Vous êtes sur la page 1sur 160

MASSES ABDOMINALES

INTRA-PÉRITONÉALES
Pr SABRI
Dr MAHAMMEDI
Dr MALLEK
Plan de la question
I. Introduction.
II. Intérêt de la question.
III. Rappel: Anatomo-clinique « Objectifs ».
IV. Techniques d’exploration.
V. Sémiologie radiologique: « Comment analyser une
masse abdominale ».
VI. Diagnostic étiologique
VII. Conclusion.
VIII.Bibliographie.
INTRODUCTION
- Les masses abdominales intra-péritonéales sont
d’étiologies diverses.
- L’imagerie permet: leur détection et leur caractérisation.
- En imagerie , on distingue les masses kystiques des
masses solides ou mixtes.
- L’approche étiologique est basée sur les aspects en
imagerie, les éventuelles lésions associées et le contexte
clinique et biologique.
SEMIOLOGIE RADIOLOGIQUE:
DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE:

• MASSES ABDOMINAES
MASSES DIGESTIVES
• Tumeurs épithéliales
• Tumeurs conjonctives:
- Endo-luminales
- Exo-luminales: GIST +++
TUMEURS
STROMALES GASTRO-INTESTINALES :

- Tumeurs rares parfois volumineuses.


- Pic de fréquence entre 50 et 60 ans.
- Les localisations fréquentes sont l’estomac 50% et le grêle 30%.
- En imagerie tumeurs sont à développement extrinsèque.
- Masses à développement exo-luminal, à contours nets, de
taille variable, dans la majorité des cas.
- Densité peut être spontanément hétérogène, du fait de zones
de nécrose hypodenses ou de modifications hémorragiques
hyperdenses.
- Elles peuvent contenir des bulles de gaz ou du produit de
contraste digestif, lorsqu’il existe une ulcération tumorale
communiquant avec la lumière.
- Après injection de produit de contraste: rehaussement le plus
souvent hétérogène, notamment pour les tumeurs les plus
volumineuses.
Mucocèle appendiculaire
• Elle correspond à une dilatation de l’appendice par accumulation
de mucus dans sa lumière, quelle qu’en soit son origine.
• En échographie:
• Appendice distendu hypoéchogène avec de possibles fins échos
selon la consistance du mucus.
• TDM abdomino-pelvienne:
- Formation appendiculaire de densité liquidienne, parfois
cloisonnée, à paroi finement calcifiée, rehaussée après contraste.
- Dans certains cas, l’aspect scannographique est celui d’un abcès
et/ou d’un plastron appendiculaire.
MASSES MESENTERIQUES
MASSES HÉPATIQUES
HÉPATOMÉGALIE
• Une hépatomégalie est définie comme une
augmentation de volume du foie.
• Elle peut être diffuse, ou focale (augmentation
portant sur un lobe, ou sur un secteur du
foie).
- L’échographie permet de préciser :
- si l’hépatomégalie est diffuse ou sectorielle, et
homogène ou inhomogène.
- s’il existe des signes de cirrhose (irrégularité des
contours du foie, signes d’hypertension portale).
- s’il existe des signes de stéatose (foie hyperéchogène).
- s’il existe des signes d’insuffisance cardiaque droite
(dilatation des veines hépatiques).

- HPMG-SPMG au cours d’une myélofibrose splénique.


- HPMG est homogène.
- CARCINOME HEPATO-CELLULAIRE (CHC):

• Sa découverte fortuite est rare.


• La recherche de signes échographiques d’hépatopathie chronique doit
être systématique devant toute découverte fortuite d’une lésion focale
hépatique afin d’orienter le diagnostic lésionnel vers un éventuel CHC.
• En échographie:
- L’aspect hyperéchogène demeure minoritaire.
- Une hypervascularisation artérielle au Doppler est un signe en faveur du
diagnostic de CHC.
- Le diagnostic de CHC sur foie sain ne peut être affirmé que par la biopsie.
- La plupart des lésions inférieures à 2cm avec une
prise de contraste artérielle sans wash-out typique
sont bénignes.

- L’ hétérogénéité des CHC augmente avec la taille


pouvant réaliser un aspect mosaïque en imagerie
sans injection avec présence de Composantes :
tissulaire, nécrotiques, graisseuses, fibreuses et plus
rarement calciques
- La capsule, lorsqu’elle existe, présente une composante
fibreuse pouvant se rehausser au temps tardif

- L’angio-invasion portale macroscopique est une


caractéristique diagnostique et pronostique à rechercher
systématiquement
- La classification d’ Okuda.
- Le type infiltrant: - Elle décrit 4 types de CHC:
- Il correspond à une tumeur unique, aux limites imprécises, non
encapsulée et très souvent propagée au système veineux.
- Il est plus fréquent sur foie non cirrhotique que sur foie cirrhotique.
- Le type expansif:
- Il consiste en une ou plusieurs tumeurs nodulaires, encapsulées donc bien
limitées, qui repoussent le parenchyme hépatique avoisinant sans
l'envahir.
- Les emboles veineux sont absents dans ce type qui est surtout décrit sur
des foies cirrhotiques.
- Le type mixte:
- Il correspond à un type expansif avec une infiltration au-delà de la capsule
soit contiguë, soit à distance.
- Le type diffus:
- Il est constitué de multiples petits nodules de 0,5 à 1 cm de diamètre,
répartis dans un foie cirrhotique et ne fusionnant pas.
- La tumeur semble remplacer les nodules de cirrhose, à ce point qu'elle est
souvent de diagnostic macroscopique difficile
Volumineux CHC hétérogène du foie droit sur
une cirrhose mixte, éthylique et virale.
CHC avec thrombose de la veine porte
- Carcinome fibro-lamellaire du foie

- Echographie:
- L'apparence est celle d'une masse de grande taille, relativement
homogène et qui dans 60% des cas est hyperéchogène.
- Très souvent des calcifications sont détectées.
- La cicatrice centrale est rarement visible et, lorsqu'elle l'est, elle se
présente plutôt comme une zone hyperéchogène.
- TDM:
- Sans injection de contraste, apparaît comme une masse bien délimitée,
hypodense, avec souvent une cicatrice centrale.
- Des calcifications peuvent être présentes .
- La tumeur se rehausse après ave prise de contraste hétérogène.
- En phase portale, la est isodense.
- Quelques zones de nécrose ou d'hémorragie sont retrouvés parfois
- IRM:
- En T1, la tumeur se présente comme une masse bien
délimitée, lobulée et iso ou hypo-intense avec le parenchyme
hépatique normal.
- En T2 le carcinome fibrolamellaire du foie apparaît plus
hétérogène et est iso ou légèrement hyper-intense par
rapport au parenchyme hépatique.
- Les cicatrices fibreuses sont hypo-intenses en T1 et T2.
Après injection intraveineuse de gadolinium, il y a une prise
de contraste hétérogène de la tumeur en phase artérielle.
- Lésion hépatique bien limitée, avec prise de
contraste hétérogène avec zone de nécrose centrale.
- Mésothéliome fibreux
ou: « Tumeur fibreuse localisée »

- Lésion unique, volumineuse (plus de 10 cm), bien limitée, de

contenu hétérogène et rehaussée par les produits de contraste,


développée aux dépens du foie droit.

- Pas de remaniements hémorragiques ou de Calcifications.


- ABCÈS HEPATIQUE:
- 10% post chirurgicaux ou post traumatique
- 80 à 90% des cas, abcès unique
- En échographie: selon le stade:
- Au début:
- Les limites sont imprécises et l’abcès paraît plus échogène que le
parenchyme hépatique
- Après quelques jours:
- Il devient hypoéchogène ou anéchogène avec renforcement postérieur
- Au scanner :
- Masse hypodense hétérogène (0 à 40 UH)
- Après injection la lésion reste hypodense avec parfois un halo hyperdense
périphérique
- La présence de gaz oriente le diagnostic
- LA PONCTION DRAINAGE confirme le diagnostic
- KYSTES PARASITAIRES:

- Les deux principales étiologies à envisager en France


sont le kyste hydatique et l’échinococcose alvéolaire .
- Leur Dc repose sur l’échographie ; l’IRM et la sérologie.
- En imagerie, l’aspect du kyste est fonction de sa maturation
- Cinq stades échographiques ont été décrits par Gharbi et al.
1

- Kyste hydatique de type I.


- Lésion kystique unique, homogène, bien limitée.
- La paroi peu épaissie peut rendre sa distinction difficile avec un kyste biliaire.
MASSES BILIARES
• LESIONS KYSTIQUES:
• Congénitale
• Acquise
LESIONS SOLIDES:
MASSES SPLENIQUES
MASSES ABDOMINALSEES
MASSES PARIETALES

- HEMATOMES PARIETAUX:
TUMEURS:
MASSES PANCREATIQUES
LE KYSTE HYDATIQUE +++
LESIONS SOLIDES +++
CONCLUSION

• Face à cette panoplie de lésions histologiques, la


découverte d’une masse intra-abdominale
impose une confrontation minutieuse des
données cliniques et radiologiques, aux données
histologiques de façon systématique.
• L’étape radiologique est nécessaire dans la prise
en charge de toute lésion abdominale intra-
péritonéale, voire capitale, pour éviter une prise
en charge inadaptée.
BIBLIOGRAPHIE
• Le corps humain a un nouvel organe : Le mésentère! 06 JANVIER 2017
• JFR - CARACTERISATION DES LESIONS FOCALES HEPATIQUES – 2016
• JFR - Anomalies de signal IRM dans les pathologie hépatique diffuses et régionales 2016
• JFR - Classification des lésions hépatiques focales 2016
• JFR - Kyste du pancréas et TIPMP communication 2016
• JFR - Imagerie des voies biliaires 2016
• JFR - Le pancréas TDM 2-1 IRM 2016
• JFR - TDM vs IRM Foie 2016
• JFR - Paroi abdominale antérieure –aspects normaux et pathologiques-2012.
• JFR - Comprendre la sémiologie en imagerie avec contraste du carcinome hépatocellulaire-2010.
• Imagerie des masses spléniques- Hôpital Militaire d'Instruction Mohamed V -Rabat – Maroc2010
• Intérêt de l’imagerie dans les tumeurs desmoïdes abdominales-Service de Radiologie Hôpital
Habib Thameur Tunis - 2010
• Masses kystique de la FID- CHU Hassan II , Fès, Maroc 2008.
• Hépatomégalie et masse abdominale - Université Médicale Virtuelle Francophone - 2008-2009.
• Apport de l’imagerie au diagnostic des tumeurs hépatiques primitives- JFR 2007.
• Tumeurs stromales abdominales: quelle imagerie? pour quel résultat?- Service de Radiologie,
CHU Hassan II , Fès, Maroc 2004.