définir le type de travail demandé : est-ce un état de l’art,


un résumé, un rapport, etc. ?
• Déterminer le niveau de la cible (débutant, moyen, expert).
• Identifier les contraintes pratiques :
Le problème doit-il être abordé de manière générale ou
exhaustive ?
Quel est le calendrier imposé ?
Quel est le type de production exigé (document écrit,
présentation orale) ?
Quel est son volume ?
• Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, on peut alors
organiser le travail (calendrier prévisionnel, organisation
des tâches)

9
II-Rechercher l’information :

• La pertinence et la richesse de l'information recueillie


conditionnent la qualité de l'argumentation.
• Dans le monde actuel, les sources d’information ont
tendance à se multiplier. Ce foisonnement nécessite
une organisation rigoureuse de la recherche
notamment en gardant des traces de la démarche
exploratoire. Au moment d’identifier les sources
d’information, la facilité d’accès au web ne doit pas
masquer l’importance des bibliothèques. Par ailleurs,
élargir la recherche à d’autres sources d’information
est de nature à compléter utilement la recherche.

10
Garder des traces :

• Pour gérer le nombre important de ressources


documentaires, il est impératif de synthétiser les
informations tout au long de la recherche pour pouvoir les
retrouver rapidement et en avoir une vision globale.
• Une solution est de constituer un mémo : noter les
références précises de toutes les ressources retenues
(adresse des sites, référence des ouvrages, etc.) prendre
des notes synthétiques en survolant chaque ressource (lire
le sommaire, l’introduction, la conclusion, examiner les
illustrations).
• Le mémo donne une photographie actualisée du travail en
cours, le consulter régulièrement permet d’évaluer et
d’orienter la recherche.

11
Identifier les sources d’informations :
La recherche des sources d’informations peut être menée :
• Dans les bibliothèques celles-ci constituent un lieu privilégié car on y trouve un
ensemble de ressources validées et classées par des professionnels.
• Les documentalistes qui y travaillent peuvent apporter une aide précieuse pour
choisir des documents pertinents, pour effectuer des recherches productives, il est
nécessaire d’identifier le mode de fonctionnement de la bibliothèque.
• Sur le web : les informations recueillies ne sont pas toutes fiables et nécessitent
donc une validation.
• Dans les deux cas, l’interrogation se fait en formulant des requêtes : il s’agit pour
cela de soumettre à un système informatique une combinaison de mots relatifs au
sujet de la recherche.
• Établir la liste de mots clefs.
• Interroger le catalogue de la bibliothèque et, dans le cas du web, utiliser un
moteur de recherche ou un répertoire.
• Pour formuler une requête bien précise, utiliser la fonction « recherche avancée »,
si le moteur de recherche utilisé ne propose pas cette fonction, utiliser les
opérateurs booléens.

12
Elargir la recherche :

• Diversifier les sources d’information permet


d’enrichir la recherche : identifier et
interviewer des spécialistes du domaine ou
des professionnels pour profiter d’un savoir
vivant
• visiter des lieux ressources (musées,
expositions, archives, salons, etc.) ; consulter
la presse (quotidiens, revues spécialisées,
etc.).

13
III -Traiter l’information :

• Rassembler des ressources ne produit aucune


valeur ajoutée, c'est la qualité de leur traitement
qui donne sa valeur au travail.
• Le traitement de l’information consiste à passer
de ressources juxtaposées à un ensemble
structuré.
• Pour cela il faut s’approprier les ressources
recueillies par une exploration approfondie puis
établir des liens entre elles afin de construire un
plan.
14
S'approprier les ressources :

• À partir du mémo constitué à l’étape


précédente, sélectionner les ressources jugées
pertinentes vis-à-vis du sujet et du type de
travail demandé.
• En faire une deuxième lecture plus
approfondie et rédiger des fiches de lecture
résumant les points jugés intéressants.
• Organiser les ressources retenues : classer,
regrouper en grands thèmes, faire des liens.

15
Construire un plan :

• Les grands thèmes étant identifiés, il faut maintenant les organiser


suivant un plan logique.
• Aucun plan type ne répond à toutes les situations, toutefois on doit
veiller à ce que toutes les parties soient équilibrées entre elles.
• Le plan peut évoluer et s’affiner au fur et à mesure de l’avancement
du travail.
• Le plan général étant établi, il faut le détailler en précisant toutes
les parties et sous parties ainsi que les transitions afin de s’assurer
de la logique de l’articulation et de la progression dans
l’argumentation, la rédaction s’en trouvera grandement facilitée.
• Le choix des titres est important : ils doivent être évocateurs pour
donner du sens à la lecture du plan, toute difficulté à intituler une
partie peut révéler un problème dans la structuration du document.

16
IV -Rédiger un document :

• Depuis le simple compte rendu d’activité jusqu’au rapport de projet,


les tâches de rédaction sont omniprésentes dans l’activité
professionnelle. Cette phase mérite d’être soignée afin de valoriser
tout le travail réalisé en amont.
• Lors de la rédaction d’un document, il faut d’abord s'assurer de la
qualité du contenu c'est à dire rechercher des idées originales et
des arguments pertinents afin de valoriser le travail préalable.
• La phase de rédaction est à la fois complexe et longue d’où la
nécessité d’organiser le travail. Par ailleurs, l’objectif étant de
produire un document obéissant à des exigences de qualité à la fois
sur le fond et sur la forme, il est important de soigner les points
stratégiques, de gérer les parties satellites et de soigner la
présentation.
17
Recherche sur terrain
La recherche sur terrain
est le fait de se rendre sur le lieu de collectes des données.

On définit ainsi le travail de terrain ou l'enquête de terrain, par


opposition au travail post-observatoire d'analyse des
données.

• On peut citer 3 méthodes de recherche sur terrain :


Interview
Observation
Questionnaire

RECHERCHE SUR TERRAIN 19


I- Interview

C’est une méthode de recueil d’informations qui consiste


en des entretiens oraux, individuels ou de groupes, avec
plusieurs personnes sélectionnées soigneusement, afin
d’obtenir des informations sur des faits ou des
représentations.

RECHERCHE SUR TERRAIN


20
Préparation de l’interview Réalisation de l’interview

–Préciser les questions générales et –Écouter attentivement


spécifiques de recherche –Adopter une attitude ouverte et
–Faire une première rédaction des empathique
questions –Paraphraser
–Organiser la séquence des questions –Résumer les contenus lors de la fin
–Adapter le processus de l’interview d’une phase importante
aux objectifs visés (transitions entre
thèmes)
–Préparer l’introduction et les
conclusions
–Préparer le système de notation des
réponses
–Tester le protocole de l’interview
RECHERCHE SUR TERRAIN
21
II- Observation

Le chercheur parlera d’observation par opposition


au processus d’expérimentation. Pour lui,
l’observation sera la phase exploratoire qui
débouche sur l’émission d’une hypothèse, dans le
cadre d’une recherche expérimentale.

RECHERCHE SUR TERRAIN


22
De façon générale, on parlera d’observation
comme d’un résultat : le chercheur… consigne ou
note leurs observations. Au sens restreint,
l’observation désignera autant que possible le
résultat codé du seul acte d’observer. Au sens
large, l’observation sera le résultat codé de l’acte
d’observer suivi de l’acte d’interpréter, ce qui
suppose pour le chercheur la référence à un cadre
théorique.

RECHERCHE SUR TERRAIN


23
III- Questionnaire

Le questionnaire impose de connaître le milieu


dans lequel l’étude est pratiquée. Une pré-enquête
doit souvent être effectuée afin d’établir un
questionnaire adapté. Chaque possibilité de
réponse pour chaque question doit être
référencée, codifiée afin de pouvoir traiter
informatiquement les données recueillies.

RECHERCHE SUR TERRAIN


24
Ce traitement conditionne le format des
réponses(numérique, texte, échelle, …). La codification
des réponses est d’autant plus importante que le nombre
de questionnaires administrés est élevé.

Le bon usage d’un questionnaire dépend:

– De la pertinence des objectifs de la recherche.


– De la qualité des hypothèses préalables.
– De la validité des questions posées.
– De la fidélité du codage et du recueil des réponses.

RECHERCHE SUR TERRAIN


25
Comparaison selon l’étendue à l’accès à l’information:

Interview Observation Questionnaire

Accès très limité dans Accès relativement Accès relativement


l’espace. limité dans l’espace. large dans l’espace.

Concentration de Concentration de Concentration de


l’information dans le l’information dans le l’information dans le
présent ou le passé. présent. présent ou dans le
passé proche.

26
Conclusion

Selon la méthode utilisée, le stade du projet de recueil, les compétences sont


très différentes. En amont du projet, le chargé de recueil doit être capable de
poser un diagnostic en distinguant l’essentiel de l’accessoire, en déterminant
les enjeux, la finalité du recueil. Il peut faire une proposition argumentée
quant aux choix qu’il fait en matière de stratégie, d’outils…

En conclusion, réaliser un recueil dans son milieu suppose des capacités


d’adaptation afin d’agir avec bon sens, tout en faisant preuve de rigueur dans
le suivi du projet et dans l’application des méthodes de recueil

27
Merci pour votre attention

THE END 28

Vous aimerez peut-être aussi