Vous êtes sur la page 1sur 29

A.

EL KHASSIL

Initiation à la comptabilité générale

MODULE : INTRODUCTION

Présenté par : Abdelatif El Khassil


Expert Comptable
Tax & Legal Partner
Cabinet « 2ACG »

1
A. EL KHASSIL

Introduction
Situation avant la mise en place du CGNC

Pratiques
Absence de comptables Méfiance des
Etats
principes erronées opérateurs
financiers
comptables économiques
d'une
clairement à l'égard des
utilisation
exprimés et donc Pratiques informations
économique
de normes comptables financières et
limitée
communes dictées par la comptables
fiscalité

2
A. EL KHASSIL

Introduction

 CGNC : Code Général de Normalisation Comptable, mis en


place par le dahir du 25 décembre 1992 (loi n° 9-88)
 Qu’est-ce que le CGNC ?
Ensemble de règles et modalités (principes comptables
fondamentaux et méthodes d ’évaluation) permettant à la
comptabilité de fournir une image fidèle de la situation de
l’entreprise.

3
A. EL KHASSIL

Introduction

 L’objectif du CGNC
- Améliorer la qualité de l’information économique et
financière générée par la comptabilité des entreprises.

 Les outils du CGNC


- la Norme Générale Comptable (NGC) : principes
comptables fondamentaux et dispositif de forme
- le Plan Comptable Général des Entreprises (PCGE) :
cadre pratique d ’application de la NGC

4
A. EL KHASSIL

Processus de normalisation
Pourquoi faire ?
1- Réhabiliter
l'information
financière et
comptable

2- Adopter un
5- Répondre aux langage commun
C.G.N.C
besoins du chef avec les tiers et
d'entreprise entre les chefs
d'entreprise

4- Répondre à
3- S'insérer dans
des demandes
un processus
d'information à
mondial de
finalité macro-
normalisation
économique
5
A. EL KHASSIL

Pour s ’insérer dans un processus de normalisation

 Qu ’est ce que la normalisation ?


La normalisation concerne :
- la terminologie ;
- la nomenclature des comptes et les critères de leur
classement ;
- les schémas comptables ;
- les modes d ’évaluation ;
- la manière de dresser la situation de l ’entreprise, de
suivre son évolution, de mesurer ses résultats.

6
A. EL KHASSIL

Pour s ’insérer dans un processus de normalisation

 Qu ’est ce que la normalisation ?


La normalisation se caractérise par :
- des normes communes ;
- des adaptations sous forme de plans comptables
sectoriels.
La normalisation s ’appuie sur des principes.

7
A. EL KHASSIL

Pour s ’insérer dans un processus de normalisation


 Place du nouveau plan comptable par rapport aux
principales écoles de pensée comptable

Ecole anglo-saxonne Plan comptable


marocain Ecole continentale
- Primauté des principes
- Importance des principes - Principes et méthodes
comptables et méthodes
comptables comptables implicites
d ’évaluation
- Contrainte d ’utilisation - Normalisation du cadre
- Absence de nomenclature
d ’un plan de comptes et de comptable des documents
comptable formelle
présentation de documents de synthèse
- Importance des notes
de synthèse normalisés - Peu de notes
explicatives des états
- Beaucoup de notes - Analyse de l’activité par
financiers
(ETIC) nature de charges
- Analyse de l’activité par
- Analyse de l ’activité par
fonction
nature de charges

Rapprochement par
la 4ème directive
européenne
8
A. EL KHASSIL

Pour s ’insérer dans un processus de normalisation


 Documents de synthèse: de meilleurs outils
d ’information et de gestion
Analyse de structure: Bilan fonctionnel
- Non valeurs isolées dans une rubrique en tête du bilan ;
- Résultat intégré dans les capitaux propres;
- Comptes fiscaux isolés;
- Distinction entre provisions durables et non durables;
- Mise en évidence des écarts de change ;
- Mise en évidence de la trésorerie négative et positive ;
- Classement des créances et dettes selon leur fonction
économique et financière et non selon leur échéance ;
- Abandon de la distinction long terme et court terme.
9
A. EL KHASSIL

Pour répondre aux besoins de gestion du chef


d ’entreprise
 Documents de synthèse: de meilleurs outils
d ’information et de gestion
Analyse de gestion: CPC / ESG
- Unicité du compte de résultat: connaissance globale du résultat
en produits et charges;
- Trois niveaux d’analyse du résultat ;
- Distinction entre opérations de l’exercice et celles de l ’exercice
précédent ;
- Séparation des opérations de négoce et des opérations
industrielles;
- Mise en évidence des grandeurs principales de la rentabilité
économique et financière.
10
A. EL KHASSIL

Pour répondre aux besoins de gestion du chef


d ’entreprise
 Documents de synthèse: de meilleurs outils d’information
et de gestion

Analyse financière : Tableau de financement


- Introduction de la comptabilité des flux
- Mise en évidence des variations du patrimoine au cours de la
période considérée
Complément d ’information : ETIC
- Explications nécessaires pour une meilleure compréhension des
autres états de synthèse

11
A. EL KHASSIL

Pour répondre aux besoins de gestion du chef


d ’entreprise
 Outil de gestion adapté à la taille de l’entreprise
Deux modèles de présentation des états de synthèse sont prévus

Modèle normale Modèle simplifié

Bilan ---------------------------------------------------- Bilan


CPC ---------------------------------------------------- CPC
ESG ----------------------------------------------------
TF ----------------------------------------------------
ETIC ----------------------------------------------------
12
A. EL KHASSIL

Pour répondre aux besoins de gestion du chef


d ’entreprise
 Le nouveau plan introduit une nouvelle analyse
Capacité Mesure la capacité de l’entreprise
d’autofinan-cement à renouveler son outil de
production et à financer sa
croissance
Autofinancement Surplus monétaire disponible
pour renouveler l’outil de
production et pour financer la
croissance
Fonds de roulement Mesure la part des ressources
stables disponibles pour financer
en totalité ou en partie le cycle
d’exploitation après financement
des investissements
Besoins de Mesure les besoins financiers
financement global ressentis par l’entreprise pour
financer son cycle d’exploitation
13
A. EL KHASSIL

Pour s ’insérer dans un processus de normalisation


 La normalisation s’appuie sur des principes
comptables:

Prudence
Séparation
Clarté
des exercices

Image fidèle
Coût A quoi? A la réalité Continuité
historique Pour qui? Les utilisateurs d'exploitation
des comptes annuels

Permanence
Importance
des
significative
méthodes 14
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux

 Principe du coût historique


Valeur d’entrée intangible
(sous réserve de l’application du principe de prudence)

 La valeur à laquelle est inscrite un bien reste fixe quelles


que soient les éventuelles dépréciations monétaires par la
suite.

Dérogation: Réévaluation des immobilisations conformément aux


prescriptions du C.G.N.C.

15
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe du coût historique
Exemple
Un terrain acheté à 100.000 dh en 1960 reste inscrit à la même
valeur d ’entrée dans le bilan au 31 décembre N.
On pourrait s ’étonner, en une période qui connaît d ’inévitables
tensions inflationnistes, que les évaluations soient fondées sur
le coût historique. L ’explication est que ce principe reste la
référence internationalement admise ; son application comporte
plusieurs avantages :
- elle évite d ’amplifier les tensions inflationnistes,
- elle procure une grande fiabilité à la comptabilité normalisée,
- elle comporte de plus grandes possibilités de contrôle,
- elle simplifie la tâche des praticiens.

16
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe de spécialisation des exercices

Rattachement des charges et produits à l’exercice qui les concerne :


- la comptabilisation des produits acquis et des charges engagées au
cours de l ’exercice,
- l’inscription en cours de l’exercice des charges et produits :
- rattachables à l ’exercice mais connus postérieurement à la date
de clôture et avant celle de l ’établissement des états de synthèse,
- connus au cours de l ’exercice mais se rattachant à un exercice
antérieur.
- l’inscription dans un compte de régularisation des charges et
produits comptabilisés aux cours de l ’exercice et se rattachant aux
exercices ultérieurs. 17
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe de spécialisation des exercices

Exemple
Une entreprise arrête son bilan au 31 décembre N. Elle établit ses
états de synthèse le 31mars N+1 (3 mois après la date de clôture).
1er cas : un incendie est survenu à une de ses usines à l’étranger le 30
décembre N. L’événement a été connu avant le 31Mars N+1.
2ème cas : l ’incendie s’est déclaré le 30 décembre N mais n’a été
connu par l ’entreprise que le 5 Avril N+1, c ’est-à-dire après la date
d ’établissement des états de synthèse.

18
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux

 Principe de spécialisation des exercices


Exemple

Dans ce cas, l’entreprise ne peut, par ignorance de l’événement, le


rattacher à l ’exercice clos le 31 décembre N. Elle doit le comptabiliser
au cours de l’exercice suivant (N+1).
3ème cas : l’incendie est survenu le 2 janvier N+1. Dans ce cas, il doit
être rattaché à l ’exercice N+1 même s’il a été connu avant le 31 mars
N+1.

19
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe de l’importance significative

Les états de synthèse doivent révéler tous les éléments dont


l’importance peut affecter les évaluations et les décisions.

Est significative toute information susceptible d’influencer l’opinion


que les lecteurs des états de synthèse peuvent avoir sur le
patrimoine, la situation financière et les résultats.

20
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe de l’importance significative
Exemple
L’ordre des experts-comptables (français) donne à titre indicatif les
seuils de signification suivants :
- tout redressement qui, seul ou ajouté à d ’autres modifie le
résultat précédemment pris en considération de plus de 10%,
- tout reclassement qui, seul ou ajouté à d’autres, modifie le montant
du poste concerné de plus de 10 %.
Il est à préciser que ce principe ne va pas à l ’encontre des règles
relatives à l’exhaustivité de la comptabilité, la précision des
enregistrements et des équilibres comptables exprimés en dirhams
et centimes. 21
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe de permanence des méthodes
- L ’entreprise établit ses états de synthèse en appliquant les
mêmes règles d ’évaluation et de présentation d ’un exercice à
l’autre.
- L ’entreprise ne peut introduire le changement dans ses
méthodes, ses règles d’évaluation et de présentation que dans des
cas exceptionnels.
Dans ce cas: mention dans l’ETIC des modifications et de leur influence
sur le patrimoine, la situation financière et le résultat.

22
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe de clarté

- Les opérations et informations sont inscrites dans les comptes


sous la rubrique adéquate avec la bonne dénomination et
sans compensation entre elles.

- Les éléments d ’actif et de passif sont évalués séparément.

23
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux

 Principe de prudence
- Les incertitudes susceptibles d ’entraîner un accroissement
des charges ou une diminution des produits de l ’exercice
doivent être prises en considération dans le calcul du
résultat de cet exercice.
- Les produits ne sont pris en compte que lorsqu ’ils sont
certains et définitivement acquis.
- Les charges sont prises en compte dès lors qu’elles sont
probables.

24
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux

 Principe de continuité d’exploitation


- L ’entreprise doit établir ses états de synthèse dans la perspective
d ’une poursuite normale de ses activités.
- Dans le cas de cessation d’activité totale ou partielle :
l ’hypothèse de continuité d ’exploitation est abandonnée au
profit de l ’hypothèse de liquidation ou de cession.
Les principes de permanence des méthodes, du coût historique
et de spécialisation des exercices sont remis en cause.
- L ’entreprise corrige à sa valeur de liquidation ou de cession tout
élément d ’actif dont l ’utilisation doit être définitivement
abandonnée.
25
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Principe de continuité d’exploitation

Exemple

Une cimenterie a construit un four supplémentaire d ’une capacité de


500.000 tonnes par an dans la perspective d ’un doublement de sa
capacité de production. Une fois la construction achevée, le marché
du ciment de l ’entreprise s ’est effondré du fait du démarrage de
cimenteries concurrentes et de la stagnation du marché national du
ciment. Aucune perspective d ’utilisation de ce four n’est
envisageable même à long terme.

26
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux

 Principes non retenus


D ’autres principes, moins universellement acceptés, n ’ont pas été
retenus tel le « principe de prééminence de la réalité sur
l’apparence », le principe de « régularité » et le principe de
« sincérité », dont l’intérêt conceptuel n’est pas évident.

27
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Sincérité
La sincérité est « l ’application de bonne foi des règles et
procédures en vigueur en fonction de la connaissance que les
responsables des comptes doivent notamment avoir de la réalité
et de l ’importance des opérations, événements et situations »…
« Les informations comptables doivent donner à leurs
utilisateurs une description adéquate, loyale, claire, précise et
complète des opérations, événements et situations ».

28
A. EL KHASSIL

Principes comptables fondamentaux


 Prééminence de la réalité sur l’apparence
« Les transactions et les autres événements de la vie de l ’entreprise
doivent être enregistrés et présentés conformément à leur nature et à
la réalité financière sans s ’en tenir uniquement à leur apparence
juridique ».
(I.A.S.C Norme n° 1)

 Régularité
La régularité est la conformité à la réglementation ou, en son
absence, aux principes généralement admis.

29