Vous êtes sur la page 1sur 54

Dr M.

MEGUEDDEM
Métaux toxiques principaux

Al

Ni
Cr

Be
Pb

As
Cd
Hg

Métaux essentiels potentiellement toxiques


Fe

Se

Zn
Co
Cu

Mo
Mn
Mg

Métaux nobles
Pt
Au

Ag

Métaux toxiques mineurs


V
Tl

Ba
Sn

Sb

Métaux radioactifs
U
Sr

Pu
Ra

Cs
Th
Cr - Al
 Le Chrome est un oligoélément présent dans les tissus
S/F III.
 C'est un métal ubiquitaire qui présente principalement
3 valences: (+2), (+3), (+6).
 Il est produit à partir de chromite de Fer (Fe O2 Cr O3)
par grillage et extraction S/F de Chromate qui est
réduit ensuite en Cr métal
 C'est un métal blanc grisâtre, très résistant à l'usure,
dur, insoluble dans l'eau.
 Sa toxicité varie en fonction des dérivés:
◦ Les sels Divalents (+II): Très instables dérivés
(III).
◦ Les sels Héxavalents (+VI):
Bichromate (Cr2 O72-); Chromate (Cr O42-) .
◦ Les sels trivalents (III): les plus stables les plus
fréquents dans la nature

 Les effets toxiques sont de nature  Allergique et


Cancérogène.
 Production d'alliages résistant à la corrosion: acier au
Cr (Ferrochrome).
 Chromage électrolytique: la pièce métallique à
recouvrir de Cr est placée comme électrode dans une
solution d'Acide chromique additionnée d’acide
sulfurique. Pendant le processus d'électrolyse des
fumées brun rougeâtre contenant 60% d'Acide
Chromique sont libérées dans l'Atmosphère.
 Chromage épais  exposition importante au Cr
Chromage mince  exposition faible au Cr
 Fabrication de chromate et de bichromates à partir
du chromate de fer : application: tannerie,
imprimerie, teinturerie, photographie, industrie de
peintures …
 Addition de chrome dans les briques réfractaires
pour hauts fourneaux.
 Utilisation du Cr (III) en tannerie.
 Utilisation d'anhydride chromique comme
pesticide pour traitement du bois.
 Soudage d'alliages à base de chrome.
 Il se trouve à l'état de traces dans (ciment, eau de Javel,
bandes magnétiques..) à l'origine d'allergie cutanée. Il
est retrouvé également dans la fumée de tabac.
 Origine alimentaire par:
 Les différents traitements que subit l'aliment;
 Solubilisation des formes minérales du sol

Normes (C.E) : 10 mg/Kg Cr(III)


0.05 mg/Kg Cr(VI)
1) Absorption:
 La toxicité du Cr est due surtout a ses D' (VI) .
Cr (VI) Cr(III) + Cr(v) très réactionnel .

• Absorption digestive: le taux d'absorption varie en


fonction:

 la forme digestive: les sels III sont très faiblement


absorbés , les Chromates sont absorbés à des taux
plus importants ,

 Le F.T.G contenant du Cr III a une absorption de 25%.

 l'age : absorption diminue avec l'age.

 Le diabète: le diabétique absorbe 2 à 4 fois plus de


Cr que le sujet normal.
*Absorption Pulmonaire : principale voie
d'absorption en milieu industriel.
 Les dérivés solubles traversent la paroi
alvéolaire ( ф <1µm )

* Absorption Cutanée.:
 seul les D'(VI) passent la barrière cutanée.
 Le Cr métal et III ne traversent pas cette barrière.

2) Transport :
 Dans le sang le Cr (VI) est lié à la transferrine.
3) Métabolisme:
 Cr métal n'est pas métabolisé.
 Cr (VI) subit une réduction enzymatique en Cr III
+ substrats

4) Stockage :
 Accumulation :
* Foie- Utérus –Rein –Os- Poumons – Rate (Taux
élevés)
* Cerveau- Muscles – Testicules (Taux bas )

5) Elimination:
principale voie d'élimination: urinaire à 80%
sous forme de Cr (III).
autres voies : fécale – cheveux.
 Dérivés VI:

pouvoir oxydant vis-à-vis des molécules


organiques
perturbation de la synthèse des protéines.
Diminution de taux d'Acide ascorbique par le
bichromate dans le sang et les surrénales.
Formation des radicaux libres.
 Dérivés III:

- Rôle de Cofacteur de l‘Insuline, sa


diminution entraîne une diminution de la
tolérance au glucose.
- Hyperlipidémie : augmentation de la
synthèse du cholestérol hépatique.
- Affinité pour les protéines :
complexe haptène – protéines
(initiateur de la sensibilité cutanée).
1) Toxicité aiguë:
* Par ingestion:
Action caustique – inflammation du T.D –
gastroentérite hémorragique , ictère –
(Insuffisance rénale aiguë – oligurie
intoxication au bichromate de K )
* par inhalation de vapeurs chromiques
irritation trahéo bronchique Sévère.
Effets sur la peau :
 Lésions orthogéniques: Le Cr III: ulcérations cutanées
" pigeonnaux" situées sur la face latérale des doigts, face
dorsale des mains , avants bras ( bracelets de chrome )
 Ulcérations de 3 à 4 mn , douloureuses ou indolores , de
forme arrondie, entourées d'un bourrelet dur et corné ( peut
persister des mois voir des années) = Dermatoses des
Cimentiers.
 Lésions allergiques: Cr VI: dermites eczémateuses chez les
sujets manipulant le ciment, les ménagères...
Localisation: avants bras et mains.
 Effets pulmonaires :
 Cancer bronchopulmonaire (CrVI)
 Allergie respiratoire: asthme bronchique (CrIII moins
agressif)
 Effets sur l'appareil .O.R.L:
 Ulcération de la cloison nasale (CrVI).
 Ulcération des lèvres, liséré gingival gris jaunâtre.
 Effets sur les reins : lésions tubulaires (Cr VI)
 Effets digestifs: inflammation – ulcération …..
 Effets hématologiques: anémie – hyperleucocytose
( PN et éosinophiles )
 Traitement d'urgence: en cas de projection
cutanée : rincer à grand eau (15')
 Traitement chélateur: EDTA calcique: efficace,
utilisé avant la phase anurique.
VIT C : réducteur du Cr VI
 Epuration extra rénale: dialyse péritonéale à
l'intoxication aiguë .
 Traitement des intoxication chronique:
 Dermatoses: acétate d'Al 1 % (pansements),
 Atteinte
hépatique: régime riche en
vitamines, protéines et hydrates de carbone.
Collective:
 Aspiration des poussières et fumées.
 Contrôle des concentrations atmosphériques.
Individuelle :
 Education sanitaire du personnel.
 Port de vêtements appropriés + masque + gants,
ne pas fumer au travail.
 Douche .
Médicale:
 A l‘Embauche: écarter les porteurs de lésions
rénales, cutanées, gastriques, pulmonaires…
 Surveillance:
* Examen cutané etpulmonaire.
* Dosage du Cr urinaire (Indicateur d'imprégnation
au Cr)
MAC = 30 mg/g créatinine.

Le Cr est inscrit dans le tableau N°10 des maladies


professionnelles.
 Métal blanc de faible densité, bon
conducteur de chaleur et de l'électricité.
 L'affinité de l'Al pour l'oxygène est telle qu'il
est rapidement recouvert d'une couche
protectrice d'oxyde d'Al (Al2O3) ou Alumine
qui empêche une attaque progressive par
L'o2 (affinité élevée pour L‘O2) inoxydable.
 Son principal minerai: La Bauxite contient plus

de 40% d'Alumine pure.

 C'est le plus répandu dans la nature S/F

d'Alumine anhydre (Al2O3) ou hydratée.. (Il

constitue 8% de l'écorce terrestre).

 Facilement dissout par HCl. Non dissout par

HNO3.
 oxyde anhydre (Al2O3), oxyde hydraté (Al(OH3)),
Aluminates (sels d'un acide aluminique),
Composés hydrogénés, Composés halogénés
(fluorures (AlF3), chlorures (AlCl3), Alums (sels
doubles dAl et d'un métal alcalin ou
d‘Ammoniac), Aluminosilicates (sels complexes
Kaolin, Argile).
 Vu sa résistance et sa légèreté, l'Al est utilisé dans
de nombreuses constructions mécaniques.
 Ustensiles (bon conducteur de chaleur).
 Réducteur puissant dans l'industrie chimique.
 Matériel d'emballage pour aliments.
 Production d'alliage + Encres d'imprimerie.
 L'émeri est une forme d'oxyde d'Al qui sert au
polissage des métaux.
 Le sulfate d'Al (Al2 (So4)3) est utilisé comme agent de
mordançage dans l'industrie textile.
 Médecine: les dérivés d'Al (phosphate d'Al
colloïdal et l'hydroxyde d'Al) sont utilisés dans
 les préparations anti diarrhéiques et
antiacides,
 l’Eau de Dialyse non purifiée.
 Agriculture: phosphure d'Al dans les Raticide
 Al est retrouvé aussi dans les végétaux (taux < 1
ppm) et les tissus d'animaux (Taux ≤ 2 ppm).
Absorption
 Digestive:
 Très faible mais peut être augmentée par la
PTH.
 Formation de phosphates d'Al insolubles par le
tractus digestif
 Pulmonaire: + + + en milieu Industriel
Les poussières d'Alumines lors du concassage
sont très fines, traverssent les voies lymphatique
puis le sang.
 Parentérale: chez les Insuffisants, rénaux au
cours des séances d'hémodialyse.
Transport:
 En grande partie par les Proteines:
 60 – 70% (Transferrine)
 10 – 20% (Albumine)
Stockage:
 Poumon – foie +++ - Cerveau ++ - Os++
Chez hémodialyse

Elimination:
 Elimination fécale à plus de 70%
1) Compétition avec les dérivés phosphorés et
phosphorylés:

Al + PO4 AlPO4 (précipité)


 favorise l'élimination fécale et diminution de
l’absorption Intestinale

 diminution de son incorporation aux


phospholipides et les A.N

 Diminution de l’ATP qui provoquera une


diminution du glycogène et une augmentation
de Acide pyruvique hépatique.
2) Interférence avec d'autres métaux:
 Fer : Al se fixe à la transferrine entrainant une
anémie microcytaire
 Mg : par perturbation du métabolisme du Mg qui
agit comme cofacteur de HK

3) Action sur la sécrétion de la PTH:


une Intoxication à Al entraine une diminution de
70% de la sécrétion de PTH
=
perturbation des constituants osseux
(ostéomalacie).
1) T. Aiguë:
Inhalation de vapeurs fortement concentrées :
toux, dyspnée….
projection cutanéomuqueuse de Dérivés alkyles
d'Al : brûlures chimiques

2) T. Chronique: chez les Hémodialysés:


 Effets sanguins: anémie microcytaire

 Effets osseux: ostéomalacie avec Arthralgie,


douleurs osseuses puis surviennent des
fractures spontanées
 Effets neurologiques: encéphalopathie du
dialysé.

 Effets respiratoires: une inhalation répétée


bronchite chronique "chimique".

 L’Asthme survient au bout de quelques mois


ou années d'exposition :
toux – dyspnée – oppression thoracique et
fibrose pulmonaire
- Examen biologique:
 Urines: Al4 (Intensité de l'exposition)
V.N: < 50 µg/g.
 Sang : V.N < 1 µg/100 mL
 phosphatases acides et alcalines
 Taux ATP
 L.C.R
- Examen Anatomopathologique:
 Poumon : gris – noirâtre à l'examen
macroscopique
 Lésions au niveau du cortex cérébral
- Examen Radiologique
 En cas de projection cutaneomuqueuse
 Rincer abondamment à l'eau
 Appliquer des pommades à la Vit A

 Traiter l'encéphalopathie et la fibrose pulmonaire

 Traitement chélateur au:


Désferal * = Deferoxamine

L'Al est inscrit au tableau n°8 des maladies


professionnelles du régime général.
Zinc
Sous leur forme électriquement chargée,
dénommées les cations, certains métaux sont
indispensables à la vie.
Parmi les plus abondants, on trouve le Fer (Fe)
et le Zinc (Zn).
D'autres ne sont essentiels qu'à faible dose,
comme le Cobalt (Co)
=
Oligoéléments.
 Le Zn a été découvert par Andreas Marggraf
(Allemagne) en 1746.
 Étymologie du nom: vient de l'allemand Zink.
 C’est l'un des oligo-éléments les plus abondants
 Le zinc est un métal bleu-gris. Il réagit avec les
bases et les acides. Il ternit au contact de l'air.

 On trouve du zinc dans les minerais de zinc: la


sphalérite (ZnS), la calamine, la franklinite, la
smithsonite (ZnCO3), la willémite et la zincite
(ZnO).
PRINCIPAUX COMPOSÉS ET USAGES :
SOURCES D’EXPOSITION
• feu de foret ;
• activité volcanique ;
• extraction, métallurgie du zinc ;
• galvanisation ;
• production d’alliages ;
• pigments : peintures, émaux, matières
plastiques ;
• revêtement protecteur dans le bâtiment ;
• industrie pharmaceutique ;
• cicatrisant, astringent, antiseptique ;
• noix, noisettes, ail, lait, viande, œufs,
poissons et les légumes.
TOXICOCINETIQUE

 La pénétration du zinc dans l'organisme se fait

principalement par voie orale (via la nourriture).

 En milieu professionnel, par inhalation

 La voie cutanée reste marginale, bien que le zinc

fasse partie de certaines préparations

pharmaceutiques ou cosmétiques.
 Absorbé il est transporté de façon active au
niveau du plasma . Il est en majorité complexé à
l'albumine ou certains acides-aminés.
 Il se distribue au niveau de l’os et les muscles
qui contiennent respectivement 30 et 60 % de la
quantité totale de zinc présente dans le corps
mais aussi au niveau foie, le tractus gastro-
intestinal, les reins, la peau, les poumons, le
cœur, le cerveau et le pancréas;
 Des concentrations élevées en zinc ont été
également détectées au niveau de la prostate,
de la rétine et du sperme
 Le zinc diffuse lentement à travers le
placenta, il passe aussi dans le lait maternel.
 La voie d'élimination du zinc inhalé est peu
connue.
 Le zinc ingéré est excrété principalement par
voie fécale et en moindre degré par voie
urinaire. Une faible partie du zinc est
également éliminée par la salive, les cheveux
et la sueur.
MODE D’ACTION
Physiologique :
• Le zinc est un oligo-élément abondant chez
l’homme, il intervient dans :
• l’activité anti-oxydante ;
• la croissance ;
• le développement osseux et cérébral ;
• la reproduction ;
• les fonctions immunitaires ;
• la cicatrisation des blessures ;
 Les quantités journalières recommandées en
zinc sont de 10mg chez l’enfant et 12-15 mg
chez l’adulte.

 Le zinc joue le rôle de cofacteur pour plus de


200 systèmes enzymatiques.
Toxique :
 Les sels de zinc sont astringents, corrosifs
pour la peau, irritants pour le tractus digestif.
 Ce sont donc des émétiques quand ils sont
administrés par voie orale, mais comme ils
sont très peu absorbés, le danger
d’intoxication général est faible.
TOXICOLOGIE CLINIQUE :

toxicité Aigue:
 En milieu professionnel, L'exposition aux
fumées peut causer la "fièvre des fondeurs",
caractérisée par les symptômes suivants :
gorge sèche et douloureuse, toux, dyspnée,
fièvre, douleurs musculaires, céphalées et
goût métallique dans la bouche, Des effets
cardiaques et gastro-intestinaux.
 Par voie orale, le zinc entraîne les symptômes
suivants :
 Vertige,
 difficulté à marcher et à écrire
 mais pas de lésions gastro-intestinales.
Toxicité chronique
 problèmes gastro-intestinaux. Des douleurs
abdominales ou épigastriques, des nausées,
des vomissements, des ulcères et des épisodes
de constipation.
 des cas d'anémies ont été décrits chez des
personnes supplémentées en zinc durant de
longues périodes (1 à 8 ans).
Normes :

 Zinc plasmatique = 0.6-1.3mg/L ;

 Zinc sanguin total = 4- 7.5 mg/L ;

 Zinc urinaire = 0.1-1mg/L

 Eau < 3 mg/L.


 Prévention médicale :
 Examen de pré-embauche
 Surveillance des travailleurs / examens
biologiques
 Prévention technique :
 Individuelle :
 Port de vêtement s et de lunettes de protection
 Douche en fin de travail
 Collective :
 Education sanitaire du personnel
 Ventilation adéquate
 Contrôle des concentrations atmosphériques
 Propreté rigoureuse des lieus de travail
 Décontamination des sites de travail
Cr, Al, Zn
 Le toxicologue a à sa disposition une large gamme de techniques
utilisables pour l’identification et la quantification des métaux
dans différents échantillons .

 Les limites de détection de ces techniques sont de l’ordre du ppb


et même moins.

 Pendant plusieurs années l'AAS a été la technique la plus importante


et elle continue à être largement utilisée, cependant l'ICP-MS
occupe aujourd’hui une place grandissante.

 Malgré la grande performance de toutes ces techniques toute les


précautions et les étapes pré analytiques restent incontournables
afin d’assurer un résultat fiable et de qualité