Vous êtes sur la page 1sur 79

Thème 2 : les dynamiques de la mondialisation

Mondialisation, fonctionnement et territoires

Problématique :

• Quels sont les mécanismes de la mondialisation?

• Comment la mondialisation met-elle en relation les


territoires (impacts, conséquences, débats)?
I. La mondialisation en action

Problématique :

Quels sont les différents acteurs de la mondialisation et

en quoi participent-ils à différentes échelles à l’élaboration du


système- monde ?

1) Etude de cas : l’I-Phone, un produit mondialisé (DM)


A. A l’échelle mondiale
1) (bis) Les firmes transnationales
 Trois éléments qui caractérisent les firmes transnationales :

• L’implantation à l’étranger d’au moins une unité de production: les filiales

• Influencent les Etats qui cherchent à les attirer

• La plupart des firmes viennent de l’OCDE, libéralisation des économies

 FTN : Contrôlent 2/3 du commerce international et


produisent 12% de la richesse mondiale.
 Les raisons de l’exportation des entreprises à l’étranger?

• L’exploitation des matières premières


• La baisse du coût de production
• La recherche de nouveaux débouchés
• La recherche d’une main d’œuvre qualifiée à bas coût
Exemples de FTN
2) Les organisations internationales

• Une organisation internationale est une assemblée de


plusieurs pays qui cherchent à coordonner leurs actions
dans les domaines politiques, économiques, sociaux ou
encore culturels

• Exemple : ONU, OMC


B. A l’échelle des Etats et des régions
1) Les associations régionales de coopération économique
Questions

A l’aide de la carte, nommez les principales organisations


régionales du monde.
Les organisations régionales en Amérique latine

Après les luttes fratricides du XIXe siècle […], les pays d’Amérique
latine sont passés d’une logique d’affrontement à une logique de
coopération débutée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale
et surtout fortement réactivée depuis les années 1990. Il s’agit
d’une rupture historique qui s’explique en partie dans une volonté
commune d’augmenter les échanges et la compétitivité des Etats
latino-américains dans un contexte de mondialisation et de
concurrence internationale accrue. Mais les organisations sont
nombreuses, se superposent ou se font concurrence.

Pierre GENTELLE Géopolitique du monde contemporain, NATHAN, 2008


Questions
D’après le texte, pourquoi ces pays s’associent-ils ainsi?
•Pour éviter les affrontements
•Pour être plus compétitifs dans la mondialisation

Qu’est-ce qui pourraient limiter la puissance de ces organisations


régionales?
•La concurrence entre organisations régionales
•Les volontés des Etats (≠ l’organisation régionale)
2) Les Etats, régulateurs de la mondialisation

Les Etats peuvent adopter une attitude paradoxale face à la


mondialisation :

Attraction :
• les Etats aménagent leurs territoires pour rester attractifs sur le
marché mondial
• Ils ratifient des traités internationaux
Répulsion :
• Les Etats œuvrent pour limiter les dérives de la
mondialisation (délocalisations …)
• Ils interviennent politiquement et
financièrement pour limiter l’effondrement de
leur économie en cas de crise
Ex : Etats-Unis => plan de relance par G.W. Bush
puis B. Obama (rachat des actifs toxiques ou
subprimes, injections de plusieurs milliards de
dollars dans l’économie)
CSQ : ↗ du déficit public
SYNTHESE
• Etats dépossédés de leur pouvoir économique par la mondialisation.

• Organisations régionales : acteurs essentiels du système par le contrôle


des flux commerciaux, financiers, d’informations sur leur territoire.

• Regroupement dans des organisations régionales : influence plus


importante et mise en œuvre d’ actions communes.

Exemple : L’Union Européenne, L’ALENA, Le CARICOM


C. Arbitres, dénonciateurs et profiteurs de la
mondialisation
1) Les instances internationales
• OMC (Organisation mondiale du commerce)
 encourage les échanges mondiaux, limite le protectionnisme,
arbitre les différends entre Etats
• FMI (Fond monétaire international)
 Veille à la stabilité financière
• Banque mondiale
 Accorde des prêts aux pays en difficulté
• Les sommets informels (G8, G20)
 Coordonnent les politiques des pays les plus riches
2) Les Organisations Non Gouvernementales (ONG)

Les ONG « pansement »


Œuvrent pour les plus démunis, les laissés pour compte de la
mondialisation
Ex : Médecins du monde, CCFD, Amnesty International, La Croix
Rouge…

Les ONG « poil à gratter »


Adoptent des méthodes parfois musclées pour dénoncer la
mondialisation
Ex : Greenpeace, ATTAC, WWF …
Les ONG, mais aussi les médias et les groupes de
pression participent à la mondialisation, même s’ils la
dénoncent.
3) Les paradis fiscaux

Ces paradis sont réputés encourager :


• l'évasion fiscale
• des règles laxistes ou le contournement des règles
• l'augmentation des inégalités dans le monde

Ils se caractérisent par leur opacité fiscal (≠ zone franche)


4) Les organisations illicites

Les organisations illicites ou maffieuses profitent de la


mondialisation.

Elles font le lien entre espaces de production et espaces de


consommation.

=> Le marché de la drogue génère autant d’argent que le


marché du pétrole
II. Le système monde : flux et réseaux

Problématique : Quels sont les principaux flux mondiaux ?


Quels réseaux mettent-ils en place ?
A. Des flux humains croissants

http://www.dailymotion.com/video/xt5qog_dessous-des-
cartes-migrations-1-3-le_tv
Questions

1) Qu’est-ce qu’un migrant?


2) Quelles sont les grandes causes de départ?
3) Qu’est-ce que la migration pendulaire?
1) Qu’est-ce qu’un migrant?
Personne qui se déplace pour au moins 3 mois vers un pays dont il n’est
pas originaire pour des raisons autres que les loisirs.
2) Quelles sont les grandes causes de départ?
Les raisons de sécurité: fuir la guerre, les réfugiés
La pauvreté, la précarité: pour de meilleures conditions de vie
Les diplômés avec la fuite des cerveaux
3) Qu’est-ce que la migration pendulaire?
Regroupe des travailleurs saisonniers et frontaliers qui ne veulent pas
s’installer dans le pays d’accueil mais améliorer leurs revenus
ponctuellement.
La mobilité des hommes a triplé en 30 ans (230 millions en 2011) et
elle s’est diversifiée :
• Travailleurs
• Élites qualifiées (« fuite des cerveau »)
• Réfugiés ou déplacés politiques ou climatiques
• Regroupement familial
Les migrations deviennent planétaires
 Elles s’organisent autour de la Triade
 Mais également du Sud (golfe Persique, Maghreb, Mexique)
Migrations Sud-nord + migrations Sud-sud = 29%
Migration Nord-nord = 25%
Le reste (46%) = migrations intracontinentales

 De plus en plus, les pays d’immigration cherchent à attirer


les élites qualifiées et érigent des protections diverses pour
contrôler les flux de migrants
Les flux touristiques internationaux explosent
2010 = 1 milliard d’arrivée
2020 = X 2
Causes :
• Baisse des coûts des transports
• Hausse des niveaux de vie
La mondialisation touristique est soumise aux aléas économiques et
géopolitiques
Conséquences :
• Sur les sociétés => choc culturel, développement
• Sur les territoires => aménagements, environnement

La mondialisation touristique organise le monde en réseaux


interdépendants
B. Les flux matériels dominants
Depuis 1950 : le commerce mondial augmente 2 fois plus vite que la
production
Causes :
• Libéralisation des échanges
• La révolution des transports (surtout le commerce maritime = 70% des
produits échangé)
 Produits manufacturés = 70% du commerce de marchandises
 Matières énergétiques ou minières = 20%
 Produits agricoles = 10%
Les flux sont polarisés par la Triade et les puissances émergentes

Les pays sont inégalement dépendants de leurs exportations


 Singapour à 76%
 Allemagne à 33%
 Etats-Unis à 7%

Les pays les plus pauvres sont marginalisés


Ces flux dessinent un réseau de plus en plus complexe
Utilisation massive des conteneurs => hierarchisation des plateformes
portuaires et aéroportuaires
On parle de hub
Hub : aéroport ou port où convergent toutes les correspondances du
réseau aérien ou maritime à l’échelle mondiale, européenne ou
nationale sous la forme de rayons desservis séparément (spokes)
Ces hubs s’organisent en façades maritimes => les façades maritimes
les plus puissantes drainent les flux les plus importants
Extrait audiovisuel de Global-Mag (ARTE), Rotterdam, géant des mers.

http://www.dailymotion.com/video/xmkhfy_rotterdam-geant-des-
mers_school
C. Les flux immatériels qui explosent
Les flux de capitaux sont en fortes progression
Les IDE augmentent
IDE : investissement d’une firme à l’étranger par la création ou le
rachat d’une entreprise existante

Flux des capitaux boursiers = X 5 en 20 ans

Les flux de migrants participent au développement des pays de


départ
 l’argent envoyés par les migrants dans leurs pays d’origine
= 3 X plus que l’aide internationale
Les flux de services marchands = 1/5 de la valeur du commerce
international
• Tourisme
• Transport
• Télécommunications
• Médias

Les pays du Nord dominent mais les puissances émergentes


progressent vite (Chine, Brésil)
Les échanges immatériels s’organisent en réseaux
Marchés financiers interconnectés => les places boursières du
Nord fonctionnent en continu

Les NTIC favorisent la constitution de réseaux d’information


• Grandes agences de presse (Reuters…)
• Réseau numérique (Google, Twitter)
SYNTHESE
La mondialisation c’est d’abord l’explosion du commerce international.

D’importants mouvements (flux) de marchandises, de capitaux,


d’informations et d’hommes se déplacent sur la planète créant
l’interdépendance des économies: c’est le système-monde.

Ces flux relient les puissances économiques de la Triade et les pays


émergents du monde en développement.
SYNTHESE

A l’échelle mondiale, les réseaux de transports terrestre, maritime et


aérien ainsi que les systèmes informatiques guident les flux.

Des axes performants comme la liaison Europe/Etats-Unis


accompagnent l’accélération des échanges commerciaux et des
migrations.
MOTS-CLES

• Flux: hommes, marchandises et capitaux en circulation sur


la planète.

• Réseau: Ensemble de lignes ou de relations qui


connectent entre eux des lieux ou des personnes

• Triade: Pôles dominants de l’économie mondiale (Europe


occidentale, Amérique du Nord, Asie de l’Est)
Mondialisation
Economie libérale
Grand Marché mondial
Système monde

FLUX RESEAUX
Axes de transport des hommes et
Hommes des marchandises
Marchandises Nouvelles technologies (Internet,
Capitaux Téléphonie)
Mafias (échanges illicites)
Informations Paradis fiscaux
III. Les territoires dans la mondialisation

A. Les territoires intégrés à la mondialisation

1)Les facteurs d’intégration à la mondialisation

Pour se connecter de façon avantageuse à la mondialisation, les


États doivent répondre à certaines conditions.
Attirer les IDE des FTN => il faut être attractif.
Pb : les pays riches dominent les flux de capitaux
 En 2010, ils ont émis 71% des flux et reçu 48%

Améliorer tous les transports :


• Création d’un grand aéroport (« hub »)
• d’une plate-forme multimodale
• d’un réseau Internet. . .
• La présence d’une interface terrestre ou maritime est aussi un
atout majeur
Les FTN cherchent d’autres avantages :
Ceux liés à la main d’oeuvre
 Si elles sont spécialisées dans un secteur où les coûts de main
d’oeuvre sont déterminants, elles rechercheront un pays où les
salaires sont bas.
 Si elles conçoivent des produits de haute technologie, elles
recherchent des lieux où il existe des établissements scolaires
performants qui forment des cadres.
D’autres facteurs sont aussi à prendre en compte :
• la présence d’un passage stratégique
• d’une richesse naturelle particulièrement recherchée : pétrole,
lithium
Les situations ne sont pas immuables.
Délocalisations d’entreprises // relocalisations qui se produisent
=> main d’oeuvre chinoise moins qualifiée que celle de France
son coût augmente
2) Les centres d’impulsion de la mondialisation

Centre d’impulsion : territoire qui concentre les activités de


commandement :
• politique (avec la présence des décideurs politiques)
• économique (présence des sièges sociaux et des investisseurs
institutionnels)
• Culturel (journaux, télévisions, musées. . .).
Les pays de Triade dominent toujours les flux internationaux
A leurs côtés, les NPIA (Nouveaux Pays Industrialisés d’Asie) jouent
un rôle important.

Tous doivent affronter la concurrence des pays du sud (les BRICS)


• territoires vastes, peuplés, riches en ressources naturelles
• ont fait le choix de s’ouvrir à la mondialisation pour capter des
flux et se développer
(ou pour se redresser si on prend le cas de la Russie).
Les pays du sud ne profitent pas pleinement de la
mondialisation
 importants déséquilibres :

• très graves inégalités sociales et régionales


• Faible qualification d’une partie des travailleurs
• insécurité. . .

De petits territoires s’affirment de plus en plus : les paradis


fiscaux, les zones franches. . .
3) Les métropoles mondiales, pôles majeurs de la mondialisation

Situées dans les pays de la Triade, les villes mondiales sont le


cœur de la mondialisation.
Quatre d’entre elles sont appelées des villes globales :
• New York
• Tokyo,
• Londres
• Paris
Leur rayonnement dépasse les frontières de leur État.
Elles sont relativement peuplées mais leur puissance vient pas
de la démographie.
Elle vient :
• des fonctions de commandement
• des moyens de communication
• des services offerts aux entreprises (places financières. . .)
Elles bénéficient à plein du processus de métropolisation
(concentration des hommes, des activités de commandement et des
entreprises).
Ces villes sont cosmopolites avec une intense vie culturelle et des
manifestations sportives et culturelles très médiatisées
Ces villes dominent de grands réseaux urbains (les mégalopoles).
Les grandes métropoles, bien reliées entre elles forment "l’archipel
métropolitain mondial". (p. 173 schéma de l’archipel mégalopolitain
mondial)
Les villes mondiales les plus importantes se situent dans la
Triade.

Dans les pays du sud, on trouve


• des villes mondiales incomplètes (Singapour, Shanghai. . .)
• des métropoles-relais (Mumbai, Johannesburg. . .)
Un paysage urbain particulier s’est créé : les quartiers
historiques sont toujours entretenus mais des pôles d’activité
(La Défense près de Paris, Shinjuku à Tokyo...) sont apparus à la
périphérie.
Le Central Business District (CBD) avec ses tours est devenu le
symbole du dynamisme économique.
Etude de cas : Shanghai, ville mondiale

http://www.dailymotion.com/video/xt5s2a_dessous-des-cartes-shanghai-capitale-du-xxie-siecle-le_tv
B. Les territoires et les sociétés en marge de la
mondialisation
1) Le mal développement, cause et conséquence de la faible
intégration des territoires
De nombreux États, qui ont été colonisés dans le passé, sont
incapables de résorber leurs déséquilibres et de mettre en
place une stratégie de développement.

Les biens publics sont pillés par des élites prédatrices qui
placent leurs capitaux à l’étranger et qui n’investissent pas
sur place.
Les équipements essentiels (hôpitaux,
écoles, eau potable et égouts) sont
notoirement insuffisants.
Les populations souffrent d’un chômage
chronique et se réfugient dans le travail
informel.

 L’économie informelle et le secteur rural


contribuent à hauteur de 42% du PIB de
l’Afrique.
Ces États sont aussi instables.
Les crises politiques (coups d’État, émeutes de la faim) sont
fréquentes
L’insécurité est préoccupante
Les FTN redoutent le rapt de leurs cadres par des bandes armées
(Sahel, delta du Niger. . .).
Enfin, la pauvreté est immense.
Des millions de personnes vivent avec moins de 2 $ par jour.
2) Des territoires inégalement intégrés

Aucun État ne peut rester à l’écart du phénomène de


mondialisation.
• Même la Corée du Nord sous la direction de son nouveau dirigeant affirme
sa volonté de s’intégrer dans le commerce mondial.
• Les peuples premiers qui affirment vouloir rester à l’écart développent
malgré tout des activités touristiques.
3) Des sociétés inégalement intégrées
La mondialisation, si elle est globalement une nouvelle source de
richesse, a des conséquences sur les sociétés.
 Elle renforce les inégalités sociales.
• Les classes moyennes et aisées des villes qui ont été éduquées
s’enrichissent, voyagent, consomment des produits de luxe
importés.
• Le nombre des millionnaires augmente.
• A l’opposé, les plus pauvres, les ruraux, les analphabètes,
voient leur sort encore se dégrader.
En Chine ou au Brésil, les paysans pauvres ou les travailleurs
migrants se révoltent contre les autorités.
Cette fracture se remarque à l’intérieur des villes avec des
quartiers aisés barricadés et des ghettos habités par les plus
pauvres.
Ex :
• le quartier de Barrios Serrados
(« gated communities ») à
Buenos Aires (Argentine)

• Les « Compounds » dans la


banlieue du Caire (Egypte)
C. Les espaces maritimes : approche géostratégique

Vu avec M. CHAZAUD

1) Des espaces maritimes de plus en plus valorisés


2) Des espaces maritimes de plus en plus disputés
3) Des espaces maritimes sources de tensions
IV. La mondialisation en débat

Problématique :
• Quels effets de la mondialisation font débat ?
• Par qui et comment la mondialisation est-elle contestée ?
A. Les effets indésirables de la mondialisation
1)Les questionnements économiques et sociaux

La mondialisation a contribué à faire reculer la pauvreté.


Mais la mondialisation creuse les inégalités à l’échelle mondiale et
nationale
Exclusion de certains territoires
Les délocalisations provoque du chômage dans les pays développés
Exploitation des travailleurs dans les pays en développement
2) Pollution et surexploitation des ressources

Causes : ↗ des flux + croissance économique


Pb : mise en danger de la capacité des générations futures à
pourvoir à leurs besoins
≠ développement durable
3) L’uniformisation de la culture

Essor des médias (chaînes satellitaires, internet) + usage


massif de l’anglais => une culture mondialisée.
Certains produits standardisés diffusés par les pays
occidentaux ont été adoptés dans tous les États de la planète
Ex : fast-food, vêtements (de sport), musiques, films et
séries. . .
=> « Disneylandisation »
B. Les acteurs des débats

1) L’altermondialisme

Courant de pensée qui recherche des alternatives à la


mondialisation libérale surtout fondées sur la réduction
des inégalités et la protection de l’environnement.

Création officielle en 1999 lors d’un sommet de l’OMC à


Seattle.
Nombreuses ONG (Oxfam, Attac, Greenpeace, Réseau
initiatives pour un autre monde –IPAM-, Artisans du monde …)
Société civile engagée (citoyens)

http://www.dailymotion.com/video/x27mgj8_greenpeace-
lego-shell_news
Altermondialisme => mouvement hétéroclite aux
revendications sociales, économiques, environnementales et
culturelles

Moyens : pression sur les FTN et sur les organisations


internationales
But : Faire naître des réformes (≠ démondialisation)
Ex : création de la « taxe Tobin » sur les flux financiers
Doc. p. 296-294
2) Les « Indignés »

Mouvement né à Madrid au printemps 2011

 s’insurge contre les mesures d’austérité prises par des


gouvernements endettés, soumis aux injonctions des agences
de notation et du monde de la finance
Le mouvement a gagné de nombreux pays
 Symptôme du mal être d’une population jeune qui risque
de vivre plus mal que la génération précédente.
 Contestation symbolique d’une époque (rôle des réseaux
sociaux, mouvement inspiré du « Printemps arabe »
 tendance anticapitaliste / libertaire (Occupy Wall Street,
Blockupy, Anonymous )
C. Les formes de la contestation
• Les forums sociaux mondiaux : Depuis 2001 à l’initiative de l’ONG française
Attac.
• Les grandes manifestations des Indignés (Madrid, New York, Londres,
Athènes …)
Mobilisation rapide grâce aux réseaux sociaux + logique d’occupation
d’espaces publiques symboliques (Puerta del Sol à Madrid, Wall Street à NY)
• Mobilisation de l’opinion publique par des actions médiatiques +
propositions économiques alternatives (commerce équitable)
Ex : José Bové (Confédération paysanne) contre les OGM