Vous êtes sur la page 1sur 10

UNIVERSITE PARIS IX DAUPHINE - ECOLE DOCTORALE DE GESTION, COMPTABILITE, FINANCE (EDOGEST)

CNRS (UMR 7088) DRM - DAUPHINE RECHERCHES EN MANAGEMENT / CREFIGE

Les rôles du contrôle et des contrôleurs de


gestion financiers dans les grandes entreprises

Gilles DAVID

Soutenance en vue de l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches

Jury :
Henri BOUQUIN, Professeur à l’Université Paris IX-Dauphine
Yves De RONGE, Professeur à l’Université Catholique de Louvain-La-Neuve
Serge EVRAERT, Professeur à l’Institut d’Administration des Entreprises de
Bordeaux
Anne PEZET, Professeur à l’Université Paris IX-Dauphine
Robert TELLER, Professeur à l’Institut d’Administration des Entreprises de Nice
Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

Plan de la soutenance

1. Origine et question de recherche

2. Périmètre et méthodologie

3. Résultats

4. Travaux actuels

2 G. David - 14 septembre 2006


Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

1. Origine et question de recherche

11 années :

entreprise,

enseignement – recherche,

communications, articles et contributions à des


ouvrages collectifs.

Une question : quels sont les rôles du contrôle et des


contrôleurs de gestion financiers dans les grandes
entreprises ?

3 G. David - 14 septembre 2006


Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

1. Origine et question de recherche

Conséquence :

de mon parcours et de mes observations en entreprise,

d’une certaine insatisfaction vis-à-vis d’une littérature


normative et critique.

David et Zrihen (1995) ; David (2005a) ; David (2005b)


4 G. David - 14 septembre 2006
Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

1. Origine et question de recherche

Un recherche de sens (signification et direction) dans


une perspective à dominante « constructiviste ».

5 G. David - 14 septembre 2006


Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

2. Périmètre et méthodologie

A partir d’ études de cas :

1. longitudinales avec observations participantes (SNCF,


SNCF Participations, Renault),

2. « ponctuelles » avec entretiens (LVMH, Valéo,


Securitas, Pernod-Ricard, TF1, Hermès-Sellier, La
Poste, la DGA,…)

6 G. David - 14 septembre 2006


Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

3. Résultats

Un constat :

des architectures de planification et de contrôle


similaires dans les entreprises étudiées (Simons, 1990),

un contrôle stratégique dominant (Goold et Campbell,


1987).

David (2007)
7 G. David - 14 septembre 2006
Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

3. Résultats

1ère catégorie de résultats.

Trois rôles identifiés (+1 en ajoutant la maîtrise des FCS) :

1. « garde fous » (Miller et Friesen, 1982 ; Simons,


1995),

2. porteurs et vecteurs de valeurs sociales/soucis


(A.O.S.),

3. sources d’apprentissages et de savoirs (Kloot, 1997 ;


Bollecker, 2002 ; Bouquin, 2004).

David et Zrihen (1996) ; David (1999) ; David et Nabet (2002) ; David et Kuszla (2003) ; Kuszla, Allérès, David (2004) ;
David (2004)
8 G. David - 14 septembre 2006
Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

3. Résultats

2ème catégorie de résultats.

A l’intérieur de la « boîte noire » :

utilisation et construction « émergentes » des


dispositifs de contrôle de gestion financier,

rôles des contrôleurs de gestion financiers :

1. maîtriser les dysfonctionnements de dispositifs de


management,

2. garantir un apprentissage permanent autour de


ces dispositifs.
David (2007)
9 G. David - 14 septembre 2006
Les rôles du contrôle et des contrôleurs de
gestion financiers dans les grandes entreprises

4. Travaux en cours

Un ouvrage sur les « dimensions oubliées du gouvernement et


du contrôle dans les grandes entreprises ».

Recherches actuelles :
mise sous tension du management dans le groupe
Renault,
la logique économique dans les processus de
développement de nouveaux produits,
utilisation de cibles, d’engagements et de plafonds
budgétaires,
comparaison du contrôle des investissements de plusieurs
entreprises.
10 G. David - 14 septembre 2006