Vous êtes sur la page 1sur 118

COURS :

SYSTEME D’INFORMATION
DE GESTION

1
La problématique des Systèmes d’information

Organisation
Une structure + des processus

Activités
Des technologies Réaliser, Diagnostiquer, Contrôler,
de l’information Maintenir, Améliorer, Organiser,
Communiquer, Animer , Concevoir
Pourquoi
Des Besoins en informations…

Système d’information
Des ressources
Comment

2
Plan du Cours : Gestion des Systèmes d’information
(1)
 Partie 1 : Les fondements conceptuels

 Chapitre 1 : L’information dans l’organisation : Sources et rôles


 L’information dans les systèmes de Gestion individuels
 L’information et son utilisation par l’individu
 La notion de représentation pertinente
 L’information dans les systèmes de Gestion Collectifs
 L’information, élément de la cohérence organisationnelle
 L’information élément de l’ouverture et de l’apprentissage de l’organisation

 Chapitre 2 : La notion de Systèmes d’information :


 Définitions
 Typologies des systèmes d’information
 L’émergence rapide des Technologies de l’information et son incidence sur les
Systèmes d’information
 La nécessaire Gestion des Systèmes d’information
 Des Systèmes d’information pourquoi faire ?
 Des Systèmes d’information comment les gérer ?

3
Plan du Cours : Gestion des Systèmes d’information
(2)
 Partie 2 : Les utilisations types des Systèmes d’information

 Chapitre 1 : Les applications fonctionnelles


 Les objectifs des systèmes d’information fonctionnels
 Schéma de principe de traitement des transactions et des opérations
 Exemples de systèmes d’information fonctionnels
 Chapitre 2 : Les systèmes de communication
 Les utilisations potentielles des technologies de la communication
 Exemples de systèmes de communication au sein de l’organisation
 Exemple de système d’information inter organisationnels: Echange des
Données Informatisée, Internet…
 Chapitre 3 : L’aide à la décision
 L’aide à la décision selon les étapes du processus de management
 Les Systèmes interactifs d’aide à la décision : Définition, structure..
 Les Systèmes d’information pour dirigeants (Tableau de bord électronique)
 Les Systèmes experts

4
Plan du Cours : Gestion des Systèmes
d’information(3)
 Partie 3 : La Gestion des Systèmes d’information

 Chapitre 1: La Gestion stratégique des Systèmes d’information


 La définition des objectifs: la planification des Systèmes d’Information
 Principe général de la planification des Systèmes d’Information
 Le Schéma Directeur
 L’organisation des moyens
 Chapitre 2: La Gestion des projets Systèmes d’information
 Notions de Gestion de Projet
 Le projet organisationnel
 Le projet informatique
 Le cahier des charges

 Chapitre 3: l’évaluation et le Contrôle des Systèmes d’information
 Pourquoi contrôler ?
 Comment contrôler ?: Le tableau de bord des Systèmes d’information
 L’évaluation des Systèmes d’information : Comment apprécier l’apport au
fonctionnement de l’organisation et à la capacité stratégique.

5
L’information dans les systèmes de gestion individuels:
Quel que soient les activités assurées par l’individu dans le cadre de son domaine d’action, il
utilise et produit des informations.

Exemples d’activités:
 Réaliser: faire, conduire, exécuter en temps réel
 Diagnostiquer: détecter les défauts, les anomalies, les causes de dysfonctionnement des
réalisations suivant le schéma:
 Repérage et identification du problème
 Hypothèses ou explications ( formulation de voies de solutions possibles)
 Choix d’une action possible parmi d’autres
 L’évaluation: remise en cause

 Contrôler: vérifier, mesurer les écarts par rapport à une norme ( audit, autocontrôle par un
opérateur..)
 Maintenir: Assurer le fonctionnement optimal des installations…
 Amélioration: émission d’idées, de propositions ( cercle de qualité..)
 Communiquer: collecte, traitement et transmissions des données dans le cadre de relations
hiérarchiques ou fonctionnelles
 Organiser: préparer le travail, prévoir les moyens
 Animer: encadrer, constituer, former, motiver, concerter, négocier…
 Concevoir: étudier, définir, innover, inventer un produit, procédé…

6
Données et information
 Donnée:
Donnée = signe + code
12101961
71854956
La codification des signes permet de représenter des données .Une série de
signes deviennent des données lorsqu’on connaît la codification
correspondante.
 Information:
Information = Donnée + modèle d’interprétation
12101961 jour.mois.année: date d’un évènement
71854956 huit chiffres (n°de télephone): joindre une personne à tunis
Une information est une donnée qui a un sens et ce sens vient d’un
certain modèle d’interprétation. Une même donnée peut avoir
plusieurs sens selon le modèle d’interprétation qui lui est associé

7
Du monde réel à la représentation

L’individu n’a que rarement une connaissance directe et


parfaite des « états du monde ».Dans la plupart des cas il
se base sur une « image » de cet état, composée de
signaux

Exemple: un CV est la représentation d’une personne, un


bilan est la représentation d’une entreprise, un schéma
technique est la représentation d’une machine, les
données d’une étude de marché fournit une
représentation de la demande..

La représentation est l’intermédiaire entre le réel et l’action

8
Définition d’une information
 L’information est une donnée qui a un sens et un impact sur le récepteur.
 La valeur d’une information est proportionnelle à son impact et à son
potentiel de surprise
 L’information est une richesse au même titre que les autres.
 La notion de pertinence est liées à l’utilisation de l’information: Une
information est pertinente si elle répond aux desseins de l’utilisateur, dans
son contexte d’utilisation

Finesse-précision
Actualité
Exhaustivité

pertinence Ponctualité
Fiabilité

Exactitude Forme - richesse

Accessibilité

9
Modèle économique de la recherche de la pertinence

Question: a l’intérieur du processus de décision proprement dit se


déroule un processus de décision « dérivé » relatif à la recherche
d’information: « Dois-je décider maintenant avec l’information
disponible ou dois-je rechercher des représentations plus
pertinentes? »

Arbitrage entre la valeur de l’information et son coût


• Valeur de l’information: est fonction du résultat de la
décision dans laquelle elle est utilisée
• Coût de l’information: est lié aux opérations
nécessaires à l’obtention d’une représentation:
observation, cueillette des signaux, transmission,
stockage; croissance du degré d’exhaustivité, finesse,
ponctualité, forme..de la représentation

10
Modèle économique de gestion de l’information

Evènement Résultat Brut


aléatoire X Rb = f (X,A) Action (A)
X A
A
Résultat Net
Saisie
Rn = Rb - Ci
Création de
signaux A= g (Y)
C1 Processus de
Coût d’information prise de décision
Y1
Ci = h (Y)
Traitement des C2 Y4
signaux C3 C4
Transmission
Stockage des signaux
des signaux
Y2 Y3
Le décideur cherche à améliorer ses représentations tant que:
La variation de Rb ( EFFET) > La variation de Ci ( EFFORT)
11
L’information et l’individu:
La transformation information/ action dans le
processus de prise de décision
Etat du monde X
(évènement)

Processus d’interprétation

Représentations
(ensemble de signaux fournissant de l’information relative à x)

Ensemble
Un processus d’identification Un modèle
de variables
et de résolution des problèmes de gestion
d’action

Action
12
L’information et l’individu: L’information comme
outil d’aide à la décision selon les étapes du
processus de management
Recueil de données externes et internes
Activités d’intelligence Aide à l’identification des problèmes
Pour anticiper et réagir

Activités de modélisation- Conception de modèles reliant les


conception variables d’action et les résultats

Exploration des conséquences de


Activités de choix choix:
Que va-t-il se passer si ?

Justification du choix et suivi des


Activités d’évaluation effets de l’application

13
L’information et l’individu

« Toute information concerne un individu,


pourvu d’un profil psychologique donné,
confronté à un système décisionnel précis,
dans un contexte organisationnel déterminé.
Il y a nécessité d’éléments de décision perçus
au travers d’un mode de représentation
propre au décideur »

R. MASON, J.MITROFF, Management science, vol 19, N°6, 1975

14
L’information dans les systèmes de Gestion
collectifs
 « Comment assurer le respect de l’unicité de l’objectif global malgré
la division des tâches ? »
Mise en place de mécanismes de
coordination

L’information et la communication constituent


des éléments de cohérence organisationnelle

• La détermination et la poursuite des objectifs de l’organisation doit


intégrer, en permanence, les effets d’un contexte évolutif

L’information et la communication
constituent une base indispensable à
l’ouverture et à l’évolution de toute
organisation 15
L’information, élément de la cohérence
organisationnelle
Construire un organisation et définir son système de gestion
collectif consiste à répondre à deux question:

Qui décide Qui connaît quoi


de quoi

Définir la Définir la structure


structure de Cohérence d’information
décision

Le partage Les mécanismes


des décisions de coordination

16
Le partage des décisions (1)
Ce partage obéit à deux logiques dominantes:
1. Niveau d’importance de la décision: principe de la hiérarchie:
Le modèle de la commande hiérarchisée
Centre de commande
Informations Niveau 3
Décisions (ordres, Informations
consignes)
Centre de commande
Informations Niveau 2
Décisions (ordres,
consignes) Informations
Centre de commande
Informations
Niveau 1
Décisions (ordres,
consignes)
Informations

Processus commandé Résultat mesuré


par indicateurs

•Du haut vers le bas, les informations sont détaillées, précisées, explicitées..
•Du bas vers le haut, la remontée se réalise par des synthèses

17
Le partage des décisions (2)
2. Une logique de différenciation: principe de séparabilité:
fonctionnels, géographique, par produits…Cette séparabilité est
généralement imparfaite
 Interdépendance indirectes: utilisation de ressources partagées
 Interdépendance séquentielle: l’output d’une activité est l’input
de l’autre
 Interdépendance réciproque: alternativement chaque domaine
échange en permanence des biens et des informations

Les performances obtenues L’optimum global n’est


au niveau d’ un domaine plus la somme des
dépend des décisions prise optima locaux
dans un autre domaine

La coordination s’impose pour éviter les dysfonctionnements

18
Les mécanismes de coordination

Elle apparaît comme une activité supplémentaire de traitement d’information


pour assurer la cohérence des systèmes de gestion collectifs grâce à:
 L’ajustement mutuel: échange d’informations sous une forme libre ou
définie:conversation spontanée, réunions, entretien: ce n’est pas toujours
efficace

 La supervision directe par la hiérarchie: confier à un acteur de niveau


supérieur la charge d’assurer la cohérence des comportements des niveaux
inférieurs ( étendu de contrôle): répartir vers le bas les décisions à
temps de réponse court, à horizon limité, à fréquence élevée
utilisant des modèles simples et renvoyer vers le haut les décisions à
modèle complexe, horizon éloigné et temps de réponse long.

 La standardisation: établir des standards, des normes,etc..qui guident les


comportements des participants de l’organisation: manuels de procédures,
les plans-programmes, budgets..

19
Structure d’information: les schémas de procédure
permettent de repérer la structure d’information: exemple
Poste (qui) Magasin Responsable Acheteur
matière atelier
Opérations(quoi)
1. Création de D.A
demande
d’achat D.A
2. Accord et
signature D.A CDE
3. Création de la
commande CDE
4. Retour double
commande
CDE
CDE
5. Réception de
marchandises, CDE Bon rec
contrôle de Bon rec Comptabilité
conformité fournisseurs
6. Mise à jour du Stock
stock
20
A retenir: L’information est le vecteur de
coordination

Le partage des tâches à l’intérieur de l’organisation crée


des besoins de coordination pour répondre aux impératifs
de cohérence.
Négociée ou organisée, la recherche de la cohérence
implique le traitement et la communications d’informations
additionnelles. Bien entendu, les exigences en information
varient selon les mécanismes de coordination retenus dans
l’organisation; mais dans tous les cas, la cohérence
organisationnelle est soumise aux conditions
informationnelles.

21
L’information, élément de l’ouverture et de
l’apprentissage de l’organisation

Les organisation sont des systèmes ouverts soumis à l’influence


d’un environnement avec lequel elles procèdent à des
échanges. Cette ouverture a des conséquences au plan de
l’information:
 L’organisation doit disposer de représentations pertinentes de
son environnement; elle doit être capable d’interpréter les
signaux reçues pour comprendre le monde qui l’entoure:
interpréter pour comprendre.
 l’organisation va chercher à apprendre, donc à sélectionner des
réponses efficaces aux stimuli qu’elle reçoit. Ces processus
d’apprentissage supposent l’existence de dispositif de
mémorisation de l’information: Mémoriser pour apprendre.

22
La mémoire organisationnelle et
l’apprentissage organisationnel
Il y a apprentissage lorsque l’organisation, à
travers le traitement des informations,accroît le
répertoire de ses réponses possibles à des
évènement récurrents ou sélectionne des réponses
mieux adaptées, il y a accroissement de la
connaissance disponible dans l’organisation.

23
Mémoriser pour apprendre: le processus de construction et
d’utilisation de la mémoire organisationnelle
Problème posé par
l’environnement

Perception Un
Analyse
problème
(intelligence)
identifié (modélisation)

Mémoire Des
alternatives
Organisationnelle
(problèmes, décisions, résultats)

Choix des
actions

Résultats Une décision


Impact
observés
24
Le concept de système d’information(1)
Selon la vision systémique d’une organisation, on distingue d’abord
le système opérant ( ou opérationnel) où les produits finaux sont
fabriqués à partir d’une certaine matière première.

Entrées Système Opérant Sorties

Exemple: Si l’on considère une institution universitaire, le système opérant est


constitué des services et des départements qui organisent les inscriptions, les
cours, les examens, les corrections des copies, les délibérations et les jurys,..Les
élèves qui suivent les cours et passent les examens font partie aussi du système
opérant. L’obtention du diplôme est le produit final du système opérant.
Le flux physique est donc constitué des élèves, des cours, des examens, des
diplômes..

25
Le concept de système d’information(2)
Toute organisation est pilotée par une direction, une équipe dirigeante. Ce
système de pilotage a pour mission de conduire l’organisation vers
des objectifs qui lui sont fixés, et de vérifier si ces objectifs ont bien
été atteints. Ce qui nécessite souvent un contrôle continu du
fonctionnement du système opérant et d’éventuelles modifications à
apporter à ce système .
Ainsi parallèlement au flux physique, il y a un flux de décision qui
correspond aux décisions prises par la direction pour que l’organisation
fonctionne dans les meilleurs conditions et puisse atteindre ses objectifs.
Contraintes Contraintes

Suite de l’exemple: les


décisions prises par le
système de pilotage de
l’institution universitaire Système de Pilotage
Flux de décision
concernent le nombre
d’étudiants à admettre,
la définition des
programmes et des
modalités d’examen, les
développements futurs
tels que les
Système Opérant Flux Physique
recrutements, les
investissements… 26
Le concept de système d’information(3)
Et c’est dans ce contexte qu’apparaît le système d’information. Ce sous
système de l’organisation s’occupe de récolter l’information, de la
stocker, de la traiter et de la diffuser dans le système opérant et
dans le système de pilotage. Dans le système opérant, cette information à
celui de fonctionner car chaque individu et chaque tâche ont besoin d’être
informés sur les flux physiques qui la traverse. Dans le système de pilotage,
l’information va permettre à celui-ci de prendre les bonnes décisions.

Contraintes Contraintes
Suite de l’exemple: Le
système d’information de
l’institution universitaire
regroupe des Système de Pilotage
informations sur les Flux de décision
élèves, les enseignants,
les cours, les règles de
fonctionnements, les
résultats, les aspects Système d’Information Flux d’information
financiers, le matériel..

Système Opérant Flux Physique


27
Le concept de système d’information(4)
La tâche principale du SI est de fournir un flux d’information qui
 d’une part reflète le plus fidèlement (image) possible le flux physique, et
 d’autre part fournit :
 au système opérationnel les éléments nécessaires pour son fonctionnement
quotidien et
 au système de pilotage des éléments nécessaires pour une prise correcte de
décision.

Contraintes Contraintes

Flux de décision
Système de Pilotage

Système d’Information Flux d’information


Image -Modèle
Représentation
Système Opérant Flux Physique
28
Le concept de système
d’information(4)
 Le SI est une représentation de la réalité
 Le SI est un modèle -forcément réducteur -

des faits et des évènements survenus


( présents et passés).
 Le SI est un artefact ( un objet artificiel)

greffé sur l’objet réel qu’est l’entreprise


 Le SI est formé par des modèles conçus

pour répondre aux besoins des utilisateurs


( ingénierie des S.I)

29
« Le système d’information

Est un ensemble de méthode, procédures


pour saisir, transmettre, stocker, retrouver
de l’information utilisée dans un ou
plusieurs processus de Gestion »

S. ALTER, information systems

30
La typologie des systèmes
d’information
 Typologie fonctionnelle
 Typologie par référence au niveau
hiérarchique des utilisateurs
 Typologie par référence aux finalités
 Typologie par référence au niveau de
formalisation.

31
Typologie fonctionnelle
Système de Organe de
E décision
décision
décision
N
information
V opérations

I
Mémoire de
ENTREPRISE
R l’entreprise
Système
O d’information Sous système
N Sous système global de production
décision
commercial
Sous système
N décision Sous-système information
du personnel financier
information décision
E décision opérations
opérations
information
M information
opérations Sous
E opérations
systèmes
N fonctionnels
T 32
Typologie par référence au niveau
hiérarchique des utilisateurs

S I stratégique: Informations
Niveau stratégique: d’origine interne et surtout
Cadres supérieurs, externes, résumée, à champ
dirigeant large, peu répétitives, orientée
vers le passé, le présent et le futur
SI de pilotage: informations d’origine
Niveau gestion tactique, internes, agrégées, champ limité à un
contrôle: Cadres moyens, chefs domaine,périodicité orientée vers le
d’équipes, contrôleurs.. présent et le passé proche

Niveau gestion des SI opérationnel: information


opérations: gestionnaires d’origine interne, détaillées,
d’opérations champ restreint, répetitives,
temps de réponse court,
orientée vers le présent

33
Typologie par référence aux finalités

Système
d’information

Système supports
Système supports de Gestion
d’opérations

Traitement des Support et contrôle des Systèmes de Système d’aide


transactions processus industriels production de à la décision
rapports

34
Typologie par référence au niveau de
formalisation.

Système Système d’information


d’information et de communication
formel informel:
Structuré, Les échanges ne sont
formalisé, pas prédéterminés
standardisé

35
Les Technologies de l’information
et de la Communication
 Définition: les TIC correspondent à des techniques
permettant de saisir, traiter, stocker et communiquer
l’information

 Les composantes essentielles des TIC:


 Les stations de travail
 Des bases de données
 Des réseaux de communication
 Des processeurs spécialisées: unité centrale de coordination

36
L’apport des TIC

Expansion de
Compression Compression Flexibilité
l’information
du temps de l’espace d’usage
stockée

37
Les impacts potentiels des TIC
 Effets sur les processus de gestion:
 Participation au processus de gestion

 Intelligence des problèmes

 Rapidité et qualité des décisions

 Effets sur la conception de l’organisation:


 Réduction du nombre de niveaux hiérarchiques

 Degré de centralisation – décentralisation

 Coordination,formalisation et standardisation

 Effets sur la conception des rôles:


 Une spécialisation moins étroite, polyvalence
 Enrichissement des tâches par le développement de l’autocontrôle
 Le métier et la relation au métier sont différents

38
Les impacts stratégiques des TIC
Les forces Déterminants Exemples de réponse
concurrentielles appuyée sur des TIC
Faire face à la concurrence  Réduire les coûts Recherche d’une baisse des coûts
actuelle  Différenciation de conception, production, livraison
Consultation des comptes à

distance
Améliorer le pouvoir de  Elargir le marché Utilisationde réseaux de diffusion
négociation avec le client d’informations pour faire connaître
ses offres à des clients nouveaux
Améliorer le pouvoir de Elargir la base de  les technologies de communication
négociation avec les sélection des permettent de trouver de nouveaux
fournisseurs fournisseurs fournisseurs, de travailler avec des
fournisseurs éloignés..
Lutter
contre la menace des Baisse des prix  créer un réseau de clients reliés
nouveaux entrants Développer des automatiquement
barrières à l’entrée Meilleure utilisation des effets

d’expérience
Lutter contre les produits Elargir
la gamme Mise en place de systèmes
de substitution de produit CAO, PAO pour proposer
différents variantes de produits à
des coûts acceptables
39
Une nouvelle notion du S.I
Un système d’information est un ensemble organisé de
ressources: matériel, logiciel, données, procédures
permettant d’acquérir, de traiter, stocker, communiquer
des informations( données, textes, images, sons, etc..)
dans des organisations

Niveau informationnel
Des spécifications
en terme Niveau organisationnel
d’objectifs
« Pour faire quelque chose » S.I.
Niveau Technologique

Finalisation Conception
40
…La nécessaire gestion des systèmes
d’information
Un système d’information est:
 Un outil, un instrument de gestion au service des

utilisateurs: nécessité d’une définition précise de la


finalité d’un SI « un système d’information est un système
«utilisateur - machine » qui produit de l’information pour
assister les êtres humains dans les fonctions d’exécution, de
gestion et de prise de décision » Davis & Olson systèmes d’information
pour le management editions economica 1986
 Un objet construit, ensemble de ressources à gérer:
il est le résultat d’activités de gestion ( conception,
développement et implantation, évaluation, adaptation)

41
Gestion des systèmes d’information

Définir une finalité: quelles utilisations


envisager lors de la mise en place d’un
système d’information?

Quels sont les utilisations actuelles principales des systèmes


d’information ?

42
S.Alter a distingué 8 catégories:
1. Système de bureautique
 Objectif: fournir à des utilisateurs individuels les moyens de
préparer des documents, gérer des fichiers, effectuer des
traitements simples, communiquer..
 Utilisateurs: tout cadre ou employé manipulant principalement de
l’information écrite
 Exemples: recours au tableur pour tableaux, analyses,Préparation
de textes, de présentations, gestion de fichiers locaux..

Exemple de réalisations : Tous les cadres de l’entreprise Lambda disposent


d’un micro-ordinateur équipé du logiciel MS Office et d’un logiciel de
messagerie électronique; ils peuvent ainsi créer des documents, manipuler
des tableaux, effectuer des calculs, exploiter des fichiers et communiquer
avec leurs correspondants par courrier électronique

43
2. Système de traitement de transactions
 Objectif: Saisir l’information relative aux transactions; les traiter; les
conserver

 Utilisateurs: Personnes situées à des points d’échange ( vendeur,


contrôleur,etc..)

 Exemples: Utilisation pour la vente, l’achat(transmissions externes) et


aussi pour les échanges internes.

Exemple de réalisations:
Une Société de grande distribution a installé dans tous les points de
ventes des terminaux spécialisés à la place de ses caisses enregistreuses
traditionnelles: un lecteur de codes barres permet de reconnaître les
produits achetés; grâce à la consultation de la base de données
«produits», le prix effectif est reconnu, la facture est calculée, les stocks
sont mis à jour; le paiement est également enregistré.
A chaque instant, il est possible de savoir les recettes réalisées, les
ventes par catégories de produits, l’état des stocks de chaque produit,
etc.…

44
3. Système d’information pour le management

 Objectif: Suivre et contrôler systématiquement les opérations

 Utilisateurs: Cadres, contrôleurs, responsables de projets, etc..

 Exemples: Utilisation de rapport de gestion pour le suivi des


activités, rapports hebdomadaires ou mensuels systématiques..

 Exemple de réalisations : Dans la même société de grande distribution,


tous les soirs, les responsables de produits (rayons) reçoivent sur leurs
postes de travail un tableau montrant le chiffre d’affaires réalisé par produit
dans la journée et le rapprochement de ces réalisation avec les objectifs de
ventes.

45
4. Système d’information pour Dirigeants ( Executive
information systems)

 Objectif: Suivre et contrôler les opérations à la demande

 Utilisateurs: Dirigeants, cadres de haut niveau devant disposer de


synthèses.

 Exemples: Utilisation de possibilités d’analyses détaillées uniquement si


nécessaires – informations agrégées et synthétiques.

 Exemple de réalisations : Le directeur d’une entreprises de bâtiment et


travaux publics dispose d’un système d’information lui permettant de suivre, à la
demande, l’état et les conditions d’avancement des principaux chantiers; il peut ,
à l’aide de quelques requêtes simples, visualiser le planning et les écarts de
délais, les budgets et les écarts de coûts,..et obtenir par questions successives,
plus d’informations sur le déroulement effectif de chaque chantier.

46
5.Système d’aide à la décision ( SIAD)
 Objectif: Aider à la prise de décision en fournissant de l’information et
des modèles

 Utilisateurs: cadres, analystes, tout professionnel ayant à préparer


des décisions

 Exemples: Utilisation d’outils statistiques pour analyser des dossiers,


aide à la visualisation, simulation, recours à un système expert,etc..

 Exemple de réalisations :Dans une entreprise industrielle, le directeur de


l’usine dispose d’un logiciel de simulation de charge qui lui permet d’évaluer à
l’avance les conséquences du lancement en fabrication d’une
commande(délais, goulets d’étranglement, capacité de production… ) et de
l’aider à définir le programme de production.

47
6.Système d’exécution

 Objectif: Aider directement à la réalisation des opérations

 Utilisateurs: Tout opérateurs concerné par la réalisation de tâches


caractéristiques pour l’entreprise

 Exemples: Aide au diagnostic de pannes( dans un garage), aide à la


vente, aide à la formation avec du multimédia,etc.…

 Exemple de réalisations : Un cabinet d’architecture utilise des micro-


ordinateurs, des tables traçantes,et un logiciel de conception assistée par
ordinateur pour établir les plans demandées au client.

48
7.Système d’aide au travail coopératif
 Objectif: Aider à la réalisation d’une tâche collective en facilitant la
communication, le partage des informations,etc..

 Utilisateurs: toute personne incluse dans un projet ou participant


(occasionnellement ou régulièrement) à une tâche collective.

 Exemples: Systèmes d’aide à la décisions de groupe, suivi de


dossiers( work-flow )

 Exemple de réalisations : Dans une banque, on utilise un logiciel spécialisé


pour l’instruction des dossiers de demandes de crédits des entreprises. Ce
dossier préparé sous forme électronique par le chargé d’affaires, peut être
consulté par le directeur d’agence, le directeur de groupe, la direction des
risques..; chaque intervenant peut à tout moment, compléter le dossier,
connaître le degré d’avancement de l’affaire etc..

49
8. Système de communication
 Objectif: Permettre à différentes personnes de travailler ensemble en
partageant des informations.

 Utilisateurs: Pratiquement tout le monde à des degré divers.

 Exemples: Contacts variés avec clients, fournisseurs, partenaires,etc.…


Travail en équipe dispersé ou non

 Exemples de réalisations : Une compagnie aérienne vient de mettre en


place un système de vidéoconférence entre ses établissement répartis dans le
monde entier. Ce système est utilisé pour les réunions et la formation à
distance .
Depuis plusieurs années, Air Alpha impose à ses fournisseurs et à ses sous-
traitants l’utilisation de l’Echange de Données Informatisées( EDI) pour toute
les transactions(commandes, livraison, etc.…)

50
Remarque: Beaucoup de réalisations combinent en une seule
application des fonctionnalités relatives à plusieurs de ces types de
systèmes

Pour simplifier…….
 Systèmes d’exécution
 Système de traitement de transactions Les applications
 Système d’information pour le management fonctionnelles

 Système de bureautique
 Système d’aide au travail coopératif
Les systèmes de
 Système de communication
communications

 Système d’information pour dirigeants (EIS)


L’aide à la
 Système d’aide à la décision ( SIAD)
décision

51
Les applications fonctionnelles

Un champ
Domaine fonctionnel ou
Application organisationnel avec des frontières
Unité de conception:
Ensemble de
programmes pour
automatiser des tâches
Des fonctionnalités
de traitement de
l’information Un contenu en terme de tâches à
exécuter à l’intérieur du domaine

52
Les objectifs des systèmes d’information
fonctionnels
Appliquer les règles, Automatiser, diffuser les info.,coordonner
1. Le traitement des transactions et des opérations:
 Les tâches d’identification de l’évènement ( quelle est la nature
de l’évènement, quelle est son origine, a quel instant..
 Les tâches spécifiques de réponse:
 Activités informationnelles pour préparer les décisions nécessaires au
déroulement du processus
 Activités informationnelles « support » des opérations matérielle:
« quoi faire, qui le fera, quand, ou, comment »
 Les tâches de traçabilité: la matérialisation des transactions par
des documents obligatoires (imprimés ou documents électronique
(cas de EDI)): tache d’édition, impression, communication..
2. L’information des gestionnaires:
 fournir aux gestionnaires des informations nécessaires à la
conduite des opérations: opérationnelles mais aussi de
pilotage
Création de bases de données
alimentées par les transactions
53
Schéma de principe de traitement de transactions

54
Exemples de système d’information fonctionnels

55
Système d’information pour la gestion commerciale
et le marketing

56
Les Progiciels de Gestion Intégrées
(Entreprise Resource Planning)
 Définition: une application informatique paramétrable,modulaire et intégrée,
qui vise à fédérer et à optimiser les processus de gestion de l’entreprise en
proposant un référentiel unique et en s’appuyant sur des règles de gestion
standard permettant de gérer les différents domaines de l’entreprise.
 Caractéristiques :
 Un progiciel: un ensemble de programmes conçues par un éditeur pour
correspondre aux besoins de plusieurs entreprises et commercialisé avec des
prestations annexes (assistance, formation, maintenance,..)
 Paramétrable: produit standard mais adaptable aux besoins d’une entreprise
donnée par paramétrage: choix des règles de gestion, choix d’options de
traitement, choix de format de données…)
 Modulaire: le PGI est découpé en modules correspondant chacun à un processus de
gestion ce qui permet de composer une solution spécifique par assemblage.
 Intégré: les modules peuvent échanger des informations selon des schémas prévus
(interfaces standardisées)
 Référentiel unique: normalisation forte des données et des langages.
 Optimisation des processus de Gestion: Les règles de gestion liées aux différents
processus sont issues des meilleurs pratiques pour un secteur déterminé.
• Mise en œuvre progressive
• Cohérence interne
• Adaptabilité des solutions 57
L’aide à la décision selon les étapes du processus de
management
Recueil de données externes et internes
Base de
Activités d’intelligence Aide à l’identification des problèmes
données
Pour anticiper et réagir

Activités de modélisation- Conception de modèles reliant les


conception variables d’action et les résultats

SIAD
Exploration des
Activités de choix conséquences de choix:
Que va-t-il se passer si ?

Justification du choix et
Activités d’évaluation suivi des effets de EDI
l’application ( tableau de bord)

58
Systèmes interactif d’aide à la décision
Définition Composants
 Système d’information assisté un SIAD est composé de 3
par ordinateur éléments principaux
 Fournissant une assistance aux 1. Une base de données
décideurs essentiellement pour + SGBD (création+mise
des problèmes non structurés à jour+interrogation)
(planification d’une tournée de
livraison, choix du mode de
financement..) 2. Une base de
 Combinant le jugement modèles + SGBM
humain et le traitement ( conserver, retrouver
les variables du modèle,
automatisé des information
communiquer les
 Le contrôle du déroulement du résultats)
processus de décision incombe
au décideur dans une
démarche heuristique 3. Une fonction de
gestion du dialogue
homme machine
59
Systèmes d’information pour dirigeants
( Tableau de bord électronique )
 Système de « Reporting » et de suivi focalisé sur les Facteurs Clés
de Succès

 Conçus sur mesure pour s’adapter à l’utilisateur

 Très conviviaux ( utilisé par le dirigeant seul)

 temps de réponse court

 La présentation de l’information se fait sous forme de graphique


(mettre en évidence)

 permet la recherche d’informations à des degrés d’analyse de plus


en plus fins du général au particulier si on le souhaite ( recherche
par pallier)
 Lié à des bases de données internes et externes

60
Les Systèmes de Communication
 Outils de communication: dispositif technique capable
d’améliorer l’efficience de la communication ( messagerie
électronique, téléphone, audioconférence, visioconférence…)

 Support de Communication: Réseaux ( ensemble d’éléments


interconnectés qui acheminent des signaux) locaux ou publics

 Systèmes de Communication: intégration de ces outils et


support dans l’organisation pour atteindre des objectifs spécifiés
( informer, s’informer, réaliser une opération coordonnée, négocier,
créer en commun etc.….)

• Compression du temps
• Compression de l’espace
61
Les utilisations potentielles des technologies de la
communication
N’importe qui

? N’importe où
E R
QU Clients et
N I fournisseurs
MU
C OM potentiels
U I
Q Clients et fournisseurs
EC actuels
AV
Dans l’organisation sur d’autres
site

Dans l’organisation, sur


place

Message Accès à des données Transactions Transactions


courants stockées séparées coordonnées,
coopératives
POUR QUOI FAIRE ?

62
Exemples de systèmes d’information au sein de
l’organisation: « outil d’aide au travail coopératif »

 Messagerie électronique
 Gestion de documents: documents archivés puis consultés par
les différents participants.
 Workflow: automatisation de la circulation d’un document selon
les instruction d’une procédure
 Intranet: utilisation des techniques d’Internet au sein d’une
organisation soit pour accéder à des informations mémorisées
(diffusion des données, l’interrogation d’information), soit pour
l’interaction entre des personnes (messagerie, groupes de
discussion)
 Visio conférence: réunion à distance en mode interactif entre
participants géographiquement éloignés

63
Exemple de système d’information inter
organisationnel:
 Echange des Données Informatisée : le transfert de données
structurées sur des bases de messages normalisés approuvés, entre
système informatisés par voie électronique support des
transactions courantes entre partenaires commerciaux.
 Internet: ensemble de réseaux qui se coordonnent sur la seule base
d’un consensus technique: l’utilisation du même protocole de
communication ( Transmission Control Protocol ( TCP) / Internet
Protocol ( IP))
Applications: messagerie électronique
forum électronique
transfert de fichier
recherche documentaire sur des sources mondiales….

Et surtout les applications à caractère commercial :


le commerce électronique

64
le commerce électronique
 1 er positionnement: Internet, outil de contact (vitrine): informer sur
l’entreprise, ses produits, ses performances: « média-marketing »
avantages: ☻audience potentielle
☻richesse de l’information( texte, image, son, vidéo)
☻assure un retour d’information du client potentiel vers
l’entreprise pour permettre des approches de
« marketing direct »
 2 eme positionnement: Internet, outil transactionnel ( boutique):
Utiliser Internet comme support des transactions commerciales
☻d’entreprise à entreprise ( B2B)
☻d’entreprise à consommateur final ( B2C)
Problèmes: logistiques, impact sur l’organisation, cannibalisation des
canaux existant, sécurité des paiement, cadre juridique…
 3 eme positionnement: Internet, outil d’intégration: Le client exprime
ses besoins ce qui déclenche une série de commande en chaîne de
l’intermédiaire vers le fournisseur et ses partenaires ..( communauté
d’entreprises)

65
La Gestion des S.I

I – La Gestion stratégique des S.I

II – La Gestion des projets de S.I

III – L’évaluation et le contrôle des S.I

66
La Gestion Stratégique des Systèmes d’information
Réflexion approfondie qui conduit à définir le cadre général
(politique) des systèmes d’information dans l’organisation en
répondant à deux question fondamentales:
1. « Des systèmes d’information pourquoi faire?»:Quels sont les
besoins à satisfaire en matière d’information compte tenu des choix
stratégiques effectués par l’organisation
Finalisation des systèmes
d’information à travers un
processus de planification

2. « Des systèmes d’information organisés comment? »: Comment seront


agencés les différents moyens technologiques et humains indispensables pour la
construction des futurs applications? Quelle politique pour la gestion des
ressources? Qui sera chargé de veiller à l’application de cette politique?

Organisation des moyens

67
I- La définition des objectifs: la planification des S.I
Pourquoi Planifier les S.I: Les enseignements d’une évolution:
 Le développement des S.I dans les organisations a été
dominé par l’empirisme: pression du court terme, offre de
fournisseurs, désir d’imiter des concurrents..
Développement de différentes solutions succesives
considérées comme des projets indépendants
Difficultés:
• Redondances de fichier
•Difficultés d’intégration des
applications entre elles
Prise de conscience du besoin
d’une réflexion globale,
préalable :
Besoin d’une gestion à 2 niveaux des S.I:
•Niveau stratégique global,
•Niveau tactique par projet

68
Les deux niveaux de Gestion des S.I

Niveau
Stratégique Approche globale
des objectifs et des
moyens

Niveau Gestion de projets


Tactique
Projet n°1 Projet n°2 Projet n°3

69
Les différents objectifs de la planification des S.I
 Etablir la cohérence entre les objectifs stratégiques de l’entreprise et
les besoins satisfait par les Systèmes d’Information

 Assurer la compatibilité entre une définition globale des S.I et leur


réalisation progressive

 Allonger la durée de vie des applications

 Améliorer l’efficacité et l’efficience des S.I

 Améliorer les relations entre utilisateurs et spécialistes des


technologies de l’information

70
Principe général de la planification des Systèmes
d’Information
La Stratégie
de l’entreprise

L’évolution des
Technologies L’état actuel de l’organisation
de l’information et du Système d’information

Planification du
Système d’information

Schéma directeur
• Le portefeuille des projets
• L’organisation des moyens
• Le plan d’action par projet

71
Contenu du schéma Directeur du Système d’Information
Objectifs et axes Rappel de la stratégie d’entreprise: situation actuelle,
stratégiques(3/5 organisation des processus, changements dans
ans) l’environnement.
Objectifs stratégiques principaux: marchés, produits, politique
de développement de l’entreprise, évolution des processus..
Bilan des systèmes Etat des principaux systèmes d’information servant de support
actuels à l’activité. Bilan des capacité actuelles: technologies, matériel,
logiciel, bases de données, télécommunications, hommes…
Etat des insuffisances et des besoins actuels; anticipation des
besoins futurs
Nouveaux projets Portefeuille de projets à développer et impact sur
l’organisation. Evaluation des besoins en ressources: matériel,
logiciels, bases de données, télécommunications, hommes…
Planning de mise en Scénario d’évolution: planning détaillé des projets, évaluation
oeuvre des difficultés potentielles de mise en œuvre; plan
d’accompagnement du changement; suivi des actions en cours.

Ressources Evaluation des budgets nécessaires. Estimation de la rentabilité


budgétaires des projets (coûts, économies, valeur ajoutée). Financement

72
Le Schéma directeur: objectifs – moyens – plan d’action
• Les objectifs: le portefeuille  Les moyens consacrés à la
de projets à développer: réalisation de ces objectifs:
description ( champ couvert matériel (quelles technologies),
et fonctionnalité à assurer) et logiciel (à acquérir ou à
ordre chronologique de développer), personnel
réalisation ( selon le degré (spécialistes et utilisateurs)
d’urgence et d’importance des
différents projets à lancer)
• Evaluation des coûts
• Bilan avantages / coûts

•Remise en cause du portefeuille de projet


( suppression de projets, décalage..)

• Validation finale du schéma directeur

Plan d’action par projet: les objectifs, les contraintes, les limites
géographiques et fonctionnelles, les moyens allouées pour la réalisation et le
fonctionnement de chaque projet….( le plan d’action pour chaque projet est le
dispositif de liaison entre gestion stratégique et gestion tactique)73
L’articulation objectifs – moyens dans le schéma
Calendrier prévisionnel directeur
des projets Moyens techniques
Matériel 04 05 06 07
• UC ………………
projet 2004 2005 2006 2007 •Disques ……………..
s .. .. •Terminaux
……………..
•Réseaux

Personnel
Remise en cause du projet

04 05 06 07
Embauche
•Etudes
•Exploitation
Coûts estimés
Reconversion • Equipement
Formation.. • Matériel
•Logiciels
•Etudes
Schéma Directeur

Non OUI adopté


validation
74
Comment planifier les S.I (1)
( comment définir le portefeuille des projets ): plusieurs
méthodes
Méthode 1: Business Systems Planning

Recherche et description
des processus de gestion

Phase Recherche et définition des classes de données


d’analyse

Elaboration de l’architecture d’information

Découpage en projets

Phase
Qualification des projets
de
construction Etude des scénarios d’évolution

Portefeuille de projets
75
Comment planifier les S.I (2)
( comment définir le portefeuille des projets ):
Méthode 2: Le concept de facteurs clés de succès : l’analyse
stratégique
Analyse de l’environnement Opportunités, menaces et contraintes

Ressources et compétences de l’entreprise

Facteurs clés de succès

Critères et objectifs associés aux facteurs clés de succès

Tâches et activités nécessaires à la réalisation des facteurs clés de succès

Informations associées à la réalisation de ces tâches

Identification des processus autour desquels se regroupent les informations

Identification et hiérarchisation des systèmes d’information correspondants

Schéma Directeur 76
Les projets: Changer améliorer le S.I existant
ou
développer de nouveaux systèmes
Quels sont les critères de qualification des différents projets:
Les projets seront qualifiés selon leur importance et leur degré
d’urgence, les critères de qualification sont:

 Intérêt stratégique: renforcement des Facteurs clés de Succès de l’entreprise


 Bénéfice tangible à atteindre ( réduire les coûts..)
 Impact sur le fonctionnement de l’organisation: nombre de personne
concernés)
 Force de la demande exprimé de la part des utilisateurs
 Risque liés à la réalisation du projet

Après arbitrage entre les différents projets, on aboutit à une liste de


projets, définis par rapports au domaines et rangés par ordre de priorité.

77
Définition du portefeuille et choix du projet
entreprise: Exemple d’une entreprise de confection
 Utilisation de la méthode BSM:
Dans le cas d’une entreprise de confection, le diagnostic de
l’existant a montré de graves difficultés de communication entre les
différents services concernés par la conception des produits. Il a été
décidé de développer un projet de conception assistée par
ordinateur (CAO) utilisant des données du marketing et
produisant des programmes de découpage pour les
machines à couper le tissu.
L’analyse d’autres domaines a montré l’intérêt d’un projet pour le
suivi des commandes clients et celui d’un SIAD pour assister
les acheteurs dans la gestion des relations avec les
fournisseurs et les sous-traitants.
Après une étude comparative, selon les critères de qualification, le
projet CAO a été placé en tête, devant le projet suivi des
commandes et le projet SIAD acheteurs.

78
Définition du portefeuille et choix du projet
entreprise: Exemple d’une entreprise de confection

 Utilisation de la méthode FCS:


Pour l’entreprise de confection, l’analyse des ressources et
compétences de l’entreprise a montré qu’un des facteurs de
succès les plus importants est de « pouvoir présenter une
offre large comprenant beaucoup de variantes autour d’un
même modèle de base du vêtement, cela suppose de pouvoir
concevoir et lancer rapidement, sans coût important, des
fabrications légèrement différentes. Les processus concernés
sont: « concevoir le modèle » et « préparer la fabrication ».
L’amélioration de ces deux processus nécessite la mise en
place d’un système de conception assistée par ordinateur
(CAO): ce projet est à retenir.

79
Mise au point du schéma directeur =
Gestion permanente du portefeuille d’applications de l’entreprise
Stratégiques Haut potentiel
Applications essentielles pour soutenir la Applications pouvant se révéler essentielles
stratégie adoptée par l’organisation. pour le succès futur de l’organisation.
Exemple: Liaisons fournisseurs et sous- Exemple: Diagnostic de maintenance à
traitants par EDI et partage des données distance avec systèmes experts.
communes. Critères à privilégier:
Critères à privilégier: Aspect innovant, risques acceptés..
Valeur apporté, gains en compétitivité,
innovation continue…
Opérationnelles clés Supports
Applications critique pour le fonctionnement Applications utiles mais non critiques pour le
actuel de l’organisation fonctionnement de l’organisation.
Exemple: Conception assistée par Exemple: Comptabilité générale, paie,
ordinateurs, gestion des expéditions… contrôle budgétaire, etc…
Critères à privilégier: Critères à privilégier:
Efficience et efficacité. Haute sécurité de Efficience( coûts faibles), sécurité,
fonctionnement, qualité de service et standardisation, respect des contrainte
stabilité. légales...

80 et Guriffits
Modèle d’analyse du portefeuille d’application d’après Wards
II - L’organisation des moyens
( information , infrastructure technologique)
2 choix

Externaliser: confier à un partenaire externe: différentes


formes
 La gestion du matériel et la maintenance
 Les activités de gestion d’un centre de calcul
 L’architecture générale et la planification des développements
 L’intégration de nouvelles applications aux système existant
 La conception et le développement d’application nouvelles
 La maintenance des applications existantes

Avantages: baisse des coûts, amélioration de la qualité des services, meilleur niveau
d’expertise

Comment: contrat sur une période ou un projet.

Entreprise: maître d’ouvrage


Sous-traitant: maître d’oeuvre
81
Gestion interne: qui décide? Spécialistes ou utilisateurs?

82
Gestion interne: qui décide? Spécialistes ou utilisateurs?
Responsabilité des spécialistes:
 Tenir un inventaire à jour des installations, des applications réalisées
 Définir et mettre en œuvre un ensemble de normes relatives au procédures
de communication, aux logiciels et matériels, aux données partagées
 De vérifier que pour tout projet à développer, une comparaison entre une
solution interne et une solution externe est établie
 Assurer des relations régulières avec les offreurs de technologies
 Etablir des programmes de formation pour les utilisateurs.

Responsabilité des utilisateurs:


 Rechercher en permanence quel peut être l’impact des TI sur leur domaine d’activité
 Participer activement à l’élaboration du schéma directeur
 Evaluer l’importance de l’investissement personnel qu’impliquera la mise en place
d’un nouveau S.I
 Vérifier à toutes les phases de définition, de conception et d’implantation, les besoins
spécifiques des utilisateurs sont pris en compte
 Contrôler la qualité des réalisations ( commodité, efficience, sécurité..)

83
Les réponses structurelles:
1.l’architecture technologique
Une variété de choix situés entre 2 solutions extrêmes :
 Solution centralisée: les moyens( ordinateurs et bases de données)
sont concentrées sur une plate forme technologique principale.
 Solution décentralisée: les différents moyens sont réparties entre
les utilisateurs

84
Les réponses structurelles
2. les structures de Gestion
La fonction: « Gestion des systèmes d’information »
La fonction: « Gestion des systèmes d’information »
Missions:
 L’exploitation: les taches liées à l’utilisation quotidienne des

différentes technologies: conduite des machines, réponse aux


demandes d’assistance des utilisateurs, gestion des données
stockées…

 Le développement- maintenance: concevoir, développer et


implanter de nouveaux systèmes d’information ou adapter des
systèmes existants: projets limités dans le temps.

 La planification: assurer le suivi des évolutions technologiques et


définir le cadre général de développement des S. I

85
Les réponses structurelles
2. les structures de Gestion
Exemples….
 Le service système d’information

 Le comité informatique

 Les structures d’assistance aux utilisateurs

 L’Infocentre

86
Conclusion:
 La G.S.S.I en définissant les objectifs à poursuivre et l’organisation
générale des moyens, construit le cadre dans lequel doivent être
conçus, développés et implantés les projets futurs
Mise en cohérence ente: S.I – choix stratégiques –
caractéristiques de l’organisation

• Constat : pratique peu développée dans les entreprises:


• Explications
• Difficultés méthodologiques
• Coût
• Faible motivation des utilisateurs ou des spécialistes
•Manque d’implication de la direction générale
•Responsable S.I dans la majorité des techniciens qui n’intègrent pas
facilement les variables stratégiques et organisationnelles.
87
Chapitre 3: La Gestion des projets S.I
Construction d’un S.I: un projet?
Définitions:
 Un projet est une démarche spécifique qui permet de
structurer méthodiquement et progressivement une
réalité a venir.

 Le projet est défini et mis en œuvre pour élaborer une


réponse au besoin d’un client, d’un utilisateur et
implique un objectif -résultat et des actions à
entreprendre avec des ressources données.

88
Les caractéristiques d’un projet:
 La satisfaction d’un besoin spécifique d’un client ou d’un
maître d’œuvre pour un prix engagé et respecté

 Un délai, un début et une fin déterminés par le client


( utilisateur) et accepté par le maître d’ouvrage

 Son unicité, son autonomie

 Son degré d’innovation: informationnel – organisationnel


- technologique

89
L’organisation de l’équipe de projet
Pour la réalisation du projet, on constitue une organisation
temporaire sous la responsabilité d’un chef de projet regroupant:

 Cadres et opérateurs du domaine d’utilisation: équipe utilisateurs

 Spécialistes informaticiens: équipe informaticiens

 Représentant de la direction générale ( surtout dans les phases


initiales)

 Conseils extérieurs( expert comptable, conseil spécialisé..)

 Autres personnes peuvent concourir à des taches spécifiques

90
Le projet S.I: 2 projets: projet informatique et
projet organisationnel

91
Le projet organisationnel:
 Etude organisationnelle: étude de l’impact
organisationnel du nouveau système d’information
 Acteur: manager responsable de l’activité
 Objectif: formaliser les règles de fonctionnement en décrivant les
nouveaux processus et définissant les actions nécessaires pour
accompagner le changement
 Description détaillée des processus ( quelles opérations,
quel résultat, qui fait quoi, où, quand..): schéma de
procédure.

L’ étude organisationnelle permettra de clarifier les


procédures de fonctionnement et les règles de gestion afin
d’alimenter le projet informatique

92
Contenu de l’étude organisationnelle

93
Le projet informatique

94
L’analyse de faisabilité
 Faisabilité organisationnelle et humaine:
Les résultat de l’étude organisationnelle permettra de
mesurer les risques en termes d’ampleur du changement
à conduire et d’acceptation du projet cela permettra de
définir les plans de formation et d’accompagnement:
rôle des responsables utilisateurs
 Faisabilité technique: déterminer l’architecture matérielle
( quels micros, quelle configurations, postes isolées ou
réseau, quel besoins de télécommunication) et logicielle
(en cas d’achat): rôle des informaticiens.
 Faisabilité financière: estimation définitive des coûts
Arbitrage ente spécifications, coûts, délai

95
Le cahier des charges
Objectifs:

 Il est l’expression du besoin des utilisateur.


 En cas de sous-traitance, c’est le document contractuel
entre maître d’œuvre et maître d’ouvrage.
 Il assure le lien entre utilisateurs et spécialistes.
 Il permet d’estimer les risques ( faisabilité du projet ):
risque organisationnel, risque technique et risque
financier.
 Il peuvent intégrer une maquette de l’application
( prototype).

96
Le cahier des charges
Contenu:
 Présentation générale du contexte et des objectifs de l’application.
 Liste des données gérées par l’application et organisation de ces
données.
 Description littéraire et schématique des processus gérés par la
future application: schéma de la procédure, identification des
principaux traitements
 Description du fonctionnement futur: diagramme « qui fait quoi »,
nombre de personne utilisant l’application, localisation
géographique, fréquence d’utilisation
 Volumes de données traités, nombre d’accès au système, temps de
réponse
 Planning du projet.

97
Conception détaillée, réalisation, tests

Pendant toute la durée du projet informatique, les utilisateurs pilotent le


projet organisationnel, qui aura pour dénouement la phase d’implantation et
de lancement du projet
98
L’implantation

99
L’évaluation
Après quelques mois du fonctionnement du nouveau
système, il convient de faire l’évaluation:

 Adaptation aux besoins des utilisateurs

 Facilité d’utilisation

 Adéquation organisationnelle

 Bilan coûts/bénéfices

 Evolutions souhaitables

100
La méthode MERISE
C’est une démarche utilisée dans les domaines des systèmes d’information qui
se base sur une approche globale: organisation, domaine, projet, application
La démarche s’appuie sur 3 cycles pour étudier tout système d’information:
 Le cycle de vie: les différentes étapes de la vie d’un S.I
 Conception du système

 Développement

 Mise en œuvre

 Exploitation et maintenance.

 Le cycle de décision: ce cycle prend en compte les différentes orientations


du système: stratégique, techniques..
 Le cycle d’abstraction: 3 niveaux d’abstraction
 Conceptuel

 Organisationnel

 Physique

Pour chaque niveau traité l’étude porte sur les données et les traitements ( tâches
).

101
Le niveau conceptuel
Il consiste à répondre à la question : QUOI?
 Quelles données?: on les recense et on établit les liens

entre elles. • Dictionnaire des données

• Modèle conceptuel des données


• Que faire?: on recense l’ensemble des traitements
Modèle conceptuel de traitement.

A ce niveau on ne doit tenir compte ni des contraintes


liées à l’organisation, ni celles liées au matériel

102
Le niveau organisationnel
 On décrit l’organisation des données en vue de
leur traitement
 On choisit l’implémentation des données en
fonction du traitement (Système de gestion de
base de données, Système de gestion de fichiers,
tableurs..)
 On décrit les traitements dans le temps et dans
l’espace:
 Qui effectue le traitement?: une personne attaché à un
poste, une machine..
 Quand?: la périodicité
 Où? le poste de travail concerné

103
Le niveau physique
Il répond à la question: Comment ?
 Comment sont implantés les données

 Comment sont réalisées les traitements.

La réponse à ces question dépend du choix en matière


de logiciel et de matériel.

Ces choix sont définis par les informaticiens (internes


ou externes) et permettra d’aborder les étapes de
production, de mise en œuvre et de maintenance.

104
Résumé
Niveaux Données Traitements ( tâches)

Conceptuel Modèle Conceptuel des Modèle Conceptuel des


données (MCD) Traitements (MCT)

Organisationnel Modèle organisationnel Modèle organisationnel


des données (MCD) des Traitements (MCT)

Physique Modèle physique des Modèle opérationnel des


données (MPD) Traitements (MOPT)

105
Exemple de MCD

106
Exemple de MCT- MOT

107
Chapitre 4: l’évaluation et le Contrôle des
S.I.
 Contrôler: Surveiller + maîtriser
 L’activité de contrôle s’inscrit dans une logique
générale des systèmes de gestion regroupant trois
ensembles d’actions
 Finalisation: choix des objectifs et des ressources
 Organisation: mise en œuvre et agencement des moyens
 Animation et contrôle: mise en place des instruments
permettant d’évaluer les méthodes utilisées et les résultat
obtenus

Le contrôle des S.I: Pourquoi contrôler ?


Comment contrôler ?

108
Quelques situations observées de contrôle des
S.I
 Contrôle de la gestion d’un service informatique: le responsable du
service informatique contrôle l’évolution des coûts pour justifier des
demandes de moyens de sa direction générale
 Evaluation après implantation d’un projet: destinée au chef de
projet pour vérifier si les objectifs du projets sont atteints et s’il y a
des dysfonctionnement nécessitant des actions de maintenance
 Etude d’opportunité, schéma directeur: le responsable de domaine
ou la direction générale cherche à évaluer prévisionnellement
l’intérêt économique d’un ou d’un ensemble de projets
 révision à caractère comptable: L’expert comptable contrôle
certains aspects de la qualité d’information produite par les SI
TECHNIQUE
 EVALUATION ET CONTROLE
ECONOMIQUE

ORGANISATIONNEL

109
1. Pourquoi contrôler ?
Un système d’information est un ensemble finalisé et organisé de
ressources (matériel, logiciel, personnel,etc.) qui fournit un produit
( l’information) et des services associés ( des fonctions de
traitement, de stockage, de communication) à des utilisateurs
devant réaliser des tâches ( individuelles ou collectives) pour
produire des résultat observables au niveau d’un individu,
d’un groupe, de l’organisation.
Les objets du contrôle:
• les moyens utilisées: (exemple: le service informatique)
• le produit et les services offerts (qualité de l’information et
des fonctions fournies par le S.I)
• les processus de construction (le projet) et d’utilisation
• les résultats au niveau de l’utilisateur (amélioration des
conditions de travail..), du centre, de l’entreprise ( baisse
des coûts, rapidité de transaction, flexibilité, hausse du
chiffre d’affaires..) 110
Les objets du contrôle du S.I.

111
Le contrôle du S.I permet d’apprécier
(mesurer)
 La qualité du système technique: accès facile, usage,convivial,
temps de réponse court, sécurité..

 La qualité de l’information produite: précision, actualité,


accessibilité, exhaustivité, ..

 Le niveau d’utilisation: temps réels d’utilisation, nombre de


logiciels ou de fonctionnalités utilisées…

 La satisfaction de l’utilisateur

 L’impact sur la performance individuelle: qualité de décision,


gains de productivité..

 L’impact sur la performance de l’organisation: efficience


générale, performance financière, avantage compétitif,
flexibilité

112
2. Comment contrôler ?
On distingue deux instruments de contrôle:
 Le contrôle institutionnalisé : reposant sur des moyens internes:
l’observation montre différentes pratiques selon les entreprises:
 Planification limitée et contrôle inexistant
 Planification forte et faible niveau de contrôle: l’entreprise évalue a
priori l’efficacité au niveau du schéma directeur et des études
d’opportunité, en revanche très peu de suivi est organisé pour évaluer si
les objectifs sont atteint et dans quelles conditions.
 Planification restreinte mais contrôle fort de l’utilisation et de la
satisfaction des utilisateurs: une place très réduite à l’évaluation
prévisionnelle mais contrôle systématiquement après la mise en œuvre
de l’utilisation( questionnaire d’évaluation)
 Contrôle fort à dominante technique: le contrôle du « service
informatique est obtenu grâce à des indicateurs techniques( volume
d’activité, incidents..) et des indicateurs de coûts( structure des coûts)
 Contrôle de gestion des S.I: on applique aux SI la même démarche de
contrôle que les autres activités de l’entreprise: plan d’action - budgets
détaillés - collecte des données réelles – calcul et analyse des écarts-
tableau de bord…

113
 L’audit informatique:
 examen critique qui permet de vérifier, inspecter, les
conditions de fonctionnement des S.I
 Mission ponctuelle confiées généralement à des

spécialistes extérieurs (auditeurs)


 On distingue:
 l’audit « financier » ( validité des informations à
travers la qualité, la fiabilité et la sécurité du S.I)

 l’audit opérationnel ( l’efficacité et l’efficience de la


gestion des S.I: procédures organisationnelles, respect
des normes de développement, méthodologie,
coûts/performance, documentation, contrôles..)

114
Le tableau de bord S.I
Définition: outil de pilotage des S.I, constitué
d’un nombre limité d’indicateurs correspondant
aux différents niveaux de gestion des S.I

On distingue 4 catégories d’indicateurs


 Indicateurs de gestion des ressources

 Indicateurs d’activité

 Indicateurs d’efficacité

 Indicateurs d’efficience

115
Les éléments essentiels d’un tableau de bord S.I
1. Le niveau stratégique:
 Pénétration des technologies de l’information dans l’organisation:
 Evolution de la capacité installé
 Nombre de terminaux / effectifs
 Nombre d’heures de connexion
 Nombre d’opérations traitées
 Dépenses engagées/ chiffre d’affaires
 Nombre de demandes d’application émises, acceptées, refusées,
différées..
 Efficacité
 Dépenses/ résultat d’exploitation
 Taux d’utilisation
 Indice de satisfaction général
 Efficience
 Coûts par nature(matériels, réseaux, logiciels) et par service.
 Gestion des ressources
 Montant des dépenses d’investissement ventilées par poste
 Montant des dépenses de fonctionnement ventilées par poste

116
Les éléments essentiels d’un tableau de bord S.I
2. Le niveau projet:
 Activité
 Nombre de projets lancés, encours, achevés pendant la période
 Répartition des projets par dimension
 Age moyen des applications
 Efficacité
 Ecart sur délai de réalisation prévu
 Ecart sur coût prévu
 Indice de satisfaction relatif au projet
 Nombre de modification demandées après mise en œuvre
 Coûts de maintenance
 Efficience
 Durée du projet
 Coût du projet

117
Les éléments essentiels d’un tableau de bord S.I
3. Le niveau exploitation:
 Activité
 Evolution de la capacité de stockage et du nombre de

requêtes
 Analyse de l’activité hebdomadaire en nombre de

transactions
 Analyse des volumes d’édition

 Efficacité
 Evolution du taux de service (disponibilité des équipements)

 Analyse des incidents ( fréquences, origines, durée moyenne

d’arrêt)
 Efficience
 Coût par unité d’œuvre( ligne imprimée,MO stocké, minute

de traitement..)

118