Vous êtes sur la page 1sur 21

Master : Sciences biologiques et santé

Effets du miel sur le


système nerveux

Elaboré par :
ABOULGHAZI abderrazak Encadré par :
BOUSSELHAM abdelkamel Pr. LYOUSSI B.

2017-2018
Contenu
Introduction
1. Organisation générale et fonctions du système
nerveux
2. effets nootropes et neuropharmacologiques du
miel : preuves expérimentales
3. Les effets des composés actifs dans le miel sur la
fonction cérébrale
4. Mécanismes d’action
conclusion
Introduction
Thérapeutique
spirituelle
nutritionnelle, cosmétique.
source de composés actifs,
Les polyphénols du miel possèdent des activités thérapeutiques tout en :

atténuant la neuroinflammation induite par les microglies

améliorant les déficits de la mémoire

protegeant contre les maladies neurodégénératives


S
Y
S
T
E
M
E

N
E
R
V
E
U
X
Effets du miel sur les structures et
les fonctions du cerveau
Effets nootropes et neuropharmacologiques : preuves
expérimentales

la propriété nootropique du miel est la construction et le


développement de tout le système nerveux central, en particulier
chez les nouveau-nés et les enfants , ce qui améliore la mémoire et la
croissance, réduit l'anxiété et améliore le développement
intellectuel.
1- Chepulis LM, Starkey NJ, Waas JR, Molan PC. Les effets du miel à
long terme, du saccharose ou des régimes sans sucre sur la mémoire et
l'anxiété chez les rats. Physiologie et comportement . 2009;

• Les rats nourris au miel ont montré moins d'anxiété et une meilleure
mémoire spatiale à tous les stades par rapport au groupe témoin.
• la mémoire spatiale des rats nourris au miel, évaluée par des tâches
de reconnaissance d'objets, était significativement plus élevée au
cours des mois suivants
2-Oyefuga OH, Ajani EO, Salau BA, Agboola F, Adebawo OO. Honey
consumption and its anti-ageing potency in white Wister albino
rats. Scholarly Journal of Biological Science. 2012
• les suppléments à court et à long terme avec du miel à une dose de 250
mg / kg de poids corporel diminuent significativement la peroxydation
lipidique dans le tissu cérébral avec une augmentation concomitante de
l'activité superoxyde dismutase (SOD) et glutathion réductase ce qui
améliore le mécanisme de défense contre le stress oxydatif et la
destruction moléculaire atténuée par les radicaux libres .

miel
3- Cai M, Shin BY, Kim DH, et al. Neuroprotective effects of a
traditional herbal prescription on transient cerebral global ischemia in
gerbils. Journal of Ethnopharmacology. 2011;138(3):723–730
• le miel a diminué le nombre de cellules neuronales dégénérées dans
la région de l'hippocampe CA1, une région connue pour être très
sensible aux agressions oxydatives
4-Oyekunle OA, Akanmu MA, Ogundeji TP. Evaluation of anxiolytic
and novelty induced behaviours following bee-honey consumption in
rats. Journal of Neuroscience and Behavioural Health. 2010

• Les rats ont reçu différentes concentrations de miel (10, 20 et 40%) à une
dose de 0,5 mL / 100 g. Des augmentations significatives dépendant de la
dose des activités exploratoires dans un test de plaque perforée et dans les
activités locomotrices ont été obsérvées chez les rats du groupe test nourri
au miel par rapport aux rats du groupe témoin.

Résultats : la consommation du miel atténue l'anxiété et exerce un effet


excitateur sur le système nerveux central,
Les effets des composés actifs du miel
sur la fonction cérébrale
Apigénine

L'acide
caféique
kaempférol

La catéchine
Chrysine

A.p-
coumarique
• Mécanismes d’action
Plusieurs lignes de preuves expérimentales soutiennent l'hypothèse que les
effets neuropharmacologiques du miel sont médiés par des mécanismes
centraux dopaminergiques et nonopioïdes, tels que l'hypothèse de blocage
des canaux sodiques voltage-dépendants, l'activation du système
inhibiteur noradrénergique et / ou des systèmes sérotoninergiques, et le
système GABAergique.
4-Action sur les 5-Action sur les canaux
canaux calcium. potassium
4
5

2-activateur de
la choline
acétyltransférases

3
1-un inhibiteur de
l'acétyl cholinestérase.

3-Action sur récepteurs


muscariniques
Conclusion

. L'impact biochimique ultime du miel sur les fonctions cérébrales est


approuvé et l'exploration des cascades de signalisation cellulaire
réelles associées à la plasticité synaptique peut fournir des
interventions thérapeutiques plus spécifiques utilisant le miel. Les
circuits neuronaux et les récepteurs impliqués dans les effets
neuropharmacologiques du miel devraient être examinés plus en
détail.
• Références bibliographiques:
• 1. Olaitan PB, Adeleke OE, Ola IO. Honey: a reservoir for microorganisms and an inhibitory
agent for microbes. African Health Sciences. 2007;7(3):159–165. pubmed
• 2. Richard J. Honey and healing through the ages. Journal of ApiProduct and ApiMedical
Science. 2009;1(1):2–5.
• 3. FAO. http://faostat.fao.org/
• 4. Honeywonders. Medical uses of honey.
2013, http://www.honeywonders.com/honeyandhealth.com
• 5. Helmy N, El-Soud A. Honey between traditional uses and recent medicine. Macedonian
Journal of Medical Sciences. 2012;5(2):205–214.
• 6. Manyi-Loh CE, Clarke AM, Ndip RN. An overview of honey: therapeutic properties and
contribution in nutrition and human health. African Journal of Microbiology
Research. 2011;5(8):844–852.
• 7. Erejuwa OO, Sulaiman SA, Ab Wahab MS. Honey: a novel
antioxidant. Molecules. 2012;17(4):4400–4423. PubMed
• 8. Bogdanov S, Jurendic T, Sieber R, Gallmann P. Honey for nutrition and health: a
review. Journal of the American College of Nutrition. 2008;27(6):677–689. PubMed
• 9. American Apitherapy Society. About Apitherapy. http://www.apitherapy.org/about-
apitherapy/products-of-the-hive-2/honey
• 10. White JW. Composition of American Honeys. Washington, DC, USA: Agricultural
Research Service, USDA; 1962.
• 11. White JW., Jr. Detection of honey adulteration by carbohydrage analysis. Journal of the
Association of Official Analytical Chemists. 1980;63(1):11–18. PubMed