Vous êtes sur la page 1sur 23

Comptabilité approfondie

Le traitement des événements


postérieures à la date de clôture

Préparé par : Encadré par


 Adil Bouchara M. ELMECHATT
Plan

 Introduction
 Comptabilisation des événements postérieurs dans les
comptes annuels
 Information sur les événements postérieurs dans le rapport
de gestion
 Contrôle des événements postérieurs par l’auditeur
 Conclusion
Introduction

 Définitions

Définition du CGNC : « Circonstances ayant une influence sur l’activité de


l’entreprise , intervenues après la clôture de l’exercice ,connues avant la première
communication externe des états de synthèse , et susceptible d’avoir des
répercussions favorables ou défavorables sur le patrimoine , la situation financière
ou les résultats de l’exercice clos et des exercices suivants »

Définition selon l’IAS 10 : Evénements postérieurs à la date de clôture


« Les événements postérieurs à la date de clôture sont les événements , favorables
et défavorables qui se produisent entre la date de clôture et la date d’approbation des
des états financiers . »
Introduction
 Commentaire

-Seul les faits ou informations qui constituent des événements postérieurs dont
l’incidence sur la situation financière, le patrimoine ou le résultat de l’exercice en
cours est significative, doivent faire l’objet d’une attention particulière.

-Les événements postérieurs seront significatifs dans la mesure où leur omission


serait de nature à affecter la régularité et la sincérité des comptes annuels ainsi que
l’image fidèle du résultat des opérations, de la situation financière et du patrimoine de
l’entreprise, ou dans la mesure où ils seraient susceptibles d’influencer le jugement et
donc les décisions des utilisateurs des comptes annuels.

Ces critères pourront être retenus :

par l’entreprise pour décider du traitement comptable des événements


postérieurs
par l’auditeur lors de la mise en œuvre de ses diligences relatives
au contrôle des événements postérieurs.
I-Comptabilisation des événements postérieurs
dans les comptes annuels :
 On distingue les cas suivants :

l’événement est lié à des l’événement n’est pas


conditions existant à la lié à des conditions
date de clôture. existant à la date de
clôture.
Evénement lié à des conditions existant à la date de clôture

 Selon le PCG dans l’hypothèse où un événement ayant un lien direct prépondérant


avec une situation existant à la clôture de l’exercice, survient entre la date de clôture
de l’exercice et la date d’arrêté des comptes, les incidences sont les suivantes

Incidence sur le bilan et le compte de résultat


31 12 N Exercice N+1

date d’arrêté des comptes


relatifs à l’exercice N
bilan

CPC

 Les comptes doivent de ces événements postérieurs, être ajustés en


fonction
Événement lié à des conditions existant à la date de clôture :

 Remarque :

Si l’événement remet en cause la continuité de l’exploitation,

les comptes

doivent être établis en valeurs liquidatives.


Evénement lié à des conditions existant à la date de clôture

Exemples :

 Faits ou informations sur l’existence ou le montant d’un risque ;


 Détermination définitive du prix d’achat d’une immobilisation réceptionnée avant la
clôture ;
 Expertises, évaluation, cessions amenant à dégager une valeur inférieure à celle
constatée en comptabilité ;
 Eléments d’évaluation de titres, tels que perspective de réalisation ou de rentabilité
récente, modification de conjoncture ;
 Prix de vente de produits en stocks à la clôture (chute de prix conduisant à une
valeur de réalisation inférieure à la valeur comptable) ;
 Information conduisant à modifier la dépréciation des en-cours ;
 Révélation de la situation compromise d’un client rendant la créance douteuse ;
Evénement lié à des conditions existant à la date de clôture

Exemples :(Suite )
 Retours de marchandises livrées avant la clôture ;
 Indemnités obtenues au terme de négociations ou dossiers en cours à la clôture ;
 Ristournes sur achats obtenues ;
 Jugement intervenu ;
 Perte sur créance qui serait confirmée par la faillite du client postérieurement à la
date de clôture ;
 Remise en cause des critères ayant permis la prise en compte à l’actif des frais de
recherche et de développement ;
 Produit en stock interdit de vente suite à une décision des autorités compétentes ;
 Dans les contrats à long terme, hausse importante du coût des matières premières
entraînant une perte potentielle ;
 Notification de redressement faisant suite à un contrôle fiscal
Evénement n’est pas lié à des conditions existant à la date de
clôture :

 Dans l’hypothèse où un événement n’ayant aucun lien direct prépondérant


avec une situation existant à la clôture de l’exercice , survient entre la date
de clôture et la date d’établissement des comptes, les incidences sur les
comptes annuels sont les suivantes :

Il n’y en a pas, les comptes n’ayant pas à


être modifiés.
Evènement n’est pas lié à des conditions existant à la date de clôture :

 Exemple
• Sinistre intervenu après la date de clôture ;
• Evénements exceptionnels ou accidentels sortant du cadre de l’exploitation
normale ;
• Décisions de gestion importantes ;
• Emission de titres, prises de participation, souscriptions ;
• Fusion, scission, apport partiel d’activité ;
• Ouverture ou fermeture de branches d’activité ;
• Fluctuation de cours et de conjoncture sur les marchés de l’entreprise ;
• Contrôle fiscal après la clôture de l’exercice ;
• Evolution significative des cours de bourse, des taux de change ou
dévaluation ;
Événement n’est pas lié à des conditions existant à la date de clôture :

 Selon l’OEC ,elles varient selon que l’événement est susceptible ou non par son
influence sur le patrimoine et la situation financière de l’entreprise de remettre en
cause la continuité de l’exploitation :

La continuité de La continuité de
l’exploitation est remise en l’exploitation n’est pas
cause remise en cause

une information est à mentionner dans l’annexe. une information parait alors
souhaitable **

.** bien que le CGNC ne requière aucune information, selon l’OEC « Si l’événement a des incidences financières
significatives et si leur connaissance est nécessaire à la bonne information concernant l’activité et la situation
financière de l’entreprise
il importe d’en faire mention dans l’annexe ».
Événement n’est pas lié à des conditions existant à la date de clôture :

 Selon les normes IAS

Si des événements postérieures à la date de clôture ne donne pas lieu à des


ajustements sont significatifs , le fait de ne pas les indiquer pourrait avoir une
incidence sur les décisions économiques prises par les utilisateurs sur la base des
états financiers .Dès lors l’entité fournira les informations suivantes pour chaque
catégories significatives d’événements postérieurs ne donnant pas lieu à des
ajustements :

La nature de l’événement
Une estimation de son effet financier , ou l’indication que cette indication
ne peut être faite
II-Information sur les événements postérieurs
dans le rapport de gestion :

Clôture De l’exercice Arrêté des comptes Assemblée générale


Et rapport de gestion Annuelle.
║__________________________║_________________________║

 Deux périodes sont à distinguer :


Première Période :événements survenus avant l’arrêté des comptes

 Le rapport de gestion expose les événements importants entre la date de la clôture de


l’exercice et la date à laquelle il est établi .

Commentaire
La date à laquelle le rapport est établi correspondant à la date d’arrêté des comptes, il en
résulte que ces événements ont nécessairement été pris en compte dans les comptes annuels en
fonction des règles définies précédemment, mais ne sont à indiquer ici que les événements
importants.
II-Information sur les événements postérieurs
dans le rapport de gestion :

Deuxième Période :Evénements survenus après l’arrêté des


comptes jusqu’à l’assemblée générale

 Bien que les comptes soient arrêtés, il n’en reste pas moins que, selon le PCG, «pour ce qui
concerne les entreprises sous forme de sociétés, les actionnaires continuent de bénéficier du droit
à une juste information sur les événements significatifs qui pourraient survenir entre la date
d’établissement des comptes et celle de la tenue de l’assemblée générale ».

C’est pourquoi, il est préconisé que si des événements importants surviennent après l’arrêté des
comptes :

Soit la tenue d’une nouvelle réunion Soit, au minimum la rédaction d’un complément au
, pour arrêter des comptes modifiés rapport de gestion
et établir un nouveau rapport de gestion.
ІII - Contrôle des événements postérieurs par
l’auditeur
 Selon L’OEC ,L’auditeur doit prendre en considération l’incidence des événements postérieurs
à la date de clôture sur les états financiers et son rapport :
qui corroborent des faits existants à la clôture de l’exercice
qui fournissent des indications sur des faits après fin de l’exercice

 Les obligations de l’auditeur quant à l'appréciation des événements postérieurs et de leur


incidence éventuelle sur sa certification des comptes annuels sont déterminées en fonction de

trois périodes :

Date de Date Date de


clôture du rapport publication
de l’auditeur
ІII - Contrôle des événements postérieurs par
l’auditeur

Première Période :Faits découverts jusqu’à la date du rapport de


l’auditeur :

Si l’auditeur a eu connaissance d'événements postérieurs de caractère significatif, que ces événements aient
été ou non révélés par ses travaux, il a l'obligation d'informer les dirigeants sociaux et de les inviter à :

Modifier le bilan, le compte de résultat et éventuellement l'ETIC, dès lors qu'il s'agit d'événements relevant
de la première catégorie, c'est-à-dire, tirant leur origine de l'exercice précédent.

Mentionner ces faits dans le rapport de gestion en insistant sur le fait qu'il serait souhaitable d'en faire
également mention dans l’ETIC, dès lors qu'il s'agit d'événements de la seconde catégorie, c'est-à-dire ayant pris
naissance après la clôture de l'exercice, mais qui ne remettent pas en cause la continuité de l'exploitation.

Mentionner ces faits dans le rapport de gestion et dans l'ETIC, dès lors qu'il s'agit d'événements de la
deuxième catégorie mais qui remettent gravement en cause la continuité de l'exploitation.
ІII - Contrôle des événements
:
postérieurs par
l’auditeur

Première Période : Faits découverts jusqu’à la date du rapport de l’auditeur :

les démarches suivantes doivent être mises en œuvres jusqu’à une date la plus proche du rapport;
elles peuvent consister en:

- Examen des procédures de la direction pour répertorier ces situations


- Examen des procès verbaux des organes délibérants ou consultatifs de l’entité
- Examen des données prévisionnelles et rapports internes de la direction
- Chaque fait identifié faisant l’objet d’un entretien avec les interlocuteurs
compétents pour apprécier la bonne prise en compte des impacts éventuels

Ces démarches requièrent d’être élargies dans des entreprises appartenant à un groupe.
Première Période :Faits découverts jusqu’à la date du rapport de
l’auditeur:

 Bien que l’auditeur n'ait pas à se substituer aux dirigeants sociaux qui ne sont tenus de ne
prendre en compte que les événements intervenus jusqu'à la date d'arrêté des comptes, ses
obligations de diligences restent entières jusqu'à une date aussi rapprochée que possible de la
date de son rapport.

A partir du moment où l’auditeur aura connaissance d'événements postérieurs survenus


entre la date d'arrêté des comptes et la date de son rapport, et si ces derniers sont significatifs,

il informera par écrit les dirigeants sociaux de leur incidence sur les comptes annuels tels
qu'arrêtés par les organes sociaux.

Il précisera, comme dans le cas précédent, que si les comptes annuels et/ou le rapport de
gestion n'étaient pas modifiés, il serait dans l'obligation,

soit de formuler des réserves soit de refuser de certifier


ІII - Contrôle des événements postérieurs par
l’auditeur

Deuxième période :Faits découverts après la date du rapport de l’auditeur


mais avant la publication des états financiers

L’auditeur n’est pas tenu d’appliquer ces mêmes démarches après émission de son
rapport; en revanche, s’il est informé d’un événement significatif remettant en cause
l’information d’ensemble donnée par les états financiers, il sera fondé à demander la
correction de ceux-ci ( l’auditeur rédigeant alors un nouveau rapport ).

Au cas ou l’entité refuserait de modifier ses comptes, l’auditeur en tire les


conséquences pour les termes de son rapport. ( idem que première Période )
ІII - Contrôle des événements postérieurs par
l’auditeur
Troisième Période : Faits découverts après la publication des états financiers

Après publication des comptes, l’auditeur n’est pas tenu à des démarches
particulières; si des faits de nature à modifier notablement les états financiers sont
portés à sa connaissance, l’auditeur doit examiner avec la direction le bien fondé
d’une correction de ceux-ci et le processus à mener pour l’information des tiers (la
direction devant prendre des mesures pour transmettre les états financiers modifiés
aux tiers auprès de qui la diffusion avait été assurée).

Le rapport établit par l’auditeur à la suite d’une correction intervenant dans ces
circonstances doit comporter un paragraphe d’observation expliquant les raisons des
modifications.
Conclusion
 En audit ,les événements postérieurs à la clôture n’ont
pas la même signification qu’en matière comptable .

Ces événements ont une portée temporelle plus


large qui dépasse la date de l’établissement des états
financiers et s’étend jusqu’à la date de remise du rapport
voir, même après la date de publication des états
financiers .
MERCI POUR VOTRE ATTENTION