Vous êtes sur la page 1sur 38

École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme

Exposée sur :

Réaliser par : Chargé d’atelier:


Mr. BAGHLI
Mr. MEZOUED

Année universitaire : 2005 / 2006


Plan de travail:
1- définition et l’histoire du métal.
2- les avantages d’une ossature métallique.
3- Fonctions essentielles et composition de la structure.
4- Les principaux marchés de la construction métallique.
5- la structure mixte. 6-les fermes.
7- Systèmes porteurs usuels et le contreventement.
8- Utilisation de l’acier dans les seconds œuvres.
9- Moyens d’assemblages.
10- Protection contre l’incendie.
11- étude d’exemples.
11- Essor de la construction métallique.
12- Conclusion.
13- Bibliographie.
Définition de métal:

D’après Larousse:

produit constitué d'un corps métallique ou d'un alliage CHIMIE


corps simple, solide cristallin, caractérisé par une importante
conductivité thermique et électrique, son éclat caractéristique, et
une tendance à former des ions positifs .
Historique de la construction métallique:
le fer a commencé à faire son apparition comme matériau de
construction au milieu de XVIII siècle. Ses fonctions principales étaient
essentiellement l’ornementation et le renforcement des ossatures. Le
rôle de nombreuses pièces métallique était aussi de maintenir les pierres
dans leurs position initiale par agrafage. A la fin de cet siècle les pièces
métalliques composait l’ossature principale des constructions.

Le fer fut utilisé essentiellement pour ses qualité de légèreté


structurelle en accord avec les règles d’une architecture de verre ou la
pénétration de la lumière au sein des espaces intérieurs était privilégié.

L’expansion soudaine des villes et du commerce encouragea la création


d’ouvrages très différents ( halles, bâtiments publics, commerces,
passages couverts, marquises… ) privilégiant l’utilisation de ces deux
matériaux.
A la fin du XIX siècle : l’apparition d’un nouveau matériau appelé acier
dérivant du fer, modifiant une fois encore l’environnement de la
construction.
1ère moitie du XX siècle : l’acier subit la forte concurrence du béton, il
fut utilisé de plus en plus dans l’industrie pour ses capacités
économiques, mécaniques et légèreté.

2ème moitie du XX siècle : la période après la seconde guerre mondiale


fut caractérisée par un besoin urgent de reconstruction. La
construction métallique bénéficier d’une industrie métallurgique très
forte pour des raisons militaires et l’acier devient comme étant un
matériau de construction.

Les années 70 : furent marquées par l’apparition d’un nouveau courant


architectural High-tech basé sur la mise en valeur de la haute
technologie.
LES CARACTERISTIQUES DES METAUX DE CONSTRUCTION:
- la résistance a la traction et la compression .
- la dilatation.
- la densité.
- la corrosion.
LES AVANTAGES DE L’ACIER:
- Grandes portées.
- section réduit des poteaux.
- hauteur élevée du bâtiment.
- poids réduit sur les fondations.
- souplesse de division de l’espace : réaliser des grandes surfaces sans porteurs
verticaux, donc sans gène pour la division de l’espace.
- comportement en cas de séisme.
- structures démontables.
- économique.
les avantages d’une ossature métallique:

l'acier propose un large éventail de produits qui peuvent prendre part à


plusieurs parties d'ouvrages au sein d'une construction. A partir
d'éléments industrialisés ou fabriqués en atelier, la construction
métallique se caractérise tout d'abord par un système poteaux poutres
offrant de nombreux avantages:

*Les poutres treillis soudées allient grande portée, rigidité, solidité,


esthétique et rapidité de montage.
*Compatibilité avec tout support (PRS, treillis, béton, lamellé-collé...).
*Installation de chantier réduite : diminution des coûts.
*Appuis ponctuels : liberté d'aménagement, allégement de la
structure, fondations ponctuelles.
* Rapidité de montage : réduction des frais sur la durée de chantier.
* Aspect environnemental : gestion des déchets de chantier, modularité
et redistribution des locaux, démolition déconstruction.
Fonction essentielle et composition de la structure:

a- assurer la stabilité :

C'est la première fonction de la structure d'un bâtiment.


Pour cela, il faut définir et inventorier les charges à reprendre, adopter les
grandes options structurelles (schéma statique, gamme de sections, mode
d'assemblage) puis évaluer le dimensionnement des pièces de cette structure
en fonction des caractéristiques du matériau employé et des déformations
admissibles.
En outre, la structure doit aussi permettre de répondre aux contraintes
climatiques (neige et vent), conserver sa stabilité en cas d'incendie et assurer
la capacité de fonctionnement du bâtiment en rapport avec sa destination.

Dans le cas de l'acier, la structure d'un bâtiment est constituée à partir


d'éléments linéaires (poteaux, poutres) ou surfaciques (planchers) associés
par des liaisons. Ils forment ainsi deux ensembles distincts : l'ossature et les
planchers.
b- L'ossature : le squelette du bâtiment:

Élément de base de toute construction


métallique, elle est essentiellement composée
de barres d'acier laminées et profilées. Son
premier rôle est d'assurer la solidité de
l'ouvrage en transmettant les charges
permanentes, variables et accidentelles
vers le sol des fondations ou les infrastructures.
Ces charges peuvent être verticales comme le
poids propre du bâtiment et les charges
d'exploitation Liées au vent et à la neige, elles
ont alors des composantes horizontales et
verticales.

c- Les planchers : plans horizontaux rigides:

Ils participent pleinement au bon comportement de l'ouvrage et aux reprises


de charges. En effet, ils sont conçus pour supporter :
- les charges verticales, issues du poids propre du bâtiment et des charges
d'exploitation,
- les charges horizontales liées aux conditions de vent.
Les principaux marchés de la construction métallique :

Le bâtiment avec une prédominance du marché des bâtiments industriels et


agricoles devant ceux des bâtiments de type sociaux, culturels, commerciaux
ainsi que des immeubles de bureaux,etc.

Les ouvrages d’art avec les ponts de tous types : routiers, autoroutiers,
ferroviaires, fixes ou mobiles haut bannés, suspendus.

Ainsi qu’un certain nombre d’ouvrages métalliques divers, fixe ou mobile…


Le viaduc de Garabit
La structure mixte :
Plancher mixte avec connecteurs acier-béton :

Types de poteaux mixtes acier-béton.


Exemple d’une façade de bâtiment avec
panneaux préfabriqués en béton :
LES FERMES:
Sont constituées par l’assemblages de poutres métallique , elles
supportent le poids de la toiture et reposent sur les poteaux et colonnes
de l’édifices .

1.Fermes a une seule pente :


la construction la plus simple et celle
constituée par deux murs parallèles , l’un le
plus haut que l’autre , la toiture étant
supportée par des arbalétriers reposant sur
ces deux murs.
Pour augmenter la rigidité , on dispose
souvent un tirant en acier (poutre)disposer
horizontalement .
2. Ferme a deux pentes égales :
Fermes Américaines

est constituée par deux arbalétriers disposés


symétriquement et réunis par un entrait .
Les fermes simples servent à l’édification des Fermes Anglaises

hangars. Elles peuvent avoir des auvents qui


finissent bien la construction .
Fermes Belges

3. Fermes a deux pentes inégales: Fermes Polonceau

Le versant le plus incliné et couvert de vitres et orienté vers le nord .


Pour obtenir de très vastes ateliers , marchés couverts ; hangars …. On
groupe les fermes appelées sheds ou combles en dents de scie les unes à la
suite des autres .

Perspectives schématiques de halles en shed.


4.Fermes cintrées:
on les construit pour obtenir des
salles très vastes et très hauts
sans barres métalliques gênantes.
on obtient des portées très
grandes de 50 à 150 m .
cas général sans génératrices sans arcs

5- La structure plissée :
Est une structure spatiale formée par la
juxtaposition des surfaces planes ( les pans
) de façon à former une surface prismatique
ou pyramidale.
Profilés laminés Profilés renforcés
LES POTEAUX :
Supportent le poids des
construction, il subissent un effort
permanent de compression en même
temps que des efforts
accidentelles de compression, dus Profils composés à Profils creux
aux surcharges accidentelles de âmes pleines
neige et des efforts de flexion dus
au vents.

Montant à inertie variable Montant à baïonnette


Systèmes porteurs usuels:
1) Ossature articulée :
les avantages sont :
* des nœuds de conception et d’exécution simple.
* un montage rapide de l’ossature.
* un réglage facile non sensible aux tolérance de
fabrication.
* des poteaux essentiellement comprimés.

Les inconvénients :
* des sommiers en poutre simple de grande dimension ou des sommiers
double continus.
* le transfert des efforts verticaux des poteaux interrompus à travers
les sommiers, qui n’est possible à partir d’un certain nombres d’étages.
* la présence des contreventements qui peuvent être gênant.
2) Ossature a noyau central :

a) Structure simple :
utilisé pour transmettre toutes les
forces horizontales au moyen des
dalles ou des contreventements de
plancher. Elle est construit en béton
armé ou en acier ou par une structure
mixte. Il possible d’avoir deux noyaux.
b) Structure suspendue :
il s’agit en fait d’une série de
planchers suspendues à un chapeau.
Les réactions d’appui des planchers
sont conduites vers le haut par des
suspentes et transmises au noyau
par de grandes poutres-consoles
constituant le chapeau.

3) Ossature en cadre rigide :


Réalisé pour éviter de disposer des contreventements gênant entre les
poteaux de la structure porteuse.
4) Structure en tubes :
Lorsque le plan de l’immeuble est compact ( proche
du carré ou du cercle ) on adopte comme un
système statique consiste en un double tube rigide
encastré dans le sole. Ou par la juxtaposition de
plusieurs tubes appelé structure en tube modulaire.
Types d’éléments de stabilisation:
Il existe plusieurs systèmes pour contreventer une ossature :
1- par des contreventements en treillis verticaux.
2- Par une structure en forme de cadres-portiques.
3- par des murs de refends en béton armé ou des diaphragmes métalliques.

Système tridimensionnel
Système transversal de contreventements.
Portiques de stabilisation.

Voiles et diaphragmes de stabilisation.


Disposition des contreventements:

la solution a : est la plus conventionnelle, La solution b : est la même, à part le


chaque contreventement de toiture fait que les contreventements de
transmit les effort horizontaux. toiture sont doublés.
La solution c : le vent La solution d : bien que comportant
longitudinal est équilibré par un contreventement de toiture
un seul contreventement de jouant le rôle de contreventement
long pan. longitudinal et de contreventement
transversal, est une solution instable.
Contreventement dans le plan de la toiture. Contreventement indépendant de toiture.

Chaque shed contreventé. Sous tirants et contreventement Sous tirants et contreventement


horizontale. dans le plan incliné de la toiture.
Utilisation de l’acier dans les seconds œuvres:

les éléments de second œuvre d’un bâtiment sont constitué principalement


par son enveloppe, soit la toiture ( y compris l’éclairage zénithal ) et les
éléments de façade ( y compris les portes et les fenêtres ).

Exemples :

Une façade légère constitue un remplissage par juxtaposition d'éléments autour


de points porteurs.

Les contre cloisons désignent la partie d'ouvrage placée à l'intérieur de ces


façades composites.
Autres couvertures:

Couvertures double peau à trames croisées:


Le principe d'une couverture double peau à trames croisées repose sur
l'utilisation de profilés nervurés de type plateaux assurant la fonction
porteuse.
Avantages principaux:
* Couverture légère (15 à
25 kg/m²)
* Facilité de mise en œuvre
* Franchissement entre
portiques
* Traitement de l'isolation
thermique
* Intégration du traitement
acoustique
* Esthétique

avec E 1 : espacement maximal de fixations et


E 2 : largeur utile entre plateaux.
Exemple de composition de façade de halle :

1- Montant de cadre
2- Revêtement intérieur
3- Revêtement extérieur
4- Fixation par boulon ou clou
5- Liaison par boulon ou rivet
6- Isolation
7- Joint thermique
Moyens d’assemblages :

1. Rivetage :
en s’assure de la bon exécution de rivetage
par un soudage au marteau .

2. Boulonnage :
procédé réservé au construction
provisoire et au montage sur chantier .

3.Soudage :
très employée actuellement , se procédé
nécessite un personnel qualifie et permet
une économie de poids appréciable .
Protection contre l’incendie :
L’auteur de projet doit prendre cette
protection en considération dès la
conception de l’ouvrage. Pour ce faire, il
dispose d’un ensemble de mesures de
protection telles que les moyens de
détection et d’extinction, le
compartimentage du bâtiment, le choix
de matériaux de second œuvre et, si
nécessaire, le protection des parties
métalliques elles-mêmes. Le concept d’extinction : schéma d’une
installation Sprinkler.

Le concept de surveillance :
détection, alarme et intervention.
Exemples internationaux de construction métallique:
Hall de la charpenterie à Orléans:

La Halle de marchés est située en centre


ville à Orléans. La superstructure
métallique support de la couverture, d'une
passerelle périphérique intérieure, et des
façades, est de type structure réticulée,
composée de 5 portiques parallèles d'une
portée franche de 27 m environ, et d'une
longueur d'environ 32 m. La couverture
légèrement cylindrique à grand rayon de
courbure est réalisée à partir de feuilles
longues en cuivre à joints de bouts, posée
sur un voligeage en bois. La sous face de
couverture est habillée d'un vaigrage en
bois , y compris les débords de toiture.

Le bâtiment comporte 4 façades réalisées


principalement à partir de modules de
vitrage agrafés fixés sur une ossature
secondaire haubanée.
Barrière de péage « Val de Loing »:
Structurellement, ce projet se caractérise
par la simplicité apparente de l'arc tubulaire
haubané permettant de s'affranchir d'un
seul trait de toutes les servitudes
inhérentes à ce type de programme.

La couverture est suspendue par


l'intermédiaire d'une ossature secondaire
support à une grande poutre centrale
haubanée inversée de 100 m de portée, de
type " poisson " réalisée en tubes cintrés.
Cette poutre repose à chaque extrémité sur
deux tabourets supports des mâts de
haubanage dont les éléments inférieurs sont
réalisés en PRS à inertie variable. Une
passerelle technique court toute le long de
l'ouvrage.

La couverture modulaire constituée


d'auvents translucides indépendants (5 x 14
m) réalisés en Everlight 610 et 610 avec
brise-soleil intégrés, permet, en fonction du
flot d'automobiles, de supprimer certaines
parties de couverture tout en conservant la
structure générale du bâtiment.
Maison de la culture du Japon à Paris:
la Maison de la Culture du Japon est construite sur onze étages dont 6 étages
de superstructure en charpente métallique, et 5 niveaux en infrastructure, et
s'étend sur une surface totale de 7500 m², dont 400 m² ouverts au public. Il
s'agit d'un établissement à vocation culturelle.

Le bâtiment est construit à partir de


deux systèmes constructifs différents
dont l'interface est réalisé au niveau
du rez-de-chaussée. Les infrastructures
sont en béton armé, les superstructures
sont en charpente métallique sauf pour
le noyau qui s'élève sur 6 niveaux et
abrite les locaux techniques ainsi que
les plénums de ventilation.

cette structure métallique est entièrement auto stable et divisée selon une
trame de 10,80 x 11,60 m. La stabilité est obtenue par continuité des
encastrements de portiques et poutres et permet de supprimer tout report
de charges horizontales en nez de bâtiment sur le noyau béton qui
ne reprend donc que des efforts verticaux par l'intermédiaire d'appuis
glissants. Pour éviter tout transfert acoustique entre superstructure et
infrastructure, l'ensemble de la superstructure repose au niveau du rez-de-
chaussée sur des appuis Néoprène fretté.
Toute l'ossature métallique est
réalisée en acier Fe 510.
Elle se compose de poteaux
circulaires articulés en pied ,
d'un réseau de poutres réalisées
en profilés laminés, dans lesquels
sont ménagés des réservations
pour la passage des fluides, de
planchers en bac collaborant
avec dalle béton. La stabilité au
feu d'une heure est obtenue par
flocage à base de gypse non
friable.

Sur les ailes inférieures des


poutres secondaires type IPE
alvéolaires viennent reposer les
bacs acier supports de plancher
ainsi qu'une dalle béton de 12
cm. Tous les fluides circulent
ainsi dans la hauteur des fers.
Ce système permet d'envisager
le réaménagement des plans
d'étages sans travaux
importants.
Essor de la construction métallique:

Après avoir largement contribué à la reconstruction de certains


pays à l’issue de la deuxième guerre mondiale, la construction
métallique s’est profondément transformée avec l’introduction
de l’informatique dans ses métiers et méthodes, d’abord en
bureau d’études pour les notes de calculs puis en atelier avec
l’apparition progressive des machines à commande numérique
enfin avec le dessin assisté par ordinateur.

Aujourd’hui les concepteurs abordent ce matériau avec plus de


facilité et d’aisance ,c’est un matériau qui offre beaucoup de
possibilités aussi bien techniques qu’esthétiques .
Conclusion:

L’acier n’est plus l’apanage des ouvrages d’arts, des bâtiments


industriels ou de quelque réalisations de l’architecture contemporaine.
Il investie l’espace quotidien, bureaux, écoles, hôtels, logements,
équipements publiques.

La conception de l'ossature porteuse est une étape importante de


l'élaboration d'un projet. Par une prise en compte pertinente de ses
propriétés caractéristiques, le matériau choisi oriente les modes
constructifs et conditionne la conception.
Bibliographie:

- La charpente métallique : conception et dimensionnement


des halles et bâtiments.
- Le choix du matériaux métalliques
- La charpente métallique : tome 1 et 2.
- Architecture intérieur crée N° : 252.