Vous êtes sur la page 1sur 30

Filière Rééducation – Réhabilitation

Mémoire de fin d’études


Licence professionnelle
«Option Kinésithérapie»

La Prise En Charge Kinésithérapique de La


fracture de l'extrémité distale du radius Dans La
Région Tanger-Tétouan Durant L’année 2017
Encadré par :
Membres du jurys: Elaboré par :
Mr Ait LHaj Mohamed
Enseignant permanent à l’ISPITS Mr Ait LHaj Mohamed Rachid JELLOUL
de Tétouan Soufiane CHERIF
Mr Ksiksou Jamal
Mr Ksiksou Jamal
Enseignant permanent à l’ISPITS Mr Bakhkhakh Abdelah
de Tétouan
Promotion : 2014 - 2018
Plan de la présentation
 INTRODUCTION
 PHASE CONCEPTUELLE:
● Problématique
● Question et but de recherche
● Cadre de référence

 PHASE MÉTHODOLOGIQUE:
● Devis de recherche
● Aspects éthiques

 PHASE EMPIRIQUE:
● Présentation des résultats
● Discussion
● Recommandations
 CONCLUSION
INTRODUCTION:

• Notre mémoire est sous thème de « La Prise En Charge Kinésithérapique de La


fracture de l'extrémité distale du radius Dans La Région Tanger-Tétouan
Durant L’année 2017 »
• Ce travail de mémoire de fin d’étude commence par la phase conceptuelle
englobant un énoncé de la problématique et une recension des écrits
approfondissant les connaissances sur le thème investigué et aboutissant à un
cadre conceptuel de l’étude. La méthodologie de l’étude est abordée par la suite
pour éclaircir les éléments du devis de recherche qui est un plan logique répondant
au type et au but de l’étude. A la fin, les résultats sont présentés, commentés et
discutés aboutissant à des recommandations en faveur d’une prise en charge
kinésithérapique de la fracture de l'extrémité distale du radius
La phase conceptuelle
Problématique
• Les traumatismes du poignet représentent un motif majeur de consultation au
service des urgences traumatologiques. Alors que dans l'antiquité Hippocrate
les Classait tous comme des luxations, c'est à POUTEAU en France (1783),
puis COLLES (1814) en Ecosse que l'on devrait les premières descriptions
d'une nouvelle Entité : les fractures de l'extrémité distale du radius
(LlVERNEAUX P 2004).
• Si les fractures de l’extrémité distale du radius ont longtemps été considérées
comme bénignes, les séquelles de ces fractures sont tout de même fréquentes
et peuvent mener à une impotence fonctionnelle conséquente. Or
l'amélioration de la qualité de vie autorise une activité plus importante des
jeunes retraités et par conséquent, leurs exigences fonctionnelles sont
augmentées (Laulan J 2009)
Problématique
• .Parmi les nombreuses séquelles invalidantes rencontrées,
l’Algoneurodystrophie est présent, suivant les auteurs, dans 15 à 35%
des fractures de l'extrémité distale du radius Le décours de cette
complication est relativement long et la morbidité qui en découle est
relativement importante. (Turner R et al 2007)
• Les fractures de l’extrémité distale du radius entraînent des résultats
non satisfaisants dans 20 à 30% des cas. De plus les fractures extra-
articulaires sont associées à une lésion du complexe fibrocartilagineux
triangulaire du carpe dans 35 à 40% des cas selon les auteurs. La
principale complication de ces lésions est l’instabilité de poignet qui
peut avoir des conséquences fonctionnelles non négligeables
Problématique

• D’après notre expérience aux terrains de stage de 3 ans, des


observations participantes et selon les résultats de certains entretiens
préliminaires menés avec les kinésithérapeutes, il s’est avéré que la
prise en charge classique de cette fracture ne garantit pas une
récupération fonctionnelle rapide
• Nous avons décidé alors d’entamer cette recherche concernant la prise
en charge kinésithérapique des fractures de l’extrémité distale du
radius
But de recherche :

• Décrire la prise en charge kinésithérapique de la fracture de l'extrémité


distale du radius au niveau des services de rééducation de la région
Tanger-Tétouan.
Question de recherche:

• Quel sont les éléments de la prise en charge kinésithérapique


des fractures de l'extrémité distale du radius au niveau des
services de rééducation de la région Tanger-Tétouan ?
Cadre de référence

Connaissance théorique et
compétence pratique d’un
kinésithérapeute

Plan de traitement
La prise en charge kinésithérapique de la fracture
kinésithérapique de la fracture de l'extrémité distale du radius
de l'extrémité distale du radius
Amélioration de la
proprioception du poignet

Prévention de l’évolution vers


l’instabilité par l’économie
articulaire et l’ergonomie
La phase méthodologique
Devis de recherche
Type de l’étude

aspects éthiques Milieu de l’étude

Méthode d’analyse Population de


des données l’étude

La méthode de
collecte des Echantillonnage
données
La phase empirique
Présentation des résultats obtenus par le
questionnaire :
Le sexe le plus touché par la fracture de l'extrémité distale du radius :

100%
90%
80%
70%
60%
50% 89.47%
40%
30%
20%
10%
0% 10.53%
Fémimin

Masculin
La fréquence de la prise en charge kinésithérapique de la fracture de
l'extrémité distale du radius :

100%
90%
80%
70%
60% 57.89%
50%
40% 26.32%
30%
20%
10%
15.79%
0%

Rarement
Souvent

Quotidiennement

Rarement Souvent Quotidiennement


la présence ou non d’une formation spécifique dans la prise en charge
kinésithérapique de la fracture de l'extrémité distale du radius :

21.05%

78.95%

Oui
La précision du diagnostic : « type de fracture » que présente le patient de la
part du médecin traitant :

26.32%

73.68%

Oui Non
L’influence de la non précision du type de la fracture de la part du médecin
traitant sur la récupération du patient :

15.79%
Non

84.21%
Oui

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90%


La réalisation des bilans kinésithérapiques :

21.05%

78.95%

Oui Non
Les éléments de la rééducation de la fracture de l'extrémité distale du radius :

la mobilisation passive 100%

la mobilisation passive sous décoaptation 15.79%

l'éléctrostimulation 5.26%

la cryothérapie 10.53%

le renforcement musculaire 100%

les orthèses de fonction 21.05%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%
l’utilisation des exercices proprioceptifs :

15.79%

84.21%

Oui Non
Le respect des conseils d’hygiènes de la part des patients :

100%

90%

80%
68.42%
70%

60%

50%

40%
31.58%
30%

20%

10%

0%
Oui Non
Discussion des résultats :

• On peut constater d’après les résultats qu’il y a une prédominance du sexe


féminin.
• Plus de la moitié des kinésithérapeutes interrogés (58%) confirment qu´ils
reçoivent souvent des patients souffrants de la fracture de l’extrémité distale
du radius ce qui traduit que cette pathologie constitue une charge morbide
importante pour le service.
• En ce qui concerne la prise en charge kinésithérapique de la fracture de
l’extrémité distale du radius et selon les résultats obtenus plus de la moitié
des kinésithérapeutes n’ont reçues aucune formation spécifique en matière
de la prise en charge de la fracture de l’extrémité distale du radius, cela peut
être considéré un facteur influençant sur la qualité de cette prise en charge
en ce qui concerne l’application de nouvelles méthodes thérapeutiques.
Discussion des résultats :

• En ce qui concerne la fiche de traitement du malade, les résultats


montrent qu´elle manque de prescription sur le type de la fracture de la
part du médecin traitant, ce qui pose un point d’interrogation sur
comment s’effectue la prise en charge kinésithérapique et selon quel
protocole médical.
• Une prise en charge optimale peut se faire uniquement par un bon
bilan, la réalisation des bilans kinésithérapiques s’avère importante
pour diriger le plan de traitement. On a dénoté que sauf 21.05% des
kinésithérapeutes réalisent les bilans kinésithérapiques avant de
débuter le plan du traitement,
Discussion des résultats :

• D’après notre étude, on a constater que les kinésithérapeutes négligent


presque totalement de prendre en considération les nombreuses
séquelles invalidantes rencontrées Par l´utilisation des techniques plus
spécifiques à la fracture de l’extrémité distale du radius tel que la
proprioception, la cryothérapie et orthèses de fonction
• Concernant la proprioception on a trouvé que la majorité des
kinésithérapeutes (84.21%)n’utilisent pas des exercices proprioceptifs
• le problème qui se pose c’est que les patients ne respectent pas ces
conseils d’hygiène (68%) ce qui favorise le risque des complications.
Les suggestions et recommandations

• - L’élaboration d’un programme de formation adéquate et


complémentaire pour les médecins traumatologues - orthopédistes et
les Masso-kinésithérapeutes, permettrait d’améliorer et d’informer sur
les éventuels progrès.
• - les personnes concernées doivent posséder le maximum de
compétences et d’informations afin de mettre leur savoir au service de
leurs patients.
• - Le renforcement du travail d’équipe (collaboration entre les
médecins traumatologues - orthopédistes et les Masso-
kinésithérapeutes) dans la mesure du possible serait bénéfique et paraît
indispensable afin de négocier chaque étape évolutive.
Les suggestions et recommandations

• - La sensibilisation du personnel soignant (médical, paramédical), sur


l’intérêt du suivi de l’état de leurs patients
• - l’équipement des services de Rééducation en matériels adaptés pour
faciliter la réalisation des gestes thérapeutiques.
Conclusion

• Dans cette étude nous avons essayé de bien comprendre le sujet par le recours à
certains écrits qui nous ont donné une vue d’ensemble sur le plan théorique et pratique
et d’explorer les connaissances des kinésithérapeutes qui nous ont précisé les points
forts, les actions à mettre en place et les points à améliorer.

• Quelques soient les résultats nous avons développé un sujet d’intérêt pour notre
profession afin d’enrichir les connaissances des enquêtés sur le volet de la FEDR et sa
prise en charge kinésithérapique
• Nous ajoutons que l’étude n’a pas été indemne de difficultés que nous avons
aplanies par notre persévérance et par l’intervention de nos enseignants et
encadrants.
• Nous souhaitons que la présente étude sois revue et développée par une autre
méthodologie afin de répondre à la question de recherche.
• Et en fin Nous souhaitons avoir vous présenter un document d’intérêt dans l'attente
de votre avis favorable sur ce sujet .