Vous êtes sur la page 1sur 115

G.P.E.

Année universitaire : 2016 - 2017


I. INTRODUCTION:
La technique frigorifique est une partie constituante de la
thermodynamique qui traite le comportement des corps solides,
liquides et gazeux.
Thermodynamiquement parlant, la notion de “froid’’
n’existe pas :
 le “froid“ n’est généré que lorsque la chaleur est
transportée d’un endroit vers un autre endroit
présentant une température plus élevée. Lors de ce
processus, l’espace refroidi, la substance ou le corps
possède toujours une capacité thermique, tant que la
température est située au-dessus de -273,15 °C.
I. INTRODUCTION:
PRODUCTION DU FROID :
• EXEMPLE : LE RÉFRIGÉRATEUR RENFERME UN ÉCHANGEUR DE
CHALEUR (ÉVAPORATEUR) DANS LEQUEL EST INJECTÉ DE LA
VAPEUR HUMIDE (FLUIDE FRIGORIGÈNE À BASSE TEMPÉRATURE).
LA TEMPÉRATURE D’ÉBULLITION OU LA TEMPÉRATURE
D’ÉVAPORATION DU FLUIDE FRIGORIGÈNE DANS L’ÉVAPORATEUR
EST D’ENVIRON -15 °C POUR UNE TEMPÉRATURE À L’INTÉRIEUR
DU RÉFRIGÉRATEUR DE +5 °C, CE QUI CORRESPOND POUR LE
FLUIDE FRIGORIGÈNE R 134A À UNE PRESSION ABSOLUE DE 1,7
BAR.
• LA CHALEUR PROVENANT DE L’INTÉRIEUR DU RÉFRIGÉRATEUR
EST ABSORBÉE PAR L’ÉVAPORATEUR NETTEMENT PLUS FROID, CE
QUI ENTRAÎNE L’ÉVAPORATION DE LA PARTIE LIQUIDE DU FLUIDE
FRIGORIGÈNE. LA PARTIE INTÉRIEURE DU RÉFRIGÉRATEUR EST
REFROIDIE.
II. IMPORTANCE DU FROID :
Le froid trouve de nombreuses applications dans
des domaines très variées (industries agro-alimentaires,
médecine, confort thermique, pétroléochimie…) et c’est
dans le domaine alimentaire que le froid occupe une place
prépondérante car il permet de limiter les gaspillages
(pertes après récolte…) et de prolonger la durée de
conservation des produits ce qui permet un élargissement
des échanges.
II. Importance du froid :
Qualité et sécurité des produits réfrigérés :

La majorité des produits alimentaires consommés


passent, avant leur commercialisation, par une étape de
réfrigération, voire une surgélation. La production de produits
frais et de plats préparés réfrigérés se développe en réponse à
une demande des consommateurs en produits combinant
plusieurs caractéristiques : facilité d’utilisation, image de
fraîcheur et d’effet favorable à la santé, qualités gustatives.
En général, les aliments sont périssables, c’est pourquoi ils
nécessitent certains conditions de traitement, de conservation et
manipulation. La principale cause de détérioration est l’attaque par
différents types de micro-organismes (bactéries, levures et moisissures).

Ceci tient implications économiques évidentes, tant pour les


fabricants (détérioration de matières premières et produits élaborés avant de
leur commercialisation, perte de l’image de marché, ect…) comme pour
distributeurs et consommateurs (détérioration de produits après leurs
acquisition et avant leur consommation). On calcule que plus de 20% de
tous les aliments produits dans le monde sont perdu par action des micro-
organismes.
II. IMPORTANCE DU FROID :
PAR AILLEURS, LES ALIMENTS MODIFIÉS PEUVENT ÊTRE TRÈS
NOCIFS POUR LA SANTÉ DES CONSOMMATEURS. LA TOXINE
BOTULIQUE, PRODUITE PAR UNE BACTÉRIE, CLOSTRIDIUM
BOTULINUM DANS DES CONSERVES MAL STÉRILISÉES, SAUCISSES
ET AUTRES PRODUITS, EST L'UNE DES SUBSTANCES LES PLUS
TOXIQUES CONNUES (DES MILLIERS DE FOIS PLUS TOXIQUE QUE
LE CYANURE). D'AUTRES SUBSTANCES PRODUITES PAR LA
CROISSANCE DE CERTAINES MOISISSURES SONT DE PUISSANTS
CANCÉRIGÈNES. IL YA DONC DES RAISONS IMPÉRIEUSES POUR
EMPÊCHER TOUTE MANIPULATION DES ALIMENTS. UNE DES
MÉTHODES PHYSIQUES, LA CONGÉLATION, PEUT ÊTRE ASSOCIÉE À
PROVOQUER LA MORT DES MICRO-ORGANISMES OU TOUT AU MOINS
EMPÊCHER LEUR CROISSANCE.
En industrie agroalimentaire (lait, fromage…)

le froid permet d’améliorer leur qualité en favorisant la maîtrise


des conditions de fabrication par une optimisation des paramètres
climatiques influençant le comportement des microorganismes.
Le froid permet aussi l’augmentation du volume de
production agricole par la modification du cycle végétatif des
plantes améliorant ainsi leur rendement (printanisation des
céréales…).

Pendant les mois de repos les germinations, sous l'action du


froid, subissent une série de transformations internes qui les rend
aptes à monter en fleur au printemps suivant. Sans cette action, le
blé d'hiver donnerait très peu ou pas d'épis.
II. IMPORTANCE DU FROID :

EN PRODUCTION ANIMALE:

LE FROID PERMET LA CONSERVATION LONGUE


DURÉE DU SPERME DESTINÉ À L’INSÉMINATION
ARTIFICIELLE OU ENCORE LA CONSERVATION DES
SÉRUMS ET DES VACCINS DESTINÉS À ENRAYER LES
ÉPIDÉMIES FRAPPANT LES ANIMAUX.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
A. Définition:
La production de froid pour les besoins domestiques, commerciaux
et industriels nécessitent l’utilisation d’un dispositif capable
d’extraire de la chaleur dans le milieu à refroidir pour la rejeter
dans un milieu dit extérieur, ce dispositif qui obéit nécessairement
au second principe de la thermodynamique est appelé « machine
frigorifique ».

La conception, la réalisation et l’exploitation et/ou le suivi d’une


telle machine nécessitent de bonnes connaissances en
thermodynamique, en MdF, en transfert thermique et en
électrotechnique.
LE FROID PEUT ÊTRE PRODUITE DIRECTEMENT OU
INDIRECTEMENT.
 ON PARLE DE REFROIDISSEMENT DIRECT LORSQUE LA
SUBSTANCE À REFROIDIR (PAR EXEMPLE L’AIR) EST EN CONTACT
AVEC LE FLUIDE CIRCULANT EN CIRCUIT FERMÉ DANS LA
MACHINE (PAR L’INTERMÉDIAIRE DE L’ÉCHANGEUR).

 LE REFROIDISSEMENT EST DIT INDIRECT LORSQU’ON UTILISE


UN FLUIDE INTERMÉDIAIRE (PAR EXEMPLE L’EAU) ENTRE LA
SUBSISTANCE À REFROIDIR (L’AIR) ET LE FLUIDE CIRCULANT EN
CIRCUIT FERMÉ DANS LA MACHINE. LE FLUIDE INTERMÉDIAIRE
EST APPELÉ FLUIDE FRIGOPORTEUR.
ON DISTINGUE PLUSIEURS SORTES DE MACHINES
FRIGORIFIQUES :

• - MACHINES À COMPRESSION ;

• - MACHINES À ÉJECTION ;

• - MACHINES À ABSORPTION ;

• - MACHINES À ADSORPTION ;

• - MACHINES À RÉACTION CHIMIQUE.


III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
B. Un peu d’histoire :

 Les premières tentatives : William Cullen & Tiberius Cavallo


William Cullen fût un chimiste de l’université de Glasgow, qui travaillait sur les processus
d’évaporation. En 1748, il avait évaporé de l’éther éthylique en vide et en 1755 il avait
refroidi de l’eau en réalisant du vide sur elle. Ceci fût la première tentative d’un système
de réfrigération (réfrigération d’air par évaporation de liquides en vide).
En 1977, Gérald Naime ajouta l’acide sulfurique pour accélérer le processus.

 Les précurseurs : Oliver Evans


Oliver Evans fût le premier à proposer l’utilisation de cycles fermés en réfrigération dans
un traité apprécié en Filadelfia (the Young Steam Engineer’s Guide) en 1805, dans lequel
il décrivait un cycle de réfrigération par compression et évaporation d’éther éthylique.

 la réfrigération thermo-électrique :
En 1834, le physicien français Jean-Charles-Athanase PELTIER démontre qu'un courant
parcourant deux métaux différents soudés ensemble génère pour l'un des métaux une
élévation de température, pour l'autre une baisse de température et cela en dépendance
du sens de circulation du courant.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Module Réfrigérateur Peltier

L'effet PELTIER est utilisé dans la réfrigération miniaturisée de faible puissance,


en astronautique et en électronique pour le refroidissement des composants de
puissance. Le rendement du réfrigérateur thermoélectrique est inférieur à celui
des réfrigérateurs à compression, mais il à une longue durée de vie, une grande
fiabilité avec une grande précision, un encombrement minimum et est totalement
silencieux.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 Congélation de l’eau : 1823

Mathématicien et physicien, John LESLIE avait développé une


méthode pour obtenir de la glace artificielle. En 1823, il
construirait un appareil capable de produire la congélation de
l’eau par évaporation d’un liquide.

 L’ammoniac :

Michael FARADAY, scientifique et inventeur, découvrait qu’en


comprimant et dilatant l’ammoniac, on pourrait refroidir l’air
quand l’ammoniac liquide s’évapore.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
 Ressources : production du glace artificiel
Richard TREVITHICK publia en 1828 un essai sur la production de
la glace artificielle.
 Première machine de compression simple : Jacob PERKINS
1834
À partir des travaux de Evans et Trevithick, un compresseur fût être
fabriqué : ceci conduisait à l’obtention de la première patente
d’une machine à compression simple élaborée par Perkins.
Dans sa description, il parla d’une machine comme "un appareil ou
milieu à partir desquels je suis capable d’utiliser des fluides
volatiles avec le but de produire le froid ou la congélation des
liquides, et en même temps, condenser constamment ce fluide
volatil pour l’utiliser encore d’autres fois, sans pertes". Les fluides
réfrigérants utilisés étaient l’éther sulfurique et l’éther méthylique.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
1858
Ferdinand Carré développa un
Ligne de temps réfrigérateur mécanique
fonctionnant avec l’ammoniac. Il
produisait des bloques de glace.
1842 1875
John Gorrie utilisa de Raoul Pictet utilisa le
l’ammoniac évaporé dioxyde de Sulfure
pour produire du froid. comme réfrigérant.

1800 1850

Michael Faraday découvert L. W. Wright produisait de la glace par expansion


que certains gaz sous de l’air comprimé.
pression constante se Jacob Perkins développa un système de
condensent lorsqu’ils se réfrigération fermé en utilisant l’expansion et la
refroidissent. compression d’un liquide pour produire du froid.
1823 David Perkins développa un système de
réfrigération fermé en se basant sur l’expansion
et la compression de l’éther.
1834
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

1894 1918
Machine frigorifique Introduction de l’Unité de
1881 Audiffren-Singrün. réfrigération Kelvinator
Gustavus Swift Système hermétiquement
développa des enfermé.
wagons réfrigérés
(chemin de fer)

1900

Michael Cudahy Wilis Carrier concevait le contrôle de l’humidité pour


améliora la un nouveau système de climatisation et poigna la
réfrigération climatisation moderne. Wilis Carrier est également à
autorail. 1890 l’origine de l’équation de Carrier sur laquelle la charte
psychométrique et toute la climatisation sont basées.
1902
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

1919 1928
La company Guardian Refrigerator Crosley Icy Ball – une machine
développa un réfrigerateur qui est frigorifique à absorption fournissait
appelé "the Guardian". General du froid dans des aires rurales sans
Motors acheta Guardian en 1918 et électricité.
le nom avait changé au Frigidaire.

1910
1923 1926
Compresseur Nizer eau-refroidi et Unité de crème glacé Savage Arms
condenseur pour les cabinets de crème introduite. Elle comprenait un
glacé. Nizer produisait la première unité compresseur à colonne unique de
de crème glacé pour le marché. Nizer mercure sans joints, pistons ou
bientôt fusionna avec Kelvinator. lubrification.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

1929 1974
1929 Premier compresseur semi- Les professeurs Rowland et
Nombre de hermétique réussi Molina présentaient la
réfrigérateurs (Copelametic) introduit par la "théorie d’ozone" : les
ménagers vendus compagnie Copeland. Les ventes CFCs détruisent la couche
dépasse 800000. ont commencé en 1939. d’ozone.

1930 1970
1935 - 65
1931
Un nombre de Chlorofluocarbons
Le réfrigérant R-12
(CFCs) ont été développés durant
a été développé par
cette période.
Thomas Midgley et
C. F. Kettering.

1- Les fluides utilisés doivent avoir un « potentiel d’épuisement de la couche d’ozone » nul
(accomplissent le protocole de Montréal).
2- Ces fluides doivent offrir zéro « possibilités d’échauffement de l’atmosphère »
(accomplissent le protocole de Kyoto).
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
C. Généralités :

 Enoncé de Clausius du second principe de la thermodynamique


« La chaleur ne peut passer spontanément d'un corps froid vers un
corps chaud »
Le transfert de chaleur effectué, dans le sens antinaturel (d'un
milieu froid vers un milieu chaud) nécessite, d'une part, d’imaginer
et mettre en œuvre un système thermique particulier, et, d'autre
part, de fournir, de l'énergie au système.
Lorsqu’on désire l'extraction de chaleur à un corps, ou à un milieu,
pour le refroidir ou le maintenir à une température inférieure à
celle ambiante (produire du froid), le système thermodynamique
réalisant cette opération prend le nom de machine frigorifique.
L'effet utile est la chaleur extraite (ou le froid produit) à la source
froide.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Pour alimenter le système thermodynamique, on utilise
alors:

 Soit une énergie mécanique, ou équivalente; le


système comporte alors au minimum une source froide
et un puits chaud; il est dit, au moins, ditherme;
 Soit une énergie thermique, le système comporte
alors au moins une source thermique supplémentaire,
la « source de chaleur motrice ». Le système en
question est alors, au moins, tritherme.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Pour transférer de la chaleur d’un milieu à basse
température vers un autre à température plus élevée, il
faut mettre en œuvre :

 Un phénomène endothermique, s'effectuant à la


température TF de la source froide pour extraire de la
chaleur au milieu extérieur froid ;
 Un processus thermodynamique, pour élever le niveau
thermique de cette chaleur de TF à Tc;
 Un phénomène exothermique, s'effectuant à la
température Tc du puits chaud pour rejeter la chaleur vers
le milieu extérieur chaud.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Le milieu, qui dans le système frigorifique est le siège de


ces phénomènes, est dénommé fluide frigorigène ou
réfrigérant.
Dans le système, le fluide frigorigène peut subir une
transformation qui le laisse dans un état final différent de
l'état initial (transformation ouverte) ou bien une série de
transformations qui le ramène périodiquement dans le
même état. Il a alors parcouru un cycle frigorifique.
Le changement d'état liquide-vapeur est le phénomène
majeur sur lequel on s 'appuie pour produire du froid. On
peut le mettre en œuvre dans des systèmes soit ouverts, soit
fermés.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Système ouvert:
Après utilisation de l'effet thermique recherché, le fluide actif n'est
pas récupéré mais rejeté dans le milieu extérieur. Pour qu'il en soit
ainsi, il faut évidemment que le frigorigène rejeté soit sans action
sur l'environnement (azote, eau, etc.) et, en outre, peu coûteux.
Système fermé:
Le fluide frigorigène évolue dans un système clos qui doit être
aussi parfaitement étanche vis-à-vis de l'extérieur que possible
(confinement du fluide frigorigène). Ce circuit comporte
nécessairement:
- un évaporateur placé dans le milieu à refroidir.
- un condenseur refroidi par un fluide extérieur, air ou eau.
L'énergie mécanique W est fournie à ce système pour permettre
l'évolution cyclique du réfrigérant.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Dans l'évaporateur et le condenseur d'un circuit frigorifique, les


phases liquide et vapeur du fluide frigorigène coexistent.
La variance du système, donnée par la loi de Gibbs, donne :
v=c+2-φ
avec c, le nombre de constituants du système et φ, le nombre de
phases séparées.
nous avons pour ce système: c = 1 et φ = 2  v =1.
Pour le fluide frigorigène, corps pur sous ces deux phases, la
pression et la température sont liées .
Nous ne pouvons agir à notre gré que sur l'un de ces paramètres,
l'autre étant alors fixé par la relation de pression de vapeur.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
D. Les différents types de machines frigorifiques :
Machines frigorifique à compression

Les vapeurs issues de l'évaporateur sont aspirées par un


compresseur mécanique. En raison de leur simplicité ces
machines sont les plus répandues.
Consommant exclusivement de l'énergie mécanique, elles entrent
dans la catégorie .des systèmes au moins dithermes.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
D. Les différents types de machines frigorifiques :
Machines frigorifique à éjection

Les vapeurs du cycle frigorifique sont


aspirées mécaniquement par un
éjecteur. Celui-ci fonctionne grâce à
l'énergie cinétique de la vapeur
motrice qui, par l'injecteur I, pénètre
dans la partie convergente, II, de
l'éjecteur.

La compression du mélange (vapeurs motrice + fluide frigorigène)


s'effectue dans la partie divergente, III, de l'éjecteur où l'énergie
cinétique du flux de vapeur se transforme en énergie de pression . Ce
type de système consomme l'énergie thermique, il fait partie des
systèmes au moins trithermes. On les rencontre rarement.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
D. Les différents types de machines frigorifiques :
Machines frigorifique à absorption

(moyennement rencontré)
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
D. Les différents types de machines frigorifiques :
Machines frigorifique à adsorption

(en prototypes)
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
D. Les différents types de machines frigorifiques :
Machines frigorifique à compression

Dans
Le fluide
le condenseur,
frigorigènelasevapeur
vaporise estacondensée
la température
a la pression
T0 et à
Le liquide est détendu de la
La vapeur est compressée et refoulée la
Pklaetpression
la température
P0 en prélevant
Tk constantes,
la quantité
en rejetant
de chaleur
la chaleur
q0m ouqkm
pression P a
pression
k la pression
Pk. P 0 .
ouQ0Qselon
k selon lesles
unités.
unités.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
C. Les différents types de machines frigorifiques :
Machines à compression mécanique étagée

Ces systèmes se présentent comme des solutions lorsque la


température du milieu a refroidir devient très basse, la pression
d‘évaporation est faible (un rendement énergétique faible, une
température en fin de compression élevée...)
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:
1. Systèmes de réfrigération par compression :
 La réfrigération à compression tient pour but de passer l'énergie thermique, à
partir d'un fluide, dans un circuit fermé en créant des zones de haute et de basse
pression, de sorte que le liquide absorbe la chaleur dans une place et la dissipe
dans une autre.
 La plus simple de ces systèmes est la réfrigération par compression mécanique
en un seul étage (simple).

un cycle frigorifique simple comprend


quatre processus fondamentaux:

1. La régulation ;
2. L’évaporation ;
3. La compression ;
4. La condensation.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

1. La régulation :

Le cycle de régulation se produit entre le condenseur et


l'évaporateur, en effet, le réfrigérant liquide entre dans le
condenseur à haute pression et haute température, et se dirige vers
l'évaporateur à travers le régulateur.

2. L’évaporation :
Dans l'évaporateur, le liquide se vaporise à pression et température
constantes grâce à la chaleur latente fournie par le fluide
frigorigène qui creuse l'espace de l'évaporateur. Tous le réfrigérant
s’évapore complètement dans l'évaporateur, et il est réchauffé à la
sortie de l'évaporateur.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

3. La compression :
Par l'action du compresseur, la vapeur résultant de l'évaporation est
aspirée de la ligne d'aspiration jusqu’à l'entrée du compresseur. Dans ce
dernier, la pression et la température de la vapeur augmente
considérablement grâce à la compression, puis, la vapeur à haute
température et à haute pression est retournée par la ligne de refoulement.
4. La condensation :
La vapeur franchisa la ligne de refoulement jusqu’à le condenseur où elle
libère de la chaleur dans l'air extérieur. Une fois que la vapeur aura
débarrassée de sa chaleur supplémentaire, sa température est diminuée à
sa nouvelle température de saturation qui correspondant à sa nouvelle
pression.
Le liquide refroidi atteint le régulateur et est prêt pour un nouveau cycle.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

Dans ce système, on utilise un compresseur mécanique pour augmenter la


pression d'un fluide gazeux spécial qui fonctionne comme réfrigérant, confiné à
un système fermé hermétiquement.
Le fluide comprimé est distribué à travers une conduite serpentine appelée
condenseur, équipé des ailettes où il se refroidit et se condense sous forme liquide
pour rester en dessous de sa température de condensation selon le diagramme de
phase pour ces conditions de pression et de température.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:
Une résistance élevée à l'écoulement à la sortie du condenseur
représenté par le tube capillaire, freine la libre circulation à travers
le système pour permettre au compresseur d’augmente la pression
suffisamment, de sorte qu'il dépasse la pression nécessaire pour
condenser le fluide frigorigène, à température proche de la
température ambiante.
Le réfrigérant condensé circule comme liquide à travers le tube
capillaire et se verse à une autre conduite aussi tortueux, de grand
diamètre que le tube capillaire, et à très basse pression à l'intérieur
en raison de l'aspiration du compresseur, connu sous le nom de
l'évaporateur. Compte tenu de ces nouvelles conditions, le
réfrigérant s'évapore rapidement, il se refroidit de façon
spectaculaire, à son tour de refroidissement de l'évaporateur.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

Les vapeurs produites dans l'évaporateur, sont aspirés par le


compresseur et le cycle recommence et il est maintenu en continu
pour atteindre des températures très basses sur le côté de
l'évaporateur.

Comme les fluides frigorigènes sont couramment utilisés,


l'ammoniac, les fréons (12 et 24), certains mélanges
d'hydrocarbures et de mélanges d'hydrocarbures des fréons. Fréons
sont des mélanges complexes de fluor et du chlore.
Le refroidissement se fait dans une chambre ou la température
ambiante descend en dessous de la température de l'environnement,
et ensuite rester à cette basse température.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:
2. Systèmes de réfrigération par absorption :
 C’est une méthode alternative de réfrigération ;
 Cette méthode est généralement utilisée uniquement lorsqu'il ya
une source de chaleur résiduelle ou moins chère :

 Cette méthode est presque réservée universellement pour les


grandes installations commerciales.
 Son utilisation est basée sur le fait que certaines substances
connues comme absorbeurs, tiennent une grande avidité pour
absorber des vapeurs d’autres, connus comme réfrigérants,
générant une diminution de pression suffisante pour l'évaporation
du réfrigérant et produire le refroidissement.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

Dans la pratique, les systèmes les plus couramment


utilisés:

 L'eau-ammoniac (H2O/NH3), où l'eau est


l’absorbeur et l'ammoniac est le réfrigérant.

 Le bromure de lithium-eau (LiBr/H20), où le


bromure de lithium est l'absorbeur et l'eau est le
réfrigérant.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

Sur le schéma, on peut identifier les trois composantes de base


IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:
Supposons que pour ce système l’absorbeur est l’eau (H20) et le
réfrigérant est l’ammoniaque (NH3).

 L'eau quasi-pure provenant du générateur

est injecté sous forme de goutes fines dans la

chambre de l'évaporateur ;

 Cette eau absorbe avec une grande avidité

les vapeurs d'ammoniaque qui sont dans

l'évaporateur  la pression est réduite.


IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

 Un vide se génère ;
 Dans la côté gauche de
l'évaporateur où le fluide
frigorigène est injecté se produit
l’évaporation de ce dernier avec un
refroidissement en conséquence.

Une canalisation qui achemine l'eau placée dans la zone fournit


l'eau glacée pour l’utiliser comme une glacière externe pour
multiples utilisations.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:

 L'eau et l'ammoniaque dissous


s'accumule dans le fond de
l'évaporateur ;

 Le mélange est ensuite pompé


vers le générateur.
IV. ETUDE THERMODYNAMIQUE DES SYSTÈMES DE
RÉFRIGÉRATION:
 Du chauffage externe fournit
suffisamment de chaleur pour le mélange
affin de produire une sorte de distillation de
l'eau pour séparer l’ammoniac sous forme de
vapeurs, régénérant ainsi de nouveau de l'eau
quasi-pure pour être réutilisée dans le
processus.
Les vapeurs d'ammoniac généré dans le
générateur sont conduites vers le condenseur,
où elles entrent en contact avec un élément
froid présenté par la conduite serpentin et se
condensent de nouveau en liquide pour être
réinjecté dans l'évaporateur.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 La conduite tortueuse représentée sur le côté droit dans laquelle


circule de l’eau fraîche servant à refroidir l'absorbeur du
générateur qui a été chauffé pour la séparation de l'ammoniac.

 On note que le processus s’effectue en continu dans un cycle


fermé sans pertes d’absorbât ou du réfrigérant.

 Dans ces systèmes, l'énergie fournie est, d'abord, une énergie


thermique. Le réfrigérant n’est pas comprimé mécaniquement,
mais absorbé par un solvant liquide dans un procédé exothermique
et transféré à un niveau élevé de pression à l’aide d’une pompe
simple.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 L'énergie nécessaire pour augmenter la pression d'un liquide à


travers une pompe est négligeable par rapport à l'énergie nécessaire
pour comprimer un gaz dans un compresseur. À une pression plus
élevée, le liquide réfrigérant est évaporé désorbé du liquide solvant
par un processus endothermique, ou par la chaleur.

 De ce point, le processus de refroidissement est équivalent à un


système de réfrigération par compression. Par conséquent, le
système d'absorption et de désorption est aussi appelé «compresseur
thermique".
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
 Ce système de réfrigération, comme dans la compression, tire

profit que certaines substances absorbent de la chaleur lors du

changement de phase liquide-gaz.

 Les cycles d'absorption sont basés physiquement sur la capacité

d'absorber de la chaleur que tiennent certaines substances, comme

l'eau et des sels tels que le bromure de lithium, en se dissolvant,

dans la phase liquide, la vapeur d'autres substances telles que

l'ammoniac et l'eau, respectivement.


III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Plus spécifiquement, le réfrigérant s'évapore dans un échangeur de chaleur
appelé "évaporateur", ce qui refroidit un fluide secondaire pour récupérer alors
la vapeur produite par la dissolution d'une solution de sel ou de l'incorporer dans
une masse liquide.

 Le reste des composants et des échangeurs de chaleur qui composent une unité
de réfrigération par absorption, sont utilisés pour le transport de la vapeur
absorbée et de régénérer le liquide correspondant pour que l'évaporation se
produit d’une manière continue.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
3. Cycle de compression mécanique en simple étape, processus :

À l’intérieur d’une machine frigorifique de compression simple, le

réfrigérant réalise un cycle qui peut être représenté dans le

diagramme de Mollier par quatre lignes :


P

h
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Liquide saturé dans le Vapeur saturée dans les


Désurchauffe de la
condenseur , proche premiers rangs du
vapeur à la sortie
de la fin de ce dernier condenseur
du compresseur
P

Liquide sous-
refroidi à la
Vapeur surchauffée
sortie du
à l’entrée du
condenseur
compresseur

Un mélange de liquide et de Vapeur saturée, normalement dans


vapeur à l'entrée de l'évaporateur les derniers rangs de l’évaporateur
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Les processus qui tiennent lieu dans les éléments de la


machine frigorifique se représentent comme des lignes, qui
correspondent à :

A C : Evaporateur (ébullition et surchauffe) ;


C D: Compresseur (compression) ;
DG: Condenseur (désurchauffe, condensation et sous-
refroidissement);
GA: Dispositif d’expansion.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

L’évaporateur:
P

G F E D

pevp A B C

h
ha hc
Les transformations qui se déroulent dans l'évaporateur sont
présentés dans le diagramme par la ligne A→C, qui est une ligne
horizontale et donc la pression est constante (isobare).
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Au point A arrive à l’évaporateur un mélange de réfrigérant liquide

et de réfrigérant vapeur à partir du dispositif d'expansion. Ce

mélange se trouve à basse température et à basse pression.

Le processus de A → B représente l’ébullition du réfrigérant

liquide, le long de ce tronçon le liquide se vaporise, gagnant de la

chaleur latente à partir de la chambre que nous désirons refroidir.

Durant ce processus, la température et la pression restent

théoriquement constantes.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

En arrivant au point B, le liquide réfrigérant s’épuise et tous le

réfrigérant se trouve à l’état vapeur. Bien que la vapeur est à basse

température, sa faible capacité pour absorber la chaleur (petite

chaleur spécifique) rend son utilisation pour refroidissement du

produit n'est plus intéressante.

Le processus B → C prend le nom de surchauffe, consiste à céder

un peu de chaleur à la vapeur du réfrigérant pour l’éloigner de la

ligne de saturation.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Cette chaleur provient généralement de la chambre et s’encourage


son transfert dans les dernières rangs de l'évaporateur.
Le but de cette surchauffe est de s'assurer que le réfrigérant liquide
ne puisse pénétrer dans le compresseur qui pourrait l'endommager,
car il n'est pas comprimé.
Le phénomène de l'entrée de liquide dans le compresseur est appelé
coup du liquide. Pendant le surchauffe du réfrigérant sa
température augmente (entre 3 et 8 °C), la pression reste constante.
Il est nécessaire de prendre en compte qu'il y a des
systèmes de réfrigération qui fonctionnent sans surchauffe.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Les principales paramètres obtenus à partir du diagramme :
 Production frigorifique spécifique : c’est le froid produit par un
kilogramme du réfrigérant, se calcule comme la différence
d’enthalpies entre l’entrée et la sortie de l’évaporateur:

q0 : production frigorifique spécifique (kcal/Kg)


hC : enthalpie au point C (kcal/Kg)
hA : enthalpie au point A (kcal/Kg)

 Production frigorifique : c’est le froid produit par la machine, il


est obtenu en multipliant la production frigorifique spécifique par le
débit massique du réfrigérant.

.
Q : production frigorifique (kcal/h)
. 0
m : débit massique du réfrigérant (kg/h)
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Le compresseur :
P

pcond G F E D

pevp A B C

h
hc hd

Elle est représentée sur le diagramme par le segment CD. Cette


transformation tient lieu, théoriquement, le long d’une ligne appelée
isentropique, qui considère le comportement du compresseur comme
idéal, résultant une bonne approximation.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Pendant la compression, la pression du réfrigérant augmente. Par
conséquent, sa température augmente, qui peut devenir de l’ordre de
90 °C à la sortie du compresseur.
A partir du diagramme, nous pouvons obtenir la puissance théorique
du compresseur, qui devrait après être corrigée avec les rendements
du compresseur, du moteur et de la transmission.
 Travail isentropique de compression : c’est le travail réalisé par le
compresseur pour comprimer un kilogramme du réfrigérant :

w : travail isentropique de compression (kcal/Kg)


hD : enthalpie au point D (kcal/Kg)
hC : enthalpie au point C (kcal/Kg)
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
 Puissance isentropique de compression : c’est la puissance
consommée par le compresseur à la compression de forme idéal le
débit massique du réfrigérant, il est calculée comme le produit du
débit massique par le travail isentropique de compression :

.
W : puissance isentropique de compression (kcal/h)
.
m : débit massique du réfrigérant (kg/h)

Le condenseur :
Les transformations qui tiennent lieu dans le condenseur sont
représentées sur le diagramme par la ligne D → G, et se produisent
le long d'une ligne de pression constante (isobare).
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
P

pcond G F E D

pevp A B C

h
hg hf he hd

Au point D, le réfrigérant est reçu du compresseur sous forme de


vapeur surchauffée, à haute pression et à haute température.
Dans le premier tronçon du condenseur (D → E), la vapeur se
désurchauffe, en cédant de la chaleur sensible au milieu condensant,
perdant la température, mais en restant dans l'état de vapeur.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Au point E, le point de rosée du réfrigérant est atteint à la pression

de condensation. A partir de ce moment, la vapeur réfrigérante cède

la chaleur latente au milieu condensant, se condense (E → F) et

devient liquide.

À mesure que nous entrons dans le condenseur la proportion de

liquide augmente et celle de vapeur diminue. Il est important de

noter que lors de la condensation des fluides purs, la température

reste constante.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Au point F le processus de condensation se termine, puisque tous le
réfrigérant est passé à l’état liquide. Il arrive que, à ce point, le
liquide réfrigérant soit encore plus chaud que le milieu de
condensation, c’est pourquoi on peut toujours refroidir encore plus.

Le processus de F → G est appelé sous-refroidissement, le long de


ceci, le réfrigérant perd la température (entre 5 et 10 °C) en cédant
la chaleur sensible au milieu de condensation.
Le sous-refroidissement est positif, pour améliorer la production
frigorifique spécifique et augmenter la proportion de liquide à la
sortie du dispositif d'expansion.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
A partir du diagramme, nous pouvons obtenir la chaleur spécifique
de condensation et la puissance nécessaire dans le condenseur :
 Chaleur spécifique de condensation : c’est la chaleur qui est
nécessaire à être extraire pour désurchauffer, condenser et sous-
refroidi un kilogramme du réfrigérant :

hD : enthalpie au point D (kcal/Kg)


hG : enthalpie au point G (kcal/Kg)

Cette chaleur spécifique est la somme de chaleur sensible (celle


cédée durant le désurchauffe et le sous-refroidissement) et la chaleur
latente (cédée durant la condensation proprement dite) :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
 Chaleur sensible de condensation :

 Chaleur latente de condensation :

hi : enthalpie au point i (kcal/Kg)

 Puissance nécessaire dans le condenseur: c’est la puissance à


absorber par le milieu condensant :

.
Qc : puissance nécessaire dans le condenseur (kcal/h)
.
m : débit massique du réfrigérant (kg/h)
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Dispositif d’expansion :
Dans ce dispositif, le réfrigérant passe de la pression du condenseur
jusqu’à la pression de l’évaporateur, à travers un processus qui
s’appelle laminage isenthalpique, représenté dans le diagramme de
Mollier comme un segment de la ligne verticale (G A).
P

pcond G F E D

pevp A B C

h
hg= ha
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Le laminage isenthalpique consiste à faire passer le fluide

frigorigène par un «accident» causant une perte de pression, comme

l'orifice étroit d'une vanne ou un long tube de très petit diamètre

comme le tube capillaire.

Durant ce processus, l'enthalpie du fluide reste constante, et la

pression et la température du fluide diminuent à la suite de la

formation d'une petite fraction de vapeur de réfrigérant.


III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Eléments fondamentaux : Pressostats :


a. Compresseur a. De haute
b. Condenseur b. De basse
c. Évaporateur c. Différentiel
d. Valve d’expansion ou de laminage
Thermostats :
Eléments complémentaires :
a. De lamine bimétallique
a. Séparateur de huile b. De sonde
b. Récipient du réfrigérant liquide c. Électriques
Haute :

c. Déshydrateur
d. Voyant liquide Manomètres :
e. Filtre a. De haute
f. Purgeur b. De basse
a. Échangeur de chaleur Valves :
Basse :

b. Vanne de rétention
c. Séparateur de liquide a. Solénoïdes
d. Bombes de fluide b. Rétention
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 Il met en route la circulation du fluide (pompe aspirante

et refoulante) ;

 Il comprime le gaz (1-2) de la pression peva à pcon pour le

fluide frigorigène absorbant un travail W ;

 On distingue entre compresseurs frigorifiques ouverts,

semi-hermétiques et hermétiques.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Volumétrique ou à Cinétiques ou
déplacement positif centrifuges

a. Actionné par vilebrequin


b. Actionné par rotor
c. À membrane.

a. À palettes.
b. Exocentrique.
c. À vis.
d. À lobes.
e. Spiro-orbital (Scroll)
f. Wankel
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Motor
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Compresseur à vis avec 4 rotors


III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 Il existe plusieurs types de condenseurs.


Il a pour but de condenser le réfrigérant. Ce dernier sortant du
compresseur en phase vapeur, sous haute pression et à haute
température, lorsqu'il traverse le condenseur, il évacue des
calories, reste à la même pression et se condense. Lorsqu’il quitte
le condenseur, il est en phase liquide.
 Afin d’obtenir la meilleure transmission thermique possible, le
condenseur comprend des tubes et des lamelles solidement fixés
entre eux. La ventilation est obtenue par le biais de ventilateurs
ou le courant d’air engendré par le déplacement.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Condenseurs sans Condenseur avec


surrefroidisseur surrefroidisseur

Ventilateurs
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 Permet la séparation de la vapeur restante du fluide


frigorigène par sur-refroidissement de ce dernier de quelques
degrés Kelvin. Cette vapeur retenue dans le liquide du fluide
frigorigène en amont de l’organe de détente cause une forte
diminution de la puissance frigorifique de l’installation.

Permet de surmonter les effets négatifs du côté haute


pression si le fluide frigorigène situé dans l’évaporateur (non
nécessaire momentanément) devrait être stocké.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Il servit de réservoir de stockage en cas de fuite.


III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Le filtre déshydrateur dans le circuit du fluide frigorigène permet :

 La fixation de l’eau contenu dans le fluide frigorigène ;

 Fixation des acides contenus dans le fluide frigorigène ;

 Filtration des poussières et autres corps étrangers.

La taille du filtre déshydrateur est calculé en fonction de la

puissance de l’installation frigorifique (quantité de remplissage du

fluide frigorigène). Il peut, selon la construction, absorber 6-10 g

d’eau.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Il sert à contrôler optiquement l’état du fluide frigorigène.


Il est donc directement monté avant l’organe de détente.
Il est impossible de constater à travers ce voyant si le fluide
frigorigène est complètement évacué (Le remplissage en fluide
frigorigène est détecté par mesure de la pression).
Il est le siège d’un bouillonnement si aucun sur-
refroidissement n’est constaté à l’avant de la vanne de détente,
c’est-à-dire si le fluide frigorigène renferme des bulles de
vapeur.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 Lorsque le fluide frigorigène est suffisamment sur-refroidi,


l’opérateur - étant donné que le fluide frigorigène est incolore -
ne peut rien observer.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

La plupart du temps, les verres de regard renferment des


indicateurs d’humidité. La coloration de ces derniers permet de
déceler si le taux d’humidité (teneur en eau) du fluide
frigorigène est anormalement élevé.
Chaque fabricant utilise des couleurs
différentes. Si la couleur vire, le filtre
déshydrateur est saturé d’eau et doit être remplacé.
Il faudra utiliser des indicateurs spéciaux pour les différents
fluides frigorigènes.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Évaporateurs à Évaporateur à
alimentation à air alimentation liquide
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
4. Les fluides frigorigènes :
Le fluide frigorigène permet les échanges de chaleur dans un
système frigorifique par ses changements d’état que sont
l’évaporation et la condensation.
Il peut se définir comme une substance chimique dont la
température d’évaporation à la pression atmosphérique est
inférieure à la température ambiante, autrement dit le fluide
frigorigène doit être liquide à cette ambiance.
Par température ambiante, il faut comprendre l’ambiance ou le
milieu a refroidir.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Températures d’ébullition
de quelques fluides à la pression atmosphérique
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 Il est important pour un fluide frigorigène (réfrigérant)


d’avoir une température d’évaporation peu élevée pour
que le changement d’état (passage de la phase liquide à
la phase vapeur) soit réalisable.
 Le changement d’état s’effectue à température et
pression constantes (stabilisation de l’effet de réfrigérant
à une température donnée) et c’est durant cette phase
que la quantité de chaleur absorbée (ou rejetée) est la
plus importante.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

Le fluide frigorigène étant un medium qui sert à évacuer


de la chaleur possède des caractéristiques propres
(physiques, thermodynamiques et chimiques).
Il doit posséder les propriétés requises d’un bon fluide
frigorigène que sont :
- ne pas détruire la couche d’ozone ;
- avoir un faible potentiel d’effet de serre ;
- avoir une grande chaleur latente de vaporisation ;
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
-avoir un point d’ébullition sous la pression atmosphérique
suffisamment bas compte tenu des conditions de
fonctionnement désirées (de sorte que la température
d’évaporation soit toujours à un niveau plus élevé que la
température correspondant à la pression atmosphérique).
- avoir une température critique élevée (de sorte que la
température de condensation dans les conditions
d’utilisation soient bien inférieure à cette température
critique).
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
- avoir un faible rapport de compression, c’est à dire faible
rapport entre les pressions de refoulement et d’aspiration ;
- avoir un faible volume massique de la vapeur saturée
rendant possible l’utilisation d’un compresseur et de
tuyauteries de dimensions réduites ;
- ne pas voir d’action sur le lubrifiant (huile) employé
conjointement ;
- être non toxique et sans effet sur la santé du personnel ;
-…
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

- être non inflammable et non explosif en mélange avec


l’air;
- être non corrosif, pas d’action sur les métaux
constituants le circuit, pas d’action sur les joints;
- sans odeur ou n’ayant qu’une odeur non désagréable;
- sans action sur les denrées à conserver;
- être d’un coût peu élevé et d’un approvisionnement
facile;
- fuites faciles à détecter et à localiser par méthode visuelle
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Courbe de saturation
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Diagramme enthalpique du R22
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Isenthalpe
Isotherme Isentrope
Isotitre

Isochore
Isobare
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
 Le diagramme est délimité en abscisse par l'échelle des enthalpies
et en ordonnée par l'échelle des pressions.
 Les courbes de saturation se rejoignent au point critique et
divisent le diagramme en trois partie :
 zone de liquide sous-refroidi ;
 zone de mélange liquide +vapeur ;
 zone de vapeur surchauffée.
Ces trois zones correspondent aux différents états du fluide
frigorigène dans un système frigorifique.
 Au dessus, du point critique un changement d'état n'est plus
possible.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Diagramme de Mollier
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

La distinction entre « gaz » et « vapeur » est floue. On


parlera de :
 « gaz » : s’il est improbable qu’il change de phase (l’air
ambiant par exemple);
 « vapeur » : si la probabilité d’occurrence d’un
changement de phase est réelle.
 Vapeur saturée : vapeur en équilibre avec du liquide.
 Liquide saturé : en équilibre avec sa vapeur.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

 Pression de saturation : pression à laquelle il y a


équilibre entre phases pour une température donnée.
 Vapeur surchauffée : vapeur qui n’est pas en équilibre
avec du liquide et ne peut donc contenir aucune trace de
celui-ci.
 Liquide sous-refroidi : liquide qui n ’est pas en
équilibre avec de la vapeur et ne peut donc contenir
aucune trace de celle-ci.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :

D’après le premier principe de la thermodynamique, il y a


conservation de l’énergie :
La quantité de chaleur rejetée au condenseur (Q1) doit être égale à
la chaleur extraite à l’évaporateur (Q2) + le travail (w) consommé
pour faire tourner le compresseur.
d’où l’équation :
Q2 = Q1 + w
cette équation traduit donc le bilan d’énergie de
la machine frigo idéalisée.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Cycle idéal (Carnot) :

Hypothèses : IRREVERSIBILITES MINIMALES


 Pas de résistances de transfert de matière ;
 Pas de pertes de pression ;
 Échange thermique réversible ;
 Échange thermique entre fluide frigorigène et fluides
secondaires dans les échangeurs uniquement ;
 Compresseur parfait : adiabatique, réversible.
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Cycle de Carnot :
La machine idéale de Carnot (1796-1832), réversible et sans
frottement a permis de comprendre la conversion de chaleur en
travail.
Le cycle de Carnot est un cycle réversible entre deux sources de
chaleur, il est composé de deux isothermes et de deux isentropes.

1èr principe :

2d principe :
III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Le fonctionnement de ces systèmes peut être à travers le coefficient

de performance (COP) de la pompe à chaleur ou du réfrigérateur,

qui est analogue à l'efficacité thermique (ηth) du moteur thermique.

N'importe laquelle de ces quantités définit "ce qui est obtenu à partir

de ce qui est fournie."

a. Pour le moteur thermique donne le travail W, fournissant la

chaleur Q2 (généralement sous la forme d'un combustible).


III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
b. L'effet utile du réfrigérateur est d'éliminer la chaleur de l'objet

froid, ce que nous obtenons comme quantité Q1 en fournissant

un travail W (à l’aide d’un compresseur) :

c. Finalement, l'effet utile d'une pompe à chaleur est d'ajouter de

la chaleur à un objet chaud, c'est ce que nous obtenons en

quantité Q2 en fournissant un travail W :


III.LA MACHINE FRIGORIFIQUE MF :
Deux autres paramètres importants associés aux cycles de
réfrigération sont:
i) l'effet réfrigérant q (J/kg), qui est la chaleur extraite de la source
froide par unité de masse de fluide frigorigène,
ii) la capacité de refroidissement Q (J/s), qui est le taux de chaleur
extraite de la source froide.
Un cycle de réfrigération est simplement l'inverse du cycle de Carnot
par le travail d’un fluide condensable, comprenant un compresseur,
un condenseur, un détendeur et un évaporateur.