Vous êtes sur la page 1sur 40

Principes Généraux de Fiscalité

Internationale
PRESENTE PAR :Tarek DHAHRI

1
INTRODUCTION
LES CRITERES D’IMPOSITION

L’IMPOSITION
SE FAIT SELON 2 CRITÈRES

CRITERE DE LA RESIDENCE CRITERE DE LA SOURCE

2
1) L’imposition selon le critère de résidence:
En vertu des dispositions de Article 2 du code l’IRPP & l’IS
de sous réserve des dispositions des conventions internationales
et des accords particuliers, l’impôt sur le revenu est dû au 1er
janvier de chaque année, par toute personne physique ayant en
Tunisie une résidence habituelle sur l’ensemble des ses
bénéfices ou revenus réalisés pendant l’année précédente.
L’ensemble des revenus veut dire les revenus réalisés en
Tunisie ou hors du territoire Tunisien.

3
Sont considérés comme ayant une résidence habituelle en Tunisie:
1. Les personnes qui y disposent d’une habitation
principale;
2. Les personnes qui, sans disposer d’habitation principale
en Tunisie, y séjournent pendant une ou des périodes au
moins égale à 183 jours d’une façon continue ou
discontinue durant l’année civile;
3. Les fonctionnaires et agents de l’Etat exerçant leur
fonction ou chargés de mission dans un pays étranger
dans la mesure ou ils ne sont pas soumis, dans ce pays, à
un impôt personnel frappant l’ensemble de leur revenus.

4
2) L’imposition selon le critère de la source

L’impôt est également dû par les personnes physiques non


résidentes qui réalisent des revenus de source tunisienne ou qui
réalisent la plus value immobilière ou la plus value de cession
des titres mais à raison de ces seuls revenus ou plus-values.

Toutefois, l’impôt n’est pas dû sur:

 Les intérêts des dépôts et des titres en devises ou en dinars


convertibles.

5
 Les revenus distribués sous forme de dividendes , les tantièmes
attribués aux membres des conseils d’administration et les revenus
réputés distribués par les PM qui cessent d’être assujettis à l’IS ,
aux associés en proportion de leur droits ,et prélevés sur les
bénéfices et réserves capitalisés depuis moins de 5 ans (disposition
abrogée en vertu de l’art 19 de la LF 2014) .
 Les rémunérations (redevances) payées par les entreprises totalement
exportatrices tel que défini par la légalisation en vigueur au titre (disposition
abrogée en vertu de l’article 54 de la loi de finances 2014):
• Des droits d’auteurs.
• De l’usage, de la concession de l’usage ou de le cession d’un brevet,
d’une marque de fabrique ou de commerce, d’un dessin ou d’un modèle,
d’un plan, d’une formule ou d’un procédé de fabrication, y compris les
films cinématographique et de télévision
• De l’usage ou de la concession de l’usage d’un équipement industriel,
commercial, agricole, portuaire ou scientifique.
• Des informations ayant trait a une expérience acquise dans le domaine
industriel, commercial ou scientifique (KNOW – HOW)
• Des études techniques ou économiques
• d’une assistance technique (SHOW – HOW)

6
 Les rémunérations pour affrètements de navires ou d’aéronefs
affectés au trafic international.
 La plus-value de cession de valeurs mobilières, cette
disposition a été abrogée par la loi de finances pour la
gestion 2011.

7
Impôt sur les Sociétés(IS)
l’IS s’applique aux sociétés et autres personnes morales ci
après désignées, quelque soit leur objet exerçant leur
activité en Tunisie:
1. Les sociétés visées a l’article 7 du code des sociétés
commerciales
2. Les coopératives de production, de consommation, ou de
service et leurs unions;
3. Les établissements publics et les organismes de l’Etat, des
gouvernorats et des communes à caractère industriel et
commercial jouissant de l’autonomie financière;

8
4. Les sociétés civiles s’il est établi qu’elles présentent en fait les
caractéristiques des sociétés de capitaux.
5. Les coparticipants des sociétés en participation, les membres
des groupements d’intérêt économique et les coparticipant des
les fonds communs de créances lorsqu’ils ont la forme de
personnes morales soumises à l’IS.
L’impôt sur les sociétés est également dû par les personnes
morales non établies ni domiciliées en Tunisie qui réalisent
des revenus de source Tunisienne ou une plus-value
provenant de la cession de VM ou de la cession
d’immeubles sis en Tunisie ou des droits y relatifs ou de
droits sociaux dans les sociétés civiles immobilières et non
rattachés à des établissements situés en Tunisie et ce à raison
de ces seuls revenus ou plus values.

9
NB :
1) Les plus-values immobilières soumises à l’impôt sur les
sociétés par les PM non résidentes est égale à la différence
entre le prix de cession et le coût de revient ou d’acquisition,
aucune charge ou amortissement ne sont admis en déduction.

10
PM exonérées de l’IS

Sont exonérés de l’impôt sur les sociétés dans la limite de leur objet social:
1. Les groupements interprofessionnels qui ne réalisent pas à titre
principale des activités lucratif et dont les ressources sont d’origine
fiscales ou parafiscales;
2. Les assurances mutuelles régulièrement constituées.
3. Les caisses d’épargne et de prévoyance administrées gratuitement.
4. Les établissements publics, les organismes de l’état ou des
collectivités publics locales sans but lucratif
5. Les coopératives de services dont l’activité concourt à la
commercialisation des produits agricoles ou de pêche et opérant dans
l’enceinte des marchés de gros.

11
6. Les sociétés mutuelles de services agricoles et
coopératives de pêche

7. Les coopératives ouvrières de production

8. La caisse de prêts et des soutien aux collectivités locales.

12
Section 3:Détermination des bénéfices imposables

les bénéfices passibles de l’impôt sur les sociétés sont ceux


réalisés dans le cadre d’établissements situés en Tunisie et ceux
dont l’imposition est attribuée à la Tunisie par une convention
fiscale de non double imposition.

13
Incidence des CNDI sur le critère de résidence
Lorsque par application des législations internes de la Tunisie
et d’un autre pays, une PP est considérée comme résidente de 2
Etats , les CNDI posent des critères de rattachement de façon à ce
que l’intéressé soit résident d’un seul Etat.
1. Le critère du foyer d’habitation permanent:
cette notion s’entend de tout lieu choisi par la PP pour sa
résidence Permanente et Habituelle et exclut les résidences
utilisées , même habituellement pour des considérations
d’affaires ou de travail.

14
Exemple:
Pour le cas d’une PP qui séjourne en Tunisie 183j ou plus
pendant l’année civile et qui dispose de son foyer
d’habitation permanent dans un autre Etat ayant conclu une
CNDI avec la Tunisie, l’intéressé sera considéré comme
résident de cet autre état.
2. Le critère de centre d’ intérêts vitaux:
Au cas ou le critère de foyer d’habitation permanent ne
peut être déterminant c à d la PP ne dispose dans les 2 Etats
d’aucun foyer d’habitation permanent,

15
Elle sera considérée comme résidente seulement de l’Etat
où se trouve le centre de ses intérêts vitaux, c à d l’Etat ou
sont situés ses liens personnels et économiques. ce critère
s’intéresse aux liens familiaux ou économiques ( lieu à partir
duquel les affaires sont administrés) et sociaux ( lieu des
activités sociales et politiques) de l’intéressé.
3. Le critère du séjour habituel:

Si les 2 critères précédents ne peuvent être déterminants, la


PP sera considérée comme résidente seulement de l’Etat où
elle séjourne habituellement, c à d où elle séjourne le plus.

16
4. Le critère de la Nationalité

Si tous les critères cités précédemment s’avèrent


inopérants , il y a lieu de retenir la nationalité de la
personne pour déterminer l’Etat de résidence.
5. Accord amiable:

Si le critère de la nationalité est lui même


inopérant il ya lieu de trancher la question d’un
commun accord entre les autorités compétentes des
Etats contractants.

17
Incidence des conventions de CNDI sur le critère de la source:

Règles régissant les BIC: la règle d’imposition retenue à ce


niveau est celle de l’existence d’un établissement stable c à d une
installation fixe d’affaires où une entreprise exerce tout ou partie
de son activité.

Toutefois, les conventions dérogent au droit interne au niveau de


l’imposition des chantiers de construction, des opérations
temporaires de montage ou de surveillance s’y rattachant.

18
A. Les chantiers de construction:
Le droit d’imposition obéit au critère de durée comme suit:
-dés le premier jour d’installation pour la convention avec l’Algérie ou
le Canada .
-1 mois pour la convention avec la Lybie.
-3 mois pour l’UMA ; le Sénégal ; l’Indonésie…
-6 mois pour la majorité des conventions: convention Tuniso–
Allemande ; Tuniso–Autrichienne ; Tuniso–Belge ; Tuniso–Française ;
Tuniso–Italienne ; Tuniso–Hollandaise ; Tuniso-Britannique ;183j pour
la convention Tuniso –Suisse…
-9 mois pour la convention avec Espagnole et l’Ethiopie.
-12 mois pour le Soudan.

19
B. Les opérations temporaires de montage:

Comme pour les chantiers de construction l’imposition de


ces opérations obéit a un critère de durée.
Cependant , certaines conventions combinent le critère de la
durée avec celui de l’importance des frais de montage par rapport
au prix des équipements ou de matériels objet du montage.
Exemple : l’imposition est attribuée à la Tunisie si:
 cas de la Convention Tuniso–Allemande:

Durée > 6 mois ou durée < 6 mois avec des


Frais de montage >10٪ du prix des machines

20
Convention Tuniso – Autrichienne
Durée > 6 mois ou 3 mois<durée 6 mois avec
Frais de montage >10٪ du prix des machines

 Convention Tuniso - Belge


Durée > 6 mois ou durée 6 mois avec
Frais de montage >10٪ du prix des machines

Convention Tuniso – Espagnole:


Durée > 9 mois ou 3 mois<durée 9 mois avec des
Frais de montage >10٪ du prix des machines

21
 Convention Tuniso – Britanique:
Durée > 6 mois ou durée 6 mois avec Frais de
montage >10٪ du prix des équipements

22
Règles régissent les BNC:

Les conventions retiennent les critères suivants:


• Le critère d’existence d’une base fixe

• Le critère de séjour (généralement > ou à 183 jours.

• Et pour certaines conventions, l’importance de la rémunération.

Exemple: Convention Tuniso-Américaine:

Les BNC sont imposables dans le pays de la source:


• En cas d’existence d’une base fixe dans le pays de la source.

• Ou si le Séjour > 183j durant l’année d’imposition.

• Ou encore si la Rémunération brute perçue > 7500$

23
 Convention Tuniso-Canadienne: 3000 dollars Canadien (*)
 Convention Tuniso-Italienne: 7000 $ ( cependant la
convention Italienne élimine le critère de séjour).
 Convention Tuniso-Norvégienne: 25.000 couronnes
norvégiennes(*).
 Convention Tuniso-Maltaise:5.000 $(*)
NB:
À titre d’exemple la convention Tuniso-Espagnole
élimine le critère de séjour et le critère de
l’importance de la rémunération elle ne prend en
considération que le critère d’existence de base
fixe.

(*)en plus des notions de bases fixes et séjours.

24
Règles régissant les redevances:
Les conventions ne définissent pas de la même façon le terme
redevances ,c’est ainsi que certaines conventions n’incluent pas
dans la définition du terme redevance l’assistance Technique
(Tuniso–Allemande, Tuniso–Suisse, tuniso-française …) ou
l’usage et la concession de l’usage d’équipements (Tuniso –
Allemande ,Tuniso–Sud Africaine) …..

25
 Règles d’imposition:
Les conventions prévoient le partage d’imposition entre le pays
de la résidence et celui de la source, cependant, certaines
conventions conclues par la Tunisie attribuent le droit
d’imposition exclusivement au pays de la résidence tel que la
convention Tunisio–Senegalaise ou Tuniso–Canadienne pour les
droits d’auteurs et les rémunérations similaires.

26
 Modalités d’imposition:

L’imposition dans le pays de la source se fait par voie


de R/S le taux à opérer à ce titre est:
• Celui prévu par la CNDI

• Celui prévu par le droit commun au cas où la convention


ne prévoit pas un taux spécifique tel que la convention
Tuniso–Jordanienne ou la convention avec l’UMA ou
prévoit un taux supérieure à celui du droit commun

27
Règles régissant les intérêts:

Les conventions prévoient un partage d’imposition entre l’Etat de


la résidence et celui de la source.
Le taux de la retenue à la source à opérer est:
 Celui prévu par la CNDI
 Celui du droit commun dans le cas où la convention ne prévoit pas un
taux spécifique (Tuniso – Jordanienne, Tuniso – Sénégalaise, UMA …)

Ou prévoit un taux supérieur à celui du droit commun qui est


fixé a:
 5٪ pour les intérêts bancaires
 20٪ dans les autres cas.

28
Certaines conventions prévoient que les intérêts
payées par un Etat contractant en vertu d’un crédit
accordé et garanti directement ou indirectement par
l’autre Etat contractant ou un organisme Etatique ou
politique ne sont pas soumis à l’impôt (Tuniso–Sud
Africaine; Tuniso–Allemande ; Tuniso–belge;Tuniso –
Française…)

29
Règles régissant les traitements, salaires et rémunérations
assimilées:

Les conventions retiennent le principe générale d’imposition basée


sur le lieu de l’exercice de l’activité.

Toutefois cette imposition a lieu dans le pays de la résidence si les 3


conditions suivantes sont simultanément remplies:

30
a) Le salarié séjourne dans le pays de l’exercice de l’activité
pendant une ou des périodes ne dépassant pas un total de 183j
au cours de l’année fiscale.

b) Les rémunérations sont payées par un employeur ou au nom


d’un employeur qui n’est pas résident dans l’Etat de
l’exercice de l’activité.

C) La charge de la rémunération n’est pas supportée par un


établissement stable ou une base fixe que l’employeur a dans
le pays de l’exercice d’activité.
Si l’une des conditions fait défaut l’imposition se fait dans le pays
de l’exercice de l’activité selon les règles du droit commun.

31
les dispositions de l’article 53 § II ter du code de l’IRPP et l’IS
prévoient que les salariés non-résidents qui travaillent en Tunisie
pour une ou des périodes ne dépassant pas en totalité 6 mois ,
sont soumis à une retenue à la source libératoire au taux de 20%
des rémunérations brutes majorés des avantages en nature selon
leur valeur réelle.

32
Assouplissement des obligations fiscales et comptables pour les non-
résidents:
La loi de finances pour la gestion 2004 a mis en place un mécanisme
d’imposition à l’IR ou à l’IS par voie de retenues à la source libératoires pour
les personnes physiques et les personnes morales établies et non–résidentes
en Tunisie qui réalisent des travaux de construction ou des opérations de
montage ou des activités de surveillance s’y rattachent ainsi que pour les autres
activités et services réalisés par les associés ou les membres des sociétés
fiscalement transparentes ainsi que celles réalisant des activités de services
(ajouté par la LF2015) qui exécutent en Tunisie pour une période ne
dépassent pas 6 mois un marché déterminé et dont chaque membre ou associé
de la société fiscalement transparente réalise en son nom personnel et sous sa
responsabilité sa quote-part dans les travaux et services sus visés .

33
Les mesures prévues par l’article 70 de la loi de
finances pour la gestion 2004 ne s’appliquent pas aux
personnes établies et non résidentes dont les activités
dépassent en Tunisie 6 mois .
La période de 6 mois commence a courir à partir de la
date du commencement des travaux ou services y
compris les travaux préparatoires jusqu’à ce que ces
travaux ou services soient terminés et ce même dans le
cas où la période de 6 mois chevauche sur deux années.

34
– Les interruptions quelques soient les motifs entrent dans le calcul
de la période de 6 mois.

– Au cas ou l’entreprise sous-traite une partie des tâches qui lui


sont confiées, le temps passé par les sous-traitants doit être
considéré comme temps consacré par l’entreprise au marché et
pris ainsi en considération pour la détermination de la période de
6 mois.

– Toutefois, pour déterminer la durée de 6 mois, il ne faut pas tenir


compte du temps que l’entreprise a déjà passé pour l’exécution
d’autres marchés qui n’ont aucun lien avec le marché concerné.

35
La R/S est fixé à :

 5٪ du montant brut des rémunérations pour les travaux de


construction

 10٪ du montant brut des rémunérations pour les opérations


de montage.

 15٪ du montant brut des rémunérations pour les activités de


surveillance ainsi que les autres activités et services.

 UNIFICATION DES TAUX DE LA RS 15% à partir du 1er


janvier 2016

36
 Obligations fiscales incombant aux personnes concernées:
Les personnes soumises à la retenue à la source libératoire sont toujours
considérées comme établies en Tunisie mais elles sont dispensées
seulement:
• De la tenue d’une comptabilité conforme à la législation en
vigueur.
• Du dépôt de la déclaration d’IR ou d’IS.
mais elles sont toujours tenues:
• D’effectuer et reverser les retenues à la source.
• de déposer les déclarations mensuelles (TVA,TCL,TFP,
FOPROLOS….)

37
 Option pour l’imposition sur la base des revenus ou bénéfices
réalisés:

Les PP ou les PM concernées par la retenue à la source libératoire peuvent


opter pour le paiement de l’impôt sur la base des revenus ou bénéfices réalisés.
dans ce cas les intéressés seront soumis à toutes les obligations fiscales et
comptables incombant aux personnes établies en Tunisie. à signaler à ce
niveau qu’en cas d’option pour le paiement de l’impôt sur la base des revenus
ou bénéfices réalisés et du non respect des obligations fiscales et
comptables de droit commun l’impôt dû ne peut pas être inférieur à
l’équivalent de la retenue à la source sus citée.

38
 Cas des associés et membres de sociétés des personnes et
assimilés:

 Principe: la qualité de membre ou d’associé des sociétés de


personnes et assimilées confère à ces associés ou membres la qualité
d’établis en Tunisie et ce indépendamment des dispositions
conventionnelles.

 Exception: lorsque le membre ou l’associé exécute sa quote-part


sous sa propre responsabilité et sans qu’il ne soit solidaire de quelque
manière que ce soit avec les autres membres, son régime fiscale est
déterminé compte tenu des CNDI conclues par la Tunisie.

39
40