Vous êtes sur la page 1sur 124

Le marché des capitaux

Valeurs du trésor & Valeurs


mobilières
Introduction:

Il existe deux types d ’agents économiques:


• Agents à capacité de financement Placement d ’épargne.
• Agents à besoins de financement Recherche de fonds.

Rapprochement de ces deux types d ’agents

Mode de financement de l ’économie


Les agents à capacité et à besoin de financement
Dans une économie monétaire il existe deux catégories
d'agents économiques:

Les agents économiques à capacité de financement,


 Pour qui les ressources ou les revenus monétaires excèdent
les dépenses,
 Les actifs monétaires reçus lors du processus de production
peuvent être conservés sous cette forme ou arbitrés contre des
actifs réels et financiers.
 Dans une économie ouverte sur l'extérieur les actifs
monétaires peuvent aussi être arbitrés contre des actifs
réels, financiers et monétaires étrangers.

Les agents économiques à besoin de financement, pour


qui les dépenses excèdent les ressources.
 Pour financer leurs dépenses courantes et
d'investissement, les agents à besoin de financement
peuvent recourir à deux sources de fonds: Banques ou
marchés financiers.
 Dans une économie ouverte sur l'extérieur, les
ressources externes peuvent provenir des résidents et des
non résidents.
 Les agents économiques à capacité de financement
et à besoin de financement entrent en relation soit
directement sur des marchés soit indirectement au travers
du système bancaire.
1.Le financement de l ’économie:

Financer l’économie consiste à fournir à tous les agents


économiques les ressources dont ils ont besoin. Il existe
différents circuits de financement:
A.Les circuits de financement:
Ils décrivent la façon dont la communication s’établit entre
les agents.
La finance directe
Il existe deux mécanismes
La finance indirecte
•La finance directe:
 Désigne un circuit financier auprès duquel les agents ayant
un déficit de financement se procurent les capitaux nécessaires
directement auprès des agents qui ont un excédent.

La relation entre les agents s’effectue principalement sur les


marchés financiers par remise de titres (actions, obligations)
contre les capitaux fournis.

Il n’y a donc pas d’intermédiaires entre les agents, même


s’ils recourent à une institution financière pour acquérir leurs
titres (opération de courtage) .
Marché
Marché des
des capitaux
capitaux

Acquisition de titres Émission de titres

Agents à capacité Agents à besoin


de financement de financement
•La finance indirecte:
 Désigne un circuit financier auprès duquel les
institutions financières sont des intermédiaires entre les
agents non financiers prêteurs (les ménages) et des agents
non financiers emprunteurs (les entreprises).

 L’intermédiation implique que les institutions


financières collectent des ressources sous forme de dépôts et
accordent des prêts aux agents économiques. Il n’existe
aucun lien juridique entre les agents non financiers qui
déposent les fonds et ceux qui les empruntent ensuite.
Établissement
Établissement de crédit
de crédit

Dépôts Crédits

Agents à
Agent à capacité
capacité de Agent à besoin
de financement
financement de financement
BLes systèmes financiers:
Objectif d’un système financier

mettre à la disposition des agents économiques

Des instruments de placement Des moyens de


diversifiés en fonction du terme, financement
de la rémunération et du risque correspondant à leurs
besoins.

En s’ distinction entre finance directe et appuyant sur la
finance indirecte, on peut définir deux types de systèmes
financiers,
 La France a été une forme très approchée du premier cas et
les Etats-Unis le sont du second. Ces deux cas de figure ont
l'avantage de faire apparaître des logiques de fonctionnement
d'économie articulées à l'équilibre du système productif.
L ’économie d ’endettement

L ’économie de marché financiers


Le marché des capitaux
Offre Demande

Marché des
capitaux

Marché Marché
monétaire financier
Marché
du crédit
Le marché monétaire
Offre de Demande de
Capitaux CT Capitaux CT

LE MARCHE MONETAIRE

Le marché des titres


Le marché interbancaire
de créance négociables
LE MARCHE INTERBANCAIRE
 Marché de l'argent ou les institutions financières
échangent entre elles leurs liquidités. Aussi appelé "marché
de dépôt «

 Les taux d'intérêts se forment suivant la loi de l'offre et la


demande et sont librement négociés

 les transactions s'effectuent de gré à gré entre les


intervenants qui communiquent entre eux soit directement,
soit au travers d'intermédiaires "banques centrales" ;
LE MARCHE INTERBANCAIRE

 La parole tient lieu d'argument suivie d'une confirmation


écrite.

 Les intervenants sont les agents des marchés


interbancaire, anciennement courtiers de banques.
LE MARCHE DES TITRES DE
CREANCES NEGOCIABLES
 Intervenants: IF, Eses, Etat, Particuliers
 Opérations matérialisées par des titres de créance à savoir:
- Les certificats de dépôt.
- Les billets de trésorerie
- Les valeurs du trésor.
LE MARCHE DES TITRES DE
CREANCES NEGOCIABLES

Ces titres sont négociables, on retrouve donc:


- Un marché primaire (du neuf ou de l’émission)


- Un marché secondaire (de l’occasion ou de négociation
Le marché financier
Définition:
Le marché financier et le marché des capitaux à moyen
et long terme matérialisés par des valeurs mobilières.

Épargne Investissemen

MARCHE
Capacité de FINANCIER Besoin de
financement financement

Offre de Demande de
Capitaux MLT Capitaux MLT
Le marché financier
Segmentation:
1)Critère de nouveauté des titres:

Marché financier

Marché Marché
Primaire secondaire
(du neuf) (boursier)
Le marché primaire ou du neuf
 C’est le marché sur lequel sont émis des titres
neufs.
 Les émetteurs peuvent être l’État, les collectivités
locales ou les entreprises
 Les titres sont vendus pour la première fois
 Le marché primaire a une durée limitée dans le
temps
 C’est un marché non localisé
Le marché secondaire ou de l'occasion (la
Bourse)

 C’est le marché sur lequel les souscripteurs de valeurs


mobilières peuvent en cas de besoin et au prix le cas échéant
d'une perte de capital vendre leurs titres et retrouver leurs
liquidités.
 Le marché secondaire est un marché ou particuliers et
investisseurs institutionnels négocient les valeurs mobilières
déjà émis sur le marché primaire.
 La loi de l’offre et la demande dans les transactions
quotidiennes aboutit alors à la formation d’un juste « prix
d’équilibre ».
Le marché financier
Segmentation:
2)Critère de réglementation:

Marché financier

Marchés Marchés
Réglementés Non Réglementés
(Fermes) (Libres)
Les intervenants au marché financier

 Les banques et établissements financiers:

Ou ils ont leurs propres intermédiaires en bourse,


-
ou elles jouent le rôle d'intermédiaires entre les
courtiers et les investisseurs.

- Ils peuvent aussi faire des émissions de titres en


cas de besoin de financement, comme ils peuvent
être des acquéreurs de titres sur le marché primaire
ou secondaire.
Les intervenants au marché financier

L'État: il joue un rôle très efficace.

- C'est un bon émetteur qui fait coter de nombreux


emprunts qu'il émet pour financer ses projets.

- Son second rôle est d'établir le statut fiscal du


marché financier
Les membres de la bourse:
Se sont les structures et institutions qui gèrent et
organisent la bourse à savoir:
la commission: qui se charge principalement de la
réglementation, de l'organisation, de la surveillance et
du contrôle du marché.
 la société de bourse: elle est chargée de
l'enregistrement des transactions, des cotations et de
toute la publicité y afférente. Elle est l'autorité
technique durant la séance de bourse.
les intermédiaires en bourse:
Se sont des personnes physiques ou morales qui sont
spécialisés dans le commerce des valeurs
 Pour exercer leur activité, les IOB doivent être
inscrit auprès de la commission.
 Ils sont chargés de :
- La négociation des VM et instruments financiers.
- La Gestion de portefeuille Titres.
- Conseils et assistance dans le cadre de
l'introduction en bourse.
Les titres négociables en bourse
Les entreprises et les particuliers qui fournissent des capitaux
aux émetteurs disposent d'une large gamme de valeurs
mobilières dans lesquelles ils peuvent placer leur épargne; le
choix des titres et la composition du portefeuille sont basés en
général sur trois principaux critères :

Liquidité

Sécurité

Rentabilité
LES ACTIONS

L'action est un titre représentatif d'un apport en


numéraire ou en nature destiné à constituer le capital
d'une société.

Elle conféré à son détenteur dit actionnaire, la


propriété d'une partie du capital avec tous les droits et
obligations

 Une action peut procurer deux types de revenus :


 Le dividende
Qui est une partie du bénéfice net distribué aux
actionnaires à la fin de l’exercice ;
 La plus value sur cession
Qui est la différence entre le prix d’achat et le prix de
vente de l’action. Elle n’est réalisée que lorsqu’on vend
l’action à un prix supérieur à celui de l’achat
But de l'émission

 D'abord lors de sa constitution

 Ensuite lors des augmentations de capital que la société


réalisera au fur et à mesure que se posera à elle la nécessité
de développer ses moyens d'actions par des ressources
permanentes ou de restructurer le passif de son bilan afin
d'établir, rétablir ou préserver une structure financière
crédible.
Forme et présentation de l'action

1 - La forme matérialisée

 La forme nominative
 L a forme au porteur

2 - La forme dématérialisée
Les actions ordinaires

Droits et avantages liés aux actions ordinaires

 Le droit à l'information
 Le droit de vote aux assemblées générales
 Le droit à une rémunération
 Le droit de souscription préférentiel
 Le droit d'attribution
 Le droit au boni de liquidation :
Les actions à dividende prioritaire (ADP)
Droits et avantages des ADP
 Sont déclarées ADP à l'émission.
 Ont un droit de priorité sur les dividendes.
 Ont généralement un dividende fixe régulier fixé à l'avance.
 Elles font partie du capital comme l'action ordinaire.
 Elles tiennent à la fois des actions ordinaires et des titres
d'emprunt.
 Elles comportent plus de risque que les titres d'emprunt
Les Autres titres à revenu variable

 Actions Dividende statutaire plus élevé;


privilégiées Dividende cumulatif;
Superdividende plus élevé;

 Actions de Le dividende généré est fixe, Pas de


priorité droits à la superdividendes; Pas de
droits de vote.

Actions dont le montant est


 Actions de entièrement remboursé moyennant
jouissance un prélèvement sur bénéfices.
Les Certificats d’investissement
 S'apparentent aux actions sans droit de vote et sont
obligatoirement nominatifs.

Action ordinaire

Certificat d’investissement Certificat de droit de vote


Les Certificats d’investissement

 Émis à l'occasion d'une augmentation de capital ou


d'un fractionnement des actions existantes.

 Le certificat de droit de vote ne peut être cédé


qu'accompagné du CI.

 Toutefois , il peut être cédé au porteur du certificat


d'investissement;
Les titres participatifs

 Ils sont intermédiaires entre les actions et les obligations,

 ils tiennent:
- de l'obligation distribuent un coupon,
- de l'action ne sont remboursables qu'en
cas de liquidation.

 Les titres participatifs ne sont pas porteurs de droit de


vote.
Les titres participatifs

La rémunération
- Partie fixe

- Partie variable
calculée par référence à des éléments relatifs à
l'exploitation (chiffre d'affaires, résultat net, marge brute
d'exploitation ou valeur ajoutée).
Les obligations
Sont des valeurs mobilières négociables représentatifs de titres de
créances à moyen et long terme.
Caractéristiques générales

 Valeur nominale : sert de base au calcul des intérêts.

 Prix d’émission : prix payé par le souscripteur.

 Date de souscription :date de règlement par le souscripteur.

 Date de jouissance : la date à partir de laquelle les intérêts commence


à courir.
Durée de vie de l’emprunt : temps compris entre la date de
jouissance et la date du dernier remboursement.

Coupon: : montant des intérêts annuellement à chaque


obligation.

Coupon couru : intérêts accumulés et non encore versés .

taux facial : appliqué à la valeur nominal.


Les différentes catégories:

 les obligations à taux fixe sont émises par des


sociétés ou des gouvernements qui s'engagent à verser un
revenu constant pendant toute la durée de l'emprunt.

 Les obligations à taux variable

 Ce sont des obligations dont le taux de rémunération varie


d'une année à une autre selon un indice de référence.
 Ceci permet d'éviter les fluctuations des prix boursiers dues
aux variations des taux. Un taux minimal est généralement
garanti.
 Les obligations convertibles

 Se sont les obligations qui donnent à leurs


propriétaires le droit de les échanger contre d'autres
titres du même émetteur.
L'addition d'un privilège de conversion facilite le
placement d'une obligation dans le public. Pour l'émetteur
cela se traduit par la réduction du taux d'intérêt et donc
du coût global de l'argent emprunté, ce qui peut permettre
à la société d'augmenter son capital actions de façon
indirecte à des conditions plus favorables que la vente
d'actions ordinaires.
 Les obligations à bons de souscription d’actions
 Une obligation ordinaire à taux fixe à laquelle sont
attachés un ou plusieurs bons. Ceux-ci donnent droit de
souscrire des actions nouvelles à émettre par la société à un
ou plusieurs prix et dans les conditions et délais fixés par le
contrat d'émission.

 Les obligations à coupons zéro


 Il s’agit d’obligations qui ne versent pas d’intérêts
pendant toute leur durée de vie. En échange le prix
d’émission est très inférieur à la valeur de remboursement, et
cette différence constitue la rémunération capitalisée de
l’emprunt.
Modalités de remboursements et de paiement des intérêts

Remboursement in fine : l’emprunt est intégralement


remboursé le dernier jour.
Par tirage au sort.
Anticipé.
Par anuités
Variation des taux et cours des obligations
Le cours d’une obligation varie en sens inverse du taux
d’intérêt du marché.
Le taux actuariel brut (TAB) :
C’est le taux qui égalise le prix de l’obligation et les flux
futurs qu’elle génère.

La sensibilité :
La sensibilité S d’une obligation est la variation de la
valeur de cette obligation provoquée par la variation d’un
point du taux d’intérêt.
S = - (1/P) * (varXX P/ var I)
P : prix de l’obligation.
I : intérêt
La duration :
Elle indique le nombre d’années exact au bout des quelles,
le taux de rendement actuariel à l’échéance correspond
exactement au taux de rendement calculé à l’achat.
La duration = Sensibilité * (1+t)
t= taux actuariel
LES PRODUITS DÉRIVÉS

Les options

Les swap

Les contrats à terme


LA GESTION COLLECTIVE : les OPCVM
La gestion individuelle des valeurs mobilières présente des
inconvénients pour les petits investisseurs comme les coûts
de gestion très élevés et l’exigence d’un montant
d’investissement assez important pour pouvoir limiter les
risque par une répartition équilibrée du portefeuille.

 La diversification par l’utilisation d’une autre formule


de gestion s’est développée à travers le monde et a connu un
grand succès durant ces dernières années: c’est la gestion
par les organismes de placement collectif en valeurs
mobilières (OPCVM).
OPCVM

SICAV FCP

Actif important Actif plus limité par rapport


à la SICAV
Société anonyme: SPA  Copropriété de valeurs
mobilières
Frais de gestion propres  Frais de gestion propres aux
aux SICAV FCP

 Émission d’actions  Émission de parts

 Vente et rachat des actions  Vente et rachat des parts


à la valeur liquidative à la valeur liquidative

 actions cotées en bourse  parts cotées en bourse


Obligations Actions

OPCVM

Diversifiés Monétaires
La cotation des titres

Coter un titre confrontations entre les ordres


d’achats et les ordres de vente arrêter un prix
d’équilibre= cours

 Ordre de bourse : s’analyse en un mandat , donné à la


société de bourse par son client , de vendre ou d’acheter à
la bourse une valeur déterminée.
Chaque ordre comporte des mentions obligatoires:

 Indications générales,
 Indications de prix
 Quantité,
 Date,
 Validité
 Signature.

 Plusieurs catégories d’ordres:


Ordre « à cours limité »
Ordre « à tout prix ou au mieux »
L’ordre " à révocation "
L’ordre " de jour "
L’ordre " à exécution "
L’ordre " à durée limitée "
l’ordre « sans stipulation »
Ordre « tout ou rien »
Routage des ordres

Client A client B
( acheteur ) ( vendeur)

ordre d’achat ordre de vente

TCC 1 Carnet d’ordres Carnet d’ordres TCC 2

IOB 1 IOB 2

Parquet de la bourse
Négociation

ALGERIE CLEARING
Règlement / Livraison
 La cotation des titres

Deux types de cotation

au fixing au continu

durée limitée dans  Toute la journée


la journée ( de 9h à 17h)

 un seul prix  plusieurs prix dans


La journée
Trois types de fixing
 A la criée
Chaque négociateur crie ses ordres

 Par casier
Ordres classées dans des casiers
Spécifiques

 Électronique
Ordres confrontés électroniquement
Un seul type du continu
 Électronique

Déroulement d’une séance de bourse « fixing »
Ouverture de la
séance Appel des IOB

Saisie des ordres par


les IOB sur des stations
de négociation ;

Affichage

Impression des registres


Calcul du fixing saisis pour vérification ;
ORDRES DE VENTE ORDRES D’ACHAT
COURS (DA)
(actions) (actions)

50 Au mieux offert

100 250 340

150 255 320

250 260 350

320 265 200

400 270 120

600 275 100


Au mieux 50 actions
demandé
La dématérialisation des titres
Les titres matérialisés sont source :

- de coûts : impression,…….
- de lourdeur : gestion matérielle au quotidien
 - d’erreurs : des vendeurs qui n’encaissent pas
leurs dividendes, des dividendes payés en
trop,……….
ü Les titres dématérialisés par contre assurent :

- - Une circulation plus rapide des titres ;

- - Une sécurité du système de règlement/livraison ;

- - Une liquidité accru du marché dans la mesure ou les


transactions ; peuvent se dénouées dans des délais plus
rapides ;

- - Un rapprochement du fonctionnement du marché des


standards internationaux.
Le dépositaire central des titres
Il assure les trois fonctions suivantes :

- Une fonction de conservation des titres : Il tient les


comptes titres ouverts au nom des professionnels ;

- Une fonction de circulation des titres : par virement


de compte à compte..

- Une fonction d’administration des titres : il permet


aux professionnels d’exercer les droits attachés aux titres
selon les instructions reçus de la part des propriétaires .
Le dépositaire central des titres exerce donc les activités
suivantes :

• Ouverture des comptes pour les émetteurs, les négociateurs


habilités et les teneurs de compte ;

• Prise en charge des émissions nouvelles de titres ;

• Dénouement des transactions effectuées sur les valeurs


mobilières, les valeurs du trésor et autres titres négociables ;

·
• Application du système règlement contre livraison ;
• Mise en œuvre des opérations sur titres.
• Principe du système règlement contre livraison
La compensation des valeurs mobilières passe par
quatre principales étapes :

• l’appariement

• la confirmation

• la définition des positions

• le règlement/ livraison
La compensation des valeurs mobilières repose sur
deux principes :

 Irrévocabilité des engagements pris en séance de


négociation ;

 Simultanéité de la livraison des titres et des


fonds.
Déroulement du processus de compensation
1- avant la dématérialisation

Jour j Jour j+1


négociation confirmation

Jour j+4
Jour j+?
Règl / livrais
dénouement
Déroulement du processus de compensation
2- après la dématérialisation

Jour j Jour j+1


négociation confirmation

Jour j+2
Règl / Livr
Les teneurs de comptes conservateurs de titres
 Désigne des opérateurs agrées par l’autorité du marché
pour ouvrir et gérer les comptes titres de leurs clients.

 Ils adhèrent au dépositaire central qui leur ouvre des


comptes courants .

 Ce sont des établissement financiers ayant une expertise et


une surface financière suffisante pour couvrir les risques
liés à leur activité.
L’introduction en bourse
L’introduction en bourse est une décision majeure
de la vie de l’entreprise. C’est le passage d’une
société « fermée » dont le capital est détenu par un
nombre limité d’actionnaires qui se connaissent, à
une société « ouverte », dont le capital peut être
détenu par le « public », c’est-à-dire par tout
investisseur financier, professionnel ou simple
épargnant qui le désire ou qui a pu acquérir des
titres.
Les procédures d’introduction

 La procédure ordinaire

 La procédure d’offre publique de vente à prix fixe

 La procédure d’offre publique de vente à prix minimal


Avantages de l’introduction en bourse
 Diversifier ses sources de financement.

 - Notoriété

 - Réaliser une plus value latente

 - Avoir une liquidité de l'entreprise.

 - Motivation des travailleurs.

 - Financer la croissance.
Inconvénients de de l’introduction en bourse
 Se conformer aux règles du marché boursier

 - Perte de pouvoir consécutive.

 - Coût de l'opération d'introduction.

 - Obligation de distribuer des dividendes.

 - Suivi administratif de la cotation.


Conditions d’admission
1- conditions générales

 La société doit avoir publié les états financiers


certifiés des trois derniers exercices ;

 Les actions de la société doivent être entièrement


libérées;
·
 La société doit mettre en place une structure
d’audit interne et assurer un service convenable de
transfert de titres.

 L’admission de valeurs mobilières aux


négociations en bourse est soumise à une décision
de la COSOB.
2- conditions relatives aux actions
 Présenter un rapport d’évaluation de ses actifs
établi par un expert comptable indépendant;

 Le dernier exercice devra être bénéficiaire

 La société doit avoir un capital minimum de


100.000.000 DA;
 Diffuser au moins 20% du capital dans le public;

Avoir un minimum de 300 actionnaires, le jour de


l’introduction.
3- conditions relatives aux obligations
 L’encours de l’emprunt doit être au moins
égal à 100.000.000 DA

 Le nombre de détenteurs d’obligations doit


être de 100 au moins, le jour de l’introduction.

 L’entreprise doit avoir une activité régulière


Les opérations financières
 La division du nominal( le Split);

 L’attribution d’actions gratuites

 L’augmentation du capital en numéraire : le droit


de souscription

 Le rachat d’actions
 Les prises de contrôle

• les offres publiques d’achat (OPA)

• les offres publiques d’échange (OPE)

• les offres publiques de retrait (OPR)

 Les fusions et scissions


Les instruments d’analyse
Principe de gestion des titres

« Acheter aux plus bas prix et vendre aux plus


hauts ».

 Le problème?
Comment déterminer le plus haut et le plus bas?
 La réponse?
Évaluer les titres.

 Comment évaluer?
Les analystes financiers recourent en général à deux
principales méthodes :

• L’analyse fondamentale et;

• L’analyse technique
1- l’analyse fondamentale

Cherche à déterminer la valeur des sociétés à travers


l’examen des documents comptables, prolongés par des
études financières et boursières.

Elle utilise à son tour deux principales méthodes:

• L’analyse financière ;
• L’analyse boursière
L’analyse financière

Elle
Elles’opère principalement
s’opère au travers
principalement de ratios
au travers de qui sont
ratios
des rapports exprimant en pourcentage, unités, nombre
qui sont des rapports exprimant en pourcentage,
de jours ou en monnaie l’état ou la tendance d’un aspect
unités, nombre de jours ou en monnaie l’état ou
particulier de l’entreprise : on parle ainsi de ratios de
la tendance
structure, d’un aspect
de rentabilité ou departiculier de
productivité.
l’entreprise : on parle ainsi de ratios de
structure, de rentabilité ou de productivité.
L’analyse boursière
Le Price Earning Ratio (PER)
COURS
PER = -------------------------------
BCE PAR ACTION

 Le modèle de Gordon SHAPIRO

D
P = --------------------
K-G
 Cours
Actif net

mesure la solidité du titre

Dividende
 Cours

mesure le rendement boursier


L’analyse technique ou graphique :

Elle écarte l’étude des données fondamentales de


sociétés, pour ne retenir que l’évolution des cours
dont elle tire des conclusions à partir d’éléments
statistiques ou graphiques.
Elle repose sur:
 La théorie de dow;

Les vagues d’ELLIOT ;

Les moyennes mobiles;

La formation « tête-épaules »;

La formation « tête-épaules inversée »;

 Le « double plafond »;

 Le « double plancher ».
Rôle du marché financier
1- Vis à vis des entreprises

* Une source de financement alternative


*Financement du budget de l'État
* Possibilité de se doter en capitaux permanents:
* Notoriété:
* Évaluation permanente:
2- Vis à vis des investisseurs/ épargnants

* Une autre alternative en matière de placement


de l'épargne
* Liquidité de l'épargne:
* La sécurité:
* Potentialités de gains plus grandes:
* Diversification du risque:
* La participation à la vie économique
3- Vis à vis de l’économie

* La bourse: un baromètre de l'économie

* Restructuration industrielle et désengagement


de l'État:
Le marché des capitaux Algérien

pourquoi un marché de capitaux en Algérie?

 Les déséquilibres macroéconomiques ;


 La compression des importations et donc les déficits
budgétaires ;

Dans ce contexte l’Algérie a mené des réformes


économiques sous forme de série d’actions dont certaines
sont de nature à promouvoir le rôle du marché
notamment le marché financier.
1- Le marché des valeurs du trésor

• Le trésor s’est engagé à partir de 1995 dans un processus


de réformes visant à créer les conditions de
développement harmonieux d’un marché de titres d’État
liquide, attractif, et sur.

• Ce marché est composé de deux compartiments :

* le marché primaire
* le marché secondaire
Le marché primaire

 Les bons du Trésor qui sont des titres émis par l’État en
représentation d’emprunts dans le cadre de l’équilibre
budgétaire sont négociables auprès de l’ensemble des
banques intervenant sur le marché monétaire.

 Ils sont gérés en comptes courants ouverts sur les livres


de la banque centrale au nom des établissements
souscripteurs.
 Jusqu’en 1995, le Trésor a émis trois grandes
catégories de titres : Les bons du Trésor, les bons
d’équipement, et les obligations.

* Les bons du trésor en compte courant ;


* Les bons d’équipement ;
* Les obligations.
 Le Trésor a engagé en mai 1995 une première réforme
dans la conduite de sa politique d’émission en procédant
tout d’abord à une rénovation des titres du Trésor en
compte courant.

Deux nouvelles catégories de titres en compte courant ont


ainsi été crées par le Trésor :

Les bons du Trésor à court terme [13, 26 et 52 semaines

Les bons du Trésor à moyen terme [2 et 5 ans].


Le marché des valeurs du Trésor en compte courant a
ensuite été mis en place, en relation avec la Banque
d’Algérie, en tant que compartiment du marché
monétaire, avec le lancement en octobre 1995 de la
première opération d’adjudication de bons du Trésor

La technique de l’adjudication fait jouer pleinement la


concurrence entre les investisseurs (Banques, Compagnies
d’Assurance économique, Caisses d’Assurance sociale et
de Retraite) selon le principe de l’appel d’offres et les
conditions du marché.
Le marché secondaire
Dans une deuxième phase en 1997 et dans le
cadre de la modernisation de la gestion de la
dette publique, un marché secondaire des valeurs
d’État a été instauré permettant ainsi aux
différentes entreprises, organismes et particuliers
d’acquérir ces valeurs par le biais
d’intermédiaires spécialisés : « les spécialistes en
valeurs du trésor » ou « SVT » auxquels est
dévolu un rôle privilégié dans la souscription et
les placements des valeurs du trésor et dans
l’animation de leur marché secondaire .
Dans le souci de poursuivre les actions de
modernisation et de développement du marché
des valeurs d’État en phase , le trésor a mis en
place en juillet 2001 une nouvelle stratégie
d’émission visant à renforcer la liquidité du
marché et à lui donner plus de profondeur .
Cette nouvelle stratégie d’émission se fonde sur :

• L’allongement des échéances des valeurs d’État émis


sur le marché primaire.

• L’introduction sur le marché de nouveaux titres


assimilables : (BTA) à échéance de 1 à 5 ans, et les OAT) à
échéance 10 ans.

•· La soumission en prix pour les titres dont la maturité


est de 1 an et plus.

•· La mise en place de la technique de l’assimilation des


titres.
LES ACTEURS DU MARCHE

1. La Direction Générale du Trésor (DGT) : en qualité


d’émetteur et autorité du marché

2. Les Spécialistes en Valeurs du Trésor (SVT) :


intermédiaire

3. La Banque Centrale : Banque de règlement /


livraison
Les missions des SVT
 Participer de façon significative à l'ensemble des séances
d'adjudication;

 Assurer une parfaite liquidité des valeurs du Trésor;

 Informer régulièrement le Trésor sur l'évolution des


marchés et le volume des opérations qu'ils ont traité.

 Garantir la meilleur transparence;

 Développer une concertation sur la politique d’émission de


titres publics.
· La cotation des bons du trésor

 Les bons du trésor sont cotés touts les dimanches et


mardis au niveau de la salle du marché.
 Chaque SVT doit venir avec des propositions de
cotes acheteurs et vendeurs pour chaque catégorie de
bons émis sur le marché;
 La séance de cotation représente le lieu ou les SVT
se rencontrent pour acheter et vendre les titres pour
leurs comptes, pour le compte de leurs clientèle ou pour
le compte de la maison mère, c’est aussi le lieu de
négociation des taux ou des prix.
La cote d’une obligation publiée dans un journal peut se
présenter comme suit :

Émission Coupon échéance C.acht C.vend Rend


OAT 2011 5,98% 15 août 07 99,25% 99,75% 6,35%

Prix de l’Obligation = (Nominal x Cours) + intérêt Couru


1. Calcul du prix d’un BTC

PRIX = C * 1
1+ (t*n)/36000

C = capital
n = nombre de jours restants
t = taux
2- Le marché financier Algérien
Les acteurs du marché
 La COSOB

 La SGBV

 Les IOB

 Les teneurs de comptes conservateurs de titres

 Le dépositaire central
La COSOB: Commission d’Organisation et
de Surveillance des Opérations de Bourse
 Missions:
- Veiller

- * A la protection des investisseurs en valeurs mobilières;

- * Au bon fonctionnement et à la transparence du marché


des valeurs mobilières
 Pouvoirs
 Pouvoir réglementaire;

 Pouvoir de surveillance et de contrôle;

 Pouvoir d'enquête;

 Pouvoir disciplinaire et arbitrale


 La Société de Gestion de la Bourse des Valeurs
« SGBV »
• Fonction gestion du marché;

• Fonction d’information du public;

• Fonction organisation des séances de cotation;

• Fonction organisation du système de compensation.


Les intermédiaires en opérations de bourse
 L'IOB à activité restreinte
Collecte et négociation des ordres

 l'IOB de pleine activité

- les opérations de contrepartie sur les valeurs mobilières


- le placement des valeurs mobilières pour son propre compte ou pour
- le compte d'autrui
- la gestion des portefeuilles de valeurs mobilières
- le démarchage
- l'accompagnement des entreprises qui veulent s'introduire en bourse.
 Le dépositaire central « Algérie Clearing »
 Il ouvre et administre des comptes courants titres pour les
teneurs de compte conservateurs adhérents;

 Il met en œuvre les opérations sur titres décidées par les


sociétés émettrices;

 Il codifie les titres admis à ses opérations, selon la norme


internationale;

 Il publie des informations relatives au marché.


 Les adhérents du dépositaire banques,
établissements financiers , SVT, émetteurs

 Les actionnaires du dépositaire

 Titres admis au dépositaire valeurs mobilières


et valeurs du trésor, TCN, OPCVM
 Les teneurs de compte conservateurs de titres
Qui peut être teneur de compte conservateur de titres

 Les banques et les établissements financiers ;

 Les intermédiaires en opérations de bourse ;

 Les sociétés émettrices pour les titres qu’elles


émettent et qu’elles gèrent directement.
Prestations fournies par le teneur de compte

 Il assure la garde et l'administration des titres qui lui


sont confiés au nom de leurs titulaires.

 Il exécute les instructions reçues (négociation,


nantissement, mutation, transfert) ;

 Il applique les opérations sur titres (paiement de


dividendes, intérêts, virement de droits….)
·
 Il informe les titulaires sur :
- l’exécution de leurs instructions (avis d’exécution),
- mouvements de leurs comptes (relevé de compte,
relevé de portefeuille),
Les Valeurs mobilières en Algérie
Le code du commerce algérien a introduit une panoplie de valeurs
mobilières
 Les actions

 Les obligations;
 convertibles en actions;
 Avec bons de souscriptions d’actions.

 Les certificats d’investissement et les certificats de droit de


vote ;

 Les titres participatifs.


Les titres cotés à la bourse d’Alger
- Les actions SAIDAL "Ouverture de capital de
20%"
- Les actions AURASSI "Ouverture de capital 20%".

A noter que:

- Les actions ERIAD SETIF "Augmentation de


capital de 20%", ont été radié de la bourse en date
du 10/04/06.
-Les actions de la compagnie d’assurance Alliance
assurance, augmentation de capital 20%"
-Les actions NCA ROUIBAURASSI "Ouverture de
capital 20%".

-les action de BIOOPHARM


Les émissions d’emprunts obligataires
 L’emprunt SRH; 500 millions de DA
 L’emprunt SONATRCH;
 L’emprunt SONELGAZ
 L’emprunt AIR ALGERIE
 L’emprunt ENTP, 5milliards de DA
 L’emprunt de EEPAD TISP 500 millions de DA
 L’emprunt ENAFOR, 14 Milliards de DA
 L’emprunt CEVITAL, 5milliards de DA
 Emprunt ETRHB HADDAD, 6 Milliards de DA
 L’emprunt ALGERIE TELECOM, 26,5milliars DA
 L’emprunt de la société nationale de leasing 2 fois
2 milliards DA
 L’emprunt obligataire de MLA maghreb leasing
Algérie, 2 milliards de DA ,
 L’emprunt obligataire de Arabe leasing
corporation ALD, 3,65 Milliards et 3,3 Milliards
de DA ,
Les IOB
 La BNA
 La BEA
 La BADR
 La BDL
 Le CPA
 La CNEP Banque
 BNP PARIBAS EL DJAZAIR
 SOCIETE GENERALE ALGERIE
 TELL MARKETS
 EL BARAKA BANQUE ET AL SALAM
BANQUE
Les principales places financières
- Paris
- Londres
- New York
- Tokyo
- Francfort
Les indices boursiers
- CAC 40 (Euronext) : valeurs

- Dow Jones (New York) : 30 valeurs

- Nikkei (Tokyo) : 300 valeurs

- FTSE (Londres) : 100 valeurs

- DAX (Francfort) : 30 valeurs


La capitalisation boursière

- La capitalisation boursière d'une entreprise cotée


est la somme d'argent qu'elle vaut en bourse.

Pour la calculer, on compte le nombre d'actions en


circulation que l'on multiplie par la valeur de l'action.